Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    La Bosnie-Herzégovine a plus d’un siècle d’expérience en aquaculture d’espèces salmonides et cyprinides. La production aquacole actuelle dérive de la guerre précédente, au cours de laquelle un grand nombre de fermes aquacoles furent détruites ou sérieusement endommagées. Grâce aux efforts des producteurs et du gouvernement, il y a eu d’importantes améliorations dans le secteur de la production aquacole, en particulier en ce qui concerne le nombre d’espèces piscicoles de consommation, la technologie, la gestion et la commercialisation. Malgré tous ces efforts, des problèmes de production existent, principalement dus à la façon dont l’Etat a été organisé. La Bosnie-Herzégovine comprend deux entités au niveau du gouvernement: la Fédération de Bosnie-Herzégovine et la République de Srpska. Ceci rend difficile le complet contrôle sur la production et la protection. Par exemple, la Bosnie-Herzégovine n’a pas encore de ministère de l’agriculture au niveau de l’Etat. Il n’y pas non plus de lois sur les pêches et l’aquaculture , sur la pêche sportive,ou sur les concessions. Il existe cependant une Administration Vétérinaire d’état au Ministère du Commerce et des Relations Economiques Extérieures (Ministry of Foreign Trade and Economic Relations). Il y a également une Association des Producteurs de Poisson.

    La Bosnie-Herzégovine a également des difficultés pour exporter vers des pays membres de l’Union européenne.

    Il n’existe que peu d’usines de traitement des eaux usées et seulement six pour cent de celles-ci sont traitées. Cependant, au cours des dernières années, d’importantes améliorations ont eu lieu au niveau de l’Etat. Beaucoup des données présentées dans ce rapport proviennent de contacts personnels avec les directeurs des fermes aquacoles, car aucune institution n’existe au niveau de l’Etat pour collecter les données sur la production, les importations d’aliments piscicoles, la protection des eaux, les exportations de poisson, etc.
    Historique et aperçu général
    Les premières traces de pêche organisée en Bosnie-Herzégovine date de la fin du dix neuvième siècle. A ce moment, la pêche était sous le contrôle du Forestry Directorate et des taxes étaient levées des pêcheurs professionnels, sous la forme d’un « droit de pêche » (hutovo blato etc.). La protection organisée des plans d’eau et des règlements légaux furent introduits par Décret en 1886. La première association de pêcheurs fut fondée en 1892 ou 1893 sous le nom de 'Fischerei-Verein fur Bosnien-Herzegovina'. La première association de pêcheurs sportifs, la 'Fishermen association' fut établie à Sarajevo en 1906.

    L’introduction de la pisciculture moderne en Bosnie-Herzégovine est associée à l’établissement de la ferme 'Vrelo Bosne' près d’Ilidza en 1894. En 1898, une grande nouvelle écloserie fut construite. Avec une capacité de production de 600 000 alevins, elle était la plus grande et la plus moderne écloserie de la région. Elle joua un rôle très important dans le développement de la culture et du stocking des poissons salmonides

    Le développement de la culture des poissons cyprinides débuta en 1902 lorsque un citoyen polonais, Viktor Burda, acheta du Gouvernement du terrain en friche près de Prijedor et Bosanska Gradiska pour y construire une ferme piscicole.

    Au cours de la période 1946-1982, un nouveau modèle de culture de poissons et d’autres organismes aquatiques se développa rapidement sous le nom international d’aquaculture. L’on mit au point un système de cages flottant dans des lacs et des réservoirs, contenant de denses populations et donnant des productions plus élevées. Les poissons étaient nourris de granulés hautement nutritifs. Au cours de la même période, des carpes herbivores (carpe herbivore, carpe argentée et carpe à grosse tête) furent introduites et produites. En même temps, la production de poissons salmonides atteignit son sommet. En 1964, la Bosnie-Herzégovine avait 13 salmonicultures d’une superficie totale de 38 000 m2.

    L’Institut des Pêches fut établi en 1952. Il fut ensuite regroupé avec le Sarajevo University Institute of Biology qui a d’amples activités scientifiques. Il est responsable du développement de l’ichtyologie et des pêches, et en particulier de la production de poissons salmonides et cyprinides en Bosnie-Herzégovine.

    In 1959, le Centre pour la Pêche fut créé sous l’ombrelle de la School for Scientific and Technological Cooperation of the Veterinary Medicine Institute. Il a joué un rôle très important pour le diagnostique, la prévention et la gestion des parasites et des maladies infectieuses dans les élevages de salmonides et de cyprinides.

    En 1990, la Bosnie-Herzégovine a produit environ 3 000 tonnes de poisson de consommation. Pendant la guerre, la plus grande partie de la capacité de production fut dévastée et de nombreux travailleurs et experts quittèrent l’aquaculture. En 1996, après la guerre, l’aquaculture redémarra avec un fameux déficit. Beaucoup de travail et de dédication de la part des producteurs ainsi que rétablissement des communications résultèrent dans la normalisation de la production aquacole. Le processus de privatisation exerça aussi une grande influence et dans la majorité des cas se révéla être un succès.

    Au cours de la période 1999-2003, les conditions générales pour la production et la transformation de poissons furent améliorées. Ceci inclut la disponibilité d’aliments de bonne qualité, la nouvelle technologie, l’augmentation de la capacité et l’établissement d’associations de producteurs. De bonnes communications furent établies entre les producteurs de poisson en Bosnie-Herzégovine et plusieurs accords d'affaires furent organisés avec des investisseurs étrangers.

