Au Pakistan, les compétences et les semences acquises par le passé ont pris une toute autre importance pour les communautés rurales


Comment le renforcement de la résilience a aidé les agriculteurs pakistanais à traverser la crise du COVID-19

Pour de nombreux agriculteurs ruraux, le confinement est un défi pour leurs moyens d’existence. Pour Mansab, les compétences agricoles acquises l'année dernière à la ferme-école de la FAO sont devenues encore plus précieuses pendant cette crise. FAO

Jusqu'à récemment, Mansab Mai travaillait comme producteur de lait. Le district de Muzaffargarh au Pakistan, où vit sa famille de neuf personnes, est réputé pour sa production de lait. Le bétail y constitue une part importante des moyens d’existence des habitants. Presque chaque ménage possède des vaches ou des chèvres. Cependant, depuis la fermeture du pays pour contenir la pandémie de COVID-19, la famille de Mansab conserve le lait pour sa propre consommation.

Le mari et le fils aîné de Mansab sont maçons et travaillaient à la journée, mais en raison de la crise, ils sont sans emploi depuis quelques mois. Avec sept enfants, la famille comptait sur ce revenu pour subvenir à ses besoins. Ils n’avaient aucune épargne disponible.

Depuis que les Etats du monde entier ont introduit des mesures de confinement pour contenir la pandémie de COVID-19, la situation de Mansab est devenue monnaie courante. Les petits exploitants agricoles et les communautés rurales subissent déjà les conséquences négatives sur leurs moyens d’existence. Pour de nombreuses personnes, les restrictions visant à contenir la propagation du virus ont réduit ou complètement arrêté leur capacité de travail. 

Semer des graines

Heureusement, quelques mois seulement avant le début de la crise mondiale, Mansab avait pris la décision de changer de vie. Avec d’autres femmes, elle a participé à la ferme-école de la FAO (Farmer Field School) en novembre 2019. Elles ont reçu des graines de canola pour les aider à anticiper la saison des cultures. L'huile de canola peut être utilisée pour la consommation des ménages et être vendue à un bon prix.

Avec ces graines et ces nouvelles connaissances, Mansab, son mari et son fils aîné ont préparé et labouré un petit bout de terre familiale avant de semer les graines. Elle espérait obtenir une bonne récolte, mais comme elle n'avait jamais cultivé que du blé et des légumes dans le passé, elle était incertaine des résultats.

Tout au long du cycle agricole, la FAO a fourni un soutien technique, aidant les agriculteurs à prendre des décisions clés sur la préparation des terres, les besoins en engrais, les méthodes de lutte biologique contre les ravageurs et les techniques de récolte. Grâce à cette aide, Mansab avait confiance dans le succès de cette nouvelle activité.

Après avoir participé à une ferme-école de la FAO en novembre dernier (à gauche), Mansab (à droite) a appris à planter des graines de canola, assurant ainsi un revenu à sa famille pendant la crise actuelle. FAO

Nouvelle réalité, nouvelle récolte

En avril 2020, le COVID-19 s'était répandu dans toutes les provinces du Pakistan, la province du Pendjab étant la plus sévèrement touchée par l'épidémie. Le Pendjab a non seulement connu le plus grand nombre de cas de COVID-19, mais le virus a eu un effet majeur sur les revenus de sa population. Beaucoup de personnes dans cette région, comme le mari de Mansab, étaient des travailleurs journaliers, de sorte que lorsque les industries ont fermé, ils ont perdu leurs revenus. 

Heureusement, c'est aussi à cette époque que le canola, dont Mansab avait passé de nombreux mois à s'occuper, était prêt pour la récolte. Cette récolte de canola a été une lueur d'espoir pour Mansab et sa famille.

Les nouvelles compétences de Mansab et son travail acharné ont permis d'obtenir un rendement élevé de canola qu'elle a pu vendre pour 13 000 PKR (environ 81 dollars EU), soit assez pour faire vivre sa famille pendant deux mois et demi.

"La récolte de canola a apporté un soulagement bienvenu pour notre famille", a déclaré Mansab. "Le bénéfice que nous avons réalisé en vendant le canola nous aidera à nous en sortir en ces temps difficiles. Nous allons extraire de l'huile comestible des 10 kilos de canola restants", a-t-elle ajouté. 

Un élément essentiel du travail de la FAO et de ses fermes-écoles consiste à renforcer la résilience des populations, en particulier des communautés rurales. De meilleures méthodes agricoles, des méthodes de stockage, des plans d'épargne, l'accès à de nouveaux marchés : ce sont autant de stratégies enseignées pour aider les agriculteurs à traverser les crises, qu'il s'agisse de catastrophes naturelles, de conflits d'origine humaine ou même de pandémies. La FAO utilise aussi aujourd’hui le réseau des fermes-écoles pour communiquer des mesures d'information sur l'hygiène et la nutrition afin d'aider les agriculteurs, hommes et femmes, à ralentir la propagation du COVID-19.

Soutien aux agriculteurs dans tout le pays

Au-delà de la province du Pendjab, la FAO, en observant les mesures de sécurité pour contraindre la propagation du virus, a également donné des fournitures et une aide pratique aux agriculteurs touchés par les conséquences de la pandémie de COVID-19.

Dans le district de Tharparkar dans le Sindh, la FAO, avec le soutien de la Banque mondiale, distribue des kits de légumes et construit de petits réservoirs d'eau avec des pompes à eau submersibles solaires intégrées pour irriguer les terres de 25 villages du district. Le projet a également fourni des abreuvoirs pour les animaux et des petits systèmes d'irrigation au goutte-à-goutte pour les potagers de ces villages afin de soutenir la sécurité alimentaire de ces petits exploitants.

La formation de la FAO en matière de santé et de sécurité sensibilise à l'importance du lavage des mains pour ralentir la propagation du virus COVID-19. FAO

De nombreux marchés étant fermés et les transports considérablement ralentis, l'obtention d'aliments pour animaux a constitué un problème important pour les nombreux agriculteurs qui dépendent du bétail comme principale source de revenus. La FAO a distribué des aliments pour animaux à 1 436 ménages parmi les plus vulnérables, aidant ainsi ces éleveurs à traverser la crise.

La santé et la sécurité sont, bien entendu, d'autres considérations majeures dans les zones rurales, qui ont parfois un accès limité aux fournitures ou aux traitements médicaux. Dans plusieurs provinces du Pakistan, la FAO a dispensé des formations pratiques pour démontrer les meilleures pratiques en matière de sécurité sanitaire. Cette formation comprenait des sessions sur l'importance des mesures préventives telles que le lavage des mains, la distanciation physique et d'autres pratiques de santé et d'hygiène, qui aident les gens à rester en sécurité pendant l'épidémie de COVID-19. 

De nombreux agriculteurs à travers le monde, comme Mansab, sont confrontés à de nouveaux défis dévastateurs pour leurs moyens d’existence. Pour beaucoup, il ne s'agit là que d'une crise de plus à surmonter. Les périodes de crise se multipliant, la résilience est essentielle. La FAO soutient les agriculteurs et les communautés rurales et travaille avec eux pour s'assurer qu'ils sont capables de faire face à ces nouveaux défis et qu'ils sont équipés pour faire face aux changements provoqués par le COVID-19. Aujourd'hui et à l'avenir, la FAO continue d'aider les communautés à mieux faire face à ces crises afin que les familles puissent subvenir à leurs besoins y compris après ces temps difficiles.


En savoir plus

1. No poverty, 8. Decent work and economic growth, 15. Life on land