Partenariat FAO et UE

FIRST

Sur le programme FIRST

Au cours des 70 dernières années, nos systèmes alimentaires ont été transformés pour réduire la sous-alimentation et l'insécurité alimentaire.

Bien que ces changements aient effectivement contribué à une diminution substantielle de la faim dans le monde, 820 millions de personnes sont encore sous-alimentées aujourd'hui. Ces transformations ont apporté des progrès, mais il est également vrai qu'elles ont eu un coût pour la planète, et pour la santé et la nutrition mondiales. L'épuisement des ressources naturelles, la perte de biodiversité et le changement climatique se sont accompagnés d'une augmentation de l'obésité et des maladies non transmissibles dans le monde entier.

Il existe un terrain d'entente pour faire face à tous ces défis : l'agriculture. L'agriculture et les systèmes alimentaires, qui représentent la façon dont notre nourriture est produite et consommée, pourraient être transformés afin de promouvoir la nutrition, la santé et l'environnement, mais aussi la création d'emplois, la croissance économique, la stabilité et la protection sociale.

Pour y parvenir, il est plus important que jamais de créer un environnement politique et institutionnel qui attire les investissements tant publics que privés.

Le programme Food and Nutrition Security Impact, Resilience, Sustainability and Transformation (FIRST) est un partenariat entre l’Union Européenne et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) qui œuvre aux côtés des gouvernements dans ce domaine : mettre en place les conditions adéquates pour promouvoir les investissements tant publics que privés dans l'agriculture durable et créer un environnement propice à ces investissements afin de contribuer à la sécurité alimentaire et à la nutrition.

FIRST soutient les gouvernements dans ces efforts à travers :

 

L’ÉVALUATION DE L’EFFICACITÉ DES POLITIQUES, DES PLANS ET DES PROGRAMMES

Grâce à son réseau de fonctionnaires responsables des politiques, le programme FIRST procède à des analyses approfondies de l’efficacité des politiques, des plans et des programmes relatifs à la sécurité alimentaire, la nutrition et l’agriculture durable. L’objectif est de recenser les principaux obstacles qui empêchent les efforts d'avoir un impact et d’obtenir des données probantes pour éclairer la conception des politiques.

Afrique de l’Ouest

Afrique de l’Ouest

En Afrique de l’Ouest, par exemple, le programme FIRST a aidé les membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à réviser leurs politiques en matière de pêche et de comprendre pourquoi le potentiel du secteur de la pêche et de l’aquaculture dans la région n’était pas pleinement exploité pour contribuer à la sécurité alimentaire et la nutrition, à la création d’emplois et à la génération de revenus. Des évaluations similaires réalisées dans d’autres pays ont permis d’éclairer les processus décisionnels et la conception des politiques. En s’appuyant sur l’expérience acquise depuis sa création, le programme FIRST a également effectué des diagnostics exhaustifs de la situation de l’insécurité alimentaire dans plus de 23 pays, qui permettent aux gouvernements d’évaluer l’efficacité de leurs efforts dans ce domaine et d’identifier les tendances et défis communs.


LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS PAR LE BIAIS DE SERVICES D’ASSISTANCE AUX POLITIQUES

FIRST fournit aux pays l'assistance dont ils ont besoin pour améliorer leurs capacités en matière de conception et de mise en œuvre de politiques et de programmes, tant au niveau national qu'infranational. Elle les aide également à identifier les priorités en matière d'allocation budgétaire, d'investissements et d'interventions.

Myanmar

Myanmar

Au Myanmar, où la priorité a longtemps été d’atteindre une production robuste de riz, le pays ne parvenait pas à réaliser des progrès suffisants en termes d’amélioration de la nutrition. Produire une grande variété de cultures était extrêmement difficile en raison des politiques et législations axées uniquement sur le riz. Avec l’aide du programme FIRST, le gouvernement s’est penché sur les liens entre la planification de l’utilisation des terres et l’agriculture sensible à la nutrition. Des changements législatifs concernant l’utilisation des terres ont été introduits en vue d’appuyer et de favoriser la diversification des cultures et d’encourager les agriculteurs et les autres acteurs du secteur à investir dans différentes activités agricoles, de la production de fruits à l’aquaculture. Cette transformation devrait permettre aux ménages du Myanmar d’accéder à un plus large éventail d’aliments nutritifs et de bénéficier ainsi d’un régime alimentaire plus sain. Ils auront également accès à des services financiers qui leur permettront de s'engager dans des activités plus productives.


LA PROMOTION D’UN DIALOGUE POLITIQUE INCLUSIF

Le programme FIRST soutient le renforcement des mécanismes de gouvernance et de coordination afin d’améliorer leur inclusivité et de favoriser des dialogues politiques ouverts, où tous les secteurs, y compris les plus vulnérables, sont représentés.

Tchad

Tchad

Au Tchad, par exemple, FIRST a organisé des séminaires sur le dialogue politique, auxquels ont participé des fonctionnaires de divers ministères, des acteurs non-étatiques (la société civile et le secteur privé), la FAO et l’Union européenne. Les participants ont appris l’importance de la coordination et du dialogue politique multipartite et examiné différentes questions, notamment la nécessité de financer un système d’information efficace pour mieux prévenir et gérer les crises alimentaires.


APPRENDRE POUR AVOIR UN IMPACT

En vue d’améliorer l’efficacité, il est essentiel de tirer profit des leçons apprises et d’encourager le partage des connaissances. D’une part, le programme FIRST aide les pays à établir des mécanismes de suivi et d’évaluation qui permettent d’évaluer l’efficacité et favorisent le respect du principe de responsabilité et des prises de décisions fondées sur des données probantes. D’autre part, il facilite le partage des expériences et des connaissances entre les pays.

La République démocratique populaire lao

La République démocratique populaire lao

Le programme FIRST a aidé la République démocratique populaire lao à mettre en place un système de partage de données qui permet aux mécanismes de coordination de la nutrition dans 11 provinces et 82 districts de réaliser des analyses fondées sur des données probantes pour la planification, le rapportage et la coordination. Au Kenya, des fonctionnaires du gouvernement ont eu la possibilité de participer à un voyage d’étude en Équateur, en Indonésie, en Malaisie et au Pérou, et d’échanger leurs expériences avec d’autres collègues. Le réseau de fonctionnaires responsables des politiques participe à différents événements et conférences afin de partager leurs connaissances. Le programme organise divers ateliers pour favoriser les discussions entre pairs.