    En 2004, 6 344 tonnes de poisson de consommation furent produites en Bosnie-Herzégovine. Elles comprennent 3 430 tonnes de salmonides, 2 807 tonnes de cyprinides, 92 tonnes de poissons de mer et 15 tonnes de mollusques.
    Ressources humaines
    En 2004, 562 travailleurs à plein temps et environ 100 travailleurs à temps partiel étaient directement employés dans le secteur de l’aquaculture dans les carpicultures. De plus, les employés des magasins de poisson et d’autres secteurs de l’industrie des pêches bénéficient aussi de l’aquaculture indirectement. Du nombre total de fermes aquacoles, 75 pour cent ont été privatisées, 20 pour cent sont sous concession pour 15 ou 20 ans, et 5 pour cent sont encore propriété de l’Etat. Il y a également des fermes aquacoles qui appartiennent à des compagnies étrangères, telles que Norfish Lagan. Les directeurs de nombreuses plus grandes fermes ont un degré universitaire (économie, agriculture, vétérinaire et biologie). Le personnel a généralement une éducation élémentaire. En Bosnie-Herzégovine il n’y pas d’école technique pour la pêche et, dans les fermes piscicoles, l’on a donné très peu d’attention à l’éducation des employeurs et des employés. Seulement 5 pour cent de tous les travailleurs sont des femmes et elles sont employées principalement dans l'administration.
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    En Bosnie-Herzégovine, les piscicultures sont généralement situées dans trois régions principales. Dans le nord de la Bosnie, en République de Srpska, il y a 5 cyprinicultures d’une superficie totale de 3 276 ha. Dans les bassins des rivières Neretva et Vrbas (surtout dans la Fédération de BiH), il y a environ 40 salmonicultures avec bassins en ciment (total 8,5 ha) et 14 salmonicultures avec cages (total 8,1 ha). L’aquaculture marine se pratique dans 2 fermes avec cages (total 3,6 ha) à Neum.
    Espèces cultivées
    Les espèces piscicoles cultivées les plus importantes sont: L’un des principaux problèmes dans l’environnement aquatique et en aquaculture sont les espèces étrangères introduites à dessein ou accidentellement, car elles sont en compétition avec les espèces endémiques. Il existe actuellement 11 espèces introduites, comme suit: Oncorhynchus mykiss, Salvelinus fontinalis, Salvelinus alpinus, Carassius gibelio Pseudorasbora parva, Ctenopharyngodon idellus, Hypophthalmichthys molitrix, Hypophthalmichthys nobilis, Gambusia affinis, Lepomis gibbosus et Ameiurus nebulosus.
    Les espèces endémiques sont aujourd’hui en danger vu l’absence de mesures législatives et de finances pour leur protection. Les espèces le plus en danger sont: Salmo obtusirostris et Salmo marmoratus. Il existe peu d’information sue le niveau de danger que courent les espèces suivantes: Aulopyge huegelii, Chondrostoma phoxinus, Chondrostoma kneri, Phoxinellus adspersus, Phoxinellus alepidotus, Phoxinellus pstrossii, Phoxinellus metohiensis, Phoxinellus ghetaldii, Leuciscus turskyi et Leuciscus svallize.
    Actuellement l’on porte une grande attention à Salmo obtusirostris, Salmo marmoratus et Salmo trutta fario de la rivière Neretva (en particulier concernant analyse de DNA et construction d’une écloserie pour de la recherche plus détaillée au Lac Boracko en Herzégovine), ainsi qu’à Hucho hucho, Thymallus thymallus, et Salmo trutta fario de la rivière Una (concernant l'analyse du DNA et construction d’une écloserie sur la rivière Krusnica en Bosnie occidentale, dans le cadre d’un projet FAO).
    Pratiques et systèmes d'élevage
    Les cyprinicultures utilisant des étangs de terre sont traditionnelles depuis longtemps. En Bosnie-Herzégovine, il n’y a pas d’écloserie pour des cyprinides et une partie des grands alevins ont été importés de Croatie et de Hongrie. La qualité et la quantité de l’eau sont satisfaisantes, sauf pendant les périodes de très grande sécheresse. Les meilleurs résultats ont été obtenus à la pisciculture de Sanicani (1 200 ha), où la production moyenne est de 1 467 kg/ha.
    Les salmonicultures utilisent principalement des bassins en béton avec échange d’eau optimal et bonne qualité de l’eau L’on n’utilise pas d’aération supplémentaire et beaucoup de ces piscicultures n’ont pas de filtres pour purifier l’eau rejetée. Après la guerre, la pisciculture en cage s’est développée dans les rivières Neretva, Trebisnjica et Vrbas. Aujourd’hui, grâce à la nouvelle technologie norvégienne, l’on utilise des cages de 10 x 10 x 10 m alors qu’avant leurs dimensions n’étaient que de 5 x 5 x 5 m.

    L’on pratique l’aquaculture marine dans deux fermes seulement, dans des cages à Neum, dans la Mer Adriatique. Les mollusques sont cultivés de manière traditionnelle.

    En Bosnie-Herzégovine, il y a deux usines de transformation du poisson, à Salakovac et Banja Luka. Elles utilisent de la technologie moderne, produisent une grande gamme de produits et ont une capacité annuelle d’environ 3 000 tonnes.
    Performance du secteur
    Production
    Les données de production ont été obtenues du secteur privé. En effet, il n’existe aucune institution au niveau de l’Etat pour collecter et distribuer de telles données. Sur la base de ces estimations (voir Tableau 1), la production totale en 2004 a été de 6 344 tonnes, pour une valeur de EU$ 15 205 100.

    Tableau 1. Production aquacole de poissons de consommation en Bosnie-Herzégovine en 2004.
    TechnologieEspèce2004
    TonnesEU$
     Truite arc-en-ciel2 0504 715 000
    Salmonides en bassins bétonTruite de rivière40148 000
     Saumon de fontaine1037 000
    Total 2 1004 900 000
    Salmonides en cagesTruite arc-en-ciel1 3303 059 000
    Total 1 3303 059 000
     Carpe commune2 3635 907 000
     Carpe herbivore142312 400
    CyprinidesCarpe argentée286486 200
     Silure1470 000
     Sandre210 000
    Total 2 8076 786 100
    MarinBar européen47235 000
     Dorade royale45225 000
    Total 92460 000
    MollusquesMoule de Méditerranée15 
    Total 15 
    TOTAL GÉNÉRAL 6 34415 205 100
    (Source: estimations personnelles de l’auteur obtenues directement des fermes aquacoles).


