L’app de la FAO in situations d’urgence

Téléchargez immédiatement!

Connectez-vous

Mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire à Madagascar, 23 octobre 2014

Mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire à Madagascar, 23 octobre 2014
Oct 2014

Une mission FAO/PAM d’évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire qui a reçu le soutien technique et logistique de la Direction de la statistique agricole, de la planification et du suivi-évaluation (DSAPSE) au sein du Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural. La Mission avait pour mandat de recenser et d'évaluer les facteurs ayant eu une incidence sur la production de 2013 et d'établir une estimation de la production céréalière intérieure ainsi que d'évaluer la situation globale de la sécurité alimentaire. La Mission s'est rendue à Madagascar du 18 juin au 17 juillet 2014.

Faits Saillants:

  • La production nationale de riz (denrée de base de Madagascar) est estimée à environ 4 millions de tonnes (en équivalent paddy) en 2014, soit 10 pour cent de plus que le volume très réduit de 2013 mais en baisse de 13 et 9 pour cent par rapport aux résultats de 2012 et la moyenne des cinq dernières années, respectivement. Les productions de maïs et de manioc ont accusé une diminution de 4 pour cent et 6 pour cent respectivement par rapport à 2013.
  • Au cours de la campagne agricole 2013/14, les précipitations ont été en général bien réparties dans le nord et dans certaines régions centrales, tandis qu'elles ont été irrégulières dans les régions du sud, ce qui a empêché de produire convenablement.
  • La première phase de la campagne de lutte antiacridienne, mise en oeuvre par la FAO et le Gouvernement malgache, a permis de traiter une superficie de plus de 1,2 million d’hectares, situés pour moitié dans le sud du pays, qui est le plus touché. En dépit des dégâts importants causés par endroits aux maïs et au riz dans le sud et dans l'ouest, la campagne a empêché la propagation de l'invasion d'acridiens et limité les pertes de cultures.
  • L'état du bétail est globalement bon; toutefois, le vol de bétail restent fréquents, surtout dans le sud, d'où un abaissement du nombre de têtes. Les stocks de poisson ont diminué en raison de l'afflux massif de nouveaux pêcheurs, et du recours à des pratiques et du matériel prohibés.
  • Les prix du riz sont en baisse en 2014 par rapport à l'année précédente, ce qui tient à l'amélioration de la situation de l'offre; toutefois, une flambée des prix du maïs et du manioc a été observée dans certaines zones méridionales.
  • Les besoins d'importation de riz sont estimés à environ 235,000 tonnes (en équivalent usiné) pour 2014/15 (avril/mars), environ 56 pour cent en dessous du niveau de l’année dernière mais similaire à la moyenne des cinq années précédentes, qui devraient être intégralement couverts par voie commerciale. En outre, 60,000 tonnes de maïs devraient être achetées pour couvrir les besoins.
  • Selon les estimations, la situation de la sécurité alimentaire s'est dégradée dans les régions du sud, notamment à Androy et Atsimo Andrefana, où la production céréalière a été très réduite. Toutefois, de meilleures conditions ont été enregistrées dans le nord et dans certaines régions centrales par rapport à 2013.
  • Le niveau de consommation alimentaire de plus de deux tiers des ménages était mauvais ou limité. Le budget consacré aux produits alimentaires est élevé, les achats de nourriture représentant parfois 75 pour cent des ressources des ménages, ce qui rend ces derniers vulnérables en cas de hausse des prix ou de perturbation des marchés.
  • Selon les résultats de l'enquête concernant le taux d'insécurité alimentaire, 6 pour cent des ménages ruraux étaient en situation d'insécurité alimentaire grave, 30 pour cent en situation d'insécurité alimentaire modérée et 50 pour cent à risque. Ainsi, le taux d'insécurité alimentaire (grave et modérée) est estimé à 36 pour cent environ.