INFORMATIONS SUR L'AMENAGEMENT DES PÊCHES DANS LA RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

Novembre 2003

 

EMPLACEMENT DES PRINCIPAUX SITES DE DÉBARQUEMENTS

La côte algérienne est divisée en quatorze wilayas maritimes. Chaque wilaya renferme un certain nombre de ports, d’abris de pêche et de plages d’échouage.
Soixante quatre (64) sites de débarquements longent la côte algérienne à savoir:

  • 32 ports;
  • 23 plages d’échouage;
  • 04 sites d’abris aménagés;
  • 05 sites d’abris naturels.

Les principaux sites de débarquements sont des ports et sont en nombre de treize (13).
Les tableaux 1 et 2 ainsi que la carte représenté ci dessous synthétisent la position géographique, les caractéristiques et la production halieutique de chaque port.

Tableau N°1: le sites de débarquements

Région

Wilaya maritime

Ports

Coordonnées

 géographiques

Caractéristique

    du port

Centre

Alger

Alger

03°02’00″ E

36°50’00″ N

 

       Mixte (pêche+plaisance)

 

Tipaza

 

Bouharoun

02°39’35″ E

36°37’55″ N

pêche

Cherchell

02° 11’ 17″E

 36° 36’36″N

Est

Jijel

de Jijel

04°65’00″ E

36°95’00″ N

pêche

Ziama

 Mansouria

05°29’00″ E

36°40’36″ N

Skikda

Stora

06°53’50″ E

36°53’90″ N

Annaba

Annaba

07°46’00″ E

36°54’30″ N

       Mixte    (pêche+commerce)

El Tarf

El Kala

08°26’30″ E

36°42’00″ N

pêche

Ouest

Mostaganem

Mostaganem

00°05’00″ E

35°56’00″ N

       Mixte (pêche+commerce)

Oran

Oran

00°39’09″ W

35°43’00″ N

pêche

Tlemcen

Ghazaouet

01°52’00″ W

35°06’00″ N

       Mixte (pêche+Marchandise)

Ain Temouchent

Béni Saf

01°10’23″ W

35°10’18″ N

pêche

 

Bouzedjar

01°10’00″ W

35°34’20″ N

pêche

Carte N°1: emplacement des différents sites de débarquements


Tableau N° 2: La production halieutique des principaux ports durant l’année 1999

Région

Ports

La production

(tonnes)

Centre

Alger

5033.65

Bou haroun

7234.50

Cherchell

6390.00

Est

Ziamma Mansouria

399.65

Jijel

3068.10

Stora

2192.02

Annaba

5298.00

El kala

3063.00

Ouest

Ghazaouet

11081.68

Beni Saf

5488.03

Bouzedjar

5512.23

Oran

1862.20

Mostaganem

9003.75

STRUCTURE ORGANISATIONNELLE DES AUTORITES DES PECHES

  • L’autorité responsable des pêches au niveau national est le ministère de la pêche et des ressources halieutiques (MPRH).

Le secteur de la pêche a connu des mutations depuis l’indépendance .En effet. les affaires de la pêche ont changé de main entre plusieurs départements ministériels. Du ministère de l’agriculture en 1964. il est passé au ministère des transports en 1968.pour devenir un vice ministère rattaché à l’agriculture de 1984 à 1989. Il passe une année sous la tutelle de l’hydraulique pour être repris en 1990 par l’agriculture. Ce n’est qu’en l’an 2000 qu’il a eu l’installation d’un ministère de la pêche et des ressources halieutiques.

  • Les institutions nationales chargés de l’administration : MPRH


Organigramme du Ministère de la pêche et des ressources halieutiques (MPRH)
(voir aussi annexe 1)

Les institutions nationales chargés de la recherche sur les pêches sous la tutelle du secteur:

  • Centre National de la Documentation pour la Pêche et l’aquaculture CNDPA
  • Laboratoire de recherche en cours de création

Les institutions nationales chargés de la recherche sur les pêches sous la tutelle du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique:

  • L’institut des sciences de la Mer et de l’aménagement du littoral ISMAL
  • Université des sciences de la technologie Houari Boumediene/faculté des sciences biologiques
  • Université d’Annaba
  • Université d’Oran
  • Université de Béjaia et de Tizi Ouzou
  • Université de Mostaganem

Le ministère de la pêche et des ressources halieutiques, dispose d'un site web et d'une boite électronique lui permettant le lien avec les institutions nationales de la recherche et les professionnels.

Site Web: www.mprh-dz.com
E-Mail : mprh@wissal.dz

Il est à signaler que le ministère a mis à la disposition des pêcheurs une ligne téléphonique appelé ligne bleu du pêcheur, via cette ligne, le pêcheur algérien peut exposer ces problèmes.

APERÇU DU SECTEUR

Les objectifs du secteur

Le secteur de la pêche en Algérie est considéré comme une activité économique à part entière, par sa capacité de contribuer à l'amélioration des besoins alimentaire, et à la création des milliers d’emplois et à la consolidation de l’économie nationale. Il s’est tracé des objectifs à savoir:

- Exploitation rationnelle et durable
- Exploitation de 1/3 de nos ressources
- Atteindre une consommation annuelle par habitant de l’ordre de 6,2 kg en 2005.
- Création des emplois
- Consolidation de l'économie nationale.

En effet, depuis l'installation du ministère de la pêche et des ressources halieutique, le nombre d'emplois générés a augmenté de 3378 emplois en l'an 2000 à 6105 emplois en 2002.

Aussi, l'augmentation de la production a fait passer la ratio alimentaire de 4,58 kg/hab/an en 2001 à 4,62kg/hab/an en 2002 (voir graphe ci-dessous).

Ajouter à cela, les recettes générées par le secteur,qui ont induit à des redevances supplémentaires au profit du trésor public (voir tableau ci-dessous).

années

1999

2000

2001

2001

Recettes

16,54

24,86

30,65

30,97

Description des principaux systèmes de gestion appliqués aux pêches les plus importantes et à l'aquaculture.

On entend par système de gestion, un ensemble d’instruments et d’institution de contrôle, dont la fonction est la régulation de l’activité de pêche. Deux grands types d’instrument sont à exposer:

Le premier repose sur le contrôle des captures;
Le second repose sur le contrôle de l’effort.


Pêche maritime

La pêche maritime en Algérie est répartie en trois types de métiers à savoir, les chalutiers, les sardiniers et les petits métiers. Les chalutiers utilisent les arts traînants tel que les chaluts sous leurs différentes formes et pêchent pratiquement toutes les espèces. Les sardiniers de leur côté utilisent les sennes et capturent généralement le poisson bleu notamment les petits pélagiques, quant au petits métiers ils utilisent différents engins entre autre les filets maillants et les lignes et capturent généralement les espèces vivants dans des zones accidentées.

Les espèces capturées par l’ensemble des métiers sont regroupé comme suit:
Poissons démersaux, petits pélagiques, grands pélagiques, requins et squales, crustacés et
mollusques (voir annexe).

Les objectifs

Dans le cadre de l’application des politiques de développement durable adoptées par le gouvernement Algérien, le Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques a tracé trois plans quinquennaux. Le premier est relatif à l’aquaculture, le second relatif à la pêche maritime et océanique et le troisième au soutien à la pêche artisanale. Ces trois plans ont mis en objectifs l’augmentation de la production jusqu’à environ 230 000 t/an, l’augmentation du niveau de consommation national des produits de la pêche à 6,2 kg/h/an, la création de 100 000 postes d’emplois en plus des rentes en devise. Les objectifs à atteindre sont non seulement basés sur l’augmentation des captures mais aussi une pêche économique, intégrée, durable, responsable, professionnelle et écologique.

Les mesures de gestion de la ressource

Ce sont des mesures de protection de la ressource à savoir:

  • La fermeture de la pêche du mois de mai jusqu’à septembre afin de préserver les immatures;
  • La taille minimale marchande, où plus de 20% d’immatures n’est pas toléré;
  • Réglementation des maillages des engins de pêche;
  • Interdiction de la pêche de quelques espèces menacées;
  • Interdiction de la pêche dans les réserves marines (Gouraya dans la wilaya de Bejaia ,Taza à Jijel et l’île Rachgoun dans la wilaya d’Oran).

En effet, l’application de ce système de gestion relatif à la pêche maritime et océanique a fait ressortir quelques résultats bénéfiques:

  • L’augmentation de la production nationale en produit halieutique ce qui engendre une augmentation du ratio de consommation nationale du produit de la pêche;
  • Préservation des stocks de corail rouge.

Sous la tutelle du ministère de la défense, le service national des gardes côtes est la seule institution responsable de faire appliquer les mesures de gestion Son rôle est de:

  •  contrôler la flottille,
  • s'assurer que les engins utilisés sont conformes à la réglementation en vigueur tel que le maillage des filets);
  • s'assurer que les zones et les périodes de pêche sont respectés par les pêcheurs (interdiction de pêcher dans des les réserves marines, les baies…);
  •  contrôler les espèces débarquées ainsi que leur tailles marchandes (voir annexe 2).

La prise de décision par l'administration doit se faire en prenant compte deux principaux acteurs de la pêche: le professionnel et le scientifique. Car la prise de décision doit se baser sur l'avis scientifique, sans oublier de prendre en considération l'aspect socio-économique du pêcheur ou du professionnel. Ajouter à cela, le scientifique est en étroite relation avec le professionnel car grâce à l'aide de ce dernier (le professionnel fournit l'information) que le chercheur peut mener à bien son travail.

En dernier, la concertation entre les trois acteurs de la pêche (administration, scientifique et professionnel) est nécessaire pour la prise de décision.

La prise de décision nécessite des informations portant sur l'état des stocks en mers, pour obtenir cette information il est indispensable de:
  • évaluer indirectement le stock, cette étape exige un système statistique fiable, ce dernier est basé sur la collecte des donnés statistiques tel que les données sur les débarquements, la flottille, et l'effort de pêche d'une part. D'autre part il est indispensable de fournir les données biologiques par l'intermédiaire d'un réseau d'échantillonnage.
  •  évaluer directement la ressource, assurer par la réalisation des compagnes en mer. Ces deux méthodes sont nécessaires et complémentaire pour une bonne prise de décision, évidemment il ne faut pas oublier les paramètres socio économiques.
Textes réglementaires

Les textes réglementaires régissant l’activité de pêche sont, dans la totalité, découlent de la loi cadre n° 01-11 du 03 juillet 2001 relative à la pêche et l’aquaculture. Il s’agit notamment des textes traitant les aspects suivants:

  • Les conditions et modalités d’exercice de la pêche;
  • La nomenclature des engins de pêche dont l’importation, la fabrication, la détention et la vente sont interdites;
  • La liste des tailles minimales marchandes des ressources halieutiques;
  • Les textes définissants les mesures et les orientations fondamentales de gestion des zones de pêches, équilibrée entre intérêt de protection et usage économique;
  • Les textes fixant les conditions d’hygiènes et de salubrité des produits halieutiques.
Concernant les grands migrateurs halieutiques, il est important de signaler que l’Algérie a, récemment, adhéré à l’ICCAT. Dans ce cadre la réglementation de la pêche au GMH, notamment le thon rouge et l’espadon est soumise au dispositif de gestion de l’ICCAT.

Ainsi, s’inspirant d’abords des mesures et recommandation de la FAO, CGPM et enfin l’ICCAT, le secteur des pêche Algérien a veillé à adopter toutes mesures ayant pour finalité la conservation et la protection des ressources naturelles.




 ==================================================


ANNEXE 1

Directeur des pêches maritimes et océaniques
Sous direction de la gestions des ressources halieutiques et de l’aménagement
Sous direction de la gestion des ports et des abris de pêche
Sous direction l’animation des échanges et du control des produits de la pêche
Sous direction des industrie de pêche maritime

Directeur du développement de l’aquaculture
 
Sous directeur de l’aménagement des sites aquacoles
Sous directeur de l’exploitation des ressources aquacole et du développement
Sous directeur de l’environnement et da la prévention

Directeur de la réglementation, de l’organisation de la profession et de la coopération

Sous direction de la registration et du contentieux
Sous direction de l’organisation de la profession
Sous direction de la coopération

Directeur des études prospectives et de l’investissement

Sous direction des statistiques et des études prospectives   
Sous direction des subventions et du crédit des activités de la pêche
Sous direction des projets et des investissement

Directeur de la formation, la recherche  de la vulgarisation

Sous direction  de la formation
Sous direction de la recherche
Sous direction de la vulgarisation et de la publication

Directeur de l’administration des moyens    

Sous direction de la gestion du personnel
Sous direction du budget
Sous direction des moyens généraux


ANNEXE 2

Tailles minimales marchandes des especes halieutique

CLASSE

FAMILLE

NOM VERNACULAIRE

NOM SCIENTIFIQUE

TAILLE MINIMALE (cm)

M

 

O

 

 

L

 

 

L

 

 

U

 

 

S

 

 

Q

 

 

U

 

 

E

 

 

S

 

B

 

 

I

 

 

V

 

 

A

 

 

L

 

 

V

 

 

E

 

 

S

 

 

 

 

Ostreidae

Huître plate

Ostrea edulis

5

Huître creuse

Crassostrea gigas

8

Crassostrea angulata

6

Mytilidae

Moule

Mytillus galloprovincialis

4

Mytillus edulis

4

Datte de mer

Litophaga litophaga

 

4

Veneridae

Palourde franche

Ruditapes decussatus

3

Palourde japonaise

Ruditapes philippinarum

 

3

Grande palourde

Callista chione

6

Petite praire

Venus gallina

2,4

Clovisse doré

Venerupis aurea

2,4

 praire

Venus verrucasa

3

cardidae

Coque

Cerastoderma glaucum

3

Pectinidae

Coquille saint Jacques

Pecten jacobaeus

10

Pecten

Pecten sp

10

Petite vanne (Pétoncle)

Chlamys varia

3,5

Donacidae

Haricot de mer

Donax trunculus

3

Soleinidae

Couteau

Solen marginatus

8

Couteau

Enais silique

8

Couteau

Ensis ensis

7

GASTEROPODES

Haliotidae

Ormeau (oreille de mer)

Haliotis tuberculata

8

CEPHALOPODES

Sepiidae

Sepia

Sepia officinalis

8

Loliginidae

Calamar

Loligo vulgaris

6

Octopodidae

Poulpe

Octopus vulgaris

12


CLASSE

FAMILLE

NOM VERNACULAIRE

NOM

SCIENTIFIQUE

TAILLE MINIMALE (cm)

C

 

R

 

U

 

S

 

T

 

A

 

C

 

E

 

S

Aristeidae

Crevette rouge

Aristeus antennatus

4

 

Aristeomorpha foliacea

6

 

Penaeidae

Crevette blanche

Parapenaeus longirostris

2

Crevette japonaise

Penaeus japonicus

4

Caramote

Penaeus kerathurus

10

Nephropidae

Homard

Homarus gammarus

20

Langoustine

Nephrops norvegicus

7

Palinuridae

Langouste rouge

Palinurus vulgaris

18

Squillidae

squille

Squilla mantis

6

 

COELENTERES

Coralliidae

Corail

Corallium rubum

8mm à la base

ECHINODERMES

Echinidae

Oursin

Paracentrotus lividus

4

P

 

 

O

 

 

I

 

 

S

 

 

S

 

 

O

 

 

N

 

 

S

Scorpaenidae

Rascasse rouge

Scorpaena scrofa

15

Rascasse brune

Scorpaena porcus

15

Rascasse rose (Rascasse de fond)

Helicolenus dactylopterus

15

Scombridae

Thon rouge

Thunnus thynnus

70 (6.4 kg)

Thon blanc (germon)

Thunnus alalunga

50

Thonine

Euthynnus alletteratus

40

Bonite à ventre rayé

Euthynnus pelamis

30

Maquereau commun

Scomber scombrus

18

Maquereau espagnol

Scomber colias

18

Bonite à dos rayé

Sarda sarda

30

Bonitou (melva)

Auxis rochei

22

Serranidae

Mérou noir

Epinephelus guaza

40

Mérou gris

Epinephelus canicus

35

Serran chèvre

Serranus cabrilla

25

Serran écriture

Serranus scriba

15

Serran tambour

Serranus hepatus

10

Sparidae

Oblade

Oblada melanura

15

Tchelba

Sarpa salpa

15

Pageot rose

Pagellus erythrinus

12

Bazoug

Pagellus acarne

12

Daurade

Sparus aurata

19

Gros yeux

Pagellus bogaraveo

12

Bogue

Boops boops

11

Marbré

Pagellus mormyrus

15

CLASSE

FAMILLE

NOM VERNACULAIRE

NOM SCIENTIFIQUE

TAILLE MINIMALE (cm)

 

P

 

 

 

 

O

 

 

 

 

I

 

 

 

S

 

 

 

 

S

 

 

 

O

 

 

 

N

 

 

 

 

 

S

 

 

Sparidae

 

 

Pagre

Pagrus pagruspagrus

15

Sparus pagrus

15

Sparaillon

Diplodus annularis

10

Sar commun

Diplodus sargus

15

Sar à tête noire

Diplodus vulgaris

20

Denté

Dentex gibbosus

50

Dentex sp

15

Carangidae

Saurel (Chinchard)

Trachirus trachurus

11

Limon – seriole

Seriola dumerlli

30

Palomette

Trachinotus ovatus

20

Centracanthidae

Picarel (tchoukla)

Spicara sp

15

Centrarchidae

Black bass

Micropterus salmoides

30

Cichlidae

Tilapia

Tilapia nilotica

18

Clupeidae

Sardine

Sardina pilchardus

11

Allache (sardinelle)

Sardinella aurita

15

Allose

Alosa alosa

20

Alose finte

Alosa finta

20

Fausse allache

Sardinella maderensis

20

Engraulidae

Anchois

Engrolis encrasicolus

9

gadidae

Merlan bleu

Gadus poutasou

15

Moustelle

Phycis sp

20

Merlucciidae

Merlu

Merlucius merlucius

20

Lophiidae

Baudroie

Lophius budegassa

25

Balistidae

Baliste (cochon de mer)

Balistes capriscus

20

Mullidae

Rouget de roche

Mullus surmelutus

11

Rouget de vase

Mullus barbatus

15

Sciaenidae

Ombrine

Umbrina cirrhosa

30

Trachinidae

Vive

Trachinus draco

20

Xiphiidae

Espadon

Xiphias gladius

120

Triglidae

Grondin rouge

Trigla cuculus

18

Grondin morrude

Trigla obscura

18

Covillone

Trigla aspera

12

Grondin de dieuzeide

Lepidotrigla dieuzeidei

12

Grondin perlon (hirondelle)

Trigla lucerna

18

Grondin lyre

Trigla lyra

18

Grondin camard

Trigla lineata

18

Zeidae

Saint-Pierre

Zeus faber

20

 


CLASSE

FAMILLE

NOM VERNACULAIRE

NOM SCIENTIFIQUE

TAILLE MINIMALE (cm)

 

P

 

O

 

I

 

S

 

S

 

O

 

N

 

S

 

 

 

Soleidae

Sole commune

Solea solea

15

Solea vulgaris

15

Dasyatidae

Tchouche (Pastengue)

Dasyatis pastenacea

25

Torpenidae

Torpille

Torpedo torpedo

15

Rajidae

Raie

Raja sp

15

Triakidae

 emissole

Mustellus mustellus

70

Scyliorhinidae

Chien de mer (petite rousette)

Scyliorhinus canicula

35

congridae

Congre

Conger conger

40

Cyprinidae

Barbeau

Barbus barbus

30

Carpe herbivore

Ctenophary nodon idella

35

Carpe argenté

Hypophthalmyschtys

molitrix

50

Carpe à grande bouche

Aristicthys nobilis

55

Carpe commune

Cyprinus carpio

20