    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l'aquaculture au Bosnie-Herzégovine (d'après les statistiques de la FAO):
    Chart  

    Production de l'aquaculture reportée au Bosnie-Herzégovine (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    Marché et commerce
    Les consommateurs de Bosnie-Herzégovine ont traditionnellement acheté le poisson d’eau douce vivant de poissonneries. Environ 65 pour cent de la production totale de poisson de consommation va vers le marché intérieur de grandes villes, telles que Sarajevo, Banja Luka, Mostar, Tuzla, Bihac et Zenica. Une partie de la production (environ 35 pour cent) est exportée vers la Serbie et le Monténégro, et une plus petite quantité vers la Croatie. Les principales espèces exportées sont la carpe commune, la carpe herbivore et la truite arc-en-ciel. Elles s’exportent principalement comme des produits frais ou sous glace. Une petite partie (environ 15 tonnes) est exportée comme poisson fumé. En aquaculture, c’est la truite arc-en-ciel qui est la plus importante. Son prix varie de UEU$ 2,3/kg à la ferme (prix de gros) y compris le transport, à EU$ 4-5/kg dans les poissonneries et les marchés (prix de détail).

    D’autres prix par kg sont: grands alevins de carpe (EU$ 5), carpe de consommation (détail EU$ 2,5), carpe herbivore (détail EU$ 2,2), carpe à grosse tête (détail EU$ 1,7), silure (détail EU$ 5,0) et sandre (détail EU$ 5,0).

    Beaucoup de grandes piscicultures ont leur propre transport pour les produits frais et les produits vivant. En ce moment, un processus de certification de production a lieu dans le secteur de l’aquaculture, avec l’assistance de l’Administration Publique Vétérinaire. La certification permettra l’exportation d’un grand pourcentage de produits. Dans ce but, les cinq plus grandes piscicultures du pays ont été visitées en septembre 2005 par une commission spéciale de l’Union européenne. Un laboratoire et des experts sont en place à la Faculté Vétérinaire de l’Université de Sarajevo. Actuellement ils contrôlent toutes les piscicultures de Bosnie-Herzégovine.

    Le poisson est principalement acheminé dans le pays par les supermarchés et les marchés de poisson spécialisés. La consommation actuelle de poisson et ses produits est estimée à 1,5 kg per capita et par an. Elle pourrait être beaucoup plus élevée, mais vu la situation économique difficile et les hauts taux de chômage, elle ne changera probablement pas dans un futur proche.
    Contribution à l'économie
    Le taux de chômage officiel dans le pays est très élevé (44 pour cent). Cependant, selon des estimations de 2004, l’économie «noire» réduirait en réalité ce taux à près de 20 pour cent. Des groupes critiques incluent les personnes handicapées, victimes civiles de la guerre et soldats démobilisés, ainsi que de plus jeunes personnes qui ne parviennent pas à trouver du travail. La Bosnie-Herzégovine étant très riche en ressources aquatiques de grande qualité (petites rivières, plus grandes rivières, lacs et réservoirs), l’aquaculture offre un potentiel de développement. C’est la seule qui a réussi à augmenter la production de poisson de consommation de 3 000 tonnes avant la guerre à quelques 7 000 tonnes en 2005. La production en 2004 était de 6 344 tonnes, ainsi que mentionné précédemment. L’expérience initiale acquise dans la construction de petites piscicultures familiales en régions rurales est très positive. Il y a régulièrement des demandes d’informations de gens désireux de construire de nouvelles piscicultures. Le problème principal est le manque de crédit, car les taux d’intérêt sont encore très élevés (environ 10 pour cent). Beaucoup d’organisations internationales essayent d’assister le secteur mais ceci n’est pas suffisant. En 2006, le Ministère d’Etat pour l’Agriculture sera établi et ceci devrait considérablement contribuer au développement de ce secteur.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    La seule agence responsable pour l’aquaculture au niveau étatique est l’Administration Vétérinaire de l’Etat du Ministère du Commerce Extérieur et des Relations Economiques (Ministry of Foreign Trade and Economic Relations). Elle s’occupe principalement des maladies des poissons. En plus, également au niveau étatique, il y a une Chambre du Commerce Extérieur de Bosnie-Herzégovine, qui possède quelques données incomplètes sur les exportations et importations de poisson et les importations d’aliments pour poisson.

