Madagascar - Locust situation bulletin D02 - January 2015 (in FRENCH)

Madagascar - Locust situation bulletin D02 - January 2015 (in FRENCH)
Apr 2015

Diagnostic

Durant la 2ème décade, les fortes pluies apportées par la tempête tropicale Chedza ont entraîné un engorgement des sols au niveau de certains bas-fonds et zones dépressionnaires dans l’Aire d’invasion et dans l’Aire grégarigène transitoire. La pluviosité restait favorable au développement du Criquet migrateur malgache dans les secteurs Nord et Centre de l’Aire de multiplication initiale et l’Aire transitoire de multiplication ; elle devenait favorable dans l’Aire de densation. L’excès de pluie dans la majeure partie de l’Aire d’invasion a entraîné le déplacement des populations en mesure de voler vers le sud-ouest de la Grande Île (Aire transitoire de multiplication et Aire de densation).

Dans l’Aire grégarigène, les compartiments Nord et Centre, s’étendant de Morondava (au nord) au plateau Mahafaly (au sud), étaient faiblement contaminés par des populations imaginales diffuses ou groupées de la R1 et des populations larvaires diffuses ou groupées de la R2 du Criquet migrateur malgache. Les populations imaginales groupées étaient constituées d’ailés allochtones, transiens congregans matures en accouplement, formant des vols clairs en dispersion reproductive. Les larves, de stade L1 à L5 de phase transiens congregans à grégaire de la R2, se présentaient sous forme de taches et bandes larvaires.

En populations diffuses, des ailés transiens degregans à solitaires et en pleine activité génésique ont été observés à une densité moyenne à élevée (400 à 3 000 ailés/ha), en particulier au niveau des secteurs Nord et Centre de l’Aire transitoire de multiplication et l’Aire de densation. Le plus souvent, ces ailés cohabitaient avec des larves solitaires de stade L1 à L5. À ces populations diffuses du Criquet migrateur malgache s’ajoutaient, dans plusieurs stations, des populations diffuses du Criquet nomade, composées d’ailés matures en phase solitaire et en faible densité.

Dans l’Aire grégarigène, 46 790 ha étaient infestés et venaient s’ajouter aux 3 411 ha identifiés et non traités lors de la décade précédente. Une superficie de 31 605 ha a été traitée. Les 18 595 ha restants seront traités au cours de la prochaine décade. À noter que les vols clairs en dispersion reproductive, couvrant 900 ha, dans l’Aire grégarigène transitoire Ouest n’ont pu être ni recherchés ni traités. Ces vols clairs ne seront pas traités car ils se sont déplacés et dispersés.

Dans l’Aire d’invasion, le compartiment Nord semblait exempt de populations grégaires du Criquet migrateur malgache alors que le compartiment Centre restait faiblement infesté par des ailés de la R1 et des larves de la R2. En populations groupées, des larves grégaires, de stade L1 à L3, formaient des taches et des bandes larvaires dans le Bongolava, la plaine du Betsiriry et la partie occidentale du plateau du Bemaraha. Par rapport à la R1, la taille de chaque groupe larvaire de la R2 diminuait et la distance moyenne intergroupes augmentait : le niveau de grégarité de ces populations larvaires diminuait. En général, ces populations larvaires cohabitaient avec des populations imaginales diffuses d’ailés transiens degregans en pleine activité génésique.

Dans l’Aire d’invasion, une superficie de 10 249 ha infestée par des populations larvaires de la R1 ne sera pas traitée car ces populations se sont déplacées et n’ont pas pu être relocalisées.

Durant cette décade, 13 000 ha ont été identifiés comme infestés et venaient s’ajouter aux 5 980 ha, infestés par des taches et bandes larvaires de la R2, repérés mais non traités lors de la décade précédente. Une superficie de 282 ha a été traitée. Les 18 698 ha restants seront traités au cours de la prochaine décade.

À noter que la défaillance de l’hélicoptère F-GEDF (hélicoptère de la Base 1) continuait à perturber les activités de prospection et de traitement, induisant une augmentation du cumul des superficies identifiées comme infestées mais non traitées. De plus, des vols de traitement et de prospection ont dû être annulés en raison du passage de la tempête tropicale Chedza durant trois jours.

Pour rappel, le détail des superficies infestées, traitées et protégées par acrido-région se trouve en annexe 4.

Pronostic

Dans l’Aire grégarigène, les vents violents de secteur nord-ouest à nord, accompagnant la tempête tropicale Chedza, ont entraîné un déplacement, vers le sud de l’Île (secteurs Nord et Centre de l’Aire transitoire de multiplication et Aire de densation), des populations imaginales en mesure de voler. Ces déplacements vont induire une augmentation des effectifs des populations acridiennes en place. Par ailleurs, les fortes pluies apportées par cette tempête ont provoqué un engorgement des sols induisant une mortalité embryonnaire importante par asphyxie dans divers biotopes mais aussi un verdissement de la végétation. Ce dernier renforcera le rendement ovarien et le renforcement des effectifs des descendants. Dès que l’eau de saturation sera évacuée, les zones propices au développement, en particulier à la ponte, vont augmenter. Dans les compartiments Nord et Centre de l’Aire transitoire de multiplication et l’Aire de densation, où des populations imaginales groupées ou diffuses à forte densité sont en place, des taches et bandes larvaires risquent de se former. La surveillance doit donc être renforcée dans l’Aire transitoire de multiplication et l’Aire de densation.

Dans l’Aire d’invasion, les populations larvaires localisées devront être éliminées dans les plus brefs délais par des applications en barrières sinon les larves vont effectuer leur mue imaginale et former de nouveaux vols clairs, voire des essaims. Par ailleurs, les prospections devront être renforcées afin de détecter tous les sites de développement larvaire qui n’ont pas pu encore être localisés et traités.