Partenariat FAO-UE
 

Initiative de la Grande Muraille Verte

Un partenariat africain contre la désertification et la dégradation des terres

Adoptée en 2007 par les Chefs d’État et de gouvernement africains, la Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel,vise à répondre aux effets préjudiciables d’ordre social, économique et environnemental de la dégradation des terres et de la désertification dans la région sahélo-saharienne.

Cette initiative soutient les communautés locales dans la gestion et l’utilisation durables de leurs forêts, de leurs parcours et d’autres ressources naturelles dans les zones arides.

Elle a aussi pour vocation de contribuer à l’adaptation au changement climatique et à l’atténuation de ses effets. Enfin, cette initiative a pour objectif d’améliorer la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des populations du Sahel et du Sahara.

Des initiatives comme celle-ci sont essentielles dans toute la région au Sahel et au Sahara, ou la désertification et la dégradation des terres mettent à rude épreuve des millions d’individus.

Au départ, l’idée consistait à tracer une ligne d’arbres d’est en ouest à travers le désert africain. Puis cette vision d’une Grande Muraille Verte en Afrique a évolué au profit d’une approche plus intégrée, fondée sur les connaissances scientifiques, une approche qui s’apparente à une mosaïque d’interventions adaptées aux écosystèmes locaux et aux besoins des communautés.

Action

Depuis 2010, la FAO – en collaboration avec l’Union européenne (UE) et le Mécanisme mondial de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification – soutient la Commission de l’Union africaine (CUA) et les pays partenaires à réaliser cette initiative.

Par exemple, des plans d’action sont en place au Burkina Faso, à Djibouti, en Érythrée, en Éthiopie, en Gambie, au Mali, au Niger, au Nigéria, au Sénégal et au Tchad; d’autres sont en cours d’élaboration en Algérie, en Égypte, en Mauritanie et au Soudan.

Et sur le terrain des résultats sont également obtenus. Au Sénégal, 11 million d’arbres ont permis de restaurer 27 000 hectares de terres dégradées, tandis que des jardins polyvalents – servant à la fois de verger, d’aire de pâturage et de potager – ont permis aux femmes d’augmenter leurs revenus tout en cultivant pour nourrir leurs familles.

En Mauritanie, un projet est parvenu à fixer les dunes et à endiguer l'ensablement, tandis que le Mali, le Burkina Faso et le Niger travaillent avec le Royal Botanic Gardens of Kew pour produire des plants d’espèces d’ arbres, d’arbustes et d’herbes utiles et efficaces pour transformer les terres dégradées en espaces productifs.

Pour en savoir plus : Initiative de la Grande Muraille Verte

       
Projets de l'UE
La voie de la légalité
Bâtir la muraille d’Afrique
Cultiver ensemble