L’élevage

Les intrants bon marché, y compris les céréales fourragères et les carburants, ont joué un rôle important dans la croissance rapide du secteur de l’élevage. Les prix décroissants des céréales ont contribué à leur utilisation accrue comme fourrage, et les coûts réduits du transport ont facilité le mouvement des aliments pour animaux et les produits de l’élevage. Cependant, les augmentations récentes des prix de ces aliments et des carburants pourraient marquer la fin de l’ère des intrants à faible coût. Ce fait aura de profondes répercussions sur la manière dont le secteur de l’élevage se développera pour répondre aux demandes futures. La poursuite des opérations d’élevage qui utilisent des machines fonctionnant aux carburants fossiles est difficile à imaginer. Il pourrait convenir pour satisfaire les besoins futurs d’étudier les moyens d’améliorer l’efficience le long de la chaîne animale.

Aliments pour animaux

Un agriculteur nourrit ses bovins laitiers en Afrique du Sud. (FAO/Jon Spaull) La FAO aide les pays à produire de nouvelles données et informations, grâce par exemple à l’établissement d’inventaires nationaux des aliments animaux et en cartographiant les systèmes et les régimes alimentaires pour promouvoir l’élaboration de politiques et directives judicieuses pour une planification efficiente du secteur de l’élevage. Ces informations aident aussi l’industrie de l’alimentation animale à obtenir des ingrédients alimentaires efficacement de sources locales, ce qui réduit l’empreinte carbone et améliore la rentabilité. L’Organisation renforce aussi le système de contrôle de la qualité dans les laboratoires d’analyse des aliments pour animaux afin de générer les données fiables requises pour établir des régimes alimentaires équilibrés et sans danger. La FAO met à la disposition des pays des données et informations sur l’utilisation sans danger d’ingrédients alimentaires disponibles pour les pays à l’aide d’une base de données d’accès facile: AFRIS – Système d’information sur les ressources en alimentation animale.

Plus

La demande croissante de produits de l’élevage a été satisfaite, dans une large mesure, par des systèmes de production industrialisés. Ces systèmes, qui dépendent directement ou indirectement d’intrants à base de carburants fossiles, contribuent pour un peu plus des deux tiers à la production mondiale de viande de volaille ; moins de deux tiers à la production d’œufs et plus de la moitié à la production mondiale de viande de porc. Outre l’énergie comprise dans les aliments pour animaux, l’énergie est utilisée directement dans les systèmes de production animale pour une variété d’opérations comprenant le transport à l’exploitation, la ventilation des entrepôts, le mouvement des aliments de l’entrepôt jusqu’aux enclos, le contrôle du milieu par des systèmes de refroidissement, de chauffage ou de ventilation et le ramassage et le traitement des déjections animales. L’utilisation d’énergie dépendra du climat, de la saison et de l’infrastructure locale.

Plus

dernière mise à jour:  mercredi 9 janvier 2013