    Il existe deux organisations de producteurs de poisson; l’une pour les poissons d’eau douce et l’autre pour les poissons d’eau de mer. Deux lois sur les pêcheries d’eau douce sont contradictoires à beaucoup de points de vue. Une nouvelle loi a été introduite le 5 octobre 2004. Il n’existe pas de loi principale au niveau étatique. Beaucoup de piscicultures opèrent sans être enregistrées.

    Il n’y a pas de coordination entre pêcheurs et administration. Dans le passé, des activités conjointes étaient organisées localement. Pour ces raisons, il y a aujourd’hui dans tout le pays des rives de rivières qui sont divisées. L’Etat n’a toujours pas adopté les lois qui obligeraient les pêcheurs à observer les standards européens et internationaux pour la gestion des ressources.

    En Bosnie-Herzégovine, il y a actuellement les associations de pêcheurs sportifs suivantes:
    • Trois associations, dans le District de Brcko.
    • Dix associations cantonales.
    • 122 associations de municipalités.
    • Nombre de membres avec permis: estimé à 35 000.
    La plupart des activités dans ces associations sont organisées par des volontaires; environ 70 personnes reçoivent un salaire régulier. Beaucoup des professionnels de ce organisations reçoivent leurs salaires des permis de pêche, tandis que très peu d’entre eux ont un salaire payé par le budget de la municipalité. Seules quelques associations ont leurs propres budget.
    Règlements en vigueur
    Selon l’Accord de paix de Dayton (Dayton Peace Agreement), toute législation appartenant à l’ancienne République Socialiste de Bosnie-Herzégovine qui n’est pas inconsistante avec les Accords de paix reste en force. Donc, la Loi sur la Planification urbaine, adoptée en 1974,et qui se préoccupe de la protection de l’environnement et de la nature, est encore d’application en Bosnie-Herzégovine (Kurbegovic, 1998).

    La législation sur l’environnement a été préparée par le projet EU "Preparation of Environmental Law and Policy in Bosnia and Herzegovina" (Regional Environmental Center, 2002). Ces lois incluent: Loi sur la Protection de l’Environnement, Loi sur la Protection des Eaux, Loi sur la Protection de la Nature, Loi sur la Gestion des Déchets et Loi sur la Protection de l’Air. Ces lois ont été décrétées dans la République de Srpska en septembre 2002, en plus de la Loi sur les eaux. Dans la Fédération de Bosnie-Herzégovine, les lois environnementales ont été décrétées en juillet 2003.

    La Bosnie-Herzégovine a ratifié ou signé quelques unes des plus importantes conventions et accords internationaux concernant l'aquaculture, dont:
    • Convention sur la Pêche & la Conservation des Ressources Vivantes des Haut Mer (29 avril 1958)
    • Convention sur la Prévention de la Pollution Marine par Débarquement de Déchets et Autre Matière (Londres, Décembre 29, 1972).
    • Convention pour la Protection de la Mer Méditerranée contre la Pollution (Barcelone 1976).
    • Protocole concernant la Coopération pour Combattre la Pollution de la Mer Méditerranée par Huile et autres Substances Dangereuses dans les Cas d’Urgence (Barcelone 1976).
    • Protocole pour la Protection de la Mer contre la Pollution par Sources Basées à Terre (Athènes 1980).
    • Protocole concernant les Aires de Méditerranée Spécialement Protégées (Genève 1982).
    • Convention des Nations Unies sur la Loi de la Mer (Montego Bay 1982).
    • Convention sur la Biodiversité (Rio de Janeiro 1992).
    Recherche appliquée, éducation et formation
    Les principales institutions scientifiques et gouvernementales ont été gravement endommagées ou complètement détruites pendant la guerre. Elles sont restées isolées, sans aucun contact avec les institutions de recherche internationales.

    Aujourd’hui, il y a plusieurs institutions bien équipées d’éducation et de recherche, avec du personnel bien formé dans le domaine de l'aquaculture. Elles incluent la Faculté des Sciences de l’Université de Sarajevo, la Faculté des Sciences de l’Université de Banja Luka, la Faculté d’Agriculture de l’Université de Sarajevo, la Faculté d’Agriculture de l’Université de Banja Luka et la Faculté Vétérinaire de l’Université de Sarajevo.
    Aucune pisciculture n’est la propriété d’une institution scientifique et de recherche. Quelques recherches ont été menées sur la nutrition des poissons et sur la sélection et production d’espèces endémiques, mais cela ne suffit pas.
    Tendances, questions et développement
    La Bosnie-Herzégovine a d’abondantes ressources naturelles, mais plusieurs contraintes existent concernant la production et les ventes de produits de l’aquaculture d’eau douce. Les mesures suivantes devraient être prises:
    • Organisation de la production aquacole en eau douce et des ventes au niveau national.
    • Organisation du gouvernement central et établissement de lois et règlements adéquats pour le secteur.
    • Organisation de la protection de l’environnement, de l’espace et de la nature des écosystèmes du pays.
    • Coopération du secteur scientifique et du secteur de la recherche appliquée.
    • Organisation des associations de pêcheurs sportifs et des activités/mesures en vue de la préservation des eaux douces et des poissons.
    • Processus de privatisation effectif, y compris l’établissement de concessions et des pratiques de gestion pour les eaux ouvertes.
    • Etablissement d’un plan à long terme pour le développement de l’aquaculture et du secteur des pêches d’eau douce.
    • Incorporation des activités d’aquaculture de pêche d’eau douce dans les systèmes socioéconomique et politique du pays.
    Activities for future development in this field will depend significantly on the new set of environmental laws and regulations, state development plans and supporting institutions for the whole state. The production and protection of endemic species and close cooperation with fish farms will enable mitigation of negative impacts caused by introduced fish species, and damage caused by illegal overfishing. The introduction of a new law for concessions of freshwater resources and a law on sport fishing activities, together with the education and training of responsible authorities, would prevent the destruction of natural resources and help in the sustainable management of integrated freshwater resources. Schools and lifelong environmental education and awareness campaigns would also play an important role.

    There are no systematic impact assessments of the potential hazards to the aquatic environment. Assessments have only been carried out in the case of accidents such as the discharge of hazardous substances in water bodies from industrial sources, or car accidents involving oil tankers. Monitoring of both the quality and quantity of water is only organized in the Una River basin by the Swiss Agency for Development and Cooperation (SDC) and experts such as consulting engineers and water specialists. Until now environmental impact assessment of aquaculture has only been carried out on Bocac Lake on the river Vrbas. In addition, the Regional Environmental Center (REC) Country Office of Bosnia and Herzegovina, in cooperation with the Norwegian government, has supported an assessment on part of the river Neretva.

    Environmental aspects of inland water fishery such as agriculture pollution by synthetic chemical agents, illegal deforestation, soil erosion, illegal dumping sites and land use change (conversion from forests to agriculture, etc.) should be discussed in the context of general environmental protection of the terrestrial and water environment. The introduction of new fish species (alien species), usually done illegally, is a serious problem which has a negative impact on the ecological balance of the river environment. Problems that are evolving, such as those arising from climate change, should be addressed and the mitigation of their harmful effects should be considered. Bosnia and Herzegovina, currently a water rich country, may face a dwindling of this resource in the future if proper safeguards are not ensured.

    The construction of dams represents the main physical modification to the water resources in the country. They are located mainly at the river Neretva (a system of 5 dams), river Trebisnjica (3 dams), river Drina, river Una and river Vrbas. In certain parts of the country, the construction of flood protection facilities has also had an impact on fish migration routes and spawning sites. This trend of dam construction and the building of hydro-electric-power stations is continuing and there are plans to build five new plants in a very short period without prior environmental impact assessment. There are currently no significant activities on rehabilitation and restoration. In the period before the war there were some attempts to control aquatic plants in certain lakes and reservoirs in the country by means of the introduction of grass carp and silver carp.

    Most fish farms do not have any filters or facilities for wastewater purification. They do not have prescribed locations for the disposal of dead fish. This also has very significant negative impacts on the quality of surface and groundwater in the country.

    There is some assistance from international organizations (such as the Food and Agriculture Organization of the United Nations, Linking Agriculture and Market Program of USAID, European Commission Cards regional projects of water management) in the introduction of more active water protection measures.
    Références
    Bibliographie
    Aganović, M. 1979. Salmonidne vrste riba i njihov uzgoj. Svjetlost, Sarajevo.pp 20-26. (en serbe-croate).
    Antalfi, A. & Tölg, I. 1974. ABC ribnjičarstva. Glas Slovenije, Osijek.pp 37-42. (en serbe-croate).
    Banaresku, P. ed. 1999. The Freshwater Fishes of Europe, 5/I: Cyprinidae 2/I. Aula - Verlag, Wiesbaden.
    Bojčić, C. & Bunjevac, I. 1982. 100 godina ribarstva na tlu Jugoslavije. Poslovna zajednica Slatkovodnog ribarstva Jugoslavije, Ribozajednica Zagreb. pp 1-154.Monography. (En croate).
    Hadžiselimović, R. & Hamzić, A. 1999. Biodiverzitet i biogeografija riba Bosne i Hercegovine, s. n., Sarajevo. pp 1-137. The project funded by Soros Fondacija-Fonda Otvoreno drustvo Bosne i Hercegovine. (En bosniaque).
    Hamzić, A. 2003. Akvakultura u Bosni i Hercegovini. Coron's d.o.o. Sarajevo. pp.1-133. Monography. (En bosniaque).
    Hamzić, A. & Ecimovic, T. 2004. Bosnia and Herzegovina freshwater fish production and market study. UN/FAO. pp. 1-33. .
    Kurbegovic, E. 1998. Bosnia and Herzegovina: Legal and Institutional Framework and Practices for Public Participation. In: REC Doors to Democracy: Current Trends and Practices in Public Participation in Environmental Decision making in Central and Eastern Europe. pp 136-147.
    The Regional Environmental Centre for Bosnia and Herzegovina. 2002. Regional Center report on the status and needs of the environmental legislation in Bosnia and Herzegovina. January 25 - March 15, 2002.
    Taler, Z. 1954. Rasprostranjenje i popis slatkovodnih riba Jugoslavije. Glas Prir. Muz.Srpske zem., B, 5-6: 425-455.
    Timarac, B. & Janjić, Č. 2003. Saničani 100 (1903-2003). Glas srpski. Banja Luka. pp 13-27, 126-131. Monography. (En serbe).
    Vuković, T. & Ivanović, B. 1971. Slatkovodne ribe Jugoslavije. Zemaljski muzej BiH, Sarajevo. p.p. 7-268. (En serbe-croate).
    Vuković, T. 1977. Ribe Bosne i Hercegovine: Ključ za određivanje. Svjetlost, Sarajevo. pp 1-66. (En serbe-croate).
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS