eLocust3: comment les nouvelles technologies ont permis de résoudre un problème séculaire


La technologie innovante de la FAO contribue à protéger les moyens d’existence des populations dans des dizaines de pays

Des années peuvent être nécessaires pour maîtriser les infestations acridiennes qui nuisent aux moyens d’existence et à la sécurité alimentaire de millions de personnes. ©FAO/Yasuyoshi Chiba

08/11/2019

Leur taille est modeste mais ils sont puissants. Dévastant les cultures, les criquets sont parmi les plus anciens ravageurs du monde et constituent une menace grave pour la production agricole et la sécurité alimentaire. Si les infestations ne sont pas détectées rapidement, des invasions massives peuvent se développer, qui nécessiteront souvent plusieurs années et des centaines de millions de dollars pour être maîtrisées. Une invasion de criquets pèlerins, l’une des espèces de criquets les plus dangereuses, peut aisément toucher 20% de la surface terrestre, ruinant potentiellement les moyens d’existence d’un dixième de la population mondiale.

Des dizaines de millions de criquets peuvent voler jusqu’à 150 kilomètres par jour grâce aux courants aériens, couvrant ainsi de vastes étendues. Un criquet pèlerin adulte consomme à peu près l’équivalent de son propre poids, soit environ 2 grammes de matière fraiche par jour. Pour avoir une idée, même un très petit essaim va consommer en une seule journée une quantité de nourriture comparable à celle d’environ 35 000 personnes. Les conséquences sur la sécurité alimentaire sont lourdes ; les impacts peuvent être réellement dévastateurs.

Introduction à eLocust3

Pendant plus de 40 ans, la FAO a soutenu les pays à risque dans leur lutte contre les infestations acridiennes. Pour ce faire, les données sont essentielles. La FAO a développé un outil novateur qui permet aux équipes de terrain à travers le monde de cartographier les déplacements de criquets dans différents pays et de lancer des opérations pour contenir un essaim avant qu’il ne cause de graves dégâts.

L’application eLocust3 de la FAO permet aux équipes de terrain de transmettre des informations depuis des zones désertiques reculées jusqu’au centre national antiacridien et également au siège de la FAO à Rome. À gauche: ©FAO/Keith Cressman. À droite: ©FAO

Le dispositif eLocust3 de la FAO est une application dédiée sur une tablette portable, disponible en anglais, en français et en arabe, qui enregistre et transmet les données en temps réel par liaison satellite aux centres nationaux antiacridiens et au Service d’information sur le Criquet pèlerin (DLIS), basé au siège de la FAO à Rome. Depuis 2015, 450 de ces dispositifs portables ont été distribués aux équipes de terrain de 24 pays d’Afrique du nord, du Proche-Orient et d’Asie du Sud-Ouest, permettant la transmission en temps réel de données, depuis les jeeps au beau milieu du désert jusqu’aux centres nationaux antiacridiens puis au centre d’opérations au siège de la FAO. Les chargés nationaux de l’information acridienne, qui suivent tous une formation rigoureuse pendant 11 mois à Rome, dirigent les équipes de terrain en vue de recueillir, rassembler et analyser les données et de les partager avec les pays voisins.

Le suivi permanent des données et les images satellite permettent à la FAO d’établir des prévisions jusqu’à 6 semaines. Les données d’eLocust3 offrent au DLIS une vision d’ensemble de la position exacte des criquets dans le monde, permettant de prévoir les directions des vols et de lancer des alertes rapides aux pays à risque, qui peuvent alors déclencher des opérations de lutte.

Etape suivante – La technologie des drones

Les équipes terrestres fournissent un excellent travail de collecte de données mais il est quasiment impossible de couvrir toutes les zones dans des pays comme la Mauritanie ou le Soudan, dont les déserts sont plus étendus que la superficie de l’Italie.

Bien que les estimations de précipitations et de surfaces de végétation verte basées sur des images satellites aident les équipes terrestres à se concentrer sur de plus petites zones, des erreurs peuvent subsister sur les images et celles-ci sont souvent disponibles trop tard. Pour surmonter ce problème, la FAO a recours à la technologie des drones, avec le kit eLocust3, afin de permettre aux équipes de terrain de faire des prospections plus efficaces et de couvrir des zones plus étendues.

Le drone à voilure fixe est capable de voler environ 100 kilomètres tout en collectant des données sur la localisation de la végétation verte et de traiter les images sous forme de carte. À son tour, la carte sert de guide aux équipes de prospection sur le terrain pour réaliser une inspection plus poussée à l’aide d’un drone à voilure tournante sur des zones allant jusqu’à 5 kilomètres carrés de superficie. Si des infestations significatives sont détectées, un drone de lutte peut même pulvériser des pesticides, efficacement et en toute sécurité, arrêtant les criquets avant qu’ils ne forment des essaims et minimisant l’exposition des humains aux pesticides. Un prototype de ces drones devrait être disponible dans les pays concernés en 2020.

Une capture d’écran du dispositif eLocust3. Les zones en rouge indiquent la présence de végétation verte et fraîche, celle que préfère le criquet pèlerin. Les zones en noir montrent de la végétation plus âgée, que les criquets n’apprécient pas. Cela aide les équipes locales à savoir où chercher les essaims de criquets. ©FAO

Les criquets et les autres migrateurs nuisibles représentent un problème mondial. Des efforts transnationaux, coordonnés et en temps opportun sont nécessaires pour prévenir et limiter efficacement l’expansion des invasions. En tant qu’organisation neutre, la FAO est bien placée pour offrir son expertise, même dans les zones sensibles. En 2019, la FAO a pris part pour la première fois à une réunion transfrontalière conjointe entre l’Inde et le Pakistan en vue d’échanger des informations sur les opérations de lutte en cours dans les deux pays. La participation de la FAO à cette réunion est une reconnaissance de l’importance de son expertise et de son travail dans cette région.

Les initiatives relatives à eLocust3 et aux drones sont des exemples concrets de recours à l’innovation pour résoudre un problème séculaire. Les nouvelles technologies - mais surtout leur application de manière innovante - sont essentielles pour surmonter les défis actuels. Des partenariats globaux et solides entre les pays et les organisations et des solutions innovantes appliquées à grande échelle permettent de travailler ensemble pour atteindre les Objectifs de développement durable d’ici à 2030.


Pour plus d’informations:

1. No poverty, 2. Zero hunger, 9. Industry innovation and infrastructure