Partenariat FAO-UE
 

Le football professionnel contre la faim sonne l’alarme sur la crise alimentaire au Sahel

Une intervention est requise d’urgence au Sahel où des millions d’êtres humains souffrent de la faim. C’est le message lancé par le football professionnel européen pour soutenir les efforts déployés par l’Union européenne et la FAO en faveur des personnes victimes des catastrophes, en leur restituant la capacité de se nourrir par elles-mêmes.

Pour la troisième fois en sept ans, la région du Sahel, en Afrique de l’Ouest, se retrouve confrontée aux conséquences de la sécheresse: mauvaises récoltes et flambée des prix alimentaires. Une intervention immédiate est nécessaire pour conjurer une crise alimentaire dévastatrice qui pourrait toucher des millions de personnes, selon le Département d’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO).

L’Association des ligues européennes de football professionnel (EPFL) descend dans l’arène pour sonner l’alarme – et éviter que ne se reproduise la catastrophe de l’an dernier provoquée par la sécheresse dans la Corne de l’Afrique.

Cette catastrophe a causé la mort de dizaines de milliers de personnes, déplore la FAO, en ajoutant que beaucoup auraient pu être évitées si une alerte rapide avait été lancée à temps pour déclencher les interventions nécessaires.

Suite...

Suite...

Solliciter un soutien

Pour recueillir sans délai un soutien public en faveur d’initiatives humanitaires, la communication est un facteur clé. ECHO, EPFL et la FAO ont uni leurs forces dans la campagne Football professionnel contre la faim pour sensibiliser le public européen à la nécessité d’une action urgente au Sahel.

En tête des priorités figure la troisième édition de la Journée européenne des matchs contre la faim, du 30 mars au 2eme avril, à l’occasion du 20ème anniversaire du Département ECHO. Cette manifestation européenne a rassemblé 20 ligues de football et 300 clubs de football professionnel de 16 pays de toute l’Europe.

La campagne de football professionnel contre la faim a été lancée en 2008 par EPFL –représentant les 30 premières ligues de football professionnel et près de 800 clubs de toute l’Europe – et la FAO, l’organisme des Nations Unies chef de file des efforts internationaux de lutte contre la faim.

L’an dernier a vu l’adhésion d’ECHO, un des principaux donateurs humanitaires au monde, et l’accent de la campagne s’est dirigé vers les interventions de la FAO et d’ECHO visant à restaurer l’autonomie des personnes frappées par la catastrophe.

Retour à l’agriculture 

Ce sont les communautés rurales, essentiellement tributaires de l’agriculture, qui ressentent les effets les plus dramatiques des situations d’urgence. Lorsque la catastrophe frappe, la FAO et ECHO collaborent pour aider ces communautés à relancer l’agriculture afin d’être en mesure de retrouver leur autonomie alimentaire. Elles visent en outre à affronter les causes profondes de la vulnérabilité pour accroître la résilience des populations face aux chocs futurs.

A l’heure actuelle, la FAO administre 20 projets d’urgence financés par ECHO en Afrique, en Asie et en Amérique latine, pour un budget total de 16 millions d’euros (US$ 21.3 million).

Au Tchad, pays du Sahel victime de la sécheresse, près de 300 000 personnes parmi les plus vulnérables – notamment les ménages dirigés par une femme ou des Tchadiens de retour au pays en provenance de la Libye déchirée par la guerre – reçoivent les semences et outils nécessaires pour relever leurs niveaux nutritionnels, voire dégager des revenus de leurs activités agricoles.

Des réfugiés de la crise post-électorale en Côte d’Ivoire, tant à l’intérieur du pays que dans le Liberia voisin, ainsi que la population qui les héberge – au total quelque 130 000 personnes – reçoivent une aide pour produire des denrées vivrières de base, comme le riz et le manioc, et des légumes.

Dans l’est du Sri Lanka, 50 000 personnes victimes des inondations reçoivent une aide pour reprendre les cultures vivrières importantes, telles que le riz, le maïs, les légumes, les arachides et les piments. Et au nord de la Colombie, plus de 3 000 personnes déplacées par les conflits reçoivent une aide pour améliorer leurs capacités de production vivrière.

       
Projets de l'UE
La voie de la légalité
La muraille africaine
Cultiver ensemble

Projets Facilité alimentaire