Epidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest: Programme Régional de Réponse de la FAO (Octobre 2014 – Septembre 2015)

Epidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest: Programme Régional de Réponse de la FAO (Octobre 2014 – Septembre 2015)
Oct 2014

STRATÉGIE DE LA FAO

La priorité absolue de la FAO et de tous les partenaires de l’ONU est d’endiguer l’épidémie de la maladie à virus Ebola et de mettre un terme aux pertes humaines tragiques. Des actions immédiates doivent également être mises en place pour éviter une potentielle crise alimentaire. La stratégie de la FAO est donc axée sur le soutien aux activités qui permettent de sauver des vies et sur la sauvegarde de la sécurité alimentaire, de la nutrition et des moyens d’existence.

La stratégie de la FAO est basée sur quatre axes:

  1. Sauver des vies en stoppant la propagation de la maladie dans le cadre de la réponse coordonnée de l’ONU grâce à la mobilisation sociale, la formation et des activités de sensibilisation, à travers les réseaux de la FAO, en particulier les services de vulgarisation agricoles et les agents en santé animale.
  2. Dynamiser les revenus et la production agricole pour préserver les moyens d’existence grâce à des évaluations d’impact rapides et le soutien à la production agricole et d’élevage, des transferts monétaires, des activités post-récolte et de soutient à la commercialisation.
  3. Accroître la résilience des communautés face aux menaces de maladies en améliorant les systèmes d’alerte rapide et les interventions d’urgence.
  4. Renforcer la coordination pour une réponse améliorée en appuyant les groupes sectoriels sur la sécurité alimentaire et la nutrition et en développant des mécanismes de réponse.

La FAO lance un appel de financement pour 30 millions d’USD en faveur de son Programme régional de réponse, afin de venir en aide à près de 90 000 ménages agricoles les plus affectés par l’épidémie en Guinée (8 000 ménages), au Libéria (21 200 ménages) et en Sierra Leone (58 182 ménages) durant les 12 prochains mois (octobre 2014 – septembre 2015)1. Les pays à risque bénéficieront également du programme à travers l’approche régionale intégrée et de long terme de la FAO pour soutenir la sécurité alimentaire et nutritionnelle, tout en réduisant les risques de MVE à l’interface entre les hommes, les animaux et les écosystèmes.