Accueil  > La FAO en action > Partenariats

L’app de la FAO in situations d’urgence

Téléchargez immédiatement!

Connectez-vous

Partenariats

Partenariats

Le Cluster mondial sécurité alimentaire

Le Cluster sécurité alimentaire (FSC) a été créé pour coordonner la réponse alimentaire durant les crises humanitaires et traiter les questions de disponibilité, accès et utilisation de la nourriture. Il est basé au siège du PAM à Rome et est co-dirigé par la FAO et le PAM. L'équipe mondiale d’appui est constituée de membres provenant de la FAO, du PAM, des ONG et du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Le Cluster sécurité alimentaire a pour fonction de renforcer la coopération et les partenariats. Il travaille directement avec ses partenaires et parties prenantes qui incluent les ONG internationales, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, les organisations responsables d’autres clusters, les agences des Nations Unies, les gouvernements et les donateurs. Le FSC a été officiellement approuvé par le Comité permanent interorganisations (IASC) le 15 décembre 2010.

Le Cluster sécurité alimentaire a pour mission de sauver des vies en coordonnant la réponse alimentaire dans les situations de crises humanitaires majeures ce qui ne peut être réalisé qu’au travers d’une coopération étroite avec les organisations partenaires. Le FSC fournit des orientations au niveau national en appui à une réponse vaste et rapide et travaille avec les systèmes des clusters nationaux et régionaux lors de catastrophes soudaines, qu'elles soient d'origine naturelle ou humaine, et lors de crises de longue durée.

Partenariats pour la mobilisation rapide d’experts – Partenariats stand-by

Stand-by Partner (ci-après dénommé «SBP») est le terme utilisé dans le contexte humanitaire pour décrire une entité financée et chargée de fournir des ressources humaines à des agences des Nations Unies opérant dans des contextes humanitaires. Un SBP «type» est une entité non-gouvernementale (ONG d'envergure internationale) qui, en plus de ses propres activités de programmation, maintient un fichier de professionnels humanitaires formés et qualifiés.

Le financement, servant à gérer ce fichier et fournir des experts détachés auprès des agences des NU sans coûts pour celles ci, provient généralement du Ministère des affaires étrangères du pays de l’ONG, et est donc en accord avec le cadre de politique extérieure de ce pays. Il existe cependant des cas où les SBP sont des agences gouvernementales ou même issues du secteur privé.

À ce jour, la FAO a signé des protocoles d'accord (MoU) avec le Conseil norvégien pour les réfugiés (Norwegian Refugee Council - NRC), le Conseil danois pour les réfugiés (Danish Refugee Council - DRC), l'Équipe de réserve civile canadienne (Canadian Civilian Reserve Roster - CANADEM), iMMAP, le Département du Développement International du Royaume Uni (UK Department for International Development – DFID) et RedR Australia. La FAO est en discussion avec plusieurs autres entités afin de conclure des accords similaires.

FAO / OIT - Alimentation, agriculture et travail décent

La collaboration entre l'OIT et la FAO en matière d'interventions d'urgence et de relèvement accéléré a été particulièrement importante pour la promotion des activités de relèvement précoce qui protègent et améliorent les moyens d’existence des populations touchées. Les deux agences ont en effet adopté le principe selon lequel sauver les moyens d’existence sauve des vies; en d'autres termes, elles se sont engagées dans des actions rapides centrées sur les moyens d’existence afin de i) endiguer la détérioration de la situation et empêcher les populations de recourir à des stratégies d’adaptation nuisibles telles que la vente d'actifs, la migration forcée et la prostitution, qui entrainent une plus grande vulnérabilité et une pauvreté irréversible; ii) fournir un appui immédiat pour la restauration de l'autonomie réduisant ainsi la nécessité d'une assistance prolongée et coûteuse; et iii) promouvoir un relèvement durable de manière à réduire la vulnérabilité des populations (c'est à dire, ne pas recréer la précarité qui existait avant la crise et a contribué à la gravité de son impact).

La collaboration entre la FAO et l'OIT dans ce domaine a débuté en août 2005 dans le cadre des réunions du Groupe de travail thématique du Comité permanent interorganisations sur le relèvement accéléré (CWGER). Dans le cadre de la réponse des Nations Unies au tremblement de terre de 2005 au Cachemire-Pakistan, les équipes de l'OIT et de la FAO ont commencé à travailler ensemble afin de traiter des questions d'intérêt commun, telles que l’évaluation des dommages et besoins, les activités de promotion, le renforcement des capacités, le développement ou l'adaptation d'outils et méthodologies opérationnels, afin de développer une approche commune de sensibilisation des donateurs et de mobilisation des ressources. Dans cette optique et afin d'assurer l'engagement des Directions supérieures respectives des deux organisations, un projet de Note de politique et une Lettre d'intention conjointe ont été signées par celles-ci.

La FAO et l'OIT ont élaboré le Kit pour l'évaluation des moyens d'existence, instrument clé inter-agences des NU d’évaluation de relèvement accéléré. Le kit est utilisé par différentes agences au lendemain de catastrophes naturelles à déclenchement soudain. Avec une approche centrée sur les moyens d’existence et sur le renforcement des liens entre secours, réhabilitation et développement, il est attendu que l'utilisation de cet outil permettra d'améliorer la réponse des NU face aux catastrophes à déclenchement soudain.

Rubriques connexes

 - La Banque mondiale et la FAO ont lancé un projet d'une valeur de 36 millions de dollars visant à fournir une aide immédiate à plus de 630 ...en lire plus
03/10/2017
 - Au terme d’une tournée de quatre jours en Ethiopie, notamment dans la région somalienne touchée par la sécheresse, les responsables des agences alimentaires des Nations Unies ...en lire plus
05/09/2017
 - Au Sri Lanka, une grande partie des zones cultivées du pays ont été durement touchées par une grave sécheresse suivie de fortes précipitations, qui menacent la ...en lire plus
23/06/2017
 - «Toutes les parties impliquées dans le conflit au Soudan du Sud doivent cesser les violences et travailler ensemble afin d'assurer l'acheminement de nourriture et de produits ...en lire plus
24/05/2017
 - «Les gouvernements, les groupes civils et les entreprises doivent se mobiliser pour apporter leur aide aux populations qui vivent dans des pays risquant de sombrer dans ...en lire plus
18/05/2017
 - Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et le Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM) ont appelé la communauté ...en lire plus
02/05/2017
 - Grâce aux contributions de la Belgique à son Fonds spécial pour les activités d’urgence et de relèvement (SFERA), la FAO a établi en 2008 un volet ...en lire plus
05/12/2016
 - Les gouvernements et la communauté internationale doivent intensifier leurs efforts pour mettre fin à la souffrance des populations, renforcer la résilience et protéger les moyens d'existence ...en lire plus
06/07/2016
 - La FAO et MasterCard viennent d'unir leurs efforts pour créer une nouvelle alliance novatrice contre la faim. Un accord de partenariat, paraphé aujourd'hui à Rome, par le ...en lire plus
02/09/2015
 - Au Sénégal, où les taux d’insécurité alimentaire et de malnutrition sont encore élevés dans certaines localités, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) appuie ...en lire plus
01/12/2014
1 2