Au Salvador, l'agriculture durable aide les familles à surmonter un énième défi


Grâce à son approche agroécologique, une agricultrice a pu surmonter les épisodes de sécheresse, les inondations et désormais la pandémie de COVID-19.

Celia a continué à travailler tout au long de la pandémie de COVID-19, fournissant des légumes frais à sa famille et à sa communauté. ©FAO/Omar Arriola

07/07/2020

Dans leur ferme maraîchère au Salvador, Celia Osegueda et ses deux fils se battent année après année contre des conditions climatiques difficiles. Leur parcelle se trouve près de la côte du Pacifique, dans une région du pays où les sécheresses intenses et les inondations soudaines sont monnaie courante. Mais récemment, ce n’est pas à des conditions climatiques difficiles qu’ils ont dû faire face, mais à une pandémie mondiale.

Celia et sa famille n'ont pas eu d'autre choix que de continuer à travailler. Pandémie ou pas, elle et les autres membres de sa communauté de San Luis Talpa comptent sur sa production de légumes pour pouvoir manger des aliments nutritifs. Celia est l'une des ces héroïnes de l’alimentation qui a travaillé pour maintenir la sécurité alimentaire du pays pendant ces temps difficiles. 

Mais pour Celia n’a pas toujours fait pousser des cultures capables de survivre à des périodes difficiles. Autrefois, avec sa famille, elle ne produisait que les cultures de base traditionnellement pratiquées dans le pays, comme les haricots, le maïs et le sorgho. Mais ces cultures souffrent beaucoup des excès de pluie ou des autres effets du changement climatique. Son exploitation agricole était en difficulté, jusqu'à ce qu'elle participe à un projet de la FAO dans sa région, où elle a appris des pratiques résistantes au climat et les avantages de la diversification de ses cultures.

Après une formation en production agricole durable, Celia et d'autres habitants de la région sont maintenant en mesure de cultiver des produits saisonniers et nutritifs, notamment des tomates, des piments et des concombres. ©FAO/Omar Arriola

Des cultures de base aux produits très demandés

En 2018, avec l'aide de la FAO, elle a commencé à mettre en œuvre des pratiques respectueuses du climat et de l'environnement dans son exploitation agricole. Ce modèle de production durable a été élaboré dans le cadre d'un projet de la FAO qui visait à réduire l'utilisation de pesticides dans la communauté de San Luis Talpa. Le projet enseigne des pratiques biologiques, notamment l'utilisation de pesticides naturels fabriqués par les agriculteurs de la communauté, et encourage la diversification des cultures, qui sont mieux adaptées aux effets du changement climatique.

Des systèmes d'irrigation ont également été mis en place, permettant aux familles de cultiver des concombres, des piments, des radis, des tomates et des plantes aromatiques. Rapidement, Celia est passée de l'agriculture de subsistance à la culture de ces plantes horticoles sur sa ferme. 

"Maintenant, même en pleine pandémie de COVID-19, nous produisons des piments et des tomates sur notre parcelle. Nous récoltons des piments tous les huit jours et nous en ramassons trois ou quatre sacs. Nous cueillons également des tomates tous les deux jours". 

Ces cultures aident les agriculteurs familiaux à avoir une alimentation plus nutritive et à gagner un meilleur revenu. Cette stratégie "du champ à la table" permet aux familles de vendre leurs produits aux autres membres de la communauté, ainsi qu'aux restaurants servant les touristes sur la côte salvadorienne voisine.

"Ici, dans cette communauté, nous avons appris à produire nos légumes dans une optique agroécologique. Avant, nous ne plantions que du maïs, du sésame et du manioc. Maintenant, grâce à la FAO, nous avons diversifié nos cultures et nous pouvons même apporter nos légumes au marché et aux restaurants locaux", se réjouit Celia.

Le projet de la FAO a aidé les agriculteurs familiaux du Salvador à produire des cultures mieux adaptées aux sécheresses, aux pluies excessives et aux autres effets du changement climatique. ©FAO/Omar Arriola

La production alimentaire pendant la pandémie 

Avant l'arrivée du coronavirus dans le pays, Celia vendait la plupart de ses produits aux restaurants locaux.  Cela a changé car les restaurants ont été contraints de fermer en raison des mesures de confinement. Elle vend désormais ses produits à son domicile, en respectant les mesures d'hygiène.

"Nous vendons nos produits à moindre coût aux familles pour les aider. Grâce à notre récolte, nous améliorons aussi la situation à la maison. Je gagne de l’argent et je peux donner une meilleure nourriture à mes enfants. Dieu merci, nous avons notre parcelle en ces temps de crise", dit Celia. 

"La FAO nous a été d’un grand soutien. Nous n'avions jamais reçu une telle aide auparavant. Maintenant, je me sens plus motivée et j'aimerais augmenter ma production et la distribuer sur d'autres marchés, pas seulement les marchés locaux."

La FAO travaille avec le gouvernement du Salvador et les autorités locales pour minimiser les impacts de la pandémie de COVID-19 sur les familles de producteurs et renforcer la production agricole au Salvador. En renforçant la résilience des familles d'agriculteurs et en les dotant des outils nécessaires pour subvenir aux besoins de leurs familles en temps de crise comme la pandémie de COVID-19, la FAO soutient le redressement économique des familles rurales au Salvador. 

Derrière chaque chose que nous mangeons, il y a toujours quelqu'un qui l'a produite, plantée, récoltée, pêchée ou transportée. Nous remercions ces #HérosDelAlimentation (#FoodHeroes) qui, quelles que soient les circonstances, continuent à fournir de la nourriture à leurs communautés et au-delà et aident ainsi à faire pousser, à nourrir et à maintenir notre monde.


 En savoir plus 

2. Zero hunger, 8. Decent work and economic growth, 15. Life on land