FAO.org

Accueil > Partenariat FAO et UE > À propos du partenariat

Partenariat FAO et UE

À propos du partenariat

Le partenariat entre l’Union européenne et la FAO est solide et en expansion. Leur collaboration porte en particulier sur: 

Le dialogue sur les politiques

Le dialogue sur les politiques

En tant que centre d’excellence en matière de travaux normatifs, la FAO détient un avantage comparatif pour faciliter les accords internationaux dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation.

Dans le cas de la Convention internationale de Protection des végétaux (CIPV) qui lutte contre la propagation des ennemis des cultures, l’UE aide les pays en développement à participer au processus d’établissement des normes.

La FAO sert également de tribune neutre pour l’élaboration de politiques liées à l’agriculture et au développement rural, par exemple par l’Initiative des politiques d’élevage de l’IGAD (Autorité intergouvernementale pour le développement).

Cette initiative, financée à hauteur de 6 millions d'euros par l’UE, entend renforcer le secteur de l’élevage dans la région IGAD dans le but d’améliorer la sécurité alimentaire et de réduire la pauvreté.

L’échange d’informations et de connaissances

L’échange d’informations et de connaissances

Conformément à son mandat concernant la production, la mobilisation et la diffusion des connaissances liées à une gestion responsable de l’agriculture, des forêts et des pêches, la FAO sert de plateforme mondiale pour la gestion des savoirs.

Dans le cadre de son partenariat avec l’UE, la FAO a créé le Programme Sécurité alimentaire: l'information pour la prise de décision (FSIAP) qui vise à renforcer les capacités d’élaboration de politiques en matière de sécurité alimentaire dans 20 pays d’Afrique, du Moyen-Orient, du Caucase, d’Asie centrale et du Sud-Est.

Coopération de terrain

Coopération de terrain

Avec l’aide de l’UE, la FAO dispense sur le terrain les connaissances, les compétences et la formation nécessaires afin de répondre aux enjeux mondiaux liés à la sécurité sanitaire des aliments et à l’agriculture.

La FAO administre actuellement plus de 160 projets financés par l’UE en Afrique, en Asie, en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique latine.

 

Cette collaboration renforcée ne fait que confirmer pour l’UE le rôle de la FAO en tant que partenaire clé dans sa mission contre la pauvreté rurale et la faim, ainsi que le rôle crucial de l’agriculture.

L’Union européenne est devenue membre de la FAO en 1991. Depuis 1993, les deux institutions s’occupent de coopération technique.

La Commission est divisée en différents services et «directions générales» (DG). La FAO collabore avec les Directions générales suivantes:

Secteurs prioritaires

L’UE et la FAO favorisent la nutrition, la sécurité alimentaire et la sécurité sanitaire des aliments et promeuvent le développement rural et la gestion des ressources naturelles dans une optique durable.

Les domaines de coopération couvert par le partenariat

Les domaines de coopération couvert par le partenariat

  • Sécurité alimentaire

Atteindre la sécurité alimentaire pour tous est au cœur des efforts de la FAO et constitue un pilier de l’approche de l’Union en matière de croissance durable et développement. Il s’agit de garantir un accès régulier pour tous les êtres humains à une nourriture de qualité et en quantité suffisante pour mener des vies saines et actives.

  • Développement rural durable

Pour affronter la pauvreté dans les zones rurales qui abritent 70 pour cent des affamés de la planète, la FAO et l’UE reconnaissent l’importance cruciale du développement des économies rurales et, surtout, de l’agriculture qui est à la base de ces économies.

  • Nutrition

La FAO et l’UE soutiennent l’agriculture afin d’améliorer la nutrition. Un cadre d’action concertée a été défini afin de guider le Partenariat stratégique FAO-UE en matière de plaidoyer, recherche et renforcement des capacités. L’UE a fournit un support technique et financier crucial lors de la 2ème Conférence internationale sur la nutrition qui s’est tenue en novembre 2014.

  • Résilience

Les catastrophes naturelles causent des pertes en vies humaines et peuvent en quelques heures – voire quelques secondes – anéantir des années de développement. La FAO et l’UE travaillent de concert afin d’accroître la résilience des populations et de leurs moyens d’existence face aux menaces et aux crises.

  • Parité

Les femmes rurales ont moins que les hommes accès aux ressources, services et opportunités tels que la terre, le bétail, les services financiers et l’éducation. De nombreuses études ont souligné les coûts sociaux imputables au manque d’éducation des femmes rurales, étroitement associé au niveau élevé de sous-alimentation, mortalité infantile et, dans quelques pays, au VIH/sida. 

  • Innocuité et qualité des aliments

La grippe aviaire et la fièvre aphteuse ont augmenté la prise de conscience du public sur la sécurité sanitaire des aliments, tout aussi importante pour les consommateurs que pour les producteurs. La FAO et l’UE affrontent ces questions dans toute la filière alimentaire, encourageant le commerce international tout en sauvegardant la qualité des aliments.

  • Changement climatique

Le changement climatique a rappelé au monde entier l’extrême vulnérabilité de ses ressources naturelles. La FAO et l’UE contribuent à la gestion durable de nos terres et de nos ressources hydriques et encouragent la biodiversité agricole, y compris des pratiques de l'agriculture intelligentes face au climat.

  • Coopération en matière de statistiques et échange d’informations

Des données fiables et détaillées sont indispensables pour l’élaboration de politiques responsables. L’UE et la FAO compilent des statistiques agricoles, en mettant l’accent sur les pays en développement.