Madagascar - Locust situation bulletin D09 - March 2015 (in FRENCH)

Madagascar - Locust situation bulletin D09 - March 2015 (in FRENCH)
Jun 2015

Diagnostic

Durant la 3ème décade de mars 2015, la pluviosité était faible à moyenne. Une légère diminution de la pluviosité a été constatée par rapport à la décade précédente. Dans la majeure partie de l’Aire grégarigène, les conditions hydriques étaient acceptables au développement du Criquet migrateur malgache. Dans l’Aire d’invasion, le drainage de l’eau de saturation se poursuivait si bien que la quasi-totalité des biotopes semblait être favorable au développement, en particulier à la reproduction du Criquet migrateur malgache.

Sur le plan acridien, durant cette décade :

  • les populations larvaires groupées, composées de cohortes tardives de la R2, restaient importantes, surtout dans le compartiment Centre de l’Aire grégarigène (ATM-C et AD-C) ;
  • le passage de populations imaginales groupées (vols clairs et essaims), souvent constituées d’ailés matures, devenaient de plus en plus fréquent, en particulier dans l’Aire d’invasion Centre où il fallait déplorer la contamination avortée de l'Aire d’invasion Centre Hautes-Terres ;
  • la formation des taches larvaires de la R3 se poursuivait dans les compartiments Nord de l’Aire grégarigène (AMI-N et ATM-N) et Centre de l’Aire d’invasion (AIC-MS et AIC-MO), alors que l'Aire d’invasion Centre-Ouest semblait ne plus être contaminée.

Dans l’Aire grégarigène, les compartiments Nord et Centre restaient moyennement infestés par des populations larvaires et imaginales groupées de la R2 du Criquet migrateur malgache. Les populations larvaires se présentaient sous forme de taches et bandes de stade avancé (L5) et étaient associées à des ailés mous en vol d’entraînement. Dans le secteur Nord de l’Aire transitoire de multiplication, des ailés groupés en dispersion reproductive ont été observés. Cela implique que des populations imaginales groupées continuaient leur déambulation et reproduction sans avoir été détectées, engendrant des populations larvaires groupées sous forme de taches de la R3.

Les populations diffuses étaient hétérogènes, aussi bien sur le plan phénologique que phasaire. Avec les vents de secteur ouest et sud-ouest dans le grand sud-ouest, le déplacement progressif des ailés en mesure de voler vers les Hautes-Terres de l’Aire grégarigène (AMI-C) a été constaté. En général, les densités de ces populations restaient moyennes à fortes.

À noter que, dans plusieurs stations, des populations diffuses du Criquet migrateur malgache cohabitaient avec des populations groupées ou diffuses du Criquet nomade. Cette cohabitation, sous l’effet du choc densitaire, contribuait à déclencher un nouveau phénomène de grégarisation au moment où les émergences du Nomadacris septemfasciata se généralisent.

Dans l’Aire grégarigène, 55 618 ha étaient infestés et venaient s’ajouter aux 42 384 ha identifiés et non traités lors des décades précédentes. Une superficie de 48 605 ha a été traitée. Les populations des 52 024 ha restants devront être relocalisées et éventuellement traitées (si elles sont retrouvées) au cours de la prochaine décade.

Dans l’Aire d’invasion, le compartiment Nord semblait rester exempt de contamination alors que le compartiment Centre (Bongolava et plaine du Betsiriry) restait faiblement ou moyennement infesté par des populations groupées d’ailés de la R2 et de larves de la R3. Les populations imaginales se présentaient sous forme de vols clairs en dispersion reproductive ou d'essaims et étaient composées d’ailés grégariformes ou grégaires, essentiellement matures. Les larves étaient généralement de stade L1 et formaient des taches et des bandes de taille petite à moyenne. A noter que la re-contamination de l'Aire d’invasion Centre Hautes-Terres est un indice inquiétant.

Dans l’Aire d’invasion, une superficie de 11 589 ha infestée par des populations groupées de la R2 ne sera pas traitée car ces populations se sont déplacées et n’ont pas pu être relocalisées ; elles vont engendrer une descendance dans les décades à venir.

Durant cette 3ème décade de mars 2015, 8 167 ha ont été identifiés comme infestés et venaient s’ajouter aux 510 ha repérés mais non traités lors de la décade précédente. Une superficie de 8 015 ha a été traitée. Les populations des 662 ha restants seront relocalisées et éventuellement traitées au cours de la prochaine décade. Pour rappel, le détail des superficies infestées, traitées et protégées par acrido-région se trouve en annexe 5.

Pronostic

Dans l’Aire grégarigène, au cours de la prochaine décade, les vols clairs vont se multiplier car les populations larvaires de la R2, constituées de larves de stade avancé, n’ont été que partiellement éliminées. Par ailleurs, les populations groupées d’ailés matures (en dispersion reproductive) n’ayant pas été traitées, des pontes suivies d’éclosions vont donc se poursuivre, induisant une augmentation des effectifs des populations larvaires de la R3 et nécessitant un renforcement de l'effort de lutte. Les populations groupées de la R2 qui ont été identifiées devront être éliminées dans les plus brefs délais. En parallèle, les prospections visant à localiser les populations groupées de la R2 qui ont échappé aux traitements et les sites de développement larvaire de la R3 devront être renforcées.

Dans l’Aire d’invasion, vu les effectifs des populations larvaires de la R2 n'ayant pu être traités, des vols clairs ou essaims d’ailés matures pourraient encore exister, en particulier dans le Bongolava et la plaine du Betsiriry. En outre, en raison du dessèchement progressif de la végétation et de l'orientation des vents, l’arrivée de populations groupées en provenance de l’Aire grégarigène transitoire à la recherche des conditions plus favorables ne pourra pas être négligée. Il convient donc de renforcer la surveillance et la vigilance, principalement dans l’Aire d’invasion Centre, Moyen-Sud et Moyen-Ouest.
Par ailleurs, il faut remarquer que la grégarité moyenne des populations de l'Aire d’invasion Centre a diminué, ce qui va permettre le développement d'une R3, absente, dans cette zone, durant la campagne 2013-2014.