Madagascar - Bulletin de situation acridienne D31 - novembre 2015

Madagascar - Bulletin de situation acridienne D31 - novembre 2015
Dec 2015

Diagnostic

Durant la 1ère décade de novembre 2015, selon les relevés du Centre national antiacridien, l’Aire grégarigène a reçu une pluviosité importante susceptible d’enrayer l’aridité. Dans l’Aire d’invasion, les conditions pluviométriques semblaient favorables au développement du Criquet migrateur malgache. Les températures ont diminué d’environ deux degrés : les températures étaient favorables au Criquet migrateur malgache dans les Basses- et Moyennes-Terres de la Grande-Île.

Dans l’Aire grégarigène, sur une seule station au niveau du secteur Centre de l’Aire de multiplication initiale, dans le Centre de l’Horombe, des infestations larvaires ont été localisées dans des vallées. Les larves, transitigestes essentiellement de stade L1 et L2, se présentaient sous forme de taches et bandes et couvraient une superficie relativement modeste (300 ha). Dans les autres régions, aucune population groupée n’a été ni observée ni signalée, montrant que le phénomène de degrégarisation s’accentuait. En populations diffuses, des ailés matures et vieux (transiens degregans et solitaires) du Criquet migrateur malgache ont été observés dans des bas-fonds et le peu d’information disponible indiquait que la densité était faible à moyenne (10 à 200 ailés/ha), atteignant rarement 400 ailés/ha. Au niveau des Hautes-Terres (AMI-C), des populations diffuses de larves d’aspect solitaire ont également été observées mais leur densité était faible (inférieure à 1 400 larves/ha).

À plusieurs reprises, les populations diffuses du Criquet migrateur malgache cohabitaient avec celles du Criquet nomade. Ces dernières étaient constituées d’ailés solitaires matures en accouplement ; la densité était généralement faible (20 à 1 500 ailés/ha), atteignant rarement 2 200 ailés/ha sur les plateaux de Vineta et Belomatra. Dans l’Aire grégarigène, 300 ha ont été déclarés infestés par des populations larvaires groupées. Ces infestations ont été entièrement éliminées. Dans l’Aire d’invasion, aucune population groupée n’a été ni observée ni signalée durant les prospections effectuées dans la plaine du Betsiriry et dans le Bongolava ; par contre, dans le Bongolava, la présence de populations diffuses du Criquet migrateur malgache, pouvant être assimilées à des transiens degregans, a été notée. Globalement, la densité était moyenne (100 à 150 ailés/ha).

Dans l’Aire d’invasion, aucune infestation n’a été identifiée au cours de cette décade. Durant la décade, 300 ha ont été déclarés infestés, dans l'Aire grégarigène, par des populations larvaires groupées. Ces infestations ont été entièrement éliminées.

Pronostic

Dans l’Aire grégarigène, les conditions éco-météorologiques étant favorables à la reproduction du Criquet migrateur malgache, les populations parentales (transiens degregans ou solitaires) continueront à pondre au cours de la prochaine décade. Vu les effectifs relativement modestes des populations parentales, les effectifs de larves résultantes devraient être faibles mais la vigilance devra être maintenue car le seuil de grégarisation pourrait être atteint voire dépassé, surtout dans les secteurs Centre et Est de l’Aire grégarigène transitoire et Centre de l’Aire de multiplication initiale.

Dans l’Aire d’invasion, les conditions éco-météorologiques sont favorables à la reproduction du Criquet migrateur malgache. Les populations parentales, généralement transiens degregans, vont donc pondre et engendrer des populations larvaires. Ces dernières pourraient être importantes, en particulier dans le Bongolava où le seuil de grégarisation était quelquefois atteint, sauf si les fortes précipitations se poursuivaient, entraînant une mortalité embryonnaire importante.

Au cours de la prochaine décade, les prospections devront être renforcées pour localiser les éventuelles populations groupées restées inaperçues et obtenir des précisions sur l’état et la répartition des populations diffuses.