Transformer l'alimentation et l'agriculture pour réaliser les Objectifs de développement durable


20 actions pour mettre en œuvre le Programme 2030

Une nouvelle publication de la FAO détaille 20 actions pour mettre en œuvre le Programme 2030. Elle comprend des études de cas montrant comment ces actions sont mises en pratique autour du monde. ©Veejay Villafranca/NOOR for FAO

29/03/2019

L'action est au cœur des Objectifs de développement durable (ODD). En tant que lien fondamental entre les hommes et la planète, l'alimentation et l'agriculture durables peuvent être à l'origine de changements positifs. Dans une nouvelle publication intitulée Transformer l'alimentation et l'agriculture pour réaliser les ODD, la FAO présente 20 actions pour aider les pays à inclure l'agriculture durable et le développement rural dans leurs objectifs de développement plus larges. Ces 20 actions offrent un guide pratique pour la mise en œuvre du Programme 2030. Voici quelques exemples:

1. Diversifier pour accroître la productivité, créer de l'emploi et ajouter de la valeur dans les systèmes alimentaires

Les systèmes de production alimentaire doivent répondre à une population qui croît rapidement, à des régimes alimentaires qui évoluent, à une plus grande urbanisation, à la hausse de l'obésité et de la malnutrition et à des ressources naturelles de plus en plus sollicitées et touchées par le changement climatique.

Pour faire face à cet enjeu, il est possible de diversifier la production. Par exemple, au Chiapas, au Mexique, les producteurs de café ont recours à l'agroforesterie dans leurs exploitations. Les arbres entrelacés y créent de la pénombre et la température dans les champs est de 2 à 3 degrés inférieure à celle des autres champs. Cela permet de réduire la perte d'eau qui se produit avec l'évaporation du sol et la transpiration des plantes, et donc d'augmenter la résilience des sols à la sécheresse. Les rendements des récoltes dans les systèmes agroforestiers sont comparables à ceux obtenus avec des engrais synthétiques. Ils sont aussi plus stables. Ils produisent par ailleurs moins d'émissions de gaz à effet de serre.

2. Protéger les pollinisateurs, préserver les ressources naturelles

La production durable dans l'agriculture, dans la foresterie et dans la pêche suppose qu'une attention particulière soit accordée à la gestion et à l'utilisation des ressources naturelles, telles que les sols, l'eau, l'énergie et la biodiversité. Il existe de nombreuses possibilités pour préserver ces ressources tout en augmentant la productivité agricole et en améliorant les moyens d'existence.

Protéger les pollinisateurs est, par exemple, essentiel à notre production alimentaire. Les pollinisateurs, tels que les abeilles, les oiseaux et les chauves-souris, sont essentiels à la production agricole mondiale, car ils stimulent les rendements de 87 des principales cultures vivrières dans le monde. Pourtant, les pollinisateurs sont menacés dans le monde entier. Au Ghana, les cultivateurs de légumes ont pour habitude de délimiter leurs champs avec des rangées de plants de manioc. La plupart des variétés de manioc fleurissent trois mois après avoir été plantées, produisant de grandes quantités de nectar qui attire les abeilles et d'autres insectes. Les cultures maraîchères comme celles de l'aubergine et de la tomate - pas très attrayantes pour les pollinisateurs - profitent alors de leur présence dans les fleurs de manioc.

À gauche: Les rendements des récoltes dans les systèmes agroforestiers sont comparables à ceux obtenus avec des engrais synthétiques et produisent moins d'émissions de gaz à effet de serre. © FAO A droite: Protéger les pollinisateurs est essentiel à notre production alimentaire. Ils stimulent les rendements de 87 des principales cultures vivrières dans le monde. Pourtant, ils sont menacés dans le monde entier. ©FAO/James Cane

3. Promouvoir une croissance inclusive pour améliorer les moyens d'existence et encourager les économies participatives

Une croissance inclusive, c'est faire en sorte que l'expansion économique soit synonyme de meilleur niveau de vie pour tous, que des opportunités soient créées et que les moyens d'existence dans et entre les sociétés soient améliorés.

Au Honduras et au Guatemala, les peuples autochtones représentent plus de 7 millions de personnes. Elles comptent souvent parmi les plus pauvres de la région et leurs moyens d'existence dépendent fortement des ressources naturelles. Souvent, elles ont peu ou pas accès à la terre ou à la propriété, ce qui les empêche d'investir dans des activités génératrices de revenus. En 2016, le gouvernement hondurien a reconnu que l'ethnie des Mosquitos était propriétaire de plus d'un million d'hectare de terres communales. C'est notamment grâce au partenariat FAO-Banque mondiale, qui a permis de concevoir un plan d'investissement pour délimiter et enregistrer de nouveaux titres fonciers dans la région de La Mosquitia, au Honduras. Un plan d'action a également été lancé pour promouvoir la conservation des ressources naturelles et la gestion durable des territoires autochtones. 17.500 familles autochtones sont maintenant en mesure d'accéder aux ressources naturelles de leur territoire et de les gérer.

4. Renforcer la résilience des personnes, des communautés et des écosystèmes

La résilience est un facteur important pour assurer une agriculture, une pêche et une foresterie durables. Des phénomènes, tels que les catastrophes naturelles extrêmes, la volatilité du marché, les conflits civils, l'instabilité politique ou les épidémies de maladies nuisent à la productivité et à la stabilité de l'agriculture. Près de 25% des dommages et des pertes causés par les catastrophes naturelles et les autres types de catastrophes dans les pays en développement se produisent dans le secteur agricole.

La fièvre de la vallée du Rift, une maladie zoonotique transmise par les moustiques, provoque des décès généralisés chez les jeunes ruminants. Elle peut aussi toucher les personnes qui entrent en contact direct avec les animaux, comme leurs propriétaires, les vétérinaires et les bouchers. Cette maladie mortelle peut dévaster les moyens d'existence et les communautés. C'est pourquoi il est crucial d'anticiper. Ainsi, la vaccination préventive des animaux contribue à minimiser les effets non seulement sur le bétail, mais aussi sur la santé humaine. La FAO collabore avec plusieurs pays, dont le Kenya et la Tanzanie, pour élaborer des plans d'urgence et s'assurer qu'ils soient opérationnels. 

Les catastrophes naturelles extrêmes, la volatilité du marché, les conflits civils, l'instabilité politique ou les épidémies de maladies nuisent à la productivité et à la stabilité de l'agriculture. La résilience est un facteur important pour assurer une agriculture, une pêche et une foresterie durables. ©FAO/Ami Vitale

5. Adopter une approche holistique pour adapter la gouvernance aux nouveaux défis

La transition vers une agriculture et des systèmes alimentaires plus durables nécessite une approche multidimensionnelle. Les actions ne doivent pas seulement promouvoir des changements de pratiques, mais aussi la nécessité de créer des alliances politiques avec les acteurs qui se trouvent à la fois à l'intérieur et à l'extérieur des secteurs de l'alimentation et de l'agriculture.

Dans le delta du Mékong, au Viet Nam, diverses mesures incitatives cofinancées par des programmes publics, des investissements du secteur privé et des initiatives de la société civile aident les pêcheurs de crevettes à se conformer à la réglementation sur la restauration et la protection des mangroves. Le secteur privé offre ainsi des primes financières pour chaque hectare de mangroves conservé dans les fermes aquacoles. Il a également mis au point une certification pour les crevettes élevées dans des zones de mangrove et d'aquaculture intégrées, offrant une prime de 10% pour les crevettes certifiées biologiques.

La prise en compte d'une alimentation et d'une agriculture durables dans les stratégies et les plans d'action nationaux de développement nécessite des programmes et des politiques intégrés, des objectifs et des cibles interdépendants et un suivi régulier des progrès. Cette publication offre aux décideurs les éléments nécessaires pour progresser vers la réalisation des objectifs mondiaux et atteindre l'objectif #FaimZéro d'ici à 2030.


Pour en savoir plus

 

 

2. Zero hunger, 13. Climate action, 15. Life on land