Accueil  > La FAO en action > Redevabilité envers les populations affectées

L’app de la FAO in situations d’urgence

Téléchargez immédiatement!

Appels récents

Documents

Projects

Autres ressources

Connectez-vous

Redevabilité envers les populations affectées

Redevabilité envers les populations affectées

La FAO est redevable envers les femmes, hommes, garçons et filles dont elle vise à améliorer la vie et place cette responsabilité au cœur de sa politique humanitaire. En matière de droits de l'homme et de programmes significatifs, la FAO définit la redevabilité envers les populations affectées (RPA) comme «un engagement actif des acteurs et organisations humanitaires d’utiliser leur pouvoir de manière responsable en tenant compte des populations qu’ils assistent et vis-à-vis desquelles ils devront rendre des comptes et seront tenus responsables".

En devenant plus redevable envers les populations affectées, - en augmentant leur participation et en tenant compte de leur commentaire (feedback) durant l'identification, la conception, la mise en œuvre et les leçons apprises des programmes - la FAO met en œuvre des programmes de meilleure qualité, ayant un impact plus important et plus durable. Cette approche laisse plus de place aux communautés pour façonner leur propre redressement et permet à la FAO de mieux s'acquitter de ses engagements envers les différents acteurs, incluant les populations qu’elle assiste et les partenaires financiers qui rendent l'assistance possible.

RPA en pratique

Sur le terrain, la RPA commence avec un partage de l'information et des réseaux de communication efficaces. Partager les informations sur les programmes de la FAO en temps opportun, de manière accessible et inclusive permet aux communautés touchées d’être en mesure de comprendre et d'influencer les décisions qui affectent leurs vies. En outre, la FAO s'engage à veiller à ce que les personnes bénéficiant d'une assistance puissent participer et influencer toutes les étapes du cycle du programme, incluant l'évaluation initiale, la conception, la sélection des bénéficiaires, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation du projet.

La redevabilité repose également sur l'établissement de canaux de rétroaction efficaces ainsi que sur des mécanismes de gestion des plaintes et de réponses à celles-ci. Par ce biais, la FAO et ses partenaires parviennent à une meilleure connaissance de l’impact des programmes sur les participants et peuvent rapidement incorporer les commentaires ou affronter les problèmes, y compris en matière de prévention relative aux abus sexuels et à l’exploitation. Les systèmes de représentation des communautés doivent être équitables et représentatifs, permettant aux plus marginalisés, vulnérables et affectés de se faire entendre.

Leçons du terrain

Les enquêtes et analyses de redevabilité de la FAO enseignent à l'Organisation comment fournir une assistance agricole plus pertinente, efficiente et efficace dans des contextes locaux. En 2012, la FAO a interrogé près de 500 femmes et hommes qui ont participé à ses projets au Cambodge, au Pakistan, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Cet exercice a permis à la FAO de remettre en question ses hypothèses et d'apprendre directement des communautés: ce qui a bien fonctionné et ce qui doit être changé pour améliorer la réponse.

Quelques bonnes pratiques ont été identifiées. Par exemple, l’emploi des groupes de discussion (focus group) comme méthode de participation permet de donner la parole aux membres de la communauté qui ne peuvent s’exprimer lors de réunions ou assemblées plus larges. Les participants ont suggéré d'utiliser ce format de façon récurrente afin de recueillir les commentaires de la communauté. En prêtant attention à leur composition, ces groupes peuvent s’opposer aux structures de pouvoir non représentatives, contrer les déséquilibres entre les sexes, faciliter l’expression de plaintes sans risque de perdre l'accès à l’aide et limiter d'autres facteurs qui peuvent entraver la liberté de parole.

Plus important encore, les commentaires de la communauté façonnent la conception du programme. L'enquête de RPA en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, intégrée dans la révision à mi-parcours du Plan d'action de la FAO (2011-2013), a mis les communautés touchées au premier rang de l'évaluation du programme et a invité les donateurs à participer à ce processus. Les leçons ont été largement diffusées et sont intégrées dans les programmes de la FAO. Par exemple, l'équipe nationale de la FAO travaille à l'amélioration de la diffusion et du partage d’une information plus équitable, et à la standardisation des procédures telles que la sélection des bénéficiaires afin qu’elles soient plus transparentes.

Des enseignements communs ressortent des études de RPA. Dans tous les domaines étudiés, les populations assistées demandent plus d'informations et de mises à jour sur les projets, en particulier concernant les critères de sélection, la date de livraison des biens, le pourquoi des retards, l’identité du personnel du projet et qui contacter. À cet égard, les défis actuels consistent notamment à assurer l'égalité d'accès aux informations, de participation et de possibilité d’émettre des plaintes aux groupes plus vulnérables ou marginalisés incluant les femmes, les analphabètes, les personnes âgées et les personnes touchées par un handicap ou une maladie.

À la suite des travaux effectués en 2012, la FAO a élaboré un document d'orientation et un plan de travail spécifiques à l’organisation en matière de RPA. Ceux-ci ont été diffusés au niveau mondial conjointement à un certain nombre d'outils et ressources afin d’appuyer les bureaux de pays à mettre en œuvre les programmes de manière responsable.

Sur le même thème

Aucun résultat trouvé.