Madagascar - Locust situation bulletin N. 24 - October 2015 (in FRENCH)

Madagascar - Locust situation bulletin N. 24 - October 2015 (in FRENCH)
Dec 2015

Durant le mois d’octobre 2015, les premières pluies importantes ont été enregistrées à partir de la 3ème décade. Les sols seraient alors devenus humides, au moins en surface, sur l’ensemble de la Grande-Île. Les températures ont augmenté d’environ deux degrés Celsius : les températures étaient favorables au Criquet migrateur malgache dans les Basses- et Moyennes-Terres. Les conditions thermo-hydriques commençaient à y devenir favorables dans les biotopes hygrophiles et mésophiles.

Dans l’Aire grégarigène, aucune population imaginale groupée du Criquet migrateur malgache n’a été ni observée ni signalée. Cependant, des populations diffuses du Criquet migrateur malgache, pouvant être assimilées à des populations transiens degregans et solitaires généralement matures, ont été observées. Les effectifs comme la densité étaient relativement modestes sauf au niveau des Hautes-Terres de l’Aire grégarigène (plaines du Zomandao, de Tsitondroina et d’Ikalamavony ainsi que sur le plateau de l’Horombe) où la densité était forte, atteignant exceptionnellement 4 200 ailés/ha.

Sur plusieurs sites, les populations diffuses du Criquet migrateur malgache cohabitaient avec celles du Criquet nomade, constituées d’ailés solitaire immatures à matures, à une densité faible à forte.

Aire d’invasion. Le compartiment Centre restait contaminé, avec un niveau d’infestation extrêmement faible au niveau du secteur Moyen-Ouest où un unique vol clair du Criquet migrateur malgache de petite taille (28 ha), constitué d’ailés d’aspect grégaire préparant la 2ème ponte et vieux, a été localisé. Par ailleurs, dans le Bongolava, la plaine de Betsiriry et, pour une moindre part, la région de Kiranomena (compartiment Nord), des populations diffuses du Criquet migrateur malgache, transiens degregans, subsistaient ; globalement, la densité était faible à moyenne (10 à 300 ailés/ha) sauf dans quelques stations au niveau du plateau du Bongolava où le seuil de grégarisation était rarement atteint.

À ces populations diffuses du Criquet migrateur malgache s’ajoutaient, assez souvent, des populations diffuses du Criquet nomade, composées d’ailés solitaires immatures à une densité faible (40 à 1 500 ailés/ha). Dans l’Aire d’invasion, 28 ha ont été déclarés infestés par un vol clair et entièrement traités. Les premières larves issues de la première ponte de ce vol clair n’ont pas encore été signalées.

Le graphe ci-après montre l’évolution de la surface infestée et traitée depuis le début de la campagne 2015/16. À partir de la 3ème décade de septembre 2015, aucune infestation majeure n’a été identifiée que ce soit dans l’Aire grégarigène ou dans l’Aire d’invasion acridienne. Durant le mois d’octobre 2014, environ 49 000 ha avaient été déclarés infestés alors que pour le même mois en 2015, seuls 28 ha de vol clair ont été identifiés, montrant que le niveau d’infestation a fortement diminué. Cependant, des populations diffuses transiens degregans et solitaires de forte densité persistaient sur deux stations au niveau des compartiments Centre de l’Aire grégarigène et de l’Aire d’invasion.