Sur le terrain avant, pendant et après les crises


Sauver des vies grâce à des moyens de subsistance renforcés et plus résilients

Au Mali, Maman Sow a reçu un transfert monétaire de la FAO en vue de l’aider à subvenir aux besoins de sa famille.

Hassan Al Hassan, un agriculteur Syrien appelé par les gens du coin Abu Hasan, se souvient des temps difficiles auxquels le village de al-Rabeha dans le gouvernorat méridional de Homs a été confronté ces dernières années. «En raison du manque d'eau, nous ne pouvions presque rien produire» a dit Abu Hasan.

La FAO contribue à rétablir l'accès à l'eau pour plus de 40 000 familles – soit près de 240 000 personnes – dont 4 000 familles de la communauté de Abu Hasan. C’est la meilleure chose dont nous pouvions rêver. Cette année la production est trois fois plus élevée que ces trois dernières années» a dit avec joie Abu Hasan.

Ces projets ont aidé les agriculteurs à rester sur leurs terres, à nourrir leurs familles et même à produire des légumes et des fruits pour répondre aux besoins des habitants des villages environnants. 

Gauche: La FAO a mis en place des cliniques vétérinaires mobiles en Haïti en vue d’aider les familles touchées par l’ouragan Matthew à soigner leurs animaux d’élevage. Voici des agriculteurs avec certaines de leurs vaches qui viennent d’être soignées.
Droite: Des agriculteurs dans le village syrien de al-Rabeha qui récoltent leurs cultures après que l'alimentation en eau a été rétablie en faveur de plus de 40 000 familles dans leur collectivité dans le cadre d'un projet de la FAO.

Torbeck, une commune du sud d'Haïti, a été gravement touchée par l'ouragan Matthew. Des personnes ont perdu la vie, des milliers de maisons ont été détruites, des milliers d’hectares de cultures et d’arbres ont été dévastés, et des milliers d’animaux ont péri, et ceux qui ont survécu sont souvent malades.

La FAO a mis en place des cliniques vétérinaires mobiles en Haïti pour aider les familles touchées à soigner leurs animaux d’élevage. Chaque clinique vétérinaire mobile dispose d’un vétérinaire et deux agents vétérinaires qui voyagent dans les zones affectées afin d’effectuer des évaluations sur la santé et la nutrition animale et de fournir des soins préventifs et des traitements médicaux.

«La FAO est la seule organisation qui dispense des soins vétérinaires à nos animaux. Nous ne pourrions pas nous permettre de payer un vétérinaire privé pour ces types de services» dit Juceline Philippe Beauvoir, une habitante de Torbeck.

Lorsque les moyens de subsistance sont diminués ou qu’ils doivent être abandonnés, les gens n’ont peut-être pas d'autre choix que de partir en quête de sécurité ou de nouvelles solutions pour se nourrir ainsi que pour nourrir leurs familles. Par contre, les personnes qui disposent de moyens de subsistance résilients sont mieux préparés et se retrouvent ainsi mieux armés pour faire face aux chocs.

Sanihan vit dans le nord du Mali avec 13 membres de sa famille. Chaque année, la période de soudure constitue un défi majeur pour Sanihan. Toutefois, cette année, elle s’est inscrite au programme «caisses de résilience» de la FAO, qui vise à améliorer la sécurité alimentaire et la nutrition des populations vulnérables en renforçant la résilience de leurs moyens de subsistance.

Pendant la période de soudure, la FAO a fourni des semences ainsi que des transferts monétaires. Pour la première fois en cinq ans, les familles ont pu semer sur la totalité de leur parcelle. «Aujourd'hui je ne m’inquiète plus lorsque la période de soudure arrive à sa fin, ou de ce qui arrivera l'an prochain, car nous nous lançons dans de nouvelles activités, ce qui nous rendra plus forts pendant les périodes difficiles» déclare Sanihan. 

Des femmes recevant des transferts monétaires au Mali dans le cadre du programme "caisses de résilience". Outre les transferts monétaires, la FAO fournie également des semences pour que les familles puissent semer leur cultures.

Abu Hasan, Sanihan et Juceline ne sont que trois exemples des millions de personnes qui ont bénéficié de l'assistance d'urgence de la FAO.  Les moyens de subsistance constituent la meilleure défense des populations rurales contre la faim et la malnutrition. C’est là que commence la Faim Zéro. Pour répondre aux besoins immédiats et à long terme des personnes touchées par des crises, l’agriculture ne peut faire l'objet d'une réflexion après coup.  Face à d'énormes difficultés, elle reste la base des moyens de subsistance en milieu rural. 

«La FAO est la seule organisation qui dispense des soins vétérinaires à nos animaux. » - Juceline Philippe Beauvoir

La FAO travaille dans plus de 50 pays, avant, pendant et après les crises afin de fournir une aide d'urgence à ceux qui dépendent de l'agriculture pour survivre. S’assurer que les populations peuvent continuer à produire leur nourriture et à gagner leur vie signifie qu’ils peuvent être mieux préparés face aux chocs et qu’ils peuvent mieux y faire face. Elles disposent de sources de revenus plus importantes et plus diversifiées, et leurs familles sont mieux nourries et s’alimentent mieux. Plus important encore, elles ont le choix de rester à la maison si cela ne présente aucun risque. 


À lire aussi: