Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie 
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    L'aquaculture est actuellement la plus grande source d'approvisionnement en poissons en Egypte. Elle représente presque 51 pour cent de la production totale des poissons du pays dont plus de 98 pour cent de produits proviennent des fermes aquacoles privées.
    Le développement et l'expansion de l'aquaculture moderne ont commencé en Egypte il y a deux décennies à la suite desquels le secteur a connu un développement important et rapide au cours des dernières années menant à une forte augmentation de la production. Ce secteur montre la croissance la plus forte de toutes les activités de pêche dans le pays et en conséquence l'aquaculture est considérée comme l’unique option viable pour réduire l'écart entre la production et la consommation des poissons en Egypte.

    A l’exception d’un nombre très limité d'exemples isolés, la plupart des activités aquacoles sont situées dans la région du Delta du Nil. L'aquaculture utilise une variété de systèmes avec des niveaux variables de technologie. Jusqu'ici la majorité des poissons mis en élevage sont des espèces d'eau douce ou ceux qui peuvent vivre dans les eaux saumâtres. La production des poissons et des crustacés dans les eaux marines ou saumâtres est toujours dans ses premières étapes et son développement est encore entravé par des problèmes techniques et économiques. La majorité des exploitations piscicoles peuvent être considérées comme étang d'élevage semi-intensif d'eau saumâtre. Ce type d'élevage a souffert d'une grave réduction en nombre au début des années 90 à cause de la concurrence pour les terres et l'eau due à l'expansion des activités de réutilisation des terres pour l'agriculture. L'aquaculture intensive, dans les étangs en terre et les bassins, se développe maintenant rapidement pour remédier au problème de la diminution de la surface totale disponible pour les activités aquacoles.

    Le développement actuel de la production aquacole est axé sur l'utilisation des technologies modernes et il est le fruit des changements de la structure de la communauté des pisciculteurs. Le taux élevé de rentabilité de l'aquaculture a attiré un grand nombre d'investisseurs de petite à moyenne taille qui essayent de travailler sur une base plus scientifique que les pisciculteurs traditionnels. Le secteur devient plus sophistiqué et diversifié et ceci est également associé à une expansion rapide dans les activités d'appui telles que les équipements pour la production d'aliments locaux et les écloseries. Le nombre d'écloseries de poissons a augmenté de 14 en 1998 (Barrania et al, 1999) à plus de 230 (GAFRD, 2004). Plus de 12 compagnies de fabrication d'aliments de poissons ont vu le jour au cours des huit dernières années.
    Historique et aperçu général
    L'aquaculture est une activité connue en Egypte depuis le début de l'histoire écrite; les frises de tombeau remontent à 2500 avant Jésus Christ et illustrent la récolte du tilapia des étangs (Bardach et al, 1972). Une forme traditionnelle d'aquaculture, connue sous le nom de «hosha», a été pratiquée pendant plusieurs siècles (Eisawy et El-Bolok-Bolok, 1975) dans la région nord du Delta des lacs jusqu'à il y a quelques décennies.

    L'aquaculture moderne a commencé à la moitié de 1930 à la suite de l'introduction de la carpe commune dans deux fermes de recherche, depuis et jusqu'au début des années soixante, la carpe a été réservée à des fins de recherche pure. La première ferme commerciale moderne d'élevage semi-intensif a été construite par le gouvernement en 1961. Cette ferme est d’une surface totale de 120 hectares d'étangs de terre pour l'élevage du tilapia du Nil, de la carpe commune et du mulet à grosse tête (Mugil cephalus).
    Vers la fin des années 70 un programme de développement de l'aquaculture a été élaboré pour développer encore plus le secteur. Vers la fin des années 80, la production annuelle de l'aquaculture avait sauté de 17 000 tonnes seulement, à 45 000 tonnes. Au cours de cette période le gouvernement a construit quatre grandes écloseries, six exploitations piscicoles et cinq centres de collecte d'alevins. L'important avancement dans le domaine aquacole et l'accès facile à la terre ont mené à une émancipation rapide de la participation du secteur privé dans l’aquaculture. Cette période a connu également l'introduction de nouveaux systèmes aquacoles. En 1984, les premiers essais d’élevage du tilapia en cages dans le Nil ont pris place et l'élevage de la carpe commune dans les rizières a été entrepris en tant qu'élément des programmes de vulgarisation du gouvernement.
    Jusqu'au milieu des années 80, les activités aquacoles ont été limitées aux régions de l'est et du nord du Delta. Toute la production provenait des étangs semi-extensifs ou semi-intensifs en eaux douces ou saumâtres de basse salinité. L'aquaculture traditionnelle et privée, produisant souvent le tilapia et le mulet, utilisaient de grands étangs peu profonds de jusqu'à 25 hectares. La production par unité de superficie était faible (250-400 kilogrammes/hectare). Ce type de production dépend considérablement de la productivité naturelle stimulée par l'addition des fertilisants naturels (fumier) et l'utilisation limitée des aliments artificiels (souvent le son du riz).

