Burkina Faso (le)

Burkina Faso (le)

Autrefois

Depuis 2018, le Burkina Faso est confronté à une crise humanitaire sans précédent, touchant notamment les régions du Centre-Nord, de l’Est, du Nord et du Sahel ainsi que la région de Liptako Gourma (zone transfrontalière entre le Mali, la Niger et le Burkina Faso). Cela aggrave la vulnérabilité des réfugiés, des communautés d’accueil et des personnes déplacées internes. Les difficultés d’accès aux champs, les destructions d’infrastructures de production, les vols et les pertes de bétail, ainsi que l’intensification des conflits intercommunautaires, entravent le fonctionnement des marchés et détériorent les moyens d’existence des ménages.

La détérioration rapide de l’insécurité a engendré le déplacement de près de 500 000 personnes, ce qui représente une forte augmentation par rapport à 80 000 en janvier 2019. De plus, 26 000 Maliens fuyant les conflits ont trouvé refuge dans la région du Sahel au Burkina Faso, ce qui accroît la pression exercée sur les ressources déjà limitées des populations vulnérables.

Les activités agricoles ont ainsi diminué de 20 à 70 pour cent dans les communes touchées par la crise où la moitié des terres pourrait ne pas être cultivée par rapport à la campagne 2017/18. Dans les zones d’accueil, la compétition autour des ressources naturelles est accrue par les fortes concentrations de population, mettant à risque la cohésion sociale et la durabilité de ces ressources, en particulier durant la contre-saison. En conséquence, les populations déplacées et hôtes risquent de faire face à une diminution de la disponibilité alimentaire et une augmentation des prix des denrées de base. La dernière analyse du Cadre Harmonisé (avril 2019) indique que 687 460 étaient estimées en situation d’insécurité alimentaire sévère pour la période juin-août 2019, un chiffre qui devrait augmenter lors de la prochaine analyse (novembre 2019).

Les besoins humanitaires en augmentation croissante compromettent non seulement les gains acquis en termes de développement, mais aussi la cohésion sociale au Burkina Faso. Étant donné que 80 pour cent de la population active tire ses moyens d’existence du pastoralisme et de l’agropastoralisme et les zones rurales étant les plus touchées par la crise, fournir un soutien agricole est crucial pour améliorer la sécurité alimentaire et renforcer la résilience des populations vulnérables.

Renforcer la résilience

Dans le cadre du Plan de réponse humanitaire pour 2019, la FAO requiert 80 millions d’USD afin de fournir une assistance vitale et un soutien aux moyens d’existence de 700 000 agropasteurs et éleveurs dans les régions les plus touchées. L’objectif serait de construire un système agropastoral durable et résilient, tenant compte des besoins spécifiques des hommes et des femmes, afin de contribuer au développement économique, à la cohésion sociale et à la préservation des ressources naturelles, améliorant ainsi la sécurité alimentaire et la nutrition au Burkina Faso.

En outre, la FAO et le PAM ont élaboré un plan de réponse conjointe nécessitant 50 millions d’USD afin de répondre aux besoins immédiats de 500 000 personnes touchées par la crise dans le pays pendant la contre-saison, à travers des activités d’espèces contre travail afin de réhabiliter les terres, un appui à la production de riz et de légumes ainsi qu’à l’élevage, des activités de micro-jardinage, etc. La contre-saison au Burkina Faso représente une opportunité pour augmenter de manière significative la production alimentaire des familles vulnérables et promouvoir leur autonomie afin d’éviter une dépendance accrue à l’assistance humanitaire.

Contrôler les maladies animales transfrontières

La FAO travaille afin de renforcer les capacités en matière de prévention, de détection et de réponse face aux menaces de maladies. Les activités sont mises en œuvre par le Centre d’urgence pour la lutte contre les maladies animales transfrontières (ECTAD) de la FAO, au Burkina Faso et dans 34 autres pays. De nombreuses communautés dépendent des animaux pour leurs moyens d’existence, leur sécurité alimentaire et leur nutrition. Lorsque les maladies passent des animaux à l’homme, elles peuvent se propager à l’échelle planétaire en quelques heures ou jours et constituent une menace à la sécurité sanitaire mondiale. La FAO vise à réduire l'impact des maladies animales sur les vies et les moyens d’existence et contribue à empêcher l'émergence et la propagation de potentielles pandémies.

 

Plus sur le pays

 - Three UN agencies are calling for greater stabilization efforts and assistance to the most vulnerable in Burkina Faso, Mali and the Niger by bridging the gap ...en lire plus
20/10/2020
 - Une action urgente et soutenue est nécessaire pour faire face à l'aggravation de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso, estiment l'Organisation des Nations unies pour ...en lire plus
21/08/2020
 - FAO’s component of the Global Humanitarian Response Plan for COVID-19 The world is standing on the precipice of the greatest food crisis in generations. Worldwide, people and ...en lire plus
17/08/2020
 - Depuis début janvier 2018, le Burkina Faso est confronté à une insécurité grandissante qui a engendré des mouvements massifs de population. C’est dans ce contexte complexe que, le ...en lire plus
23/06/2020
 - The Early Warning Early Action (EWEA) report on food security and agriculture is developed by the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). It ...en lire plus
24/04/2020
 - Le Burkina Faso, le Mali et le Niger sont des pays enclavés et à faible revenu qui ont toujours été vulnérables face aux chocs, tandis que ...en lire plus
22/04/2020
 -  pour assister 570 000 personnes la FAO requiert 25 millions d’USD pour la période janvier-décembre 2020                               Au Burkina Faso, l’aggravation de l’insécurité dans les régions du Centre-Nord, de l’Est, du Nord, de ...en lire plus
17/04/2020
 - La crise humanitaire au Burkina Faso continue de se détériorer, notamment en raison de l’aggravation de l’insécurité, qui engendre des déplacements massifs de population. La présence ...en lire plus
26/02/2020
 - Fin 2019, de nombreux ménages vulnérables de la région du Sahel, au Burkina Faso, ont bénéficié de distributions de petits ruminants, d’aliments pour bétail et de ...en lire plus
30/01/2020
 - The Early Warning Early Action (EWEA) report on food security and agriculture is developed by the Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO). It ...en lire plus
21/01/2020