Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    La ligne de côte de la Sierra Leone est d'approximativement 560 Km de long et comprend les estuaires de trois grands réseaux de fleuves (Scarcies, Sierra Leone et Sherbro) et de quatre îles côtières. Le plateau continental a une surface estimée à 25 000 km2.

    La gestion, le développement et la conservation des ressources halieutiques de la Sierra Leone – les ressources marines, continentales et celles issues de l’aquaculture - sont actuellement sous la responsabilité du Ministère de la Pêche et des Ressources Marines (MPRM). L'industrie de la pêche se compose de deux secteurs: le secteur industriel et le secteur artisanal, le dernier comportant l'industrie artisanale marine, l'industrie artisanale continentale et l'aquaculture. Le poisson occupe une partie importante dans le régime alimentaire, assurant environ 80 pour cent de la consommation totale de protéine animale.

    L'aquaculture est concentrée dans les provinces du sud (principalement à Bo et à un moindre degré à Moyamba et Pujehun), du nord (principalement à Tonkolili et un peu à Bombali) et de l'est (à Kailahun, Kenema et Kono) du pays. L’élevage des poissons dans les étangs en terre est le système le plus commun. La principale espèce cultivée est l’Oreochromis niloticus, mais le poisson-chat Clarias gariepinus et Heterobranchus sp. sont également cultivés.

    Dans les villages riverains, les poissons d'eau douce constituent la principale source de protéine animale. Les villageois utilisent l’épuisette, des techniques de clôtures et des pièges pour capturer les poissons de ces corps d’eau. La pêche au filet maillant est pratiquée dans les grands fleuves. La production annuelle est actuellement estimée à 20 000 tonnes, dont environ 5 000 tonnes proviennent des lacs et 15 000 tonnes des rivières et des plaines d’inondation. Il y a des possibilités d’augmentation de la production annuelle à environ 40 000 tonnes (Document de la Politique de Pêche, 2003).

    L’élevage du Tilapia et sa vulgarisation ont été pratiqués pendant presque 30 années, principalement dans les villes de Makali au nord et Bo dans le sud. Les techniques pour l’élevage simple sont maintenant bien établies. Dans les années 90, il y avait un total de 453 étangs à poissons (Programme-Cadre du Secteur Agricole, 1993). La politique du développement de la pêche continentale et de l'aquaculture (y compris la mariculture) vise l’autosuffisance en poissons pour les populations rurales vivant aux bords des corps d’eau et autour des vallées et des plaines d'inondation continentales et d'autres communautés continentales et fournirait la protéine de poisson essentielle pour compléter celle issue de la pêche marine. Le développement de la mariculture pour l'exportation est encouragé.

    Les systèmes d'aquaculture ont été formellement lancés par le gouvernement de la Sierra Leone et l'IDRC (Canada) en 1974 avec la culture de l'huître de mangrove (Crassostrea tulipa). Le projet a établi la base biologique pour la production des huîtres de mangrove par l’élevage sous radeaux, mais l’extension de la technique entre les éleveurs des huîtres a échoué. Le projet a été arrêté en 1981 à cause du manque d'aide financière et du coût élevé des intrants (principalement les tambours d'huile de 44 gallons utilisés pour la flottaison et les cordes de polyéthylène utilisées pour suspendre les huîtres aux radeaux).

    L’élevage des poissons d'eau douce dans les étangs a commencé par le tilapia (Oreochromis niloticus) et le poisson-chat (Clarias gariepinus) à Makali en 1977 grâce à un programme de financement commun entre le Ministère de la Pêche, les Services de Soulagement Catholiques, l'USAID et les Corps de la Paix (la FAO, 1992).

    Le raisonnement derrière le développement de l'aquaculture, est de rendre disponible le poisson frais de bonne qualité, source de protéine, à la population rurale à la fois pauvre et de croissance rapide. Ceci réduira également la pression exercée sur les environnements marins par la capture.
    Historique et aperçu général
    L’élevage des poissons a été lancé en 1977 dans la ville de Makali, et 10 ans après il a été lancé à Bo. Les étangs en terre ont été construits et employés pour la production des jeunes poissons et ceux de taille ration de l’Oreochromis niloticus. Les fermiers ont 1-4 étangs à poissons, avec des superficies de 100 à 500 m2 par étang. Le rendement de ces étangs est de 1,5 à 2,5 tonnes/ha/an, représentant 50 pour cent du maximum du rendement pouvant être atteint sous ces conditions. Des essais avec d'autres espèces locales des poissons d'eau douce ont été également effectués et les rendements sont très encourageants.

    En 1974, un programme de recherche de culture des huîtres, sur dix ans, a été mis en place avec des espèces d'une huître de mangrove du pays, Crassostrea tulipa. Des essais de culture ont été entrepris à l'aide des radeaux, des plateaux et des bâtons. La culture sous radeau s'est avérée la plus appropriée et le taux de croissance des huîtres était très encourageant avec 1 centimètre par mois, produisant des huîtres commercialisables à partir d'un cycle de sept mois.

    A Sierra Leone, la méthode la plus commune d’élevage des poissons est l'élevage dans les étangs en terre. La culture de subsistance du tilapia est commune; les semences initiales ont été importées de la Côte d'Ivoire dans les années 70. La promotion de l’élevage du tilapia dans les étangs en terre était une composante importante du programme GTZ de Bo-Pujehun dans les années 80 et ceci a agi en tant qu'un déclencheur dans la diffusion de la technologie d’élevage des poissons dans la province méridionale, principalement dans les zones de Bo et de Pujehun.

    Le projet de Bo-Pujehun a également inclut des essais expérimentaux de la culture intégrée des poissons et du riz comme une démonstration de la technique pour les fermiers de riz des marais dans la zone de Bo.
    Des essais ont été également conduits avec d'autres espèces de poissons sauvages; le poisson-chat (Heterobrachus et Notopterus spp.) a été réussi dans des conditions expérimentales mais il n’est pas encore universellement adopté par les aquaculteurs. La contrainte principale à leur développement est la difficulté de les reproduire en captivité, et en conséquence la plupart des jeunes poissons sont obtenus à partir du stock sauvage.
    Ressources humaines
    Une étude récente du statut de l'aquaculture prouve qu'il y a environ 1 050 étangs à poissons dans le pays, avec plus de 60 pour cent dans la zone de Tonkolili à elle seule. Environ 22 pour cent des étangs appartiennent aux communautés de village ou aux associations de pêche. Approximativement 80 pour cent des étangs sont des étangs privés, dont environ 87 pour cent sont possédés par des hommes. Les hommes jouent un rôle actif dans la construction et la gestion des étangs à poissons tandis que le rôle des femmes devient évident au moment de la récolte. Les femmes et les enfants s’occupent de l'entretien journalier.

    Il est connu que l'aquaculture peut fournir l'emploi nécessaire, particulièrement pour les communautés rurales pauvres. C’est dans cette perspective que le Ministère de la Pêche et des Ressources Marines a placé l'aquaculture comme première priorité dans le PRSP (Papier de Stratégie de Réduction de la Pauvreté).

    Il y a des aquaculteurs qualifiés au Ministère de la Pêche et des Ressources Marines, mais leur rôle est en grande partie limité à la vulgarisation, qui inclut la formation et la démonstration de la construction des étangs et des techniques de culture et de gestion des étangs en terre.
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    Les principaux domaines de l'aquaculture sont dans les provinces nord, méridionales et orientales de la Sierra Leone, avec une concentration importante dans la zone nord de Tonkolili, qui comprend 541 étangs actifs et 117 étangs inactifs qui sont possédés par 425 aquaculteurs. Les étangs en terre sont le système le plus généralement trouvé et les tailles des étangs varient de 31 à 6 160 m2. La productivité des étangs est améliorée par l'utilisation des combinaisons d'engrais de NPK et de l'engrais de poulet. Le type d'alimentation le plus généralement utilisé est le son de riz et les termites.

    L'eau est habituellement captée à partir des cours d’eau pérenne. La disponibilité de la terre n'est pas considérée comme une contrainte au développement de l'aquaculture en Sierra Leone.
    Espèces cultivées
    Le tilapia, Oreochromis niloticus, est la principale espèce cultivée dans toutes les régions du pays. L’espèce a été introduite de la Côte d'Ivoire dans les années 70. Il y a deux centres fonctionnels de production des jeunes poissons de tilapia, à Bo et Makali, et ils fournissent les aquaculteurs à travers le pays. D'autres poissons tels que le poisson-chat, Clarias, Heterobranchus et Notopterus spp. (le sabre) et Mugil spp. (le mulet) ont été également essayés. À la différence du tilapia, les poisson-chat n’ont pas été suffisamment cultivés bien qu'ils présentent un énorme potentiel pour l'aquaculture. Mugil spp. est l’espèce cible dans la pêche artisanale à l’épervier dans le milieu marin et c’est également une source de protéine bon marché pour les communautés rurales côtières pauvres.
    Pratiques et systèmes d'élevage
    La pêche continentale est pratiquée dans les écosystèmes tels que les lacs, les fleuves, les plaines d’inondations et d'autres corps d'eau. C’est principalement une technique de capture et elle constitue l’une des pratiques les plus anciennes en matière de chasse. Sa contribution à la sécurité alimentaire à Sierra Leone a été minimisée à cause de sa faible priorité dans les systèmes de production alimentaire. Cependant, des résultats plus récents ont prouvé qu'elle contribue de manière significative à la prise de protéine nationale.

    L’élevage du tilapia et/ou du poisson-chat dans les étangs d’eau douce a été la seule entreprise prometteuse pour la population rurale, étant donné qu’elle ne demande pas beaucoup de moyens technologiques, d'expertise, d‘intrants et du capital. L’élevage des poissons dans les étangs en terre est la pratique la plus courante. La culture des huîtres utilisant un radeau a débuté dans les années 70.

    L’élevage extensif des poissons a été la forme d’élevage la plus habituelle. Il y a des centres de production de jeunes poissons à Makali et à Bo qui fournissent les aquaculteurs. Afin d'augmenter les contributions du gouvernement à ces stations, les aquaculteurs sont amenés à payer certains honoraires en échange des alevins de poissons de ces stations. Les aliments les plus généralement utilisés sont les aliments locaux tels que le son de riz et les termites. L'engrais de poulet est fréquemment employé pour augmenter la productivité des étangs.

    La culture des huîtres a été pratiquée avec du naissain provenant du milieu naturel et transféré sur les radeaux. Bien que des problèmes techniques liés à l'encrassement aient été surmontés et des huîtres commercialisables ont été produites, elles ne pourraient pas concurrencer les stocks naturels des mangroves avoisinantes qui sont facilement récoltés.

    Le personnel du gouvernement employé dans la pêche donne des conseils techniques aux fermiers sur des sujets tels que le choix du site, la construction de l'étang, les techniques et les densités de stockage.

    La culture intégrée des poissons et du riz a été essayée par des fermiers dans la région des marais de Bo-Pujehun avec l'appui du GTZ dans les années 80, mais elle a été arrêtée avec la fin du projet.
    Performance du secteur
    Production
    Il n'y a aucune évaluation récente de la production totale des poissons à partir de l'aquaculture, principalement parce que l'information sur des détails tels que le nombre total des étangs et la productivité ne sont pas disponibles. Les chiffres de la production présentés ne sont également que des évaluations.
    La pisciculture ne contribue qu’un petit pourcentage de la production des poissons, environ 40 tonnes par an (Etude du Secteur Agricole du Programme-Cadre, 1992). Le poisson est consommé par la population rurale et il est particulièrement important pour les zones non côtières. Le bulletin statistique annuel de la FAO de 2001 évalue la production totale à 30 tonnes constituées entièrement de tilapia (Oreochromis niloticus) avec une valeur totale de 45 000 dollars EU, basée sur un coût de 1,5 dollars EU/kg.

    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l'aquaculture au Sierra Leone (d'après les statistiques de la FAO):
    Chart  

    Production de l'aquaculture reportée au Sierra Leone (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    Marché et commerce
    La pisciculture est en grande partie réalisée à une échelle de subsistance et tout excédent est vendu localement au marché le plus proche. Le prix de revient unitaire de tilapia spp cultivées varie entre 0,17 dollars EU et 0,33 dollars EU par kilogramme.
    Contribution à l'économie
    L'aquaculture a été introduite dans les années 70 et produit maintenant, dans les étangs en terre, 40 tonnes de poissons par an constitués, principalement, de tilapia (Oreochromis niloticus). Le poisson est consommé localement par la population rurale et il est particulièrement important dans les régions qui sont éloignées des zones de pêche.

    La contribution du secteur de la pêche au PIB est de 9,4 pour cent (Statistiques Nationales, 2003). Le poisson constitue environ 80 pour cent des protéines animales et la consommation de poisson par habitant est approximativement de 17 kilogrammes par an. Ces évaluations se réfèrent en grande partie à la pêche marine, avec la contribution insignifiante de l'aquaculture. La production totale des poissons à partir des eaux marines de la Sierra Leone est estimée à environ 83 000 tonnes.

