Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    L’Etat des Emirats Arabes Unis (UAE) est l’un des pionniers de l’aquaculture parmi les pays du Gulf Cooperation Council (GCC - fondé en 1981, inclut Arabie Saoudite, Kuwait, Bahrayn, Qatar, Sultanat d’Oman et République du Yémen). Le pays renferme de nombreuses lagunes, baies et petits cours d’eau naturels. La plupart de ces plans d’eau sont encerclés de mangroves marécageuses qui offrent des conditions idéales de reproduction et de première croissance à une grande variété d’espèces de poissons et de crevettes.

    Afin d’utiliser cet environnement naturel et y développer les pêches, le Ministère de l’Agriculture et des Pêches (MAF) a créé en 1984 le Centre de Recherche pour les Ressources Marines (Marine Resources Research Centre - MRRC) à Umm Al Qaiwain, sur la côte ouest du pays. L’aquaculture est l’une des principales activités de développement de MRRC depuis sa création. De grands alevins d’espèces de poissons localement populaires comme le sigan pintade (Siganus canaliculatus), le mérou orange tacheté (Epinephelus coioides), le mulet à grandes écailles (Liza macrolepis) et le spare de Sobaity (Sparidentex hasta) y sont produits au cours de leur saison de reproduction naturelle
    .
    En accord avec la politique du Gouvernement, la majeure partie des alevins produits au MRRC est relâchée en des endroits choisis le long des eaux côtières de UAE.

    Le MRRC élève aussi un stock de géniteurs tilapias. Les petits et grands alevins produits sous conditions naturelles sont largement distribués à tous les pisciculteurs intéressés.

    L’aquaculture à l’échelle commerciale qui utilise des cages marines en filet se pratique au large de Dibba sur la côte est de UAE, en face du Golfe d’Oman. Bien que plusieures espèces de poissons aient été essayées depuis 1999, actuellement les espèces principalement cultivées sont la dorade royale (Sparus aurata), le bar européen (Dicentrarchus labrax) et le spare de Sobaity (Sparidentex hasta). Tous les poissons récoltés à la taille commerciale de ces cages sont exportés.

    MAF a encouragé le développement de l’aquaculture en offrant des alevins et en formant techniquement tous ceux qui étaient intéressés. Les conditions environnementales du pays sont bonnes pour des projets d’aquaculture et les autorités espèrent attirer plus d’investisseurs au cours des prochaines années.
    Historique et aperçu général
    Les activités aquacoles ont débuté en UAE par l’établissement en 1984 du Centre de Recherche pour les Ressources Marines (Marine Resources Research Centre - MRRC). Initialement, le Centre a été assisté par la coopération technique de l’Agence de Coopération Internationale du Japon (Japan International Co-operation Agency - JICA). Le rôle de MRRC inclut la conservation, le remplacement et le développement des ressources marines dans les eaux territoriales du pays. Entre 1985 et 1996, des espèces de poissons marins importantes dans la région telles que le sigan pintade (Siganus canaliculatus) et le mérou orange tacheté (Epinephelus coioides) ont été sélectionnées pour la production de grands alevins. Ensuite, de 1997 à 2000, l’on y éleva aussi le sargue doré (Rhabdosargus sarba) et un pagre (Acanthopagrus latus). La production de grands alevins du spare de Sobaity (Sparidentex hasta) et du mulet à grandes écailles (Liza macrolepis), commença en 2001 et 2003, respectivement. La International Fish Farming Company (Asmak) commença les premiers élevages commerciaux en cage en 1999.

    MRRC a produit depuis 1985 des postlarves des deux espèces de crevette prédominantes locales (Penaeus semisulcatus et Penaeus indicus). Elles ont été élevées jusqu’à la taille adulte. La crevetticulture a été suspendue temporairement en 2001. Cependant, un stock de géniteurs de Penaeus semisulcatus est maintenu au Centre. Le relâchement des grands alevins de poissons produits annuellement compense partiellement les pertes causées par les pêches de capture.

    MRRC a également apporté l’assistance nécessaire à l’établissement de fermes piscicoles privées en UAE.

    L’aquaculture en eau douce est limitée à quelques canaux d’irrigation, étangs et bassins situés près de fermes agricoles. L’intérêt augmente pour l’élevage du tilapia dans de tels environnements par ce qu’il y apporterait de doubles bénéfices en fertilisant l’eau d’irrigation et en produisant des poissons d’élevage.
    Ressources humaines
    Les données pour 2003 du Ministère de l’Agriculture et des Pêches indiquent que UAE possède une main d’œuvre de pêche de 14 748 personnes et une prise annuelle totale estimée à 95 150 tonnes. L’aquaculture étant encore dans son enfance, la main d’œuvre engagée dans des activités aquacoles est limitée par rapport aux autres activités de l’industrie. Elle consiste totalement en hommes, avec la présence de travailleurs spécialisés, de jeunes gradués et de diplômés. La International Fish Farming Company emploit 46 personnes.
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    Le Centre de Recherche pour les Ressources Marines est bien situé et occupe un terrain de 127 000 m² (latitude 25º 30' nord; longitude 55º 30' est) sur le côté ouest du chenal maritime principal de la lagune Umm Al-Qaiwain. Le Centre possède quatre étangs d’environ 2 500 m³ de capacité, six bassins de 100 m³ pour l’élevage de larves, cinq bassins de 50 m³ pour géniteurs, 26 bassins en fibre de verre de 8 m³ et 10 de 5 m³ pour la culture d’algues et autres microorganismes.

    L’actuel projet d’élevage de poissons en cage est localisé en mer au large de Dibba (latitude 25º 37' nord; longitude 56º 15' est) sur la côte est d’UAE.
    Espèces cultivées
    Les principales espèces actuellement sélectionnées pour l’aquaculture au MRRC sont le sigan pintade (Siganus canaliculatus), le spare de Sobaity (Sparidentex hasta) et le mulet aux grandes écailles (Liza macrolepis). Les espèces piscicoles cultivées commercialement en cages à Dibba sont l’endémique spare de Sobaity et deux espèces exotiques, la dorade royale (Sparus aurata) et le bar européen (Dicentrarchus labrax).
    Pratiques et systèmes d'élevage
    Au MRRC, des larves de poissons sont produites soit par reproduction naturelle, soit par reproduction induite. Ces larves sont alors élevées en bassins de 100 m³ jusqu’à la taille de grands alevins qui sont ensuite transférés vers les étangs. Une série d’activités de recherche a été organisée afin de tester l’empoissonnement des larves directement dans des étangs plus grands de 2 500 m³. Les résultats jusqu’à ce jour sont encourageants, probablement à cause des meilleures conditions environnementales de l’élevage en étang. Un grand nombre d’alevins de poissons sont relachés chaque année en mer, en accord avec la politique gouvernementale.

    Au projet d’élevage en cage de Dibba, les grands alevins sont mis en cage et élevés jusqu’à la taille commerciale. En général, les conditions hydrographiques le long de la côte est d’UAE sont favorables à l’aquaculture commerciale. A présent, environ 50 cages circulaires en filet, mesurant chacune 19 m de diamètre (profondeur 12 m), sont mises en élevage, dispersées sur une superficie d’environ 500 km². La cage la plus proche se trouve à environ 1,5 km au large de la côte de Dibba.
    Performance du secteur
    Production
    En 2005, la production de grands alevins au MRRC a été d’environ 250 000 pour les espèces suivantes : spare de Sobaity (Sparidentex hasta), sigan pintade (Siganus canaliculatus) connu localement sous le nom de "safi" et mulet aux grandes écailles (Liza macrolepis) appelé localement "biah".

    La production d’Asmak en 2004 est estimée à 570 tonnes de poisson (Sparus aurata, Dicentrarchus labrax et Sparidentex hasta), pour une valeur à la vente de 7,6 dollars EU/kg.

    Les statistiques de la FAO ne mentionnent qu’une production aquacole très faible ou insignifiante pour UAE seulemenr pour la période 1984–1989. Pour 2003, elle a estimé que la production a atteint 2 300 tonnes d’une valeur de 6 900 dollars EU.

    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l'aquaculture au Émirats arabes unis (d'après les statistiques de la FAO):
      

    Production de l'aquaculture reportée au Émirats arabes unis (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    Marché et commerce
    En UAE, il y a de nombreux marchés modernes de poisson frais dans les villes, villages et quelques uns des points principaux de débarquement des poissons. Le réseau routier bien développé assure le transport rapide du poisson vers les marchés, ce qui permet d’en maintenir la qualité et la fraîcheur.

    Les poissons récoltés des cages de filet à Dibba sont principalement exportés vers le Moyen Orient, l’Union européenne, le Canada et les Etats-Unis d’Amérique. Les poissons exportés sont entiers (frais/congelés), éviscérés (frais/congelés) ou en filets (frais/congelés).
    Contribution à l'économie
    UAE a atteint la sécurité alimentaire en ce qui concerne la disponibilité en poisson frais. Le Gouvernement pense que le programme annuel de réempoissonnement de grands alevins en mer contribue à bénéficier au stock de poissons sauvages de la région, ce qui indirectement aide l’économie. De plus, l’exportation de poisson par des entreprises privées contribue à l’économie du pays.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    Le Ministère de l’Agriculture et des Pêches, dirigé par un Ministre, un Vice Ministre et un Assistant Vice Ministre, est l’autorité suprême qui contrôle les secteurs de la pêche et de l’aquaculture en UAE. Dans le Ministère il y a deux sections principales, le Département des Ressources Marines Vivantes et le Département des Pêches. Le premier comprend le MRRC, la Section de Développement des Ressources des Pêches, la Section de Vulgarisation des Pêches et de la Recherche Marine et l’Aquarium. Le Département des Pêches comprend la Section des Subsides aux Pêcheurs et des Comités de Réglementation de la Pêche, la Section de Commercialisation et des Coopératives de Pêcheurs et la Section d’Evaluation des Stocks de poisson.
    Règlements en vigueur
    En 1999, Le Ministère de l’Agriculture et des Pêches a introduit la Loi fédérale No.23 concernant l’exploitation, la protection et le développement des ressources aquatiques vivantes des eaux de UAE. C’est un règlement compréhensif qui gouverne beaucoup des aspects concernant les pêches, les activités de pêche, la gestion de la zone côtière, la protection des ressources marines et de l’environnement, la conservation des espèces marines et des zones de récifs coralliens en danger. Les activités d’aquaculture sont également comprises dans cette loi sous les Articles 34 à 38 (voir référence No. 7, Section 2.5). Selon cette loi, les firmes aquacoles ne doivent pas causer de pollution environnementale, ne sont pas autorisées à introduire des espèces étrangères sans obtenir au préalable la permission du Ministère et doivent appliquer les procédures standards reconnues d’hygiène pour la manipulation, la conservation, l’emballage et le transport des poissons.
    Recherche appliquée, éducation et formation
    Depuis le début, MRRC a conduit des études expérimentales sur des espèces de poissons marins sélectionnées. Les grands alevins produits au Centre sont utilisés pour la plupart de ces expériences. Quelques unes des activités de recherche sont : (i) taux de croissance et de survie de grands alevins nourris avec différents types d’aliments ; (ii) pourcentage optimum de protéines pour une croissance maximum et la meilleure utilisation des aliments chez de grands alevins du sigan pintade ; (iii) effet des fibres diététiques et des niveaux de graisses dans les aliments sur la croissance du sigan pintade; et (iv) taux de croissance des poissons élevés en étangs. Les résultats de ces études sont régulièrement publiés dans des papiers scientifiques et sont circulés à toutes les parties intéressées.
    Tendances, questions et développement

    Le MRRC a été créé en 1984 par le Ministère de l’Agriculture et des Pêches afin d’encourager le développement des pêches dans le pays. L’une des priorités du MRRC est le développement de l’aquaculture, tout en considérant d’autres questions comme conservation, maintien et développement des ressources marines d’UAE, recherches et essais expérimentaux sur les espèces et pratiques culturales. Un autre cas montrant l’importance donnée à une aquaculture durable est que la majeure partie des alevins produits à MRRC doit être relâchée le long de la côte de UAE en des lieux choisis. La production de grands alevins au MRRC a augmenté au cours de ces quelques dernières années et donc il y a eu une augmentation progressive du nombre de poissons relâchés en mer. Ceci fait partie des efforts du Gouvernement afin d’assurer régionalement la durabilité des pêches, ce qui devrait donner des résultats positifs dans le futur.

    L’aquaculture en eau douce est limitée à quelques chenaux d’irrigation et à quelques étangs et bassins aux environs de fermes agricoles. Il est probable qu’elle se développera dans le futur car les gens se rendent compte des doubles bénéfices qu’il y a à élever des poissons comme le tilapia dans de telles facilités qui produisent non seulement du poisson mais fertilisent aussi l’eau d’irrigation.

    L’élevage en cage de poissons n’a débuté qu’en 1999 dans une compagnie privée. En 2004, l’on produisait déjà 570 tonnes. L’on a montré que les conditions hydrographiques le long de la côte est d’UAE sont favorables au développement de l’aquaculture commerciale. Il est donc possible que ce secteur se développera dans le futur.
    Références
    Bibliographie
    Yousif, O.M. , Osman, M.F. , Anwahi, A.A. & Cherian, T. 1996 . Optimum protein to energy ratio two size groups of rabbitfish, Siganus canaliculatus (Park). Aquaculture Nutrition, Vol.2: 229–233.
    Osman, M.F. , Yousif, O.M. , Anwahi, A.A. & Cherian, T. 1996 . Effect of dietary fat level on growth, feed utilization and carcass composition of two size groups of rabbitfish. Siganus canaliculatus (Park). Journal of Aquaculture in the Tropics, 11: 291–298.
    Anwahi, A.A. , Yousif, O.M. , Osman, M.F. & Cherian, T. 1997 . Response of two size groups of Siganus canaliculatus to diets containing varying levels of dietary fiber. Egyptian Journal of Animal Production, 34(1): 67–74.
    Tamaei, S. , Akatsu, S. , Anwahi, A.A. , Rahim, M.A. & Cherian, T. 1990 . Pond and tank culture of Liza macrolepis. Density and feeding experiments on Siganus canaliculatus and rearing and feeding experiments on shrimp P. semisulcatus. Technical Report of the Ministry of Agriculture and Fisheries, United Arab Emirates.
    Environmental Research and Wildlife Development Agency . 2003 . Fish Resource Assessment Survey Project of Abu Dhabi and UAE Waters – Project Report. Environmental Research and Wildlife Development Agency, United Arab Emirates.
    FAO . 2005 . Aquaculture production, 2003. Year book of Fishery Statistics - Vol.96/2. Food and Agriculture organization of the United Nations, Rome, Italy.
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS