L’agriculture familiale: la FAO en action

L’Année internationale de l’agriculture familiale 2014 a pour objectif de renforcer la visibilité de l'agriculture familiale ou à petite échelle en appelant l'attention mondiale sur son rôle important dans la lutte contre la faim et la pauvreté, la sécurité alimentaire et nutritionnelle, l'amélioration des moyens d'existence, la gestion des ressources naturelles, la protection de l'environnement et la réalisation du développement durable, en particulier dans les zones rurales.

Que fait la FAO pour atteindre cet objectif?

En tant qu’institution chef de file des Nations Unies pour l’agriculture et le développement rural, la FAO n’a pas attendu 2014 pour travailler avec les exploitants familiaux et les petits agriculteurs. Actuellement, elle collabore avec les gouvernements nationaux, avec les autorités et des organisations locales pour promouvoir de nouvelles interventions en faveur de l’agriculture familiale. On trouvera ci-après quelques projets qui montrent les diverses facettes de l’appui apporté par la FAO pour promouvoir, faciliter et renforcer l’agriculture familiale ou à petite échelle à travers le monde.

Améliorer la résilience des moyens d’existence des communautés de petits agriculteurs familiaux de Bolivie et de Colombie

Ce projet a pour but de contribuer à améliorer l’agriculture familiale au moyen de bonnes pratiques agricoles et d’activités de gestion des risques de catastrophe à l’échelle des communautés. Le projet propose une approche visant à renforcer la résilience des moyens d’existence agricoles et à réduire la vulnérabilité face aux menaces et aux catastrophes afin de protéger et de renforcer la sécurité alimentaire et nutritionnelle des ménages ruraux dans des zones exposées aux catastrophes comme l’Altiplano bolivien et la côte pacifique de la Colombie.

L’objectif ultime est d’autonomiser et de renforcer les exploitants familiaux et les institutions locales en leur fournissant les instruments nécessaires pour mieux faire face aux catastrophes (Gestion des risques de catastrophe et adaptation au changement climatique) et réduire leur dépendance à l’égard de l’aide.  

Le projet comprend les activités suivantes:

  • Création de centres de formation pour appliquer et démontrer des techniques de gestion des cultures permettant de réduire les risques d’inondations et de glissements de terrain
  • Organisation d’ateliers avec la participation active de producteurs, d’autorités et de professeurs locaux en vue d’élaborer un Plan de gestion communautaire des risques
  • Activités de formation à l’intention de familles et/ou d’organisations locales et de fonctionnaires (y compris des enseignants et des élèves des écoles locales) afin que les communautés soient mieux armées pour faire face aux catastrophes naturelles dans le secteur agricole
  • Création de banques de semences vivantes, de banques/réserves d’outils et fourniture de trousses vétérinaires dans chaque communauté
  • Fourniture de matériel de formation, renforcement des infrastructures et des activités de recherche.

Consolidation des partenariats visant à renforcer les moyens d’existence durables dans les communautés vivant de la petite agriculture et de l’agriculture familiale et les communautés autochtones

Les principaux bénéficiaires de ce projet sont les petits agriculteurs, les peuples autochtones et les communautés locales auxquels on doit les systèmes agricoles traditionnels suivants: plantations de café en Éthiopie; rizières en terrasses en Indonésie; jardins flottants au Bangladesh; et oasis de Siwa en Égypte. La conservation de ces systèmes traditionnels est en grande partie due au rôle essentiel que jouent les agriculteurs, les peuples autochtones et les communautés locales, en particulier les femmes, en conservant et renforçant la biodiversité tout en produisant l’essentiel des aliments de la planète. L’objectif principal du projet est de renforcer les capacités des communautés agricoles locales et des institutions locales/nationales à conserver et gérer durablement les systèmes traditionnels et les ressources naturelles, générer des revenus et ajouter de la valeur économique aux biens et aux services provenant de ces systèmes, pour le présent et le futur. 

Les activités du projet sont les suivantes:

  • Sensibiliser aux pratiques agricoles durables (agriculture de conservation) au moyen d’activités de promotion et de démonstrations sur des sites pilotes
  • Renforcer le réseau de partenariats à l’appui des moyens d’existence des petits agriculteurs, des exploitants familiaux et des communautés autochtones en créant des alliances et en mettant en relation les partenaires et les parties prenantes (agriculteurs, universités, institutions, marchés) 
  • Promotion de cultures et de systèmes agricoles traditionnels, de variétés végétales traditionnelles et de l’accès au marché. 
28/05/2014