    L'aquaculture fournit du poisson frais à une grande population des régions rurales, et leur apporte la protéine nécessaire. Elle a un grand potentiel comme activité économique pour augmenter les revenus des ménages et promouvoir l'emploi rural.

    L'aquaculture est en grande partie une activité de subsistance qui fournit la protéine nécessaire à un grand nombre de ménages ruraux et constitue un composant important dans le panier alimentaire. Bien que sa contribution à la sécurité alimentaire et aux moyens d’existence durables soit actuellement sapée par sa restriction en termes de distribution et la taille de l'étang, l’activité a un énorme potentiel.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    La politique de la pêche décrit les objectifs sectoriels et les stratégies correspondantes pour le développement durable de l'aquaculture à Sierra Leone. Le Ministère de la Pêche et des Ressources Marines est l'organisme gouvernemental qui a le mandat légal pour entreprendre toutes les activités de gestion et de développement de la pêche. La Loi de Gestion et de Développement de la Pêche de 1994, est la base juridique pour définir les fonctions du Ministère et fournit les directives pour la gestion de toutes les ressources aquatiques comprenant la pêche et les industries de la pêche.

    La gestion et le contrôle exclusifs de la pêche et des autres ressources aquatiques dans les eaux de pêche appartiennent au gouvernement. La gestion et le contrôle peuvent être exercées directement par le gouvernement ou par le Ministre, le Directeur de la pêche ou tout autre officier autorisé. Le Ministère de la Pêche et des Ressources Marines est dirigé par un Ministre (chef politique), un Secrétaire Permanent (chef administratif), et un Directeur de pêche (le chef professionnel qui doit avoir une expertise dans la matière de la pêche).

    Le directeur, sous les conseils politiques du Ministre, est responsable de la gestion, de la planification et du développement de la recherche sur la pêche et les autres ressources aquatiques de la Sierra Leone.

    Le Ministère de la Pêche et des Ressources Marines est l'unique organisme gouvernemental ayant le mandat légal pour promouvoir les activités de l'aquaculture dans le pays. La responsabilité globale du ministère consiste en le contrôle, le développement et la conservation de tous les organismes aquatiques, y compris les milieux marins et d'eau douce. Son rôle spécifique dans le développement de l'aquaculture consiste en la promotion de l'aquaculture durable par la recherche et la vulgarisation, se penchant particulièrement sur: la construction des étangs de communauté dans les communautés rurales identifiées; le maintien d’un outil bancaire pour l’aquaculture en vue de sa location aux aquaculteurs et aux associations; l'appui technique aux aquaculteurs privés; l’identification et l’attribution des contrats de recherche en aquaculture à l'université.

    Le Ministère a une unité à part, responsable de la pêche continentale et de l'aquaculture. Cette unité est dirigée par un sous-directeur de pêche, soutenu par un officier principal de pêche et un personnel technique de terrain, moyen et débutant.
    Règlements en vigueur
    Les Réglementations de Pêche concernant l'aquaculture interdisent ce qui suit:
    • L’introduction des espèces exotiques dans le système de l'aquaculture sans dégagement du Ministère.
    • Entreprendre toute activité d'aquaculture sans dégagement du Ministère.
    • L’activité de transformation des poissons non autorisée.
    • L’utilisation de sites non convenables pour des raisons de dégradation environnementale.
    Recherche appliquée, éducation et formation
    Le Ministère recours à l’impartition des activités de recherche concernant la pêche à l'université de la Sierra Leone. L'aquaculture est un sujet central dans le programme des études de la Faculté des Sciences de l'Université de la Sierra Leone. Comme stratégie pour diversifier la production piscicole, il y a des plans pour introduire l'aquaculture dans le programme des études des écoles.

    Les priorités de développement de l'aquaculture sont identifiées par le Ministère et devraient entrer dans les objectifs sectoriels globaux du Ministère.

    Le Ministère travaille en collaboration étroite avec l’Institut de Biologie et d'Océanographie Marines (IBOM) de l'université de la Sierra Leone et de l'université de Njala.
    Tendances, questions et développement
    Le rythme de développement de l'aquaculture à Sierra Leone est sensiblement lent depuis son commencement durant les années 70. La pisciculture est encore en grande partie pratiquée pour des fins de subsistance ou comme activité d’arrière-cour. Les perspectives pour l'aquaculture commerciale demeureront sombres jusqu'à ce que des initiatives sérieuses soient prises pour une aquaculture de grande échelle. Son potentiel pour la sécurité alimentaire, pour la génération d'emploi et des revenus reste toujours à exploiter correctement.

    La promotion de l'aquaculture était un ingrédient essentiel du projet rural GTZ-projet financé par le Bo-Pujehun de développement entre 1970 et 1980. Le projet a établi une station expérimentale de pisciculture à Bo dans la province méridionale, avec la construction de 12 étangs de démonstration. En 1990, il y avait environ 112 aquaculteurs dans les deux zones. Les enquêtes récentes prouvent qu'il y a maintenant plus de 300 étangs de poissons privés et de communauté dans les zones de Bo et de Pujehun (Enquête Nationale d'Aquaculture, 2005).

    Un obstacle important au développement de l'aquaculture peut être attribué à la dépendance excessive de la pêche marine et au réseau important des fleuves et des lacs continentaux du pays; le financement insatisfaisant du gouvernement est un autre facteur inhibiteur.

    D'ailleurs, le manque de durabilité des programmes d’assistance à l'aquaculture précédents n'est pas encourageant. Ces programmes ont été basés sur les services de vulgarisation coûteux qui visent à transférer à la population rurale cible, les concepts de la production animale auxquels elle est totalement non familiarisée et pour lesquels le gouvernement central n'a pas de fonds de financement.

    L'intégration des poissons et du riz a un bon potentiel, en particulier dans les prairies riveraines, les bolilands et les marais de vallées continentales (la FAO, 1989).

    L'objectif de la politique fondamentale pour l'aquaculture est de réaliser l'autosuffisance grâce à l'aquaculture pour satisfaire la demande des poissons des populations rurales en bordure des corps d’eau et ceux autour des vallées continentales, des plaines d'inondation et d'autres communautés intérieures. Ce système fournit la protéine nécessaire pour complémenter celle issue de la pêche marine. Le développement de la mariculture devrait être encouragé pour la production des produits de la pêche destinés à l’exportation.

    La politique nationale de la pêche décrit plusieurs stratégies pour atteindre ses objectifs. Ceux-ci sont:
    • La recherche et l’évaluation du potentiel de la pêche continentale et de l'aquaculture.
    • L’initiation et l’établissement des systèmes de gestion des bassins des fleuves.
    • La promotion de la production et la vente des poissons, des mollusques et des crustacés issus à la fois de la capture et de l’élevage.
    • L’amélioration du statut national de la nutrition par l'aquaculture et la pêche continentale.
    • Faciliter la promotion des systèmes de production intégrés de l’aquaculture d'eau douce et de mariculture.
    • Le maintien de la biodiversité des écosystèmes continentaux.
    Un rapport récent (Bamba, 2004) a rapporté que le développement de l'aquaculture à Sierra Leone a besoin d’une focalisation et d'une nouvelle approche pour apporterune contribution significative à la réduction de la pauvreté et à la sécurité alimentaire.
    Références
    Bibliographie

    ABCO. 1992. Plan Maestro del Sector Agrícola en Sierra Leona.

    Anon. 2003. Fisheries of Sierra Leone, Second Edition.

    Bamba, V. 2004. Informe de la misión sobre desarrollo de acuicultura sustentable en Sierra Leona. FAO Consultancy Report.

    FAO. 1989. Unified action programme for increased rice production by small-scale farmers. Field Document TCP/SIL/8152.

    FAO. 1992. Agricultural Sector Review/Programme – Sierra Leone, Vol. 1.

    FAO. 2005. Aquaculture production, 2003. Year book of Fishery Statistics - Vol.96/2. Food and Agriculture Organization of the United Nations, Rome, Italy.

    Gobierno de Sierra Leona. 2005. Encuesta Nacional sobre Acuicultura. En prensa.

    Gobierno de Sierra Leona. 2004. Documento Estratégico para la Reducción de la Pobreza en Sierra Leona (DERP). 4.

    Gobierno de Sierra Leona. 1994. Acta de Manejo y Desarrollo Pesquero 1994.

    Ministerio de Pesca y Recursos Marinos. 2004. Agricultural sector review and agricultural development strategy (2004): Vol. 111, Fisheries.

    Ministerio de Pesca y Recursos Marinos. 2003. Documento de Política Pesquera, 2003. Ministerio de Pesca y Recursos Marinos, Gobierno de Sierra Leona.
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS