Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    L'aquaculture algérienne est en phase de démarrage en matière de production. Depuis 1920, elle capitalise une expérience marquée globalement par quatre étapes:
    • Essais de reproduction de poissons d'eau douce et de crevettes.
    • Production expérimentale de mollusques conjointement au développement de la pêche lagunaire en milieu saumâtre et en eau douce.
    • Développement de la pisciculture de repeuplement en retenues pour y développer la pêche continentale à caractère commercial.
    • Récemment, création du Ministère de la pêche et des ressources halieutiques et intervention d'opérateurs privés pour l'établissement d'entreprises aquacoles.
    La production aquacole actuelle provient de:
    • La pêche lacustre en eau saumâtre et en eau douce dans l'Est du pays. Les espèces capturées sont diverses (dorade royale royale, mulets, anguille, sole, bar européen, sar, palourde, huître, marbré, crevette caramote, carpes commune et chinoises)
    • La pêche continentale en retenues d'espèces telles que carpe commune, carpes chinoises et barbeau fluviatile.
    • La conchyliculture pratiquée par un opérateur privé produisant quelques dizaines de tonnes de moules méditerranéennes et d'huîtres creuses du Pacifique.
    La production aquacole annuelle a régulièrement augmenté depuis 1999 (250 tonnes) jusqu'en 2004 (641 tonnes), sauf en 2003 (240 tonnes) suite à la sécheresse et l'assèchement de certaines retenues. Cette production, constituée pour 90 pour cent de poissons d'eau douce, résulte en grande partie des campagnes régulières d'empoissonnement de retenues avec des alevins de carpe commune, de carpes chinoises et de mulet à grosse tête, effectuées par l'administration afin d'y développer la pêche commerciale.

    Un Plan national quinquennal (2003-2007) de développement des activités de la pêche et de l'aquaculture est actuellement mis en oeuvre. Des actions liées à des projets aquacoles publics et privés y sont planifiées. Les projets publics ont surtout un caractère de démonstration et de soutien à la production, alors que les projets privés portent sur des filières aquacoles de production à but commercial. Le taux de réalisation de la majorité de ces derniers, soutenus financièrement par l'Etat, atteint entre 20 et 60 pour cent.

    Dans le cadre de la politique sectorielle de recherche, il a été procédé à la mise en place d'un laboratoire de recherche en pêche et aquaculture. Les recherches aquacoles seront dirigées par un directeur de division et cinq chefs d'équipe de recherche.

    Doté d'instruments d'ordre institutionnel, juridique et financier, l'aquaculture jouit actuellement d'un environnement répondant aux besoins que suscite le développement d'une aquaculture durable à même de permettre l'amorcement du processus d'intégration des différentes filières aquacoles et des activités connexes dans l'économie nationale.
    Historique et aperçu général
    Historiquement, le développement de l'aquaculture peut se résumer comme suit:
    • En 1921, création de la station de Bou-Ismail (Est d'Alger) avec pour objectifs en matière d'aquaculture:
      - Détermination des meilleures méthodes et lieux pour la pratique de l'ostréiculture (Crassostrea gigas ) et de la mytiliculture (Mytilus galloprovincialis ).
      - Développement de l'élevage de poissons d'eau douces.
    • En 1937, création d'une station d'alevinage de poissons d'eau douce (Oncorhynchus mykiss et Micropterus salmoides ), pour l'empoissonnent de retenues et d'oueds. Cette station a été fermée depuis.
    • En 1940, début de l'exploitation des lacs de l'Est du pays (Mellah, Oubeira et Tonga) avec installation de bordigues, pêche et exploitation de mollusques (Mytilus galloprovincialis, Crassostrea gigas, Ruditapes decussatus ).
    • En 1947, création de la station de Mazafran (Est d'Alger) avec pour objectifs la recherche hydrobiologique, l'alevinage et l'empoissonnement de retenues.
    • En 1973 , début de la mise en valeur du lac el Mellah par l'exécution, avec l'appui de la FAO, d'un programme comportant deux axes principaux:
      - Amélioration des techniques de pêche.
      - Essais de mytiliculture et d'ostréiculture.
    • En 1974, l'étude de mise en valeur du lac Oubiera conduit à un projet d'installation d'une unité de fumage de l'anguille. Ce projet a été abandonné par la suite.
    • En 1978, mise en place d'un programme de coopération avec la Chine, centré sur deux axes:
      - Initiation aux techniques de reproduction et d'alevinage des carpes pour le repeuplement. Construction d'étangs et repeuplement de quelques retenues.
      - Tentatives de production de larves de Penaeus kerathurus .
    • De 1982 à 1990, exploitation de l'anguille aux lacs Tonga, Oubeira et Mellah par un privé; production annuelle d'environ 80 tonnes exportée vers l'Italie.
    • Entre 1983 et 1984, premiers travaux en vue de la réalisation d'une écloserie de bar européen (Dicentrarchus labrax ) au lac el Mellah.
    • Entre 1985 et 1986, une quinzaine de retenues sont empoissonnées avec des carpes et des sandres (Stizostedion lucioperca ) importés de Hongrie.
    En 1991, dans le cadre de la valorisation de l'infrastructure hydrique par la pisciculture, une opération de repeuplement est initiée par l'agence nationale des barrages; empoissonnements avec des alevins de carpes (Cyprinus carpio, Ctenopharyngodon idellus, Hypophthalmichthys molitrix, Aristichthys nobilis ).Cependant toutes ces actions n'ont pas donné les résultats escomptés pour la mise en place d'activités pouvant fournir une production aquacole susceptible de contribuer au développement d'une véritable industrie aquacole.

    Actuellement, grâce à la volonté affichée par le gouvernement pour la promotion et le développement du secteur, le Ministère de la pêche et des ressources halieutiques subventionne des opérateurs privés jusqu'à concurrence de 40 à 80 pour cent pour la réalisation d'entreprises aquacoles marines (Dicentrarchus labrax et Sparus aurata ), continentales (Oreochromis niloticus ) ou de conchyliculture en mer ouverte (Mytilus galloprovincialis et Crassostrea gigas ). La majorité de ces projets sont en cours de réalisation à des niveaux variant de 20 à 60 pour cent en moyenne.

    La production aquacole, estimée à 641 tonnes en 2004, provient pour l'essentiel de la pêche continentale en retenues. Elle consiste principalement en espèces dulcicoles (carpe commune et carpes chinoises) qui commencent à trouver un marché dans les zones où elles sont produites. En vue de développer l'aquaculture intégrée à l'agriculture dans les zones sahariennes, l'administration a introduit dans certaines exploitations agricoles, à titre expérimental, des géniteurs et des alevins de tilapia du Nil (Oreochromis niloticus ) qui ont donné des résultats très encourageants.
    Ressources humaines
    La pêche continentale en retenues concerne 14 exploitants (une à quatre personnes par retenue) qui travaillent à plein temps dans neuf plans d'eau.

    La pêche lagunaire de l'anguille concerne:
    • 30 personnes au lac el Mellah.
    • 16 personnes au lac Tonga.
    • 20 personnes au lac Oubeira.
    Grâce au plan de relance économique, l'entreprise conchylicole actuellement en production emploie 17 personnes (deux cadres, quatre techniciens, 11 ouvriers); l'exploitation est gérée par le propriétaire.

    Les entrepreneurs privés qui ont reçu un soutien financier dans le cadre du programme d'appui à la relance économique et dont les projets devraient être opérationnels d'ici fin 2006 permettront la création de 303 emplois répartis comme suit:
    • Ferme d'élevage de tilapia du Nil dans le Sud du pays: 139 emplois (six cadres, 10 techniciens, 123 ouvriers).
    • Ferme d'élevage de bar européen et de dorade royale dans le Nord Ouest du pays: 85 emplois (quatre cadres, six techniciens, 75 ouvriers).
    • Ferme d'élevage de bar européen et de dorade royale dans le Nord Ouest du pays: 60 emplois (trois cadres, cinq techniciens, 45 ouvriers).
    • Unité d'élevage de moules et d'huîtres dans le Nord: 19 emplois (deux cadres, trois techniciens, 14 ouvriers).
    Toutes ces fermes seront gérées par leurs propriétaires.
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    Afin que le développement de l'aquaculture ne soit pas freiné par des conflits d'usage, le Ministère de la pêche et des ressources halieutiques a élaboré le Schéma national de développement des activités de la pêche et de l'aquaculture qui s'appuie en matière d'organisation administrative sur un découpage territorial et en matière d'organisation économique sur des pôles d'activités économiques, définis en fonction des variations biogéographiques. Sept pôles d'activité économique ont été identifiés:
    • Pôle A : Aquaculture diversifiée.
    • Pôle B : Pisciculture continentale.
    • Pôle C : Aquaculture marine.
    • Pôle D : Pisciculture continentale.
    • Pôle E : Pisciculture intégrée à l'agriculture et pisciculture marine.
    • Pôle F : Pisciculture intégrée à l'agriculture.
    • Pôle G : Aquaculture de soutien.
    L'administration mène actuellement une étude de ces pôles d'activité qui devrait à terme définir un schéma visant à:
    • Protéger les zones à vocation conchylicole.
    • Préserver de nouveaux sites à vocation aquacole.
    • Encourager une meilleure coexistence des activités aquacoles avec d'autres activités côtières et continentales.
    Espèces cultivées
    Outre la pêche lagunaire d'espèces indigènes (e.g. Liza aurata, Solea vulgaris, Dicentrarchus labrax , Sparus aurata , Lithognathus mormyrus, Anguilla anguilla , Diplodus sargus, Epinephelus aeneus, Thynnus thynnus, Pagrus pagrus, Barbus barbus ), les principales activités aquacoles jusqu'au début des années 1990 ont surtout concerné l'empoissonnement avec des espèces introduites dans des plans d'eau naturels et artificiels. Les espèces qui ont été introduites sont : Cyprinus carpio , Gambusia halbrooki, Oncorhynchus mykiss , Tinca vulgaris, Leuciscus erythrophthalmus, Tilapia zillii, Micropterus macrochir, Crassostrea gigas , Mytilus galloprovincialis , Aristichthys nobilis , Hypophthalmichthys molitrix , Ctenopharyngodon idellus , Stizostedion lucioperca et Silurus glanis .En vue de développer la pêche continentale et l'aquaculture intégrée à l'agriculture, l'administration a récemment importé Hypophthalmichthys molitrix de Hongrie et Oreochromis niloticus d'Egypte. Plus de 90 pour cent de la production provenant de la pêche continentale dans des retenues sont des carpes communes (Cyprinus carpio ) et des carpes chinoises (Aristichthys nobilis, Hypophthalmichthys molitrix, Ctenopharyngodon idellus ).
    Pratiques et systèmes d'élevage
    Pour des raisons liées notamment à l'instabilité institutionnelle de gestion du secteur, l'insuffisance des travaux de recherche en aquaculture, l'inadaptation de l'appareil de formation aux besoins du secteur et l'absence de subvention et de crédit bancaire, c'est l'aquaculture extensive basée sur le peuplement et le repeuplement de plans d'eau continentaux qui constitue l'essentiel des pratiques d'élevage dans le pays.

    En aquaculture marine, une entreprise privée produit des moules méditerranéennes et des huîtres creuses du Pacifique en culture sur filière de subsurface.

    Le Plan national de développement de la pêche et de l'aquaculture prévoit le développement futur de techniques d'élevage semi intensives et intensives par des projets d'élevage de bar européen et de dorade royale en cage flottante et en raceway ainsi que par la production de tilapia et de silure en raceway.
    Performance du secteur
    Production
    Au cours de la période 2000 - 2004, les productions (tonnes/an) ont été les suivantes:
    EnvironnementEspèce20002001200220032004
    Lac/laguneDivers1119,97190,7379,3246,7440,60
    RetenueCarpes2 et barbeau3201,14223,08386,82186,85590,10
    Littoral marinMoule4 et huître creuse530,2040,5010,306,4010,30
     TOTAL351454476240641
    (Source: office nationales des statistiques, 2005)
    1Liza aurata, Solea vulgaris, Dicentrarchus labrax, Sparus aurata, Lithognathus mormyrus, Anguilla anguilla, Diplodus sargus, Crassostrea gigas, Ruditapes decussatus, Penaeus kerathurus, Sarpa salpa, etc.
    2Cyprinus carpio, Aristichthys nobilis, Hypophthalmichthys molitrix, Ctenopharyngodon idellus.
    3Barbus barbus
    4Mytilus galloprovincialis
    5Crassostrea gigas

    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l´aquaculture en Algerie (d´après les statistiques de la FAO):
      

    Production de l'aquaculture reportée en Algerie (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    (Source: Statistiques de pêche de la FAO, production d´aquaculture)

    Marché et commerce
    Bien que les ménages algériens aient une préférence pour les produits halieutiques marins, la production aquacole issue des plans d'eau continentaux trouve un marché pour ses produits qui sont écoulés facilement au niveau des régions qui les produisent.
    Contribution à l'économie
    La politique sectorielle engagée par le Ministère de la pêche et des ressources halieutiques pour le développement de l'aquaculture accorde une importance capitale au développement des zones rurales. L'ensemble de ces projets vise à la sédentarisation des populations, à la contribution à la sécurité alimentaire des populations et à la création d'emplois.

    A cet effet, le Plan national de développement de la pêche et de l'aquaculture prévoit la création de 5021 emplois répartis comme suit:
    • Aquaculture continentale: 2252.
    • Conchyliculture: 870.
    • Aquaculture marine: 906.
    • Exploitation des ressources naturelles aquacoles:1193.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    Conformément au décret n° 2000-124 du 10 juin 2000 portant organisation de l'administration centrale, la structure technique et administrative chargée du développement de l'aquaculture au sein du Ministère de la pêche et des ressources halieutiques est représenté par la Direction de Développement de l'aquaculture qui est chargée de:
    • Définir, orienter et animer toutes les activités relevant du domaine de l'aquaculture.
    • Identifier et entreprendre les études relatives aux potentialités aquacoles.
    • Promouvoir une industrie aquacole de production.
    • Initier et proposer des programmes de préservation et de protection des zones d'implantation d'activité aquacole et de pêche continentale.
    • Participer à l'élaboration de textes réglementaires en rapport avec ses activités.
    La Direction de Développement de l'aquaculture abrite trois sous directions:
    • La sous direction de l'aménagement des sites aquacoles chargée entre autre de:
      - Identifier les sites nationaux à vocation aquacole.
      - Elaborer un programme de peuplement et de repeuplement des plans d'eau naturels et artificiels.
    • La sous direction de l'exploitation et de la valorisation des potentialités aquacoles chargée entre autre de:
      - Arrêter et proposer les mesures incitatives de promotion des activités aquacoles.
      - Instruire et orienter tout dossier d'investissement relatif au développement et à la mise en place d'établissements aquacoles et en assurer le suivi et le contrôle.
    • La sous direction de l'environnement et de la prévention chargée de:
      - Identifier et élaborer la cartographie des zones salubres; mettre en oeuvre les normes de salubrité et de contrôle des produits aquacoles.
      - Participer aux conventions et accords nationaux et internationaux relatifs à la préservation et protection de l'environnement au niveau de tous les sites à vocation aquacole.
      - Initier et proposer des programmes de préservation et de protection de tous les sites à vocation aquacole.
    Chaque sous direction est organisée en bureaux dont la mission principale est d'oeuvrer à la réalisation et au suivi des actions programmées dans le cadre des attributions conférées à la structure auquel ils appartiennent.

    Afin de répondre aux exigences du programme de développement de l'aquaculture, l'administration centrale se déploie sur le territoire national à travers des directions locales de pêche et d'aquaculture. Il existe sept directions continentales et quatorze directions côtières.
    Règlements en vigueur
    Le renforcement du cadre juridique et réglementaire a été consacré par l'élaboration et la promulgation de la loi n°01-11 du 3 juillet relative à la pêche et à l'aquaculture. Les principaux textes réglementaires y afférant et en vigueur régissant l'activité aquacole sont:
    • Décret exécutif n°03-280 du 23 août 2003 définissant le mode de délivrance et d'établissement de la concession domaniale pour l'exploitation des lacs Oubeira et Mellah « wilaya d'El Taref » (JO n°51-2003).
    • Décret exécutif n°04-373 du 21 novembre 2004 définissant les conditions et modalités d'octroi de la concession pour la création d'un établissement d'aquaculture (JO n°75-2004).
    • Décret exécutif n°04-188 du 7 juillet 2004 fixant les modalités de capture, de transport, de commercialisation et d'introduction dans les milieux aquatiques de géniteurs, larves, alevins et naissains, ainsi que les modalités de capture, de transport, d'entreposage, d'importation et de commercialisation des produits de la pêche et de l'aquaculture n'ayant pas atteint la taille minimale réglementaire destinés à l'élevage, à la culture ou à la recherche scientifique (JO n°44-2004).
    • Décret exécutif n°04-189 du 7 juillet 2004 fixant les mesures d'hygiène et de salubrité applicables aux produits de la pêche et de l'aquaculture (JO n°44-2004).
    Dans le cadre de ses attributions, le Ministère de la pêche et des ressources halieutiques est l'autorité compétente habilitée à délivrer, après instruction des dossiers, l'autorisation pour la création d'un établissement d'élevage/culture et pour l'exploitation d'un plan d'eau continental. A travers les textes d'application en vigueur, elle veille à la protection des sites et des ressources biologiques et à l'établissement des normes d'hygiène et de salubrité des produits de la pêche et de l'aquaculture.
    Recherche appliquée, éducation et formation
    L'insuffisance de travaux de recherche en aquaculture apparaît comme une des contraintes qui en a entravé le développement. A cet effet, une politique sectorielle de la recherche a été définie qui s'articule sur:
    • Un programme sectoriel de recherche pluriannuel.
    • Un réseau de recherche intersectoriel incluant les laboratoires et les centres de recherche existant à travers le territoire national.
    • Une carte sectorielle de la recherche scientifique qui vise à la réhabilitation et à la mise en place d'entités sectorielles de recherche et d'expérimentation dans les domaines de la pêche et de l'aquaculture, à la dotation des structures sectorielles de recherche en moyens humain et matériel et à la dotation de la recherche sectorielle en moyens financiers à partir du fonds national multisectoriel de la recherche.
    Le secteur dispose actuellement d'un laboratoire de recherche doté de deux divisions de recherche, chaque division étant composée de quatre équipes de chercheurs.

    Faute de spécialistes, la formation dans les différentes disciplines de l'aquaculture est enseignée globalement au cours de la quatrième année du cursus universitaire préparant au diplôme d'ingéniorat d'état en biologie marine, dans les départements de biologie marine des Universités de science et technologie Houari Boumediene (Alger), d'Annaba, d'Oran et de l'Institut des Sciences de la Mer et de l'Aménagement du Littoral.

    L'Institut de Technologie des Pêches et de l'Aquaculture dispense une formation essentiellement théorique aux étudiants qui préparent un diplôme de technicien en aquaculture.

    Une carte sectorielle de formation a été élaborée visant à la restructuration et réhabilitation des structures de formation existantes ainsi qu'à la mise en place d'une cellule d'ingénierie pédagogique de vulgarisation et de perfectionnement responsable de l'orientation, animation et contrôle du système de formation et de la définition d'un programme d'enseignement aquacole en collaboration avec les établissements universitaires concernés. Cette approche devrait être confortée par la création d'un centre pilote en aquaculture doté de moyens nécessaires, permettant notamment une formation pratique en aquaculture marine.
    Tendances, questions et développement
    L'instabilité institutionnelle de gestion qui a marqué le secteur a entravé le développement de l'aquaculture, d'où le retard accusé par cette filière de production animale.

    La création du Ministère de la pêche et des ressources halieutiques en décembre 1999 a permis, grâce à la politique sectorielle qui a été engagée, de doter l'aquaculture d'instruments et de moyens nécessaires à son développement et à sa promotion.

    Les actions et mesures entreprises dans le cadre de la stratégie de développement du secteur, dont les principaux objectifs visent à contribuer à l'effort de production et à la sécurité alimentaire, ont été consolidés aussi bien en amont (par des instruments de mise en œuvre d'ordre institutionnel, juridique et financier) qu'en aval (par des mesures d'accompagnement en matière de recherche , de développement et de formation. C'est ainsi qu'ont été élaborés:
    • La loi relative à la pêche et à l'aquaculture.
    • Le Schéma national de développement des activités de la pêche et de l'aquaculture.
    • Le Plan national de développement de la pêche et de l'aquaculture 2003-2007.
    • Le Programme d'appui à la relance économique.
    • La carte sectorielle de recherche - développement.
    • La carte sectorielle de la formation.
    Le Plan National de Développement de la Pêche et de l'Aquaculture (PNDPA) planifie des actions liées à des projets publics et privés:
    • Les projets aquacoles publics privilégient démonstration et soutien à la production.
    • Les projet aquacoles privés portant sur les filières aquacoles programmées dans le cadre du PNDPA sont soutenus financièrement par le programme d'appui à la relance économique qui accorde - selon la localisation du projet- des subventions à des taux qui varient entre 40 et 80 pour cent du coût du projet. Ces projets bénéficient en outre de mesures incitatives de nature fiscale et parafiscale pendant les dix premières années de leur fonctionnement.
    Par ailleurs, l'amélioration des conditions de vie des populations rurales par la réalisation de projets intégrés, générateurs de revenus et d'emplois, constitue une des priorités de la stratégie de développement du secteur qui tend à travers les projets programmés à valoriser le potentiel des zones rurales par la création de pôles d'activités au niveau des régions défavorisées.

    Les négociations entreprises actuellement pour ratifier l'accord d'association avec l'Union européenne et pour adhérer à l'Organisation mondiale du commerce ont incité le secteur à s'inscrire dans une démarche à même de garantir l'instauration d'un systèmes de gestion lui permettant de répondre en terme de qualité des services et des produits aux exigences du marché. Dans le cadre de manifestations internationales telles que le Salon national de la pêche et de l'aquaculture, le Ministère de la pêche et des ressources halieutiques, à travers la Chambre nationale de la pêche et de l'aquaculture, fait appel à des experts d'organismes internationaux afin d'inciter les professionnels du secteur à veiller à la certification de leur entreprise et à soumettre leurs produits au dispositif de traçabilité.
    Références
    Bibliographie
    Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques. Plan National de Développement de la Pêche et de l'Aquaculture (2003-2007).
    Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques. Le Schéma National de Développement des Activités de la Pêche et de l'Aquaculture.
    Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques 2004. Recueil de textes réglementaires. Tome 1, pp88. pp175-198.
    Ministère de la Pêche et des Ressources Halieutiques. Le Programme d'Appui à la Relance Economique.
    Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural. Direction des statistiques agricoles et des systèmes d'information.Statistiques Agricoles (2003), pp20.
    Office National des Statistiques 2004. Rapport annuel sur la situation économique et sociale, pp 4-5, pp 8.
    Office National des Statistiques 2005. L'Algérie en chiffre. Résultats 2003. pp8, pp 14.
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS