Partenariat FAO-UE
 
25/09/2012

Un partenariat africain pour stopper la désertification et la dégradation des terres

La Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel progresse

25 septembre 2012, Rome – Les experts ont présenté les progrès accomplis vers la réalisation de la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, une initiative panafricaine destinée à stopper la désertification, tout en améliorant la sécurité alimentaire et en contribuant à l’adaptation et à l’atténuation du changement climatique.

Lancée en décembre 2006 au Sommet sur la sécurité alimentaire au Nigeria avec pour ambition d’affronter les effets négatifs d’ordre social, économique et environnemental de la dégradation des terres et de la désertification dans les pays du Sahara et du Sahel, l’initiative de la Grande muraille verte fédère plus de 20 pays de la région, et des organisations internationales, instituts de recherche, la société civile et des organisations communautaires.

“Nous sommes désormais tous concentrés sur la promotion d’une stratégie régionale harmonisée”, a indiqué Almami Dampha de l’Union africaine qui pilote l’initiative, lors d’un événement organisé durant le Comité biennal des forêts de la FAO qui se déroule du 24 au 28 septembre 2012 et qui constitue une des réunions les plus importantes sur les questions de foresterie et de développement durable.

La stratégie, adoptée en avril 2012, met l’accent sur une approche intégrée face à la dégradation des terres et à la désertification prévoyant toute une série d’interventions affrontant les enjeux auxquels sont confrontés les populations du Sahel et du Sahara.

La stratégie définit également les principaux objectifs de l’initiative visant à accroître la résilience des populations et des systèmes naturels de la région par une gestion rationnelle des écosystèmes, une gestion durable des terres, la protection du patrimoine rural et l’amélioration des conditions de vie des communautés locales.

Action

Durant l’événement, les experts forestiers du Burkina Faso et du Niger ont expliqué comment leurs pays ont traduit les objectifs de l’initiative en plans d’action, avec l’aide de l’Union européenne,  de la FAO et du Mécanisme mondial de la Convention des Nations Unies de lutte contre la désertification (GM-UNCCD).

Des plans ont également été mis en place pour le Tchad, Djibouti, l’Erythrée, l’Ethiopie, la Gambie et le Sénégal, tandis que cinq autres pays (Mali, Nigeria, Soudan, Algérie et Egypte) sont en train d’élaborer leurs plans d’action.

Le GM-UNCCD, un des partenaires clés de l’initiative, a présenté une plateforme de partenariat et de mobilisation des ressources visant à accroître les investissements dans la Grande muraille verte.

“Il est vital d’optimiser les ressources existantes et d’en mobiliser d’autres à l’aide d’approches innovantes, telles que cette plateforme, pour des efforts durables et intégrés de lutte contre la dégradation des terres et la désertification”, a déclaré Inès Chaâlala du GM-UNCCD.

Projets de l'UE
La voie de la légalité
Bâtir la muraille d’Afrique
Cultiver ensemble