Partenariat FAO-UE
 
12/04/2013

L’information durable sur la sécurité alimentaire et d’alerte précoce pour le Tchad

L’UE et la FAO aident le Gouvernement dans la mise en place d’un système d’information national et d’alerte précoce

8 avril 2013, N’Djamena –L’Union européenne, la FAO et le Gouvernement ont procédé au lancement officiel d’un projet «d’appui à la mise en place d’un système d’information sur la sécurité alimentaire et d’alerte précoce».

« Ce système jouera un rôle  important dans la prévention et la gestion des crises alimentaires que connait de manière récurrente notre pays, » a déclaré le Ministre de l’Agriculture et de l’Irrigation, M. Dangde Laoubele Damaye.

Le projet, financé par l’Union européenne à hauteur de 4,5 millions d’euros, sera exécuté par la FAO et le Ministère de l’Agriculture et de l’Irrigation en collaboration avec le Ministère du Plan, de l’Economie et de la Coopération Internationale, pour une durée de 48 mois.

Un système d’information durable et opérationnel

Le nouveau système devra centraliser toutes les données relatives à la sécurité alimentaire et nutritionnelle afin de pouvoir les utiliser dans les processus de prise de décision.  Il jouera un rôle de coordination des différents systèmes pourvoyeurs d’information au Tchad et proposera au Comité d’Action sur la Sécurité Alimentaire et la Gestion des Crises (CASAGC) des actions issues du traitement des informations collectées.

«Son mode de fonctionnement devra permettre à la fois d’orienter les actions de développement et de disposer d’une alerte précoce indispensable pour anticiper et atténuer les effets négatifs des chocs sur les populations les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle», a expliqué le Représentant de la FAO au Tchad, M. Germain Dasylva.

Outre ses rôles au niveau national, le SISAAP sera l’outil qui permettra au Tchad de pouvoir échanger avec les pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest tant en terme de méthodologies que d'informations sur la sécurité alimentaire.

«Tout système, pour être efficace, doit être pérenne. Le Gouvernement a assuré son engagement continu pour assurer que les conditions institutionnelles, matérielles, financières et humaines existent et permettent au SISAAP de remplir sa mission. L'engagement du Gouvernement à pérenniser les acquis du SISAAP sera donc une des clefs essentielles de la réussite de ce projet», a rappelé l’Ambassadeur de l’Union Européenne, Mme Hélène Cavé.

Pour un renforcement des capacités et de la collaboration

L’ appui comprend un renforcement des capacités techniques et matérielles des systèmes pourvoyeurs d’information (SPI) tant au niveau central que décentralisés. Plusieurs formations sont envisagées pour permettre aux systèmes pourvoyeurs d’information de collecter, d’interpréter, et de transmettre l’information au niveau central. Les structures centrales seront appuyées pour analyser les données transmises, participer aux dispositifs régionaux et donner un retour aux structures décentralisées. 

Le SISAAP associera étroitement les ONG et organisations internationales impliquées dans la collecte de données en sécurité alimentaire.

Une assistance technique sera mise à disposition pour pouvoir lier les services techniques des ministères avec les actions des ONG sur le terrain, notamment en matière de mise en place de système d’information régionaux et d’alerte précoce locale. L’assistance apportée capitalisera sur les bonnes pratiques et approches de ces actions tout en soulignant les difficultés et contraintes rencontrées.

Projets de l'UE
La voie de la légalité
Bâtir la muraille d’Afrique
Cultiver ensemble