Madagascar - Locust situation bulletin D03 - January 2015 (in FRENCH)

Madagascar - Locust situation bulletin D03 - January 2015 (in FRENCH)
Apr 2015

Diagnostic

Durant la 3ème décade, dans l’Aire grégarigène, l’importante pluviosité enregistrée au niveau du secteur Nord de l’Aire grégarigène transitoire et dans l’Aire de multiplication initiale a entraîné un engorgement des sols des bas-fonds et des zones dépressionnaires. Dans la majeure partie de ces secteurs, les conditions hydriques devenaient hostiles par excès pour le Criquet migrateur malgache, induisant le déplacement des ailés en mesure de voler vers l’Aire transitoire de multiplication et l’Aire de densation (secteurs Nord et Centre de la Grande Île), où les conditions éco-météorologiques semblaient être favorables.

Dans l’Aire d’invasion, les conditions pluviométriques étaient acceptables pour le Criquet migrateur.

Dans l’Aire grégarigène, des larves de la R2 du Criquet migrateur malgache, de stade L1 à L5 en phase transiens congregans à grégaire, formaient des taches de relativement petite taille dans les compartiments Nord et, pour une moindre part, Centre.

Dans certaines stations, les mues imaginales commençaient, induisant l’apparition d’ailés mous (R2) en vol d’entraînement.
En populations diffuses, des ailés des R1 et R2, transiens degregans à solitaires et en pleine activité génésique, étaient observés, souvent à des densités moyennes à fortes (400 à 10 000 ailés/ha). Ces ailés étaient localisés dans les secteurs Nord et Centre de l’Aire transitoire de multiplication et de l’Aire de densation. À ces populations imaginales s’ajoutaient des larves de la R2, hétérogènes quant aux états phénologique et phasaire.

Dans l’Aire grégarigène, 18 080 ha étaient identifiés comme infestés et venaient s’ajouter aux 18 095 ha repérés au cours de la décade précédente. Une superficie de 18 467 ha a été traitée. Les populations acridiennes restantes sur 17 708 ha devront être traitées au cours de la prochaine décade.

Dans l’Aire d’invasion, le compartiment Centre restait faiblement infesté par des populations larvaires et imaginales de la R2 du Criquet migrateur malgache. Les principaux foyers de pullulation ont été localisés dans la plaine du Betsiriry, la région du Bongolava et à proximité du plateau du Bemaraha où des larves, de stade L1 à L5 (dominance de L2 et L3) en phase grégaire, formaient des taches et bandes de taille variée (de 350 m² à 5,5 ha). Dans quelques stations, ces populations larvaires étaient associées à des ailés grégaires plus ou moins mous de la R2, en vol d’entraînement.

En populations diffuses, des ailés de la R1, matures à vieux en phase transiens degregans, persistaient mais leur densité diminuait.

Durant la décade, 39 500 ha étaient identifiés comme infestés et venaient s’ajouter aux 18 698 ha repérés mais non traités lors de la décade précédente. Une superficie de 26 038 ha a été traitée. Les 32 160 ha restants devront être traités au cours de la prochaine décade. Pour rappel, le détail des superficies infestées, traitées et protégées par acrido-région se trouve en annexe 4.

Pronostic

Dans l’Aire grégarigène, la pluviosité enregistrée permettra aux populations de la R1 du Criquet migrateur malgache, transiens degregans ou solitaires, de continuer leur reproduction. Dans les secteurs Centre et Nord de l’Aire transitoire de multiplication et de l’Aire de densation où des populations de forte densité sont en place, des reproductions massives vont avoir lieu. Si les pluies restent erratiques, le regroupement des populations imaginales est à envisager ainsi qu'une augmentation de la grégarité. Par ailleurs, il est fort probable qu’avec les fortes pluies dans la majeure partie de l’Aire d’invasion, le déplacement des ailés en mesure de voler vers le sud de l’Île se poursuivra, induisant ainsi une augmentation de la densité et du niveau de grégarité des populations autochtones. La situation pluviométrique comme la situation acridienne devra être surveillée de près, en particulier dans l’Aire transitoire de multiplication et l’Aire de densation.

Dans l’Aire d’invasion, compte tenu de la présence de larves de stade avancé (L3 à L5), les traitements devront être réalisés dans les plus brefs délais sinon ces larves vont effectuer leur mue imaginale, entraînant la formation de vols clairs ou d’essaims, plus difficiles à éliminer et susceptibles de migrer. Par ailleurs, les populations imaginales grégaires de la R2 sous forme de vol clair, localisées essentiellement dans la plaine du Betsiriry et dans la région du Bongolava, doivent être éliminées sinon elles vont entamer un nouveau cycle de reproduction de populations grégarisantes.