Partenariat FAO-UE
 
09/07/2014

Le secteur privé, essentiel pour les directives volontaires

Séminaire sur les Directives à l’intention des organisations du secteur privé à Bruxelles

Le secteur privé a constitué un élément fondamental de la création du concept des Directives volontaires, et il joue désormais un rôle important en tant que partenaire dans leur mise en œuvre, a indiqué Rolf Hackbart, Directeur adjoint du Bureau FAO des partenariats, des activités de plaidoyer et du renforcement des capacités, lors d’un séminaire organisé le 9 juillet 2014 à Bruxelles à l’intention des organisations du secteur privé sur les Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts.

Le séminaire, organisé par la FAO et accueilli par DG DEVCO et DG AGRI de l’Union européenne, marque un pas en avant pour garantir la pleine participation du secteur privé dans la mise en œuvre des Directives volontaires, et l’intégration des opinions, préoccupations et idées du secteur privé dans le processus.

Des spécialistes de la FAO et de l’UE en matière de régimes fonciers ainsi que d’autres représentants des institutions européennes et des Etats membres de l’UE ont participé au séminaire, ciblé sur un public du secteur privé européen et non européen basé à Bruxelles, et visant à présenter les Directives et des études de cas et initiatives liées au secteur privé.

Selon Andrew Hilton, Fonctionnaire principal chargé des régimes fonciers à la FAO, ce séminaire a été l’occasion d’initier un dialogue ouvert avec des représentants du secteur privé afin d'examiner la meilleure façon d’appliquer les directives. “Un des points principaux des Directives consiste à créer un dialogue ouvert avec l’ensemble des parties prenantes, en particulier avec les populations concernées par les investissements,” a souligné M. Hilton.

Il a également fait remarquer que le secteur privé a été un partenaire décisif pour la rédaction et l’adoption des Directives volontaires. Précédemment, une série de 15 ateliers s'était tenue dans le monde entier, auxquels se sont joints des participants du secteur privé. Deux ateliers supplémentaires ont été organisés spécifiquement pour le secteur privé, qui a joué un rôle essentiel dans l'adoption des Directives.

Durant le séminaire, les risques et opportunités pour le secteur privé ont été analysés, ainsi que des options de collaboration du secteur privé avec d'autres partenaires et de liens avec des initiatives existantes en vue de créer des réseaux au niveau mondial, régional et national.

Projets de l'UE
La voie de la légalité
Bâtir la muraille d’Afrique
Cultiver ensemble