le Burundi

le Burundi

Au Burundi, l’extrême vulnérabilité persiste avec 65 pour cent de la population vivant sous le seuil de pauvreté. Les effets des aléas climatiques et de l’insécurité continuent de nuire considérablement à la production agricole, dans un pays où 90 pour cent des Burundais dépendent de l’agriculture de subsistance. La FAO travaille afin de rétablir les moyens d’existence des familles touchées par des crises en leur apportant une assistance agricole afin de garantir leur autonomie et de réduire leur dépendance à l’aide alimentaire.

Incidences sur la sécurité alimentaire et la production agricole

En 2018, les facteurs qui ont contribué à une légère amélioration de la sécurité alimentaire au Burundi étaient notamment les conditions météorologiques plus favorables, la réduction de 30 pour cent du nombre de personnes déplacées à l’intérieur dans leur propre pays (PDI), la baisse des prix des produits alimentaires et la fin de l’épidémie du paludisme. Néanmoins, les familles vulnérables sont toujours touchées par des opportunités économiques fragiles et un faible pouvoir d’achat, ainsi que par la perte des moyens de production qui continue de limiter l’accès à la nourriture. De plus, les résultats de production de la campagne agricole 2017/18 restent inférieurs à la moyenne, principalement dû à la pression démographique et aux phénomènes climatiques – grêle, vents violents et inondations – qui ont entraîné la perte des récoltes et des moyens d’existence de plus de 25 000 ménages, tandis que les champs de maïs sont toujours infectés par la chenille légionnaire d’automne. Par conséquent, 1,7 million de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire grave (IPC, août 2018) et près de 121 000 enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition aigüe.

Dans un contexte d’insécurité alimentaire chronique, les effets tantôt sévères ou modérés, affectent la moitié de la population burundaise. Dès lors, la résilience des communautés est compromise et le moindre choc a d’importantes répercussions. L’accueil des personnes déplacées au sein des communautés vulnérables, déjà confrontées à de nombreux conflits fonciers, contribue à aggraver leur sécurité alimentaire. Les provinces du nord-est et de l’est, qui accueillent plus de 80 pour cent des rapatriés et des PDI, sont les plus vulnérables. La région côtière du lac Tanganyika abrite également un grand nombre de personnes vulnérables, touchées par les inondations, les glissements de terrain et les perturbations liées aux échanges économiques avec la République démocratique du Congo dû à l’insécurité croissante le long de la frontière.

La réponse de la FAO

En 2019, l’intensification du retour volontaire des réfugiés burundais, la variabilité climatique, la menace de la chenille légionnaire d’automne et d'autres ennemis de cultures, ainsi que de faibles opportunités économiques perturbent les moyens d’existence des ménages et risquent d’aggraver leur insécurité alimentaire. Dans le cadre du plan de réponse humanitaire pour 2019, la FAO requiert 6,3 millions d’USD pour assister 546 000 personnes afin d’améliorer la production alimentaire d’urgence. Les activités porteront principalement sur la fourniture d’intrants agricoles pour relancer la production maraîchère et sur les transferts monétaires afin de permettre aux familles de produire leur propre nourriture et de générer un revenu.

 

Plus sur le pays

 -  pour assister 546 000 personnes la FAO requiert 6,3 millions d’USD pour la période janvier–décembre 2019                                 Malgré certaines améliorations constatées en 2018, d’extrêmes vulnérabilités persistent au Burundi, en particulier dans les zones ...en lire plus
22/03/2019
 -  to assist 100 050 people FAO requires USD 8.9 million period January – December 2019                                 Despite the slight improvement of the security situation in Burundi, human rights concerns persist and the underlying ...en lire plus
11/02/2019
 - In the context of increasing humanitarian crises, the Food and Agriculture Organization of the United Nations and the World Food Programme are committed, alongside Member States, ...en lire plus
22/08/2018
 - To strengthen communities’ resilience and ability to adequately prepare for and respond to shocks and crises through the production of updated data and analysis on food ...en lire plus
06/07/2018
 -  to assist 77 000 people FAO requires USD 8 million period January – December 2018                                 Political, security and related humanitarian conditions in Burundi aren’t expected to improve and will lead to a ...en lire plus
08/02/2018
 -  to assist 600 000 people FAO requires USD 7 million period January – December 2018                                 The crisis that has been affecting Burundi since 2015 has worsened the humanitarian situation in the country ...en lire plus
08/02/2018
 - Les conflits et les chocs climatiques ont contribué à augmenter les souffrances liées à la faim après pourtant plusieurs décennies de baisse constante. La FAO demande 1,06 milliard ...en lire plus
08/02/2018
 - Réduire l’insécurité alimentaire et nutritionnelle et accroître la résilience des populations rurales vulnérables dans la province de Cankuzo.
22/12/2017
 - The number of people displaced by conflict, violence and disasters has risen to more than 65 million, compared with 37.5 million a decade ago. Many of ...en lire plus
18/12/2017
 - Contribuer à améliorer la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des ménages ruraux affectés par le conflit sociopolitique et les aléas climatiques dans les provinces de ...en lire plus
11/07/2017