FAO.org

Accueil > Prix de la FAO > Prix de la Conférence de la FAO > Prix Jacques Diouf
Prix de la FAO

Prix Jacques Diouf

Meilleure contribution à la sécurité alimentaire mondiale.

Le Prix Jacques Diouf est décerné, tous les deux ans, à des personnes ou à des institutions nationales ou régionales qui ont apporté une contribution notable à l’amélioration de la sécurité alimentaire mondiale.

Ce prix a été créé en 2011 en hommage à l'ancien Directeur général de la FAO, M. Jacques Diouf, pour sa conduite remarquable de l'Organisation, son engagement personnel et son infatigable plaidoyer en faveur de la lutte contre la pauvreté, la faim et la malnutrition.

Le prix consiste en une médaille gravée au nom du lauréat, un parchemin décrivant ses réalisations et une somme de 25 000 USD. Le Directeur général remet le prix aux lauréats, lors d’une cérémonie spéciale, qui a lieu à l’occasion de la Conférence de la FAO, au siège de l’Organisation.

Téléchargez le formulaire de candidature Jacques Diouf. Faites parvenir votre candidature avant le 31 janvier 2017.

Critères de base

Toute personne ou institution nationale, régionale ou mondiale qui a apporté une contribution notable à l’amélioration de la sécurité alimentaire mondiale peut être nominée pour ce prix.

Le lauréat est une personne ou une institution qui:

  • a élaboré des analyses appropriées des causes de l’insécurité alimentaire et a préconisé des mesures cohérentes qui ont effectivement été adoptées et appliquées à grande échelle par des gouvernements, des organisations de la société civile et/ou des entreprises privées, dans le cadre de programmes de lutte contre la faim et la malnutrition ; et/ou
  • a mobilisé des ressources et conduit la mise en œuvre de programmes de grande ampleur visant à lutter contre la faim et la malnutrition qui ont eu un impact certain et durable.

Les propositions de candidature peuvent être présentées par des institutions nationales, régionales ou mondiales aux Représentants de la FAO ou aux représentants régionaux et sous régionaux dans les pays qui n’ont pas de représentant accrédité de la FAO. Les représentants nationaux, régionaux et sous-régionaux de la FAO ou les représentants résidents du PNUD peuvent aussi soumettre des candidatures directement au Secrétariat des prix de la FAO.

Lauréats 2017

Le Prix Jacques Diouf est conjointement décerné à l'Organisation internationale pour les migrations et à la Fondation Rabobank

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) reçoit ce prix pour avoir associé la sécurité alimentaire au débat mondial sur les migrations et le développement, et pour son influence sur les politiques mondiales de développement. L'OIM joue également un rôle central dans l'expression des besoins des migrants, qu'il s'agisse des besoins humanitaires ou des problèmes liés au changement climatique, attirant l'attention de la communauté internationale sur les manquements au respect et à la protection de leurs droits sociaux et économiques fondamentaux, notamment leur droit à une nourriture adéquate, à la protection sociale et à un emploi décent.

La Fondation Rabobank est récompensée en raison de son appui technique et financier constant aux coopératives de producteurs et aux entreprises agricoles rurales qui sont trop développées pour avoir droit aux dons et aux microcrédits, mais ne le sont pas assez pour pouvoir obtenir un prêt bancaire standard. En comblant ce vide, la Fondation contribue à renforcer l'autosuffisance de petits producteurs et a favorisé la sécurité alimentaire mondiale. La Fondation a également encouragé l'adhésion aux Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts, confortant ainsi une approche durable de la sécurité alimentaire.

Lauréats 2015

La Commission de l’Union africaine (CUA) reçoit le prix en reconnaissance de ses efforts en matière de mobilisation de ressources visant à stimuler le Programme détaillé de développement de l'agriculture africaine (PDDAA), qui porte sur le développement et la promotion de l’agriculture durable, de la nourriture et de la nutrition dans l’ensemble du continent africain. Le succès du PDDAA a permis d’ouvrir la voie vers un engagement par les dirigeants africains, à l’occasion du 23ème Sommet de l’Union africaine à Malabo, visant à éradiquer la faim en Afrique d’ici 2025.

Le Forum rural mondial (FRM) est primé pour son efficacité à fonctionner comme un réseau planétaire d’organisations rurales et de chercheurs, mais également pour avoir favorisé le dialogue entre les communautés rurales et pour la promotion des politiques pour le compte des agriculteurs familiaux.

2013 - 2014

2013 - 2014

Le prix a été décerné à la Commission européenne pour avoir mis en place la Facilité alimentaire de l’UE, un instrument d’intervention rapide de grande envergure, doté d’un milliard d’euros, pour faire face à la crise due à la flambée des prix des denrées alimentaires qui a sévi de 2008 à 2011. Cette initiative a permis d’améliorer les moyens d’existence de plus de 59 millions de personnes dans 49 pays en développement, en améliorant la production des petits exploitants agricoles. La Facilité alimentaire l'Union européenne a été le premier grand programme de donateurs qui a contribué à réinscrire l'agriculture et la sécurité alimentaire en tête des priorités, alors que ces questions étaient au second plan depuis plus de 40 ans. La Commission européenne a ainsi contribué de façon significative à placer le développement agricole durable et la sécurité alimentaire en tête des préoccupations mondiales.

La Self Employed Women's Association (SEWA) a également été récompensée pour ses efforts novateurs et dévoués, qui ont permis de libérer des femmes de la pauvreté et de la faim grâce à une offre intégrée de services dans différents domaines (vulgarisation agricole, appui financier, alphabétisation, éducation, logement et santé).

Cette association, qui a son siège dans l’État du Gujarat (Inde) compte près de deux millions de membres répartis dans différents États indiens. Depuis plusieurs décennies, elle a démontré que son modèle propose des moyens durables de sortir de la pauvreté et de se libérer de la faim. Son approche a aussi permis à des centaines de milliers de femmes de devenir autonomes. Elle pourrait servir de modèle à d'autres pays, et des coopératives et organisations communautaires du monde entier pourraient s'en inspirer.