Madagascar - Locust situation bulletin D08 - March 2015 (in FRENCH)

Madagascar - Locust situation bulletin D08 - March 2015 (in FRENCH)
May 2015

Diagnostic

Durant la 2ème décade de mars 2015, la pluviosité était le plus souvent moyenne et diminuait par rapport à la décade précédente, principalement dans les régions côtières. Cependant, les conditions hydriques restaient favorables ou acceptables pour le développement du Criquet migrateur malgache en raison du haut niveau des réserves hydriques des sols ; les biotopes hygrophiles restaient très (trop) humides mais les périphéries des bas-fonds entamaient un ressuyage progressif.

Dans l’Aire d’invasion, la diminution progressive de la pluviosité permettait un drainage de l’eau de saturation et une extension des zones favorables à la reproduction du Criquet migrateur. Au plan acridien, plusieurs faits saillants méritent d’être soulignés :

  • les effectifs des populations larvaires groupées constituées par les dernières cohortes de la R2 restaient importants, particulièrement dans le compartiment Nord de l’Aire grégarigène (AGT-O et AMI-N);
  • des taches larvaires de la R3 commençaient à se former dans les compartiments Nord de l’Aire grégarigène (ATM-N) et Centre de l’Aire d’invasion (AIC-MS) ;
  • les passages d’essaims de la R2 devenaient assez fréquents tant dans l’Aire grégarigène que dans l’Aire d’invasion et la transition vers le régime hivernal favorisait une progression sud-ouest/nord-est des vols groupés ;
  • la fréquence des vols groupés de la R2 montrait que la reproduction larvaire a été insuffisamment maîtrisée, tant dans l'Aire grégarigène que dans l'Aire d’invasion Centre ;
  • la fréquence des transiens-congregans dans l'Aire de densation Centre et l'Aire transitoire de multiplication Centre soulignait une regrégarisation des populations sub-solitaires qui n'a pas pu être enrayée dans le compartiment central de l'Aire grégarigène.

Dans l’Aire grégarigène, les compartiments Nord et Centre (AGT-O, AMI-N, AT -N, ATM-C et AD-C) étaient moyennement infestés par des populations larvaires et imaginales groupées de la R2 du Criquet migrateur malgache. Les populations larvaires se présentaient sous forme de taches et bandes de larves de stade avancé (L5) et étaient accompagnées d’ailés mous en vol d entraînement. Dans le compartiment Nord, des vols clairs et des essaims de taille relativement modeste, composés d’ailés durs, en voie de maturation ou matures, ont été observés. Dans certains secteurs (AMI-N), les pontes se poursuivaient. Des taches de larves transiens congregans en formation et des éclosions en cours ont été observées dans le secteur Nord de l’Aire transitoire de multiplication (ATM-N).

Les populations diffuses restaient hétérogènes aussi bien sur le plan phénologique que phasaire. Globalement, les densités de ces populations ont diminué par rapport à la décade précédente.

Dans certaines stations, les populations du Criquet migrateur malgache cohabitaient avec des populations larvaires groupées ou diffuses du Criquet nomade, composées de larves de stade L2 à L4 de phase solitaire à transiens congregans.

Dans cette Aire, une superficie de 8 711 ha infestée par des populations groupées de la R2 ne sera pas traitée car ces populations se sont déplacées et n’ont pas pu être relocalisées ; elles vont engendrer une descendance dans les décades à venir.

Dans l’Aire grégarigène, 45 405 ha étaient infestés et venaient s’ajouter aux 14 188 ha identifiés et non traités lors des décades précédentes. Une superficie de 17 209 ha a été traitée. Les populations des 42 384 ha restants devront être relocalisées et éventuellement traitées (si elles sont retrouvées) au cours de la prochaine décade.

Dans l’Aire d’invasion, le compartiment Centre (Bongolava et la plaine du Betsiriry) restait infesté par des populations imaginales grégaires de la R2 du Criquet migrateur malgache. Ces populations se présentaient sous forme d essaims de taille relativement petite constitués soit d’ailés immatures à cuticule à peine durcie, soit d’ailés durs immatures en mélange avec des ailés matures en dispersion reproductive.

Dans l’Aire d’invasion, une superficie de 1 915 ha infestée par des populations groupées de la R2 ne sera pas traitée car ces populations se sont déplacées et n’ont pas pu être relocalisées.

Durant cette 2ème décade de mars 2015, 4 195 ha ont été identifiés comme infestés et venaient s’ajouter aux 12 414 ha repérés mais non traités lors de la décade précédente. Une superficie de 4 510 ha a été traitée. Les populations des 12 099 ha restants seront relocalisées et éventuellement traitées au cours de la prochaine décade.

Pour rappel, le détail des superficies infestées, traitées et protégées par acrido-région se trouve en annexe 4.

Pronostic

Dans l’Aire grégarigène, compte tenu des conditions éco-météorologiques favorables au développement du Criquet migrateur malgache et de l’importance des populations larvaires de la R2 non encore été traitées, il faut s attendre à augmentation du nombre de vols clairs et d’essaims. Les ailés matures des vols clairs non encore traités continueront à s’accoupler et pondre ; les éclosions qui s’ensuivront entraîneront une multiplication des foyers de pullulation et une augmentation des effectifs de la R3 à forte grégarité. La surveillance doit être renforcée afin de repérer et traiter les populations groupées de la R2 et de détecter les éventuels sites de développement larvaires de la R3.

Dans l’Aire d’invasion, des populations imaginales grégaires similaires à celles déjà traitées pourraient encore subsister et devraient être repérées et éliminées pour éviter un nouveau cycle de développement. En outre, la présence de populations larvaires groupées de la R3 devra être vérifiée et des traitements en barrières être réalisés quand ils seront nécessaires.

Avec l'arrivée de la saison sèche, il faut s'attendre à une remontée des vols de l'Aire grégarigène vers l'Aire d’invasion Centre.