L’app de la FAO in situations d’urgence

Téléchargez immédiatement!

Appels récents

Documents

Projects

Autres ressources

Connectez-vous

Rapport Spécial - Mission FAO/PAM d'évaluation de la récolte et de la sécurité alimentaire en Haïti

Rapport Spécial - Mission FAO/PAM d'évaluation de la récolte et de la sécurité alimentaire en Haïti

Sep 2010

Une Mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire a séjourné en Haïti du 16 juin au 13 juillet 2010 pour estimer la production vivrière de la saison de printemps 2010 et les prochaines récoltes des saisons d’été et d’automne/hiver ainsi que les besoins d’importations céréalières pour l’année commerciale 2010/11.

Faits saillants

  • Malgré le retard observé dans le démarrage de la campagne de printemps 2010 qui a affecté principalement les zones de montagnes et mornes sèches et le plateau central, les précipitations ont été satisfaisantes dans l’ensemble et une bonne récolte vivrière est attendue.
  • Par rapport à la campagne de printemps 2009 qui fut une saison particulièrement bonne, la Mission anticipe une légère diminution de la production de maïs, de sorgho et de banane plantain pendant la campagne de printemps 2010. La production de tubercules devrait rester stable. Par contre, la production de légumineuses a été particulièrement affectée avec une baisse estimée à 17 pour cent par rapport au printemps 2009 en raison du retard des pluies mais aussi d’excès d’humidité en fin de cycle.
  • Dans l’ensemble, les prévisions de la Mission prenant en compte les campagnes de printemps, d’été et d’automne/hiver établissent la production vivrière totale de 2010 à 503 600 tonnes pour les céréales, 148 000 tonnes pour les légumineuses, 1 232 900 tonnes pour les tubercules et 313 200 tonnes pour la banane plantain, soit une baisse de 9 pour cent pour les céréales, 12 pour cent pour les tubercules et 14 pour cent pour la banane plantain. La production de légumineuses devrait baisser de 20 pour cent.
  • Les besoins d’importations de céréales, légumineuses et bananes pour la campagne de commercialisation 2010/11 (juillet/juin) sont estimés à près de 711 000 tonnes en équivalent céréales, dont 525 000 tonnes devraient être importées par voie commerciale. Le déficit non couvert est estimé à 186 000 tonnes.
  • Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a eu un impact important sur les infrastructures rurales et provoqué l’exode de quelque 600 000 personnes qui ont quitté les zones urbaines affectées pour se réfugier en zones rurales, essentiellement. Il a en outre provoqué la baisse des disponibilités alimentaires, des changements brusques de prix et la baisse des revenus des ménages, se traduisant par une baisse des superficies cultivées et une détérioration de la situation alimentaire, notamment au niveau des zones proches de l’épicentre.
  • Les enquêtes de ménages dans les zones directement affectées par le séisme ont montré une amélioration de la situation alimentaire entre février et juin 2010, bien que le niveau de la consommation alimentaire pauvre et limite reste au dessus de celui d’avant le séisme dans ces zones. Les transferts alimentaires au travers de la distribution de l’assistance alimentaire, la reprise des activités agricoles, grâce entre autres à la distribution de semences et d’engrais, l’accès aux activités génératrices de revenus espèces/vivres pour travail, ainsi que la reprise du commerce des denrées agricoles et non agricoles, ont pu avoir un impact positif sur l’accès des ménages à l’alimentation.
  • La Mission a identifié trois zones du pays nécessitant un suivi particulier les prochains mois afin d’évaluer en détail la situation de la sécurité alimentaire des ménages les plus vulnérables: il s’agit du Nord-Ouest, du Plateau central et de l’Ouest. L’insécurité alimentaire est également présente dans les autres régions du pays et L’ESASU II, aussi bien que les autres études, fournira d’avantage de recommandations pour le Programme basées sur des données ménage.