Partenariat FAO-UE
 
21/04/2010

Népal: doper de 30 pour cent la production agricole

Interview sur la Facilité alimentaire de l’UE au Népal

L’instabilité politique, la flambée des prix des aliments et du carburant et une grave sécheresse durant l’hiver 2009 ont mis à mal les disponibilités alimentaires de plus de 3 millions d’habitants au Népal. Grâce aux 8 millions d’euros débloqués par l’Union européenne dans le cadre de sa  Facilité alimentaire dotée d’un milliard d’euros destinée à lutter contre l’aggravation de la faim dans le monde, la FAO s’est associée au gouvernement et au Programme alimentaire mondial (PAM) afin d’accroître la production agricole de 30 pour cent. Du bureau de la FAO au Népal, Xavier Bouan nous explique comment.

Quel est votre objectif global au Népal?

Notre but principal est d’acheminer des semences et des technologies qui aideront les agriculteurs à accroître la production agricole de 20 à 30 pour cent, réduisant ainsi les déficits vivriers de 2 à 3 mois, déficits qui dans de nombreuses zones du pays peuvent se prolonger jusqu’à six mois.

Dans un même temps, nous voulons renforcer le système de suivi de la sécurité alimentaire afin d’améliorer la capacité du gouvernement d’évaluer la situation et de mieux s’organiser pour affronter les problèmes de déficit vivrier.

Quels sont les principaux résultats obtenus jusqu’à présent?

Avec la structure opérationnelle que nous avons mise en place et qui comprend des bureaux dans dix districts, nous avons quasiment achevé les achats de semences, ce qui représente un vrai problème au Népal qui manque toujours de semences de bonne qualité. Par exemple, nous nous sommes procurés environ 75 pour cent de nos besoins en semences de maïs, ce qui fait que nous sommes sur le point de démarrer la distribution.

Ce projet vient-il en aide aux paysans sans terres?

Au départ, les activités portaient sur la distribution de semences et l’agriculture. Mais le Gouvernement a suggéré d’ajouter une composante élevage pour les fermiers sans terres. Nous allons donc distribuer des chèvres et des porcs et offrir des services vétérinaires, une formation et une aide pour la construction d’abris dans quatre districts. Il s’agit d’un projet pilote qui pourrait être étendu à d’autres districts, moyennant des fonds supplémentaires.  

Comment la FAO travaille-t-elle avec le PAM?

En reliant notre projet aux activités du PAM. Par exemple, nous soutiendrons la distribution de semences aux agriculteurs bénéficiaires de canaux d’irrigation construits par le PAM. Nous collaborons également en matière de suivi alimentaire et d’activités de diffusion auprès des communautés.

Quels sont les principaux enjeux de votre travail au Népal?
La durabilité. Nous ne pouvons fournir des semences tous les ans. Aussi devons-nous aider les agriculteurs à agir par eux-mêmes.  Si nous réussissons à faire en sorte qu’ils puissent se procurer de façon régulière des semences de qualité, et leur fournir des outils et des connaissances sur la manière de les conserver et de les renouveler de temps à autre, ainsi que renforcer leurs capacités techniques pour améliorer les systèmes d’irrigation, je pense alors que nous pouvons réellement accroître la production agricole jusqu’à 30 pour cent.

Un autre problème est l’accès. Je viens de rentrer de l’extrême ouest du pays; pour faire 100 km, nous avons mis neuf heures en 4 x 4. Et encore, ces villages sont accessibles en voiture alors que les endroits les plus reculés où nous devons envoyer des semences sont à trois jours à pied depuis le siège du district.

Et pour finir, il y a la situation politique. Si elle se détériore, nous devons attendre… et en agriculture, on ne peut pas rater une campagne agricole.

La Facilité alimentaire de l’Union européenne et la FAO
Dans le cadre de la Facilité alimentaire de l’UE (EUFF), l’Union européenne a octroyé un milliard d’euros pour une réponse rapide et à grande échelle face à la faim croissante dans le monde, conséquence de la flambée des prix alimentaires, aggravée par la récession économique.
Plus de 215 millions d’euros (301 millions de dollars) sont alloués aux opérations de la FAO déployées dans 27 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.
http://www.fao.org/europeanunion/eu-in-action/eu-food-facility-details/fr/
Xavier Bouan, Responsable en chef du projet FAO au Népal est un agronome qui depuis près de 15 ans travaille avec UNODC à la lutte antidrogue. Il a passé les sept dernières années au Myanmar à travailler à des projets de développement alternatif et d’agriculture.
Projets de l'UE
La voie de la légalité
Bâtir la muraille d’Afrique
Cultiver ensemble