Partenariat FAO-UE
 
10/03/2011

Eliminer la peste bovine, améliorer les conditions de vie

Alain Vandersmisse parle du soutien de l’UE à la lutte contre la peste bovine

La campagne intensive qui dure depuis plusieurs décennies et qui vise à éliminer la peste bovine, une redoutable maladie du bétail, a mis en évidence le lien crucial existant entre santé animale et bien-être de l’humanité. Dans cet entretien, Alain Vandersmissen, des Relations extérieures de la Commission européenne, parle du soutien de l’UE à la lutte contre la maladie dans le cadre du Programme mondial d’éradication de la peste bovine (GREP).

En tant que vétérinaire, vous avez travaillé aux projets de santé et production animales en Asie et en Afrique. Pourquoi la lutte contre la peste bovine a-t-elle constitué une telle priorité pour l’UE?

La peste bovine est un véritable fléau. C’est une maladie qui peut avoir un impact dévastateur à l’échelle nationale et mondiale. Et comme vous le savez, les maladies ne connaissent pas de frontières. Aussi est-ce dans l’intérêt de chacun de s’efforcer de maitriser et d’éradiquer la peste bovine dans tout pays qui pourrait contribuer à la transmission à d’autres nations. Par ailleurs, deuxième argument de poids, la lutte contre la peste bovine équivaut en même temps à combattre la pauvreté dans de nombreux pays en développement.

Quelle est l’ampleur du soutien de l’Union européenne aux mesures d’éradication mondiale de la peste bovine, en termes monétaires et organisationnels?

Au stade initial de la riposte de l’UE, nous avons financé quelques projets dits verticaux, c’est-à-dire ciblés uniquement sur la peste bovine, en particulier en Afrique. Cependant, nous sommes vite passés à des programmes plus intégrés axés sur le renforcement des services vétérinaires dans leur ensemble, ce qui signifie qu’ils s’attaquent à diverses maladies animales en même temps, y compris la peste bovine. Depuis la fin des années 60, la Commission européenne a investi ou fait don de quelque 340 millions d’euros pour la lutte contre la peste bovine. Et si l’on englobe aussi les Etats membres, nous avoisinons les 400 millions d’euros pour l’ensemble de l’Union européenne.

Quel sera le rôle de l’UE durant la période post-éradication?

La toute première étape consiste à maitriser totalement la situation après la proclamation de l’éradication. C’est la raison pour laquelle nous avons octroyé une enveloppe de quelque 2,7 millions d’euros à la FAO, dans un double but: le premier, être absolument certains qu’il ne reste aucune trace du virus nulle part et, le cas échéant, maîtriser et nettoyer les derniers foyers d’infection sans tarder, ce à quoi nous nous attelons avec la FAO. Le deuxième, continuer à travailler sur les maladies animales en général, et pas seulement sur la peste bovine. De nos jours, l’approche la plus répandue est celle de “One Health”: affronter les risques sanitaires à l’interface entre les animaux, l’homme et les écosystèmes.

Rares sont les personnes qui savent que la peste bovine a lourdement pesé sur l’histoire de l’Europe.

En effet. Au XIIIe siècle, lorsque l’empereur mongol Gengis Khan envahit l’Europe, ses troupes emmenèrent leurs animaux avec eux. Les bêtes infectées transmirent la maladie à tous les pays qu’ils conquirent.

Au XVIIIe siècle, en l’espace de seulement dix ans, plus de 200 millions de têtes de bétail périrent de peste bovine en Europe. Cela nous donne une idée de l’ampleur de l’épidémie.

En 1920, une grosse épidémie de peste bovine sévit en Europe. Un navire en provenance de l’Inde transportant du bétail destiné au Brésil avait fait escale pendant quelques jours au port d’Anvers, en Belgique; les animaux infectés avaient été déchargés et la maladie s’était propagée très rapidement dans 300 fermes. Toute l’Europe était en alerte, et en particulier les services vétérinaires qui parvinrent à enrayer le foyer.

Ce fut le déclic: en 1924, sous l’impulsion de 28 pays, fut créé l’Office international des épizooties (OIE) qui devint en 2003 l’Organisation mondiale de la santé animale.

---------------------------

Le Programme mondial d’éradication de la peste bovine (GREP) est un mécanisme de coordination international piloté par la FAO, en étroite association avec l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE)

Projets de l'UE
La voie de la légalité
Bâtir la muraille d’Afrique
Cultiver ensemble