Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    L'aquaculture tient une place importante à Madagascar. Elle est considérée comme un des secteurs porteur pour le pays pour sa contribution à la rentrée de devises par les exportations de crevettes d'élevage et d'algues ainsi que pour sa participation à l'amélioration des revenus des paysans pisciculteurs, à l'apport en poissons pour le marché local et à l'emploi qu'elle génère. L'aquaculture est pratiquée en eau douce, en eau saumâtre et en eau marine:
    • En eau douce, il s'agit essentiellement de pisciculture en étangs et en rizières irriguées. Après la mise en place progressive de paysans producteurs d'alevins privés en milieu rural, la priorité actuelle est la promotion de l'aquaculture commerciale tournée vers le marché en se basant sur le développement de nouvelles technologies et l'élevage de nouvelles espèces.
    • En eaux saumâtre et marine, la crevetticulture connaît depuis une décade un essor de développement impressionnant qui devrait se poursuivre à moyen terme. La culture d'algues marines a débuté. D'autres types d'aquaculture comme celle de l'holothurie et de la spiruline sont en voie de développement.
    Historique et aperçu général
    Historiquement, le développement de la pisciculture en eau douce s'est fait au cours des dernières cinquante années en quatre phases bien marquées:
    • La phase coloniale dominée par des introductions successives d'espèces nouvelles.
    • La phase de recherche de solutions adéquates pour le développement économique rapide du pays à travers les "contraintes administratives imposées et concrétisées" par la délivrance d'autorisations de défrichement ou de coupe de bois contre la construction d'étangs piscicoles.
    • La phase des grands projets piscicoles des trois dernières décennies; le désengagement progressif de l'Etat des activités de production (notamment des alevins) et de la gestion des stations piscicoles étatiques (contrats de gérance entre l'administration concernée et des associations de pisciculteurs); mise en place progressive de paysans producteurs d'alevins en milieu rural.
    • La phase de promotion de l'aquaculture commerciale tournée vers le marché et basée sur le développement de nouvelles technologies et l'élevage de nouvelles espèces.
    Ce n'est que depuis une dizaine d'années que s'est rapidement développée l'aquaculture en eau marine de crevettes côtières. La culture d'algues marines est pratiquée par une seule société en collaboration avec des paysans dans la partie Nord Est de l'île. La culture de la spiruline et l'élevage de l'holothurie en sont encore au stade de démarrage.
    Tandis que l'aquaculture continentale est orientée vers le marché local, l'aquaculture marine vise le marché d'exportation pourvoyeur de devises.
    Ressources humaines
    En 2003, l'aquaculture continentales était pratiquée par 21 000 rizipisciculteurs, 45 000 pisciculteurs et 219 producteurs d'alevins. L'élevage en cages par 42 associations procurait 110 emplois directs et quatre écloseries de tilapia en procurait 45.

    En aquaculture marine, les six sociétés crevetticoles avaient créé 4 325 emplois à temps plein dont 4 267 locaux et 58 expatriés (Anonyme 2005b). Ces 4 325 emplois à temps plein se répartissent comme suit: 90 sont des marins, 1 072 en usine de traitement, 400 dans l'administration, 267 en écloserie, 2 114 en exploitation d'élevage et 382 divers. De plus, cette crevetticulture avait créé 30 000 emplois indirects. L'algoculture était pratiquée par 126 fermiers.

