Madagascar - Locust situation bulletin D01 - January 2015 (in FRENCH)

Madagascar - Locust situation bulletin D01 - January 2015 (in FRENCH)
Apr 2015

Diagnostic

Durant la 1ère décade de janvier 2015, le compartiment Nord de l’Aire grégarigène a subi une pluviosité importante si bien que, dans certaines stations, les conditions pluviométriques devenaient excédentaires par rapport aux besoins du Criquet migrateur malgache solitaire. Par conséquent, une mortalité importante des oeufs est à envisager et les populations imaginales en mesure de voler se sont déplacées, pro parte, vers le sud-ouest (l’Aire transitoire de multiplication et le secteur Centre de l’Aire de densation) où la pluviosité était plus favorable au développement du Criquet migrateur malgache. Dans le compartiment Nord et quelques parties du compartiment Centre de l’Aire d’invasion, les conditions pluviométriques semblaient hostiles par excès pour le Criquet migrateur malgache solitaire. Cela a entraîné une probable mortalité embryonnaire importante et un déplacement progressif vers le sud-ouest de l’Île des populations acridiennes aptes à voler.

Dans l’Aire grégarigène, en populations groupées, des ailés R1 allochtones venant de l'Aire d’invasion Centre, essentiellement matures en accouplement et en phase grégaire, se présentaient sous forme de vols clairs (vol de dispersion reproductive) dans le compartiment Nord. Le développement larvaire de la R1 touchait à sa fin alors que celui de la R2 commençait dans le compartiment Centre où des larves L1 à L5 en phase transiens congregans à grégaire formaient des taches de taille relativement modeste. Dans certaines stations, les éclosions se poursuivaient.

Dans le compartiment Centre de la Grande-Île, principalement au niveau de l’Aire transitoire de multiplication, plusieurs observations montraient que des populations de la R1 de forte densité, atteignant le seuil de grégarisation, se constituaient. Ces populations étaient composées d’ailés solitaires en pleine activité génésique. Dans certaines stations, de vieux ailés transiens degregans de la R0 subsistaient encore. À ces populations imaginales diffuses s’ajoutaient souvent des populations larvaires diffuses, de densités moyennes à fortes, constituées de larves L1 à L5 de phase solitaire à solitaro-transiens. Dans plusieurs stations au niveau de l’Aire transitoire de multiplication et, pour une moindre part, dans l’Aire de densation, les populations du Criquet migrateur malgache cohabitaient avec celles du Criquet nomade, composées d’ailés matures en phase solitaire à une densité souvent élevée (2 000 ailés/ha).

Il faut noter que les populations groupées de la R1 observées mais non traitées dans l’Aire de multiplication Centre, sur une superficie de 281 ha, ont donné des descendants. Ces populations ne seront pas traitées car elles se sont déplacées. Dans l’Aire grégarigène, 4 630 ha étaient infestés dont 340 ha ont été traités. Les 4 290 ha restants devraient être traités au cours de la prochaine décade.

Dans l’Aire d’invasion, le compartiment Centre (secteurs Moyen-Sud, Moyen Ouest et Ouest), restait contaminé par des populations de la R1 bien que le niveau d’infestation régresse. Certaines populations ont engendré, dans la plaine du Betsiriry, des larves grégaires de la R2 formant des taches et bandes. Sous l’effet d’importantes pluies, d’autres populations, formant des vols clairs en dispersion reproductive, ont migré vers le Sud (compartiment Nord de l’Aire grégarigène).

Dans l’Aire d’invasion, 6 000 ha étaient infestés et venaient s’ajouter aux 10 249 ha identifiés au cours des décades précédentes. Une superficie de 20 ha a été traitée. Les 16 229 ha restants seront traités au cours des prochaines décades. Il importe de souligner que, suite aux défaillances chroniques de l’hélicoptère F-GEDF (hélicoptère de la Base 1) et aux mauvaises conditions météorologiques, les activités de traitement et de prospection ont été amplement perturbées. Pour rappel, le détail des superficies infestées, traitées et protégées par acrido-région se trouve en annexe 4.

Pronostic

Dans l’Aire grégarigène, il faut s'attendre à voir apparaître des taches et bandes larvaires de la R2 car toutes les stations colonisées par des vols clairs n’ont pas forcement été prospectées et des vols clairs d’ailés fortement transiens en pleine reproduction ont dû échapper aux traitements. Par ailleurs, dans le compartiment Centre, l’arrivée de populations acridiennes allochtones augmentera les effectifs et le niveau de grégarité des populations acridiennes en place. Les conditions éco-météorologiques étant favorables dans ce compartiment, les populations de la R1, composées généralement d’ailés matures phasairement hétérogènes, vont engendrer des populations larvaires qui risquent de former des taches et bandes larvaires sauf en cas de mortalité embryonnaire importante causée par l’excès de la pluviosité. Il faut également noter que les populations larvaires diffuses, souvent de forte densité, vont faire leur mue imaginale, induisant l’augmentation des effectifs des ailés. Il est donc important de renforcer les activités de prospection et de généraliser le traitement en barrières afin d’éliminer les populations larvaires groupées de la R2 durant leur développement.

Dans l’Aire d’invasion, les populations larvaires localisées de la R2 devront être éliminées par des applications en barrières dans les plus brefs délais sinon les larves vont faire leur mue imaginale et former des vols clairs, voire des essaims. En parallèle, les prospections devront être renforcées pour localiser tous les imagos grégaires de la R1 et les sites de développement larvaire groupé de la R2.