Pérou

Le Pérou est divisé en trois régions caractérisées par des conditions agro-climatiques et topographiques très differentes. La plupart des terres arables se trouve dans la région côtière, où la majeure partie de la production agricole commerciale irriguée a lieu dans les vallées fluviales. Par contre, dans la région andine, l'agriculture est largement de subsistance, et dans la jungle le développement agricole est relativement limité.

L'insécurité alimentaire au Pérou est principalement associée à la disponibilité limitée des terres agricoles et la faible productivité, les faibles niveaux de revenu et de l'utilisation inadéquate de la nourriture par la population. Les cultures de base au Pérou sont le riz, le maïs, le blé et la pomme de terre.

Les tendances en matière de consommation d’énergie indiquent que les principales sources d'énergie sont constituées par le pétrole et le gaz naturel. L’accès à l'énergie est toujours problématique, avec jusqu’à 33 pourcents de la population (surtout concentrée dans les zones rurales de la Communauté andine et la región de la jungle), sans accès à l'électricité.

Le Pérou a déjà adopté des politiques et strategies liées à la bioénergie, y compris des mandats de mélange tant pour le biodiesel (à partir de 2 pour cent en 2009 à 5 pour cent à partir de 2011) que pour le bioéthanol (7,8 pour cent à partir de 2011). Les principales matières premières pour la bioénergie sont la canne à sucre pour le bioéthanol et l'huile de palme et de jatropha/poughère pour le biodiesel. En outre, une initiative visant à promouvoir la production d'électricité à partir de la biomasse solide a été promulguée en 2009.


PRINCIPAUX ENJEUX


Sur base de la diversité des zones agro-climatiques et topographiques du pays, le développement de la bioénergie a des conséquences différentes selon l'endroit où il a lieu. Par exemple, l'utilisation des terres arides disponibles dans la région côtière pour cultiver la canne à sucre pour le bioéthanol pourrait exercer une certaine pression sur les ressources en eau déjà rares et rivaliser avec d’autres utilisations de ces ressources, y compris la production alimentaire. Ces différences régionales doivent être dûment prises en considération lorsque les politiques agricoles / sur la bioénergie sont développées

L'agriculture joue un rôle essentiel dans l’appui aux moyens d’existence des plus pauvres au Pérou. Il est à craindre que le développement des biocarburants puisse exclure les pauvres. Un objectif clé de l'analyse BEFS était de comprendre comment inclure les petits exploitants dans la filière bioénergie de manière rentable, afin d’assurer un impact positif sur le développement rural et la réduction de la pauvreté.

L'utilisation de sources d'énergie alternatives pour l'électrification rurale à partir de résidus provenant de l'agriculture et la foresterie a été également analysée.


PRINCIPAUX RÉSULTATS

Le projet BEFS a joué un rôle clé dans le renforcement du dialogue institutionnel et intersectoriel dans le pays. En particulier, BEFS a facilitaté la création d'une Commission multi-sectorielle pour appuyer la communication efficace entre les secteurs de l’agriculture, de l’énergie et de l’industrie et une approche plus coordonnée du développement de la bioénergie au Pérou.

Les résultats de BEFS ont contribué à éclairer le débat national sur la façon dont différentes approches politiques en matière de bioénergie pourraient être mises en œuvre de manière durable et sans affecter la sécurité alimentaire. Les principales conclusions indiquent que:

  • L'eau est essentielle dans les zones côtières et la disponibilité de l'eau doit être soigneusement prise en considération dans le cadre de l'aménagement du territoire.
  • Un potentiel de biomasse pour la bioénergie dans la jungle existe, mais un meilleur appui politique est nécessaire afin de l’exploiter durablement.
  • une forte demande pour la bíoénergie existe dans les Andes, mais le potentiel lpour son développement est limité. Par conséquent, des options alternatives pour la fourniture d'énergie doivent être prises en considération.
  • L’inclusion de petits exploitants dans la filière bíoénergie peut, sous certaines conditions, être compétitif avec les systèmes de production à grande échelle.
  • Le prix du riz et de blé doit être étroitement surveillé parce que des hausses de prix ont de l’impact sur tous les groupes pauvres de la population. Un suivi des hausses de prix du maïs est important pour les citadins pauvres.

Des cours de formation ont été donnés, pour renforcer les capacités dans les pays à utiliser les outils BEFS; de sorte que l'analyse pourrait être répétée dans l'avenir afin de refléter les priorités politiques en vigueur et informer les ajustements stratégiques potentiels lors de l’évolution du secteur de la bioénergie.

 

Haut de page

RÉUNIONS ET CONSULTATIONS DU BEFS EN PÉROU

En Mai 2009, une réunion de haut niveau s’est tenu à Lima, (Pérou) pour examiner le Projet BEFS, avec la participation de:

  • M. Edgar Auberto Quispe Remón, Vice-ministre des petites industries (Ministère de la production);
  • Ing. Vanessa Vereau Ladd, Vice-ministre du développement des ressources naturelles (Ministère de l’environnement);
  • M. Daniel Cámac Gutiérrez, Vice-ministre de l’énergie (Ministère de l’énergie et des mines); et
  • M. José Sialer Pasco, Vice-ministre de l’agriculture (Ministère de l’agriculture).

L’objectif consistait à présenter le plan de travail du BEFS dans le pays pour 2009-2010 et à solliciter la création d’une Commission multisectorielle pour la bioénergie afin de soutenir la mise en œuvre des activités du projet et superviser le développement national de la bioénergie. Les Vice-ministres ont convenu de mettre en place cette Commission, qui sera constituée des quatre ministères.

  • Pour un exemplaire du décret (en espagnol), cliquer ici.

En Février 2010, une table ronde des cadres supérieurs des ministères clés a eu lieu à Lima, au Pérou pour discuter de la façon dont les outils BEFS peuvent fournir un mécanisme puissant pour orienter les politiques de développement rural liées à des potentiels bioénergétiques.
Pour plus d'informations, lire le communiqué de presse (en espagnol).

En Avril 2010, 4 séminaires techniques thématiques ont été réalisés. Le but est de présenter les résultats techniques du travail du BEFS et recevoir un feedback pour l’achèvement des opérations techniques. Les séminaires ont abordé les themes suivantes :

  • Eau
  • Résidus de la biomasse
  • Analyse de l’aptitude des terres
  • Analyse et politiques socioéconomiques

Le 5 Mai 2010, BEFS/FAO a tenu une consultation nationale à Lima, au Pérou, avec la participation de 30 hauts fonctionnaires des ministères de l'Environnement, de l'Agriculture, de l'Energie et des Mines, ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé dans le secteur de l'énergie. Lors de la consultation, les participants ont discuté des conclusions politiques découlant des sept composantes techniques de l'analyse BEFS:

  • perspectives des marchés agricoles au Pérou,
  • aptitude des terres pour la production de cultures bioénergétiques,
  • gestion des ressources hydriques,
  • ressources de biomasse provenantes de résidus,
  • coûts de production des biocarburants,
  • effets macro-économiques et
  • sécurité alimentaire au niveau des ménages.

Les résultats de l'analyse appuient fortement l'idée que la gestion et la structure du secteur sont cruciales pour assurer que les gains sont maximisés et les risques minimisés autant que possible.
Pour plus de détails, consulter la note d’information.

En collaboration avec la Comisión Multisectorial de Bioenergía du Pérou, la FAO a organisé le 22 et 23 Février 2012 à Lima un débat sur le développement de la bioénergie et ses implications pour la sécurité alimentaire entre les intervenants de chacune des régions du pays. L'événement comprenait des présentations de divers acteurs locaux sur l'état de développement de la bioénergie et les impacts sur la sécurité alimentaire, suivie par des présentations de la FAO sur l’analyse de la bioénergie et la sécurité alimentaire (BEFS) effectuée au cours des deux dernières années au Pérou et sur les outils, l'orientation et des études de cas élaborés dans le cadre du projet BEFSCI des critères et Indicateurs sur la bioénergies et la sécurité alimentaire. Pour plus d’informations, lire:  http://www.minag.gob.pe/portal/especiales/comision-multisectorial-de-bioenergia/foro-de-bionergia-y-seg-alimentaria

 

Haut de page

dernière mise à jour:  mercredi 2 avril 2014