    L'aquaculture donne aussi de l'emploi à 50 chercheurs et 40 employés d'administration
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    En 2003, l'aquaculture continentale était pratiquée dans 15 km2 de rizières irriguées et 4 km² d'étangs avec une bonne maîtrise d'eau (Anonyme, 2005a), soit une très faible partie du potentiel (1 600 km2 de plans d'eau et 340 km2 de rizières d'après Kiener, 1963, et 20 km2 de zones avec une bonne maîtrise d'eau d'après Anonyme, 2005a).
    Il est actuellement estimé qu'un total de 11 938 ha pourraient être aménagé pour la production de 54 416 tonnes de crevettes. Seulement 41,7 pour cent de ce potentiel, soit 4 982 ha, sont actuellement mis en valeur (Anonyme, 2001).
    Espèces cultivées
    En eau douce, le principal poisson d'élevage est la carpe commune (Cyprinus carpio ), introduite en 1959. Le carassin doré (Carassius auratus ) introduit en 1861 est également cultivé mais à une échelle beaucoup moins importante. Le tilapia du Nil (Oreochromis niloticus ) introduit en 1956 prend de plus en plus d'importance en étangs et en cages.L'aquaculture marine se base principalement sur l'élevage de la crevette géante tigrée (Penaeus monodon ), une espèce pêchée localement. Introduite en 1998, l'algue marine eucheuma striée (Eucheuma striatum ), souche de Zanzibar, est actuellement cultivée en zone côtière.
    Pratiques et systèmes d'élevage
    Trois types d'aquaculture sont pratiqués:
    • L'aquaculture en eau douce, comprenant par ordre d'importance, la pisciculture en rizières, en étangs et en cages. En rizières, c'est l'élevage extensif de la carpe commune qui domine, tandis qu'en étangs, l'élevage a tendance à devenir semi-intensif (carpe commune, carassin ou tilapia). L'élevage monosexe mâle de tilapia se pratique en cages flottantes. L'élevage d'espèces locales de Macrobrachium est expérimenté en zones côtières dans la région de Marovoay, en rizière et en étang, en extensif amélioré.
    • L'aquaculture en eau marine est dominée par l'élevage de la crevette géante tigrée en zones d'arrière mangrove sur la côte Nord Ouest, zones qui ont déjà été identifiées dans le cadre du Schéma d'aménagement pour l'aquaculture de crevettes à Madagascar (SAACM). Il s'agit de filières entières composées d'étangs d'élevage, d'une écloserie, d'une usine de traitement et de conditionnement, de magasins de stockage ainsi que de facilités pour le personnel de la société. Les aliments aquacoles sont tous importés bien que des essais d'utilisation d'aliments locaux aient été effectués sans être concluants jusqu'à présent.
    • La culture d'algues marines est pratiquée dans la région Nord-Est de l'île en collaboration avec la société IBIS Madagascar. Elle est faite en zone littorale, généralement par des femmes et des enfants.
    Performance du secteur
    Production
    Bien que les statistiques aquacoles soient toujours un problème au niveau national, surtout en ce qui concerne l'aquaculture continentale, les productions aquacoles peuvent être estimées comme suit:
    PRODUCTION20032004
    Quantité (tonnes)Valeur ('000$EU)Quantité (tonnes)Valeur ('000$EU)
    Crevettes6 02159 0007 00762 000 (projection)
    Algues141*100160ND
    Poissons d'étangs9001 5001 0001 600
    Rizipisciculture1 5002 5001 5502 600
    Sources: Anonyme, 2004b & 2005a ; * Valeur pour 2001 ; ND: non disponible

    Une nette augmentation de production est enregistrée pour l'aquaculture marine.

    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l'aquaculture au Madagascar (d'après les statistiques de la FAO):
      

    Production de l'aquaculture reportée en Madagascar (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    (Source : Statistiques de pêche de la FAO, production d'aquaculture)

    Marché et commerce
    En (rizi)pisciculture, généralement pratiquée en milieu rural, ce n'est que le surplus de production qui est commercialisé au niveau des marchés locaux. Les poissons y sont vendus à l'état vivant ou très frais.

    Les poissons produits en cages sont en majorité vendus à Antananarivo, principalement aux supermarchés et aux restaurants.

    Quant aux produits aquacoles marins, ils sont surtout destinés à l'exportation, en particulier les crevettes et les algues sèches. A cet effet, le Ministère de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche délivre une licence à travers le service vétérinaire aux sociétés qui y sont habilitées. Cette licence peut être retirée ou suspendue en cas de non respect des normes sanitaires et d'hygiène en vigueur.

    Ces produits sont exportés principalement vers l'Europe. Les crevettes sont exportés (entières, etêtées et décortiquées) principalement (70 pour cent) en Europe (France, Espagne et Italie). Une petite quantité dans les Etats-Unis et 30 pour cent en Japon.Chaque société a son propre réseau de distribution en Europe, vers de grands et moyens supermarchés où le produit est étiqueté « Crevettes d'aquaculture de Madagascar » sans mention de la société productrice.
    Contribution à l'économie
    En 2004, la pisciculture en eau douce a produit près de 2 550 tonnes de poisson, soit près de 2,8 pour cent de la consommation nationale, pour une valeur totale de 4,2 millions de dollars EU. Cette même année, la filière aquacole crevettière a exporté environ 7 000 tonnes de crevettes pour une valeur estimée à 62 millions de dollars EU.

    En 2003, cette filière a généré 4 325 emplois à temps plein (4 267 locaux et 58 expatriés) et 30 000 emplois à temps partiel.

    La contribution de cette filière au PIB a été de 0,52 pour cent en 2001 et de 0,69 pour cent en 2002 . Sa contribution aux recettes publiques s'est élevée à 0,24 pour cent en 2001 et à 0,59 pour cent en 2002.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    La gestion et le développement de l'aquaculture sont à la charge du Ministère de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche (MAEP) par le biais de la Direction de la Pêche et des Ressources Halieutiques (DPRH).

    Vis-à-vis du secteur Pêche/aquaculture, celle-ci est principalement responsable de:
    • L'administration et la coordination de ses activités.
    • Sa promotion, développement et gestion durable.
    • L'élaboration de stratégies et politiques destinées à en assurer le développement.
    La DPRH a son siège à Antananarivo et sa structure se présente comme suit:
    • Une direction technique, la Direction de la Pêche et des Ressources Halieutiques.
    • Deux services techniques: le Service de la promotion de la pêche (pour la pêche maritime et continentale) et le Service de la promotion de l'aquaculture (pour l'aquaculture continentale et marine).
    • Dans les services décentralisés, elle est représentée au niveau des régions par les Services régionaux ou interrégionaux de la pêche et des ressources halieutiques.
    Règlements en vigueur
    Plusieurs textes et réglementations sous forme de loi, d'ordonnance, de décret et d'arrêté ont été élaborés dans le cadre de la gestion de l'aquaculture, principalement de l'aquaculture marine.

    Une liste des textes en vigueur est donnée dans le tableau ci-dessous.
    AquacultureIntituléRéférenceContenuInstitution concernée1
    MarinePortant réglementation de la pêche et de l'aquacultureOrdonnance 93.022 du 04/05/93Cadre global de gestion du secteurMAEP
    Portant développement d'une aquaculture de crevettes responsableLoi 2001.020 du 12/12/01Préservation contre les maladies, protection de l'environnement, procédures à suivre pour la mise en place d'un établissement d'aquaculture (octroi de l'autorisation d'implantation)MAEP
    Relatif à la mise en comptabilité  des investissements avec l'environnementDécret n°2004-167 du 03/02/04 modifiant certaines dispositions du décret 99.954Procédures à suivre pour l'octroi du permis environnemental d'exploitationMAEP, MINENEF, ONE, MINTOUR et autres institutions concernées par le site
    ContinentaleRelatif à la création d'établissement de production et de vente d'alevins et de poissonArrêté 5321-2002/MAEL/SEPRH du 17/10/02Procédures à suivre pour l'octroi d'autorisation d'implantation de la pisciculture Direction de la pêche et ses services décentralisés
    Portant création du Comité technique pour la promotion de tilapia monosexé mâleArrêté Interministériel n°22914/2004 du 29/11/04Procédures à suivre pour l'utilisation hormonale en vue del'inversion de sexe DPRH, FOFIFA, MINSAN, DSAPS, ENVIRONNMENT, ARDA, APAM, MPE
    Relatif à la mise en comptabilité  des investissements avec l'environnementDécret n°2004-167 du 03/02/04 modifiant certaines dispositions du décret 99.954Mise en comptabilité  des investissements avec l'environnementMINENVEF, DPRH, ONE et autres institutions concernées selon le cas
    1 Voir liste des acronymes malgaches en annexe

    Les réglementations en matière d'aquaculture ne sont pas encore bien étoffées par rapport à celles de la Pêche. Beaucoup de textes doivent encore être élaborés. En ce qui concerne la protection de l'environnement, des dispositions ont été prises dans le cadre des décrets. Toute exploitation aquacole ne peut démarrer sans avoir au préalable un permis environnemental et/ou une autorisation d'implantation. Ceci n'est délivré qu'après une Etude d'impact environnemental sanctionnée par un Plan de gestion environnementale du projet.
    Recherche appliquée, éducation et formation
    En matière de recherche aquacole, trois institutions ont été identifiées dont deux d'envergure nationale, comme suit:
    InstitutionThème de recherche aquacole
    FOFIFA (aquaculture continentale)Amélioration des souches de carpe commune. Optimisation des itinéraires techniques pour la production de tilapias monosexés mâles.
    CDCC (aquaculture continentale et marine)Mise au point des techniques de production de postlarves de crevette et de techniques artisanales de grossissement. Mise au point de techniques de production de PL de Macrobrachium spp. Mise au point de techniques de production massive d'alevins de tilapia en écloserie. Mise au point d'aliments composés pour crevette à partir d'ingrédients locaux.
    IHSMMise au point de la reproduction des holothuries et des techniques de grossissement. Mise au point de techniques de production de spiruline.
    Il s'agit de recherches appliquées qui ont une relation directe avec l'aquaculture. Pour le moment, ce sont les institutions de formation (en particulier les institutions gouvernementales) qui fixent les thèmes de recherche en collaboration avec le secteur privé. Sur la base des accords établis, les recherches sont ensuite réalisées par des stagiaires qui en font le sujet de leur mémoire de fin d'études. Cependant, chaque société aquacole peut aussi faire ses propres recherches dont les résultats restent plus ou moins confidentiels.

    En matière de formation aquacole, plusieurs institutions gouvernementales et privées existent. Les formations proposées dans ces établissements sont essentiellement générales et théoriques. Elles sont suivies de stages pratiques en sociétés aquacoles, en fonction du sujet de mémoire final.

    Ces institutions de formation aquacole sont les suivantes:
    Type d'institutionEtablissementDiplôme
    GouvernementaleEtablissement des sciences agronomiques d'AntananarivoIngénieur agronome
    Institut halieutique et des sciences marines de TuléarTechnicien supérieur halieutique. Maîtrise en aquaculture
    Ecole d'application des sciences agricoles, MahajangaTechnicien supérieur des pêches
    Unité de formation professionalisante de MahajangaLicencié en aquaculture
    PrivéeEcole supérieure de VakinankaratraIngénieur agronome
    Ecole d'application de Bevalala Technicien supérieur agricole
    Eli GREEN UniversityTechnicien supérieur agricole

    Tendances, questions et développement
    Cette dernière décennie se caractérise par le développement rapide de l'élevage industriel de crevettes. Pendant cette période, la production est passée de 406 tonnes (en 1994) à 7 007 tonnes (en 2003). D'ici deux à trois ans, la production de cette filière pourrait dépasser celle de la pêche industrielle de crevettes et dominer l'exportation de ce produit. Cette filière aquacole est également dotée d'un cadre juridique et d'un suivi remarquables. Des dispositions ont été prises en vue d'obliger les opérateurs à réaliser une Etude d'impact environnemental tout en élaborant et publiant un schéma d'aménagement. Un code de conduite ainsi qu'une loi portant sur le développement responsable et durable de cette filière ont également été mis en application.

    Quant à l'aquaculture continentale, notamment la pisciculture, elle possède des possibilités de développement. Le bien-fondé de la privatisation de la production d'alevins et de l'engagement de ces petits opérateurs dans la vulgarisation piscicole a été démontré. Cependant, malgré l'accroissement de la quantité d'alevins produits, la production piscicole n'augmente pas. L'ancienne stratégie de développement visant seulement à l'autosuffisance alimentaire et ne permettant pas de dégager un surplus commercialisable a été remise en question. Une nouvelle politique de développement de l'aquaculture continentale a été mise en place, favorisant l'aquaculture commerciale orientée vers le marché. La mise en place d'acteurs aquacoles professionnels est encouragée, comme par exemple l'implantation de quatre écloseries de tilapia dans la région d'Analamanga dont deux pour la production d'alevins de tilapia monosexés mâles. La filière de type familial cède petit à petit la place à celle de type commercial.

    Par ailleurs, aussi bien pour l'élevage de crevettes que pour l'aquaculture continentale, le potentiel de développement existant reste important:
    • Pour la crevetticulture, sur une superficie totale disponible de 11 938 ha, seulement 4 982 ha (41,7 pour cent) ont été mis en valeur. Cependant la surface sous eau et en production n'atteint que 2 164 ha.
    • Pour la pisciculture en cages: sur une superficie totale disponible de 1 600 km2 , seulement 6 km² (0,37 pour cent) sont actuellement exploités.
    • Pour la rizipisciculture, de grandes superficies de rizières irriguées peuvent encore être exploitées pour la production simultanée ou alternée de poisson.
    Références
    Bibliographie
    FAO . 2005 . Aquaculture production, 2004. Year book of Fishery Statistics - Vol.96/2. Food and Agriculture organization of the United Nations, Rome, Italy.
    Anonyme.2001 . Etude du schéma d'aménagement de l'aquaculture de crevettes de mer à Madagascar. Antananarivo, MPRH/DA/UE/Consortium OSIPD/FTM/PHD .
    Anonyme.2004a . Pêche et aquaculture à Madagascar: Plan Directeur 2004-2007, MAEP/FAO, Antananarivo.
    Anonyme.2004b . Etude de compétitivité de l'aquaculture de crevettes de Madagascar. Observatoire économique de la filière crevettière à Madagascar. Rapport final. 139p.
    Anonyme.2005a . Rapport d'activité annuel 2003 et 2004. Antananarivo, Direction de la pêche et des ressources halieutiques .
    Anonyme. 2005b . Document de synthèse des données économiques de la filière crevettière. Observatoire Economique de la filière crevettière à Madagascar.
    Anonyme. 2005c . Rapport de synthèse des travaux du projet FAO-TCP/MAG/2901 «Formulation d'une stratégie pour la valorisation des acquis du sous secteur de l'aquaculture» (draft).
    Kiener, A. 1963 . Poisson, pêche et pisciculture à Madagascar. Nogent sur Marne, France, Centre technique forestier tropical, 160 pages.
    Rabelahatra, A. 1988 . Etudes nationales pour le développement de l'aquaculture en Afrique. 22. Madagascar. FAO Circ.pêches, (770.22): 82p.
    Annexe - Liste des acronymes malgaches
    APAM: Association Professionnelle des Aquaculteurs de Madagascar
    CDCC: Centre pour le Développement de la Culture des Crevettes
    DPRH: Direction de la Pêche et des Ressources Halieutiques
    DGDR: Direction Régionale du Développement des Régions
    DSAPS: Direction de la Santé Animale et Phytosanitaire
    FOFIFA: Foibe Fikaroana ho an'ny Fambolena
    GAPCM: Groupement des Aquaculteurs et Pêcheurs de Crevettes de Madagascar
    IHSM: Institut Halieutique et des Sciences Marine
    MAEP: Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche
    MEFB: Ministère de l'Economie, des Finances et du Budget
    MINENVEF: Ministère de l'Environnement et des Eaux et Forets
    MINSAN: Ministère de la Santé
    MINTOUR: Ministère du Tourisme
    MPE: Maison du Petit Elevage
    ONE: Office National de l'Environnement
    PFOI: Pêche et Froid de l'Océan Indien
    SAACM: Schéma d'Aménagement pour l'Aquaculture de Crevettes de Madagascar
    SRPRH: Service Régional de la Pêche et des Ressources Halieutiques
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS