La FAO, votre nouveau restaurant de fruits de mer local?


Pourquoi deux restaurants du sud de l'Italie portent le nom de la FAO

Les zones de pêche de la FAO ont inspiré des restaurants du sud de l'Italie. Pour les consommateurs, il est de plus en plus important de savoir d’où vient le poisson et de s’assurer qu’il provient d’une source durable. C’est aussi essentiel pour préserver la disponibilité de ces ressources pour les générations futures. ©FAO/Pier Paolo Cito

18/10/2019

Dans la province de Brindisi, située dans la péninsule du Salento dans le sud de l'Italie, deux restaurants portent le nom de la FAO. Pourquoi? Parce que leurs propriétaires ont décidé les baptiser du nom de la zone de pêche de la FAO à laquelle ils appartiennent.

Le premier de ces restaurants, appelé Zona FAO 37.1.2.2.3, a été ouvert par Claudio D'Arpa il y a 7 ans à Torchiarolo, une ville située à environ 25 kilomètres au sud de Brindisi. Le deuxième, simplement appelé FAO 37, a été ouvert par Antonio Di Salvatore en 2017 dans le centre de Brindisi. L'Italie, comme vous l'avez peut-être deviné, se trouve dans la zone de pêche 37 de la FAO. Ces deux restaurants sont fiers de servir tous les jours du poisson frais pêché par les pêcheurs locaux dans le sud de la mer Adriatique.

La délimitation des zones de pêche de la FAO remonte en fait aux années 1950, lorsque la communauté internationale a estimé que les océans et les mers du monde avaient besoin d'une meilleure gestion et d’une meilleure évaluation des stocks de poissons. Dirigée par la FAO, cette coalition internationale a divisé les masses d'eau en zones. L'Atlantique Nord-Ouest est la zone 21, le Pacifique Sud-Est la zone 87 et la mer Noire et la Méditerranée, qui entoure les Pouilles, la zone 37.

"J’ai pensé que nommer mon restaurant Zona FAO 37.1.2.2.3 était une bonne idée et que cela allait attirer des clients. Mais en réalité, j'ai rapidement compris que la plupart de mes nouveaux clients ne connaissaient pas bien les zones de pêche de la FAO. Alors, j'ai commencé à leur expliquer que la mer Méditerranée était divisée en parties", raconte Claudio. Le propriétaire du restaurant achète du poisson frais tous les matins. Le soir, il sert les plats. Giovanna, sa femme, est à la fois cheffe et comptable du restaurant. Elle prépare des risottos et des spaghettis avec la pêche du jour. Chaque fois qu'elle entend son mari parler des zones de pêche de la FAO, elle lui lance un regard depuis ses cuisines puis elle rit.

"Aujourd'hui, beaucoup de gens ont entendu parler des zones de la FAO parce qu'ils voient les étiquettes sur les marchés. Mais on m'interroge encore de temps en temps à leur sujet", explique Claudio.

A gauche : Antonio di Salvatore (à gauche), propriétaire du restaurant FAO 37 à Brindisi et Massimo Giuliani (à droite), propriétaire d'une poissonnerie, transportent le poisson frais qui sera servi au menu du jour. A droite : Giovanna Stefanelli prépare des spaghettis aux fruits de mer au restaurant FAO 37 1.2.3 de la zone FAO 37 1.2.3 grâce à la pêche du jour. ©FAO/Pier Paolo Cito

En fait, de plus en plus de consommateurs s'intéressent à l'origine du poisson qu’ils consomment et de leur nourriture en général. Savoir que le poisson provient de la zone la plus proche de chez vous assure une certaine qualité et fraîcheur. "Il y a une très grande différence entre le poisson pêché par nos pêcheurs et le poisson congelé provenant d'autres zones de la FAO", explique Antonio Di Salvatore, propriétaire du restaurant FAO 37. "Si je ne trouve pas telle variété de poisson frais sur le marché local (à cause du mauvais temps qui empêche les pêcheurs de sortir, par exemple), je ne le remplace pas par du poisson congelé. "

Aujourd’hui, les gens s’intéressent non seulement à la qualité et à la fraîcheur du poisson, mais aussi à sa durabilité. Les zones de pêche permettent de vérifier que les produits de la mer vendus proviennent de ressources durables et qu’ils ont été pêchés légalement. Elles assurent la traçabilité : à la fois pour des raisons de qualité et de sécurité sanitaire (s'assurer que la chaîne du froid n'a pas été rompue, par exemple), mais aussi pour vérifier que le poisson est légal, c'est-à-dire qu'il provient de la pêche autorisée, que les quotas et autres réglementations de pêche ont été respectés et que tant les exportateurs que les importateurs respectent les règles.

"Les zones de pêche de la FAO sont un système complet qui permet au consommateur de prendre une décision en connaissance de cause", explique Ruggero Urbani, vétérinaire et inspecteur de l'Agence italienne de la santé.

La lutte contre la pêche illégale est un élément essentiel pour assurer la durabilité, veiller à la santé de nos écosystèmes océaniques et préserver les ressources halieutiques pour les générations futures. La FAO est un ardent défenseur de cette question et a contribué à la création de l'Accord relatif aux mesures du ressort de l’Etat du port, le tout premier accord international juridiquement contraignant contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN).

Selon les estimations, environ un poisson sur cinq pêché dans le monde chaque année provient de la pêche INN, ce qui représente une valeur annuelle totale pouvant atteindre 23 milliards de dollars. Pour les 59,6 millions de personnes dans le monde qui dépendent de la pêche et de l'aquaculture pour leur existence, cela peut être préjudiciable.

Les zones de pêche de la FAO aident la communauté internationale à mieux gérer ses océans et ses mers et à surveiller les stocks de poissons, une étape nécessaire dans la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). ©FAO/Pier Paolo Cito

Les zones de pêche de la FAO aident la communauté internationale à faire en sorte que les ressources soient utilisées de manière durable et que les consommateurs puissent faire des choix en toute connaissance de cause.

Le poisson est un élément important pour une alimentation saine. Il constitue une source essentielle de protéines pour des millions de personnes dans le monde. Pour certaines communautés de pêcheurs, c'est la principale source de nourriture et ces ressources marines sont nécessaires à leur sécurité alimentaire. La pêche illégale peut la menacer, non seulement en faisant disparaître ces ressources, mais aussi en sapant les moyens d’existence de millions de personnes dans le monde qui dépendent de ces revenus pour subvenir à leurs besoins.

Pour veiller à ce que les ressources en poissons et en fruits de mer demeurent disponibles, pour les citoyens d’aujourd’hui et pour les générations futures, nous devons veiller à les utiliser de façon durable. Cela nous permettra de rester sur la bonne voie pour atteindre l’objectif d’un avenir #FaimZéro, où la sécurité alimentaire est préservée.


En savoir plus

 

2. Zero hunger, 12. Responsible consumption and production, 14. Life below water