L'agriculture familiale à la trente-troisième Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes

La question de l'agriculture familiale a été abordée tout au long de la Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes qui s'est tenue la semaine dernière, y compris lors d'une manifestation parallèle qui lui a été consacrée le 8 mai. 

Les principaux objectifs de cette manifestation étaient les suivants: 

1. Apporter un appui à l'élaboration de politiques agricoles, environnementales et sociales favorables à une agriculture familiale durable

2. Améliorer la diffusion des connaissances, la communication et la sensibilisation du public

3. Mieux comprendre les besoins des exploitants familiaux, leurs potentiels et leurs limites et fournir un appui technique

4. Créer des synergies pour renforcer le développement durable.

L'agriculture familiale est un élément clé de l'éradication de la faim et du développement durable de l'agriculture.

Dans la région, les exploitants familiaux produisent la majeure partie des denrées destinées à la consommation locale, dans des quantités qui excèdent souvent les besoins de la région tout entière. En Amérique latine et dans les Caraïbes, 80 pour cent des exploitations sont familiales; en conséquence, le développement agricole et l'utilisation durable des ressources naturelles reposent entièrement sur elles. Il est donc essentiel de travailler aux côtés des exploitants familiaux qui développent des activités diversifiées dans les secteurs de l'agriculture, de la foresterie, de l'aquaculture et de l'élevage pour réaliser ces objectifs, tout en préservant la biodiversité dans le monde et en luttant contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire.

Il importe également de noter que le secteur de l'agriculture familiale est la principale source d'emploi dans la région et génère stabilité et nouveaux débouchés, en particulier pour les jeunes dans les zones rurales. 

Ces dernières années, les gouvernements en Amérique latine et dans les Caraïbes ont commencé à investir dans l'énorme potentiel qu'offre l'agriculture familiale. Cette conférence a donné aux gouvernements l'occasion de porter un regard neuf sur le secteur: l'agriculture familiale ne doit plus être considérée comme synonyme de pauvreté mais comme un allié majeur dans l'éradication de la faim et de la pauvreté.

Agriculture familiale en Amérique latine et dans les Caraïbes - Initiatives et priorités

  • Chili - Renforcer les liens entre les petits exploitants et les autres acteurs dans la chaîne de valeur agricole afin de valoriser sa production en élaborant des programmes de récupération des eaux qui améliorent l'accès à cette ressource fondamentale.
  • Nicaragua - Investir dans les services et les programmes afin de protéger ce secteur qui est le principal moteur économique du pays. Les investissements porteront notamment sur les infrastructures routières, l'accès aux technologies, l'éducation et la santé ainsi que sur la réduction des coûts et sur la hausse des revenus des exploitants familiaux (80 pour cent des producteurs du pays sont de petits exploitants).
  • Brésil - Les politiques agricoles du gouvernement ont été adaptées aux besoins spécifiques des exploitants familiaux au Brésil.  Des programmes comme le Programme  d'achats de produits alimentaires (PAA) et les initiatives d'agro-industrialisation qui se caractérisent par des liens étroits entre les aspects sociaux, agricoles et politiques de la commercialisation, ainsi qu'une forte participation de la société civile. Les achats publics sont l'une des priorités du programme d'action du Brésil. Comme Joao Intini, Directeur de la Société nationale d’approvisionnement alimentaire (Conab), l'a déclaré, «nous voulons acheter davantage de produits et de produits de meilleure qualité auprès des petits exploitants».
  • La Barbade - Aider les exploitants familiaux à accéder aux marchés. La FAO a travaillé aux côtés de la Barbade à la création d'un système d'information sur les marchés afin de chiffrer ce qui est produit, les volumes et les dates des récoltes. En outre, la FAO contribue à renforcer l'aspect sécurité alimentaire et a apporté une assistance technique à la création de zones vivrières dans le pays. La Barbade procède actuellement au «zonage» des terres et définit des zones qui doivent être consacrées uniquement à la production vivrière. A la Barbade, 85 pour cent des propriétaires terriens sont des exploitants familiaux.

Consulter ici le journal complet de la trente-troisième Conférence régionale pour l'Amérique latine et les Caraïbes (en espagnol uniquement):

L'Amérique latine et les Caraïbes libérées de la faim (7 mai 2014)

Agriculture familiale et développement durable (8 mai 2014)

Systèmes agricoles et alimentaires ouverts et efficaces (9 mai 2014)

14/05/2014