    L'aquaculture semi-intensive a été généralement pratiquée dans les fermes gérées par le gouvernement où la polyculture se faisait dans de plus petits étangs de 2-6 hectares avec des engrais et un supplément d'aliment. La production annuelle moyenne à partir de ces systèmes semi-intensifs était de l’ordre de 1,5-2,5 tonne par hectare.
    L'élevage des espèces marines telles que le bar européen (Dicentrarchus labrax), la dorade royale (Sparus aurata), la sole, le maigre (Argyrosomus regius) et la crevette pénéidée a commencé vers la fin des années 80 et au début des années 90. La plus grande partie de l’élevage des poissons marins dépend toujours de la collecte des alevins sauvages du milieu naturel. L'aquaculture marine en Egypte reste loin d'être aussi réussie que l’élevage dans les eaux douces.

    Vers la moitié des années 90, l’aquaculture intensive dans les étangs a été introduite dans le but de remplacer la semi-intensive et les fermes traditionnelles. L'élevage intensif augmente en raison des gains réalisés. Ces systèmes emploient de plus petits et de plus profonds étangs, la mise en charge est plus élevée et l'alimentation intensive ainsi que l'aération sont utilisées. La production annuelle moyenne est de l’ordre de 17,5-30 tonnes par hectare. Les activités d'agriculture-aquaculture intégrées dans le désert ont commencé vers la fin des années 90 généralement sous forme d'aquaculture intensive de bassin. Cette forme d'aquaculture augmente rapidement en particulier dans le désert occidental de l’Egypte.
    En Egypte, la production totale de l’aquaculture a atteint 445 100 tonnes en 2003 avec une valeur commerciale totale de 584 662 000 millions de dollars EU (1 dollar EU = 5,78 livres égyptiennes) (GAFRD, de 2004).
    Ressources humaines
    Aucune statistique précise n'est disponible sur le nombre de personnes qui travaillent dans l'aquaculture et les activités s'y rapportant, cependant, les personnes impliquées dans l'aquaculture peuvent être divisées en quatre groupes:
    1. Les premiers sont les propriétaires de la terre et ceux qui ont des contrats de bail de concessions délivrés par le gouvernement pour les exploitations piscicoles traditionnelles. Ces personnes gèrent souvent des exploitations familiales où la plupart ou l’ensemble des membres de la famille (parfois deux générations) travaillent dans l'exploitation ou pour leur compte. Ces exploitations emploient généralement une grande main-d'œuvre et ont une infrastructure et des technologies de production simples. La plupart des fermiers ont seulement une éducation limitée et appliquent des techniques de production héritées des générations précédentes. Le nombre total de personnes impliquées dans ce type d'activité est estimé entre 35 000 et 40 000 personnes.
    2. Le deuxième groupe inclut les personnes travaillant dans les écloseries de poissons, les cages d'élevage et les étangs d'aquaculture intensive. La majorité des personnes travaillant dans ce secteur sont du personnel embauché et incluent des techniciens qualifiés et des ouvriers expérimentés. Le chiffre donné par les documents officiels de l'autorité générale chargée de la recherche et développement de la pêche (GAFRD) du Ministère de l'Agriculture compte un total de 22 000 personnes.
    3. Le troisième groupe inclut le personnel travaillant dans les écloseries gérées par le gouvernement, les centres de collecte d'alevins, les unités de production de juvéniles et les exploitations piscicoles. Ces employés ont des niveaux d'éducation et de formation variés, allant des experts fortement qualifiés à la main-d'oeuvre non qualifiée. Le nombre total des employés du gouvernement travaillant dans le domaine aquacole est d’environ 780 personnes.
    4. Le quatrième groupe inclut les consultants, le personnel des unités de production des aliments, les ingénieurs, les responsables du transport, du traitement et des autres activités d'appui. Le nombre des consultants enregistrés est 128 et le nombre de personnes travaillant dans la production des aliments des poissons est estimé à 380 personnes.
    Dans le premier, le troisième et le quatrième groupe, le personnel est constitué des hommes et des femmes, cependant le deuxième groupe, est dominé par les hommes avec quelques exceptions dans certaines écloseries privées.
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    La plupart des activités aquacoles sont, généralement, situées dans la région nord du Delta du Nil, avec les exploitations piscicoles souvent groupées dans les zones entourant les quatre Delta du Nil. Les écloseries de poissons sont aussi généralement situées à proximité des exploitations piscicoles sauf cinq grandes écloseries, appartenant au gouvernement, qui sont dispersées le long du Nil en Egypte Supérieure.
    Espèces cultivées
    Actuellement, quatorze différentes espèces de poissons et deux espèces de crustacés sont cultivées en Egypte. Dix sont des espèces indigènes et six sont des espèces introduites. Les espèces indigènes sont: le tilapia du Nil (Oreochromis niloticus), le tilapia bleu (Oreochromis aureus), le poisson-chat de l'Afrique du Nord (Clarias gariepinus), le mulet à grosse tête (Mugil cephalus), le mulet porc (Liza ramada), le mulet à tache bleue (Valamugil seheli), le bar européen (Dicentrarchus labrax), la dorade royale (Sparus aurata), le maigre (Argyrosomus regius) et la crevette pénéidée. Les espèces introduites sont: la carpe commune (Cyprinus carpio), la carpe herbivore (Ctenopharyngodon idellus), la carpe argentée (Hypophthalmichthys molitrix), la carpe à grosse tête(Aristichthys nobilis), la carpe noire (Mylopharyngodon piceus) et la chevrette (Macrobrachium rosenbergii).

    La carpe commune et le mulet à grosse tête étaient les premières espèces mises en élevage dans le pays. La carpe commune a été introduite en 1936 à des buts expérimentaux. Avec l'introduction de l'aquaculture commerciale moderne vers la fin des années 70 et le début des années 80, l'Egypte a construit quatre écloseries de carpe et a importé des stocks de géniteurs de l'ex-République Démocratique d'Allemagne et de la Hongrie. Des carpes communes ont été également élevées dans des systèmes extensifs pour le programme national de rizipisciculture financé par le gouvernement. La production totale de la carpe commune en 2003 était de 17 000 tonnes représentant, environ, 4 pour cent de la production totale de l'aquaculture, la plus grande partie provient de la polyculture pratiquée dans les rizières.

    Le mulet à grosse tête a été élevé dés la moitié des années 30 dans des fermes expérimentales et dans les systèmes d'élevage traditionnels «hosha». La production de ces espèces a toujours dépendu des alevins sauvages collectés dans les estuaires. Suite au développement de l'aquaculture dans la moitié des années 80, l'Egypte a créé six stations qui collectaient des millions d'alevins des espèces marines de valeur commerciale. L'actuelle production annuelle du mulet mis en élevage est d’environ 136 000 tonnes représentant à peu près 30 pour cent de la production totale de l'aquaculture en 2003.

    Les carpes herbivores, argentées et à grosse tête ont été introduites de la Hongrie vers la fin des années 80. La carpe herbivore est principalement exploitée dans un programme national pour le contrôle biologique des mauvaises herbes dans les systèmes d'irrigation et de canalisation. Les données de production de ce programme ne figurent pas dans les statistiques de l'aquaculture. La carpe argentée est produite essentiellement dans les cages aquacoles dans le Nil, bien qu'elle soit généralement élevée dans les étangs aquacoles. La production totale de l'aquaculture des trois espèces de carpe était de 88 500 tonnes ou environ 20 pour cent de la récolte totale de 2003.

