Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    L'aquaculture est une source de poissons relativement nouvelle et potentielle au Koweït. Elle est actuellement développée dans le but de complémenter les débarquements issus des captures de pêche. Deux sortes de systèmes d'aquaculture sont pratiqués au Koweït: premièrement, l’élevage du tilapia du Nil (Oreochromis niloticus) dans les réservoirs en béton dans les eaux saumâtres au niveau des fermes agricoles et deuxièmement, la culture de la dorade royale (Sparus aurata) et de la spare sobaity (Sparidentex hasta) dans les cages dans la baie du Koweït.

    La culture du Tilapia est effectuée dans 56 fermes au niveau de trois zones, à savoir Al-Abdaly, Al-Wafra et Al-Sulybia. En 2000, la production annuelle du tilapia a montré une augmentation de 110 tonnes. En 2004, la production a grimpé jusqu'à 275 tonnes.

    L’élevage en cage des poissons marins est pratiqué par l’entreprise privée la "Bubiyan Fisheries Company". Des dorades royales et des spares sobaities sont cultivées dans 73 cages avec un volume total de 116 340 m³ à Dawha dans la région occidentale de la baie du Koweït. Les juvéniles de la dorade royale sont importés de la Grèce, la France et d'autres pays. Ils sont maintenant également produits au Koweït par une nouvelle compagnie appelée "Gulf International Aquaculture Company" (GIAC) qui loue une partie de l'écloserie de l'Institut pour la recherche scientifique du Koweït (KISR). La culture des poissons en cage montre une tendance instable, entre 2000 et 2003, la production moyenne annuelle était approximativement de 250 tonnes. Le gouvernement encourage les activités aquacoles en subventionnant l'alimentation. Le secteur de l'aquaculture est considéré comme une source potentielle des produits comestibles de la mer et ce pour satisfaire la future demande du pays en poissons.
    Historique et aperçu général
    Bien que des options pour le développement d'aquaculture et ce, à travers la recherche aient été explorées depuis 1983 par le KISR, les activités aquacoles n’ont gagné de l'importance qu’en 1990 grâce aux efforts concertés de l’Autorité Publique des Affaires Agricoles et des Ressources Halieutiques (PAAFR). En 1992, l’entreprise Bubiyan Fisheries Company a commencé la production commerciale de la dorade royale et de la spare sobaity dans les cages flottantes au niveau de la baie du Koweït. L’aquaculture du tilapia du Nil (Oreochromis niloticus) a commencé en 1997 comme partie intégrale de l'agriculture en utilisant les eaux saumâtres. L'établissement d'une écloserie commerciale privée par le GIAC et l'écloserie de tilapia à Al-Wafra par le PAAFR représentent des indices de la croissance potentielle de la production aquacole au Koweït.
    Ressources humaines
    En 2003, approximativement 162 professionnels et ouvriers techniques ont été engagés dans les activités d'aquaculture au Koweït. Le Département de la Pêche du PAAFR dirige les activités aquacoles au Koweït et possède une division d'aquaculture composée de personnel technique. Les chercheurs du Département de la Pêche et de la Mariculture du KISR sont engagés dans la recherche et le développement de l’aquaculture.
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    L’élevage intégré du tilapia dans les fermes agricoles

    La culture de tilapia du Nil (Oreochromis niloticus) est pratiquée dans des fermes agricoles où des récoltes telles que la luzerne (Medicago sativa), les tomates, les pommes de terre, les oignons, etc., sont cultivées. Les fermes sont situées dans les régions d'Al-Wafra, d'Al-Abdaly et d'Al-Sulybia. Des bassins en béton sont utilisés pour la culture de tilapia. La taille des bassins va de quelques m² à des centaines de m² avec des profondeurs de 1 à 2 m. La plupart des bassins sont construits au-dessus du niveau du sol pour faciliter le drainage. La culture utilise les eaux saumâtres d’une salinité de 5-8 ppt pompées à partir des puits souterrains. Chaque ferme a un réservoir d'eau. L'eau drainée est ainsi employée pour l'irrigation de la luzerne et d'autres récoltes. Dans certaines fermes, des serres chaudes sont employées pour couvrir les bassins.

    Les taux de mise en charge varient entre 10 et 50 juvéniles/m². Les poissons atteignent une taille commerciale de 350-400 g durant une période allant de six à huit mois. L’aliment granulé est partiellement fourni par le PAAFR dans un cadre de subvention. La culture du Tilapia est pratiquée dans 56 fermes et le volume total des bassins en béton est approximativement de 39 300 m³. Parmi les 56 fermes, 37 sont situées à Al-Wafra, 17 à Al-Abdali et deux à Al-Sulybia. En 2004, ces fermes ont produit 275 tonnes de tilapia utilisant 550 tonnes d'aliment. Au début, des espèces de Tilapia ont été importées du Kenya pour des essais expérimentaux. Le tilapia est actuellement cultivé à une échelle commerciale. Le PAAFR a établi une nouvelle écloserie à Al-Wafra qui fournit des alevins de tilapia aux fermiers.

    L’élevage des poissons dans les cages

    L’élevage de poissons dans les cages flottantes a commencé en 1992. Bien que diverses espèces aient été employées, la dorade royale (S. aurata) et la spare sobaity (S. hasta). sont les espèces les plus appropriées. Les cages exploitées par la Bubiyan Fisheries Company sont situées dans la région marine de Ras Kathmoh près du port de Doha dans la baie du Koweït, où la profondeur de l'eau est de 11 m approximativement. La compagnie possède 73 cages flottantes dans la région de Doha et produit une moyenne annuelle d'approximativement 250 tonnes de poissons.

    La production de l'aquaculture dans les cages se compose principalement de dorade royale. L'Institut pour la recherche scientifique du Koweït a développé une écloserie une infrastructure des plus modernes. Une partie de l'écloserie est louée par l'entreprise privée anonyme GIAC. La société produit annuellement 800 000 alevins et exporte des alevins de spare sobaity, de pagre à nageoires jaunes (Acanthopagrus latus) et du mérou à tâches oranges (Epinephelus coioides) pour l’élevage de poissons dans les cages.
    Espèces cultivées
    La production aquacole dans l'état du Koweït se compose principalement de deux espèces: le Tilapia du Nil (Oreochromis niloticus) et la doade royale (Sparus aurata). Le tilapia a été introduit au début pour un objectif de recherche. L'Institut pour la recherche scientifique du Koweït a débuté la culture du tilapia en 1983 à titre expérimental, après quoi l’Autorité publique des Affaires Agricoles et les Ressources Halieutiques a commencé la culture intégrée du tilapia avec la luzerne. La production commerciale du tilapia a commencé en 1997.

    La dorade royale (S. aurata) a été introduite de la Grèce. La production commerciale de cette espèce méditerranéenne a commencé en 1992 par la Bubiyan Fisheries Company. Des alevins sont maintenant importés principalement de la France.
    Pratiques et systèmes d'élevage
    Système intensif d’élevage du tilapia

    La culture de Tilapia est effectuée d'une façon intégrée dans les fermes agricoles en utilisant les réservoirs en béton. Les eaux saumâtres issues des puits sont pompées dans les réservoirs avec un échange d'eau fréquent. L'aliment artificiel est employé et la production de la région est de 10 kg/m³. Le PAAFR assigne les terres agricoles aux fermiers intéressés. Le bail de terre de 25 ans est renouvelable et les fermiers doivent payer des honoraires de 150 files/m² au gouvernement (1 000 files = 1 dinar Koweitien). Le gouvernement compte actuellement diviser les fermes en deux catégories: la catégorie "des fermes A" produisant 6-10 kg/m² et, la catégorie "des fermes B" dont la production est inférieure à 3 kg/m². Le gouvernement fournit actuellement une subvention pour encourager une plus grande productivité et ceci consiste en une attribution annuelle gratuite d'aliment des poissons: 2,7 kg/m² de surface d’étang pour les fermes de catégorie "A" et 1,35 kg/m² pour celles de catégorie "B". L'aliment subventionné répond à 50 pour cent des besoins des fermiers. Le reste est importé. L'aliment des poissons est acheté dans des sacs de 25 kilogrammes, coûtant au gouvernement 0,96 $EU/kg. Les fermiers dépensent 1,37 $EU/kg pour leurs besoins en aliments additionnels. Le taux de conversion alimentaire dans les fermes de catégorie "A" est approximativement 2:1.

    L’élevage intensif des poissons en cages

    Les cages utilisées pour l’élevage des poissons étaient précédemment sous forme carrée, mais actuellement elles sont circulaires avec un diamètre de 20 m et une profondeur de 8 m. La production annuelle ciblée a été fixée à 600 tonnes, et elle a été atteinte en 1997. Le gouvernement a identifié un nouvel emplacement pour la culture en cages à Al-Khiran sur la côte sud à cause des manifestations des blooms d’algues dans la baie du Koweït. Bien que la production ait diminuée, l’élevage des poissons dans les cages continue grâce à l'appui du PAAFR. La Bubiyan Fishing Company, qui est impliquée dans l’élevage des poissons, reçoit une subvention annuelle de 25 000 KWD (1 KWD = 3,44 $EU) du gouvernement. Cependant, aucune subvention n'a été payée pendant l'exercice 2003-2004 à cause de la baisse de la production. Une subvention totale peut être reprise si la compagnie se remet de nouveau dans la production.
    Performance du secteur
    Production
    L'aquaculture est vraisemblablement bien établie maintenant, du moment que l’élevage du tilapia s’effectue en association avec l'agriculture, et l’élevage de poissons d’eau de mer utilise les cages flottantes. Tous les deux ont été économiquement rentables, bien que les mortalités des poissons dans les cages pendant 1999 et 2001 aient causé un sérieux recul. La production de tilapia du Nil (O. niloticus) a augmenté de 110 tonnes en 2000 à 275 tonnes en 2004. La production de dorade royale (S. aurata) dans les cages a indiqué une tendance instable et en 2002, une production maximale de 426 tonnes a été enregistrée. En 2004, la production était seulement de 3,8 tonnes.

    La Gulf International Aquaculture Company a été établie en 2003. Elle produit commercialement des alevins de poissons dont la majorité est constituée de dorade royale et, à un moindre degré, de spare sobaity. Elle achète des oeufs fertilisés de dorade royale principalement de la France.

    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l'aquaculture au Koweït (d'après les statistiques de la FAO):
    Chart  

    Production de l'aquaculture reportée au Koweït (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    Marché et commerce
    En raison de la production limitée, il n'y a aucun système de marché spécifique pour les produits aquacoles au Koweït. Cependant, le tilapia d’élevage frais d’une grande qualité est vendu à 3,42-5,13 $EU/kg; principalement grâce aux achats à la porte de la ferme et aux ventes aux restaurants. Les statistiques du Ministère de la Planification ont indiqué qu’en, 2003, le prix du marché était de 5,13 $EU/kg. Les alevins des poissons produits par le GIAC sont exportés vers les Emirats Arabes Unis où ils subissent un grossissement jusqu’à la taille de jeunes poissons et sont exportés de nouveau vers d'autres pays du Golfe.
    Contribution à l'économie
    Comparée à l'industrie pétrolière au Koweït, la contribution économique de l'industrie de pêche est très limitée. Cependant, comme secteur traditionnel, les ressources halieutiques du Koweït fournissent du poisson frais et offrent des investissements intéressants pour le secteur privé. La contribution de l'aquaculture à l’économie nationale est presque insignifiante. Les activités d'aquaculture ont gagné de l'importance ces dernières années grâce aux développements technologiques de l’élevage ainsi que des systèmes d'écloserie. Le PAAFR encourage les activités d'aquaculture et l’on prévoit que la production va satisfaire la demande locale future en poisson.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    L'aquaculture est gérée et promue par la division d'aquaculture du Département de la Pêche, le PAAFR. Le Département de la Pêche réglemente toutes les activités aquacoles. Ceci inclut l'identification des poissons appropriés et l'attribution des emplacements adéquats aux fermiers, la délivrance des licences et l’accord pour des subventions aux fermiers et à Bubiyan Fisheries Company. En outre, le PAAFR adopte des règles et des règlements pour le développement aquacole au Koweït.
    Règlements en vigueur
    En 2005, le gouvernement a adopté la résolution numéro 293 concernant la délivrance des licences d'aquaculture permettant plus tard le développement de l’élevage du tilapia et de toute autre culture de poissons. Les mesures réglementaires suivantes ont été adoptées sous la résolution des activités d'aquaculture au Koweït:
    • La surface d’une seule ferme piscicole ne devrait pas excéder 10 pour cent de la terre de la ferme agricole totale, à condition que la surface de la ferme piscicole ne soit pas inférieure à 500 m².
    • Le propriétaire de la ferme piscicole devrait se conformer aux critères de qualité de l'eau, déterminés par le département concerné.
    • Le fermier devrait avoir une source suffisante d'eau souterraine pour la culture des poissons et l'eau vidangée devrait être employée pour des fins agricoles. Il est interdit de vidanger l'eau issue de l’élevage piscicole vers les terres basses, ou vers la tuyauterie de purge publique ou le re-pompage de l'eau au puits ou le transfert en dehors de la ferme agricole.
    • Des formulaires de demande pour obtenir une licence doivent être soumis au Département s’occupant des fermes agricoles et ce pour étudier la faisabilité. La terre identifiée avec le plan détaillé de la ferme doit être soumis au Département de la Pêche pour la vérification et l'approbation.
    • Il est interdit d’introduire de nouvelles espèces pour l'aquaculture sans autorisation préalable de la part du Département de la Pêche.
    • Il est interdit d’employer les médicaments, les hormones ou les additifs alimentaires sans autorisation préalable du Département de la pêche.
    Le propriétaire de la ferme devrait également veiller à assurer les conditions suivantes:
    • Les bassins prévus pour l’élevage des poissons devraient être en béton, en ciment ou en fibre de verre.
    • Les bassins devraient être construits au niveau ou au-dessus du niveau du sol pour faciliter le drainage de l'eau.
    • La profondeur du bassin ne devrait pas être de moins de 1 m.
    • Le fermier doit installer un réservoir d'eau, un local climatisé de stockage pour l’aliment, un générateur électrique, un système de tuyauterie de purge et une serre chaude ou un abri pour les bassins.
    • Le réservoir de stockage de l'eau devrait être de jusqu'à 3 mètres de profondeur; chaque réservoir doit être équipé d'une entrée et d’une sortie d'eau séparées.
    • Le propriétaire de la ferme devrait immédiatement rapporter tout signe ou manifestation de maladie au Département de la Pêche.
    Recherche appliquée, éducation et formation
    La recherche pour le développement de l'aquaculture est principalement sous la responsabilité du KISR. Des projets de recherche appliquée en aquaculture, avec le choix des espèces, des études de croissance et du contrôle des maladies sont menées par le Département de Mariculture et de Pêche de KISR. Ces projets sont financièrement soutenus par le PAAFR en collaboration avec d'autres agences de financement.
    Le Département de zoologie de l'Université du Koweït enseigne les sciences halieutiques comme sujet optionnel durant les cycles universitaires de préparation de licence. Les diplômés koweitiens sont encouragés à poursuivre des études plus approfondies dans des établissements connus des pays étrangers. Le PAAFR organise également des programmes de formation et offre des conseils techniques sur la pêche et l'aquaculture à tous les dépositaires en association avec des organismes internationaux.
    Tendances, questions et développement
    L'aquaculture a une grande place dans le développement futur au Koweït. Les stocks halieutiques naturels du pays subissent une pression et la production a montré une tendance à la diminution lors de ces dernières années. L’aquaculture avec l'appui gouvernemental, devient plus populaire. Les fermes aquacoles offrent des opportunités d’investissement et d'emploi.
    Les développements récents, la réalisation d’une écloserie de poissons par la "Gulf International Aquaculture Company" et l'écloserie du tilapia du gouvernement à Al-Wafra, sont les indicateurs potentiels du futur développement de l'aquaculture au Koweït. Un nouvel emplacement a été également identifié sur la côte méridionale du Koweït où la "Bubiyan Fishing Company" et d'autres compagnies sont susceptibles d'installer des cages pour la production à grande échelle des poissons marins. On s'attend à ce que la production d'aquaculture satisfasse la future demande en poissons du Koweït.
    Références
    Bibliographie
    FAO. 2005. Aquaculture production, 2003. Year book of Fishery Statistics - Vol.96/2. Food and Agriculture organization of the United Nations, Rome, Italy.
    Al-Yamani, F., Bishop, J., Ramadhan, E., Al-Husaini, M. & Al-Ghadban, A.N. 2004. Oceanographic Atlas of Kuwait waters. KISR Publication, 203 pp.
    Lee, J.W., Farmer, A.S.D. & Al-Bakri, D.H. 1983. A preliminary study on the feasibility of establishing a fish farm at Khor Al-Sabiyah. Kuwait Institute for Scientific Research, Report No. KISR–RFP–41, Kuwait.
    Statistical Bulletins for 2000 to 2003. Central Statistical Office, Ministry of Planning, State of Kuwait.
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS