La nueva app

Descargue ya!

Llamamientos recientes

Documents

Projects

Otros recursos

Síguenos en

L’appel global révisé pour le Niger 2012

L’appel global révisé pour le Niger 2012

07/05/2012

L’étendue de la crise alimentaire et nutritionnelle sévissant dans toute la région du Sahel a amené à réviser l’appel global 2012 pour le Niger. La sécheresse mais aussi les répercussions des crises libyenne et malienne, notamment le récent afflux de 40 000 réfugiés fuyant le conflit au Mali, ont aggravé la situation humanitaire.

Plus de 6,4 millions de personnes sont dans une situation d’insécurité alimentaire, soit une hausse de 2,56 millions de personnes par rapport à l’appel original.

Cette crise est liée à la mauvaise campagne agropastorale de 2011/2012 caractérisée par une pluviométrie mal répartie dans l’espace et le temps. La campagne agricole s’est terminée par un déficit céréalier de 692 000 tonnes et un déficit fourrager de plus de 10 millions de tonnes de matières sèches, équivalant à 50 pour cent des besoins nationaux du bétail.

L’action humanitaire 2012 vise à répondre à cette crise mais aussi à s’attaquer à ses causes profondes afin d’éviter qu’elle ne se reproduise. Les besoins financiers de cet appel révisé et lancé le 7 mai 2012 se montent à 451 millions USD, soit une augmentation de 97 pour cent par rapport à l’appel original.

Défis liés à la sécurité alimentaire et aux moyens de subsistance

Plus de 3 500 000 personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère et ne disposent dans leur majorité ni de stocks alimentaires, ni de bétail.

En raison des effets combinés de la sécheresse, des attaques de ravageurs et des feux de brousse dans plusieurs localités du pays, les cultures de mil et de sorgho n’ont pas terminé leur cycle ou atteint le niveau de production.

La situation pastorale devient de plus en plus difficile et les signes visibles de sous-alimentation des animaux apparaissent. Avec l’assèchement des mares et la baisse des nappes phréatiques, l’abreuvement des animaux est devenu un problème majeur aggravant la situation des éleveurs. Le déficit de production fourragère et la hausse des prix des aliments pour bétail contribuent à empirer les conditions d’affouragement des animaux et minimisent leurs productions.

Par ailleurs, le Niger est un grand importateur de nourriture, principalement en provenance du Nigeria et du Bénin. Par conséquent, si les prix des denrées alimentaires augmentent, les familles déjà vulnérables risquent de basculer vers un état d’insécurité alimentaire aggravé.

Pour faire face à cette vulnérabilité structurelle et conjoncturelle, les ménages ont développé des stratégies de survie néfastes, telles que le recours à l’endettement excessif, la iminution de la ration journalière et du nombre de repas quotidien ou encore le recours à la mendicité.

À cet environnement dominé par l’insécurité alimentaire et la malnutrition chronique, s’ajoutent les problèmes de réinsertion socio-économique des migrants. Cette situation touchera de plus en plus d’hommes et de femmes en état de précarité du fait de l’amenuisement de leurs moyens de résilience, de la flambée des prix et de la détérioration de la sécurité dans le pays.

La réponse de la FAO

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), co-chef de file du Cluster sécurité alimentaire travaille en étroite collaboration avec le Programme alimentaire mondial, le Gouvernement nigérien et les organisations non gouvernementales afin de répondre aux besoins urgents des familles victimes de la crise alimentaire et nutritionnelle qui touche le pays et toute la région du Sahel.

Ainsi afin d’apporter une aide vitale à 5 061 771 personnes, la FAO sollicite 42 073 553 USD afin de:

  • renforcer la disponibilité, l’accessibilité et l’utilisation des aliments par les populations vulnérables;
  • réduire et atténuer les pertes animales dues au déficit fourrager et aux risques sanitaires;
  • renforcer la coordination entre les acteurs humanitaires afin de répondre plus efficacement aux besoins des familles vulnérables.