    Jusqu'à la fin des années 80, la présence du tilapia du Nil dans les récoltes des étangs, bien que cette espèce soit indigène à l'Egypte, a été considérée comme un signe de mauvaise gestion des étangs. Au début du développement aquacole, le tilapia n'a pas été stocké dans les étangs aquacoles et une fois trouvé dans la récolte il est considéré en tant que récolte accidentelle. C'était seulement durant les années 90 que le tilapia du Nil a été redécouvert en tant qu'espèce importante pour l'aquaculture. Cette redécouverte a été associée au commencement de l'aquaculture intensive dans les étangs. L'expansion de l’aquaculture intensive du tilapia a conduit au développement des écloseries privées et à la construction des unités pour la production d'aliments. L'expansion du tilapia du Nil a été également liée à la production des tilapias mâles et depuis lors, le tilapia du Nil est devenu l'espèce aquacole la plus importante avec une récolte totale d'environ 200 000 tonnes, équivalente à 48 pour cent de la récolte totale de l'aquaculture en 2003 (GAFRD, 2004).

    La chevrette a été introduite en Egypte, de la Thaïlande, en 1989. L'espèce, cependant, n'a pas été très acceptée sur le marché égyptien, mais elle est encore produite en quantités limitées (10-12 tonnes par an).

    Le bar européen, la dorade royale et le maigre sont également produits en quantités limitées dans des exploitations des poissons marins. Bien que deux écloseries produisent des alevins (une privée et l’autre appartenant à l'Etat) la plupart de la production dépend toujours des alevins collectés dans la nature. La production totale du bar européen et de la dorade royale en 2003 était de 2 400 et 1 800 tonnes, respectivement.

    La production du maigre, du poisson-chat et de la crevette s'élève à quelques centaines de tonnes seulement.
    Pratiques et systèmes d'élevage
    L'aquaculture semi-intensive en étang est le système de base utilisé dans le pays; la majorité des étangs sont grands (entre 2-8 hectares) avec une production totale enregistrée de 240 000 tonnes en 2003 (GAFRD, 2004) représentant environ 54 pour cent de la production totale de l'aquaculture. La plupart des fermes sont situées dans les parties nord et est du Delta du Nil où les eaux saumâtres et douces sont utilisées. Les densités de mise en charge, les intrants énergétiques, le niveau de gestion ainsi que la taille et le type d'infrastructure varient considérablement entre les différentes fermes. La totalité des surfaces de terres utilisées pour ce genre d'aquaculture est de 64 100 hectares avec une production annuelle par hectare qui varie entre 0,7 à 6 tonnes.

    Actuellement, l'aquaculture intensive en étangs augmente pour remplacer de grandes surfaces des étangs semi-intensifs. Les systèmes d'étangs intensifs dépendent des étangs à terre bien conçus et construits (parfois rayés avec des feuilles de polyéthylène). Ils sont de plus petites tailles (0,3 à 0,6 hectare) avec de plus hautes digues pouvant atteindre des profondeurs d’eau de 1,5-1,75 mètre. Les étangs sont aérés avec des aérateurs électriques à roue à palettes et ont un taux plus élevé de renouvellement d'eau (entre 2-10 pour cent par jour). La production totale des étangs intensifs était de 155 000 tonnes, environ 35 pour cent de la production totale en 2003. La surface totale utilisée pour ce genre d'aquaculture est de 7 050 hectares avec une production moyenne, souvent de tilapia, de 17,5-30 tonnes par hectare.

    L'aquaculture intensive dans les bassins est un autre secteur qui a connu un développement rapide pendant les cinq dernières années. Des bassins en béton sont utilisés dans les systèmes d’aquaculture et agriculture intégrées dans le désert. Ce type de production est de plus en plus adopté en raison du taux de rendement élevé concernant l'utilisation de l'eau. Le nombre total des fermes enregistrées actuellement est de 120 avec une production annuelle de 3 500 tonnes. Une autre exploitation de pisciculture intensive basée à terre utilisant des bassins est limitée à cinq autres fermes produisant la plupart du temps du tilapia avec une production totale de 500 tonnes par an.

    L’élevage en cages est commun particulièrement dans les bras nord du Delta du Nil. Plus de 4 428 cages avec un volume total de 1,3 million de mètres cubes sont actuellement opérationnelles. La production totale des poissons, enregistrée, de l’élevage en cages était de 32 000 tonnes en 2003.

    La polyculture dans les rizières a été pratiquée en Egypte au milieu des années 80. Cette activité varie avec les changements de la surface réservée à la production du riz qui elle-même dépend du volume d'eau annuel. Cependant, la polyculture augmente de nouveau suivant les subventions des prix des fingerlings accordées par le Ministère de l'Agriculture et de la Réclamation Foncière (Ministry of Agriculture and Land Reclamation). La production totale était de 17 000 tonnes en 2003 (GAFRD, 2004).
    Performance du secteur
    Production
    L'aquaculture est considérée comme la seule solution possible pour augmenter la production des poissons en Egypte. Dans sa stratégie de développement, le Ministère de l'Agriculture et de la Réclamation Foncière de l'Egypte, prévoit augmenter la production totale des poissons pour arriver à 1,5 million de tonnes en 2017 et vise une récolte de 1 million de tonnes provenant de l'aquaculture. Le secteur se développe à un rythme qui dépasse les prévisions visées par le plan. Cette augmentation prévue, en parallèle avec le développement envisagé dans la production de volaille, aidera, si tout va bien, à améliorer la consommation par personne des protéines animales. L'aquaculture crée également de l'emploi pour un grand nombre de diplômés chômeurs.

    L'aquaculture intégrée avec la production de riz est considérée par le gouvernement comme une contribution indirecte à la consommation des protéines animales pour la population rurale plus pauvre. Les fingerlings (environ 20 millions/an) achetés par le gouvernement des différentes écloseries sont distribués gratuitement aux riziculteurs. Ceci assure un approvisionnement en protéine animale aux fermiers car les poissons récoltés ne sont pas vendus sur le marché, mais consommés directement par les fermiers.

    La production totale de l'aquaculture en Egypte a atteint en 2003, 445 100 tonnes avec une valeur marchande totale de 584 662 millions de dollars EU (1 dollar EU = 5,78 livres égyptiennes) (GAFRD, 2004). Ce chiffre inclut tous les systèmes d'aquaculture excepté les poissons provenant de la pêche fondée sur l'élevage (1 200 tonnes), les captures provenant des projets de repeuplement (2 600 tonnes) et les captures réalisées dans le cadre des programmes de lutte contre les mauvaises herbes en utilisant la carpe herbivore (18 060 tonnes). Ces dernières trois activités dépendent des alevins et des fingerlings produits et lâchés dans les corps d'eau naturels.

    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l'aquaculture au Egypte (d'après les statistiques de la FAO):
      

    Production de l'aquaculture reportée au Egypte (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    Marché et commerce
    les produits aquacoles sont vendus au détail à côté des produits des captures sauvages. Les poissons d’élevage sont considérés comme ayant une qualité inférieure par la plupart des consommateurs bien qu'ils ne puissent pas habituellement différencier entre les poissons d’élevage et ceux sauvages quant il s’agit de la même espèce. Actuellement aucun règlement exigeant l’identification de l'origine des poissons par les détaillants et la mention qu'ils proviennent de l’élevage ou des captures n’est disponible.

    Le réseau de commercialisation des poissons est simple mais efficace. Le marché est contrôlé par un nombre limité de grands grossistes qui déterminent le prix du marché selon l’offre et la demande. Les fermiers sont libres de vendre leurs produits par l’intermédiaire des grossistes ou directement aux détaillants. Dans toutes les principales villes il existe souvent un marché de gros officiel de légumes et de fruits où les producteurs peuvent apporter leur produit et dans lequel les poissons sont quotidiennement vendus aux enchères.

    Les pisciculteurs ont également des accords avec les grossistes qui achètent leur récolte directement à la ferme. Les accords sont souvent informels et dans plusieurs cas ce sont les grossistes qui financent les opérations de production et reçoivent les poissons récoltés à un prix convenu à l'avance.
    Les produits aquacoles tendent à être consommés localement car l'Egypte n'a pas encore réalisé son autosuffisance en poissons (environ 150 000 tonnes sont importées annuellement pour assurer une consommation annuelle de 15 kilogrammes par personne).
    Contribution à l'économie
    L'aquaculture est la source la plus importante de production de poissons dans le pays, elle est considérée par le gouvernement comme le seul secteur de la pêche qui peut satisfaire la demande croissante en poissons. L'aquaculture se développe rapidement d’une activité à caractère traditionnel et à gérance familiale en une industrie moderne. En conséquence, le nombre de fermes traditionnelles appartenant aux familles diminue donnant lieu à des activités d’élevage semi-intensif et intensif.

    Le développement rapide de l’aquaculture a créé un grand nombre d'emplois pour les techniciens de ferme et la main-d'oeuvre qualifiée. Les nouvelles industries et les services financiers d'appui à l'aquaculture fournissent également de l'emploi. L'expansion de l'aquaculture a réussi à réduire et à stabiliser le coût du poisson en Egypte facilitant, de ce fait, l'accessibilité de la population rurale plus pauvre à la protéine animale saine et abordable.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    L'autorité générale chargée de la recherche et du développement de la pêche (GAFRD) sous la tutelle du Ministère de l'Agriculture et de la Réclamation Foncière, est l'organisme responsable de toutes les activités de planification et de contrôle liées à la production des poissons et l'autorité compétente responsable de l'application de la Loi sur la Pêche No.124 de 1983. Le Président de l'organisme a le pouvoir d'un vice-ministre et par conséquent, il est habilité à émettre des décrets et des règlements se rapportant à la pêche et à l'aquaculture. Le siège social de l'organisme est au Caire et trois centres sont situés dans les principales régions de pêche. Sept directions générales couvrent les zones géographiques restantes.

    La GAFRD, en plus d'être responsable de la mise en application des différentes législations régissant les activités de la pêche dans le pays, elle est aussi responsable des activités de vulgarisation et d’appui. Chacune des principales directions a un centre de vulgarisation comprenant une ferme pilote, une écloserie et des laboratoires d'analyse du sol et de l'eau procurant des services gratuits et sur demande. Les alevins de poissons produits dans les écloseries gouvernementales ou collectés par ses centres de collecte d’alevins sont vendus au secteur aquacole privé à des prix symboliques.
    Règlements en vigueur
    La Loi No. 124/1983 sur la pêche, la vie aquatique et le règlement des exploitations piscicoles est le principal instrument législatif sur la pêche. Elle contient un certain nombre de dispositions sur l'aquaculture. Elle est mise en vigueur par l'Autorité Générale chargée de la recherche et du développement de la pêche (GAFRD), créée en vertu du Décret Présidentiel No. 190/1983, sous la tutelle du Ministère de l'Agriculture.

    Pour plus d'information sur la législation en aquaculture en Egypte cliquez SVP sur le lien suivant:
    Vue générale de la législation nationale sur l'aquaculture - Égypte
    Recherche appliquée, éducation et formation
    Il existe plusieurs établissements gouvernementaux de recherche et universités (par exemple les universités du Caire, de Ein Shams, d’Alexandrie, du Canal de Suez, EL Azhar, EL Mansoura, de Tanta, Asiut, du Zagazig et de l’Egypte Supérieure) spécialisés dans la recherche halieutique et les sujets d'éducation. La recherche se concentre souvent sur les besoins appliqués visant l’amélioration de l'efficacité de la production. Certaines matières de recherche sont souvent choisies grâce à un dialogue étroit entre les établissements de recherche, la GAFRD et la société égyptienne d'aquaculture et des producteurs (Egyptian Aquaculture Society and the producers). Des conférences, des ateliers et des réunions sont fréquemment tenues et les producteurs sont invités à discuter les problèmes de la production avec les scientifiques.

    La contribution des fermes dans les activités de recherche est similaire dans les exploitations étatiques et celles privées. Les résultats de la recherche sont souvent publiés dans les journaux scientifiques, toutefois des articles simplifiés peuvent être édités dans des magasines et d'autres publications produites par les sociétés locales d'aquaculture qui sont facilement accessibles aux fermiers, aux experts et aux techniciens.
    Les directions de vulgarisation et de formation de la GAFRD sont responsables de la diffusion de l'information entre les aquaculteurs d’un niveau d'éducation bas en éditant des rapports simplifiés de vulgarisation. Des cours de formation en aquaculture, gratuits, sont également organisés et présentés par la GAFRD.
    Tendances, questions et développement
    L'aquaculture a connu une croissance rapide durant la deuxième moitié des années 90, notamment avec l’introduction et l’application croissante des technologies aquacoles et l’utilisation des étangs intensifs. En 1999, le nombre des exploitations piscicoles utilisant les étangs intensifs a augmenté jusqu'à 68 fermes avec une surface totale de 1 088 hectares. Une telle expansion a créé plus de demandes des juvéniles (particulièrement mono-sexe tilapia), des aliments granulés (extrudés et expansés) et de techniciens habiles. En conséquence, dans un délai de moins de six ans, le nombre des écloseries de poissons a augmenté de 28 écloseries de poissons d'eau douce à plus de 230 écloseries en 2004. Les écloseries privées produisent principalement les mâles du tilapia et de la carpe argentée. De même, le nombre des unités de production des aliments a augmenté de, seulement, 2 à 14 au cours de la même période produisant également les granulés flottants.

    En 1997, au début de la période de la réforme en technologies d'aquaculture, la production totale a atteint 73 500 tonnes représentant seulement 16 pour cent de la production totale des poissons (GAFRD, 1997). Dans ce total, l'aquaculture en étangs d’eau douce et d’eau saumâtre fournissait 64 500 tonnes, la production en cages était de 2 100 tonnes et celle de la polyculture dans les rizières était de 6 900 tonnes. Parmi les 64 500 tonnes produites par l'aquaculture en étangs, 56 600 tonnes ont été produites par des exploitations privées et 7 900 tonnes provenaient des exploitations gouvernementales pilotes. La récolte des étangs se composait d’environ 41 pour cent du tilapia, 30 pour cent de la carpe et 22 pour cent du mulet.

    En 2003, la récolte totale de l'aquaculture a atteint 445 100 tonnes, représentant environ 51 pour cent de la production égyptienne totale des poissons. Dans ce total, l'aquaculture en étangs d’eau douce et saumâtre représentait 394 770 tonnes, 32 050 tonnes ont été produites à partir des cages, 17 010 tonnes de l'aquaculture dans les rizières et 1 344 tonnes de l'aquaculture intensive pratiquée dans des bassins. Parmi les 394 770 tonnes produits à partir des étangs, 387 520 tonnes ont été produites par les exploitations privées et 7 300 tonnes par les exploitations gouvernementales. La récolte des étangs d'eau douce et saumâtre se composait de 42 pour cent de tilapia, de 22 pour cent de carpe et de 34 pour cent de mulet.

    La production intensive des étangs était de 155 000 tonnes 2003 (GAFRD, 2004) ou environ 39 pour cent de la récole totale de l'aquaculture en étangs d’eau douce et d’eau saumâtre d'une zone représentant seulement 10 pour cent de la surface totale utilisée pour l'aquaculture en étangs. Le tilapia constitue 78 pour cent du rendement total, le mulet 12 pour cent et la carpe 10 pour cent.

    L'aquaculture traditionnelle a aussi connu d’énormes améliorations des systèmes de production. L'aquaculture traditionnelle extensive et semi-intensive s’est transformée en système semi-intensif en utilisant un supplément d'aliment. La production annuelle par hectare a augmenté d'une moyenne de 250-400 kilogrammes à 0,7-6 tonnes. L'aquaculture en cages, soutenue par des experts et des techniciens avec les qualifications techniques requises, s'est épanouie rapidement. La GAFRD a, également, soutenu le développement de l'aquaculture en cages en tant que moyen pour procurer de l'emploi aux nouveaux diplômés (prêts souples de 50 000 livres égyptiennes).

    Le tilapia était le seul poisson produit dans les cages en eau douce jusqu'en 1999 où l’élevage en cages de la carpe argentée a commencé principalement dans les eaux douces fertiles des bras du Nil près de la Rosette. La production à partir des cages a nettement augmenté au cours de la dernière décennie. En 1993 le nombre total des cages était de 355 avec une récolte annuelle de 340 tonnes; en 2003 la production, à partir de 3 753 cages, a atteint 32 060 tonnes. Il est intéressant de noter que l’activité aquacole en cages sur le Nil fait actuellement face à l'opposition forte des groupes de protection de l’environnement et par conséquent le secteur peut souffrir, dans l'avenir, d’un déclin grave du nombre de cages et de leur production.

    On prévoie plus de développement dans les zones aquacoles d’eaux douce et saumâtre malgré le fait que la majorité des terres appropriées à l'aquaculture en étangs sont déjà exploitées. Selon la GAFRD, une grande partie de la croissance visée dans la stratégie de développement de l'aquaculture, c-à-d. un million de tonnes d'ici 2017, peut être atteinte en convertissant les exploitations traditionnelles en systèmes d’élevage basés sur des étangs intensifs. Pour encourager la transformation de l'aquaculture traditionnelle en systèmes d’élevage intensifs, la GAFRD a récemment publié un décret limitant les concessions de terres publiques consacrées à l'aquaculture à un maximum de 10 hectares. En outre, un contrat de bail de terre est valable pour cinq années et le renouvellement dépend des conditions fixées par la GAFRD.

    La pratique de l'aquaculture et de l'agriculture intégrées dans le désert s’est développée rapidement depuis le début du millénium. Un grand nombre de propriétaires de terrains dans le désert ont crée des fermes d’élevage de poissons en utilisant les eaux souterraines. L'aquaculture du désert a commencé par l’élevage des poissons dans les bassins utilisés comme réservoirs d'eau pour l'irrigation. Les succès ont encouragé certains propriétaires de fermes à chercher de l'appui technique pour intégrer l’élevage des poissons dans leurs activités agricoles. Une production de 1 030 tonnes a été rapportée (souvent de l’élevage du tilapia dans les unités intensives). Le Ministère de l'Agriculture soutient cette tendance et on s'attend à ce qu'il ait plusieurs centaines de fermes opérationnelles, similaires, dans un délai de cinq ans. Des écloseries privées de tilapia et de carpe ont été déjà créées dans la région pour subvenir à la demande croissante en juvéniles.

    Dans la stratégie du développement de l'aquaculture de la GAFRD, l'aquaculture marine est considérée comme une opportunité d'augmenter la production de poissons dans un pays qui a des ressources limitées d'eau douce. Cependant, ce secteur rencontre plusieurs problèmes techniques (principalement la production d’alevins) et législatifs. Les investisseurs privés, bien qu'ils soient attirés par les importants revenus des ventes, sont découragés par les capitaux d’investissement plus élevés et les risques associés. Les complications législatives résultent de la complexité des règlements de bail des terres dans les zones côtières et la concurrence sur l'utilisation des terres puisque on accorde la priorité au tourisme.
    Références
    Bibliographie 

    FAO. 2005. Aquaculture production, 2003. Year book of Fishery Statistics - Vol.96/2. Food and Agriculture organization of the United Nations, Rome, Italy.

    Bardach, J.E., Ryther, J.H. & McLarney, W.O. 1972. Aquaculture – the farming and husbandry of freshwater and marine organisms. John Wiley & Sons, INC. 351 pp.

    Barrania, A., Rackowe, R., Gleason, J., Hussein, S. & Abdelaal, M. 1999. Identifying Policy Barriers for Fisheries Development, Agriculture Policy Reform Program, Ministry of Agriculture and Land Reclamation, Report No.76.

    Eisawy, A.M. & El-Bolok, A. 1975. Status of aquaculture in the Arab Republic of Egypt. CIFA Tech. Pap. (4. Suppl. 1).

    General Authority for Fish Resources Development. 2004. The 2003 Statistics Yearbook. Ministry of Agriculture Publications.

    Ministry of Agriculture and Land Reclamation. 1996. National Agriculture Development Strategy 1997–2017.
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS