Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    1. Résumé
    2. Historique et aperçu général
    3. Ressources humaines
    4. Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    5. Espèces cultivées
    6. Pratiques et systèmes d'élevage
  2. Performance du secteur
    1. Production
    2. Marché et commerce
    3. Contribution à l'économie
  3. Promotion et gestion du secteur
    1. Cadre institutionnel
    2. Règlements en vigueur
    3. Recherche appliquée, éducation et formation
  1. Tendances, questions et développement
    1. Références
      1. Bibliographie
      2. Liens utiles
    Caractéristiques, structure et ressources du secteur
    Résumé
    Malgré sa longue histoire, le développement intensif de l’aquaculture en Ukraine n’a commencé qu’au milieu du siècle dernier. La production a atteint un pic de 136 500 tonnes en 1990 (Kukharev et Romanov, 1998). On a ensuite constaté une forte baisse de la production brute du secteur. Seulement 31 000 tonnes ont ainsi été produites en 2004. La surface des réservoirs utilisés pour la pisciculture atteint aujourd’hui 1,5 millions d’ha (dans la zone des bassins versants de la Dniepr, les lacs et les estuaires). Les étangs couvrent environ 180 000 ha. La surface totale des lacs destinés à la pisciculture couvre quant à elle une surface d’environ 50 000 ha.
    Alors que pratiquement aucune forme intensive d’aquaculture n’est actuellement pratiquée en Ukraine, les principales espèces piscicoles sont la carpe commune (Cyprinus carpio), la carpe argentée (Hypophthalmichthys molitrix), la carpe à grosse tête (Hypophthalmichthyss nobilis) la carpe herbivore (Ctenopharyngodon idella), le poisson rouge (Carassius auratus auratus) et, à un bien moindre degré, la spatule d’Amérique (Polyodon spathula), le brochet du Nord (Esox lucius), le silure glane (Silurus glanis), le sandre (Stizostedion lucioperca) et la tanche (Tinca tinca). La technologie dominante est la culture semi-intensive de carpes en étang sous la forme d’une polyculture réalisée avec des poissons herbivores. Les résidus de céréales sont transformés et utilisés comme fourrage additionnel pour les carpes. Dans les meilleures exploitations, la productivité des étangs atteint presque une tonne par hectare.
    Alors que la mariculture n’est pratiquement pas développée dans le pays, la culture d’espèces d’une grande valeur commerciale comme les salmonidés et les esturgeons a démarré en 2004. Elle reste cependant encore à un niveau extrêmement limité et ne dépasse pas quelques dizaines de tonnes par an. Enfin, en 2002, la valeur de la production aquacole était estimée à 81 millions de dollars EU (FAO, FishStatJ).
    Historique et aperçu général
    Les traditions aquacoles de l’Ukraine moderne remontent déjà à plusieurs siècles. Lors de la naissance d’une nouvelle branche de la pisciculture moderne en étang, un rôle important a été joué par l’exploitation Dombalya localisée à Antoninsk. Cette dernière a été mise en place en 1922 à partir des structures du comte Pototsky qui s’était fait livrer des carpes en provenance de l’ouest de la Galicie en 1887. Au cours des années 1911-1915, les résultats obtenus au bout de cycles de trois ans s’élevaient en moyenne à 140 kg/ha. L’exploitation Dombalya comptait 245 étangs de différentes catégories couvrant une superficie totale de 3 100 ha. En termes de taille, c’était la plus grande entreprise de l’ancienne Union soviétique.

    L’Institut des pêches a été créé à Kiev pendant l’entre-deux-guerres à partir d’une station piscicole expérimentale. C’est là que démarra le programme de développement de sélections de carpes d’élevage. Celui-ci fut couronné de succès en 1953 avec la création des races ukrainiennes. La forte croissance et le développement de l’aquaculture ukrainienne date de cette période. Les plus grandes structures lacustres ont alors été construites et activées à l’est et au centre du pays. Au total, les lacs couvrent une surface de 180 000 ha en Ukraine. Exception faite des étangs piscicoles classiques, les structures disposant de cages et de bassins utilisant les eaux chauffées des centrales électriques ont alors commencé à se développer de façon intensive.

    Le secteur aquacole ukrainien a en outre connu un développement particulier au cours des années 1970 et 1980 avec l’introduction intensive d’une polyculture basée sur les poissons herbivores pêchés dans les lacs orientaux. La culture de truite arc-en-ciel, d’esturgeon et de poisson-chat s’est alors particulièrement développée. L’aquaculture était liée à l’utilisation des plus grands réservoirs et bassins hydriques de la Dniepr ainsi qu’aux estuaires et aux lacs du cours inférieur du Danube comme réservoir d’eau pour des espèces piscicoles de grande valeur commerciale.
    La mariculture a quant à elle progressé régulièrement. En 1991, environ 800 tonnes de moule méditerranéenne (Mytilus galloprovincialis) étaient ainsi produites. La production aquacole a atteint un pic en 1990 à 136 500 tonnes (Kukharev et Romanov, 1998) réparties comme suit: 110 000 tonnes de carpe commune (Cyprinus carpio), 13 000 tonnes de poissons herbivores (Hypophthalmichthys molitrix et Hypophthalmichthys nobilis), 1 700 tonnes de poisson-chat (Ictalurus punctatus) et environ 950 tonnes de truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss). Par la suite, les changements politiques, économiques et sociaux subis par le pays ont affecté le secteur qui a connu une baisse significative des volumes de production de poisson et de produits piscicoles. En 2004, la production aquacole n’était plus que d’environ 31 000 tonnes.
    Ressources humaines
    Sur la base de données approximatives, on estime qu’environ 8 000 personnes travaillent dans le secteur de l’aquaculture. Le niveau général de qualification des spécialistes est approprié mais nécessite tout de même des améliorations. La formation professionnelle des meilleurs experts en aquaculture est assurée par les deux principales institutions supérieures (voir « Recherche appliquée, éducation et formation »).
    Distribution et caractéristiques des systèmes d'élevage
    On compte environ 60 structures spécialisées dans la pisciculture en Ukraine. 95 pour cent d’entre elles exploitent des étangs piscicoles qui permettent l’élevage du poisson au moyen de technologies semi-intensives ou extensives traditionnelles sur la base d’une polyculture de carpes et de poissons herbivores. On compte environ 16 grandes exploitations piscicoles dont les étangs couvrent une surface supérieure à 1 000 hectares dont cinq plus de 3 000 hectares.

    Les structures piscicoles dans lesquelles des technologies d’élevage intensif sont pratiquées en étang se consacrent essentiellement à l’élevage de truites. Au nombre de cinq, leur production totale ne dépassait pas 40 tonnes en 2004. En règles générales, elles sont toutes parties intégrantes d’entreprises plus grandes.

    On compte aussi cinq structures exploitant des réservoirs utilisés pour le refroidissement de centrales électriques. Elles ont recours à des cages et à des bassins. Leur contribution à la production aquacole est insignifiante et ne représente pas plus de 5 pour cent de celle-ci.

    En Ukraine, 90 pour cent des structures spécialisées dans la pisciculture sont des sociétés privées. Environ cinq pour cent sont propriété de l’Etat et cinq pour cent sont des coopératives.

    On compte aussi de nombreuses entreprises agricoles régies par différents systèmes de propriété pour lesquelles l’aquaculture n’est pas l’activité de base. Leur contribution à la production totale de poisson en Ukraine est estimée entre 5 et 6 pour cent (Goskomstat, 2004).
    Géographiquement, les structures d’élevage piscicole sont situées à intervalles réguliers à travers l’ensemble du territoire ukrainien. Elles sont cependant plus rares dans la partie sud du pays.
    Espèces cultivées
    Traditionnellement, les structures ukrainiennes ont concentré leurs élevages sur la carpe commune. Des changements structurels significatifs ont cependant eu lieu ces dernières années. La part des poissons herbivores a considérablement augmenté et, en 2004, la situation était la suivante :

    Les espèces à forte valeur commerciale comme la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss), l’esturgeon sterlet (Acipenser ruthenus), l’esturgeon de Sibérie (Acipenser baeri), le « bester » (Huso huso x Acipenser ruthenus), la spatule d’Amérique (Polyodon spathula), le barbue de rivière (Ictalurus punctatus) ne dépassent pas, quant à elles, 0,2 pour cent de la production totale de poisson.

    Du point de vue de la répartition géographique, les poissons herbivores sont principalement élevés dans le sud de l’Ukraine alors que la carpe commune l’est davantage à l’ouest, au nord et au centre du pays. Les structures truiticoles se trouvent dans la partie ouest du pays.
    Ces dernières années, quelques structures sont apparues pour l’élevage de poisson-chat nord africain (Clarias gariepinus), d’écrevisse à pieds rouges (Astacus astacus), de crevettes (Penaeus spp.) et de moules méditerranéennes (Mytilus galloprovincialis).
    Pratiques et systèmes d'élevage
    Environ 95,5 pour cent de la production aquacole ukrainienne est réalisée dans des étangs classiques dans lesquels le poisson est élevé selon des techniques semi-intensives ou extensives traditionnelles ayant recours à la polyculture. Cette dernière associe la carpe commune (Cyprinus carpio) à différentes espèces de carpes chinoises (Hypophthalmichthys molitrix, Hypophthalmichthyss nobilis et Ctenopharyngodon idella).

    Les systèmes d’élevage utilisant des cages et des bassins sont utilisés dans les réservoirs servant au refroidissement des centrales électriques. Encore très peu diffusés, leur contribution à la production aquacole totale est insignifiante et ne dépasse pas 0,5 pour cent de cette dernière. En 2004, deux systèmes industriels à recirculation d’eau ont aussi été construits.
    Performance du secteur
    Production
    En 1990, la production de l’aquaculture ukrainienne a atteint un record de 136 500 tonnes. La production de carpe commune (Cyprinus carpio) s’élevait à 110 000 tonnes (Kukharev et Romanov, 1998). La production aquacole a par la suite baissé de façon significative pour finalement se stabiliser entre 30 000 et 32 000 tonnes au cours de la dernière décennie. En termes de valeur, elle est passée de 210 millions de dollars EU en 1988 à 81 millions de dollars EU en 2002. Cette chute a été particulièrement brutale pour les espèces à forte valeur commerciale comme la truite arc-en-ciel, l’esturgeon ou le poisson-chat. Les principales espèces d’élevage restent la carpe commune et les carpes chinoises.

    Le graphique ci-dessous indique la production totale de l'aquaculture au Ukraine (d'après les statistiques de la FAO):
      

    Production de l'aquaculture reportée au Ukraine (depuis 1950)
    (FAO Fishery Statistic)

    Marché et commerce
    En 2003-2004, le marché domestique du poisson et des produits piscicoles était estimé en Ukraine entre 500 000 et 550 000 tonnes. Sa répartition était la suivante : 5 à 6 pour cent provenant de l’aquaculture, 17 à 25 pour cent de la pêche au large réalisée par la flottille ukrainienne, 9 à 12 pour cent de la pêche dans la mer Noire et la mer d’Azov, 2 à 3 pour cent de la pêche dans les réservoirs continentaux et 53 à 59 pour cent des importations.
    Au cours des dernières années, les produits disponibles sur le marché domestique ont vu leur qualité générale progresser grâce aux importations provoquées par une chute des captures de la flottille ukrainienne au large. Pratiquement toute la production aquacole nationale est donc consommée sur le marché domestique et n’est pas exportée. Comme la pisciculture en étang est une activité saisonnière fortement dépendante des conditions climatiques, les prix aquacoles sont sujets à des fluctuations saisonnières. En moyenne, le prix de gros d’une carpe de grande qualité atteint 1,7 dollars EU le kilogramme et celui de la carpe argentée moins de 1 dollar EU le kilogramme alors que le prix de la truite arc-en-ciel et celui de la spatule d’Amérique peuvent atteindre entre 7 et 10 dollars EU le kilogramme.
    La production aquacole est exclusivement réalisée à partir de poisson vivant, avec des poissons herbivores partiellement utilisés pour être transformés mais plus généralement pour la production de conserves alimentaires ou de produits fumés.

    Le poisson est un aliment traditionnel pour la population ukrainienne et le niveau de la consommation annuelle de produits piscicoles est élevé dans le pays. En 2004, il était d’environ 11 kg, un chiffre à comparer à celui de 1994: 3,5 kg (Goskomstat, 2004). Les produits aquacoles sont plutôt bon marché et accessibles pour la majorité des Ukrainiens.
    Contribution à l'économie
    A l’heure actuelle, avec une production aquacole dont la valeur ne dépasse pas 81 millions de dollars EU, la contribution de ce secteur à l’ensemble de l’économie ukrainienne n’est pas significative (0,13 pour cent du produit national brut du pays). La main d’œuvre employée dans l’aquaculture est en outre inférieure à 8 000 personnes. La tendance observée ces dernières années indique cependant que l’aquaculture ukrainienne est en train de sortir de cette crise profonde.
    Promotion et gestion du secteur
    Cadre institutionnel
    La gestion des structures piscicoles et aquacoles ukrainiennes est du ressort du Département des pêches du ministère de la Politique agraire. Ses premiers objectifs sont le maintien du contrôle administratif sur les pêches et l’aquaculture, la préparation de la législation de ce secteur et la coordination de la recherche. Dans le domaine de l’aquaculture, ce département concentre ses efforts sur les actions et les enjeux suivants:
    • Mener une politique d’envergure nationale en matière de développement de l’aquaculture à travers le pays.
    • Superviser les activités des exploitations piscicoles sur le territoire national.
    • Suivre les programmes de développement aquacole.
    • Contrôler et coordonner les activités des entreprises de sélection piscicole.
    • Contrôler la préservation et la reproduction des stocks des espèces piscicoles de grande valeur commerciale dans les réservoirs continentaux.
    • Coordonner la recherche.

    Associations. L’Ukraine compte plusieurs associations de pisciculteurs. La plus grande est Ukrribhoz. Elle regroupe les coopératives industrielles d’Etat et compte plus de 40 producteurs piscicoles. Ses membres ont produit 21 200 tonnes de poisson en 2004, ce qui représente plus de 68 pour cent de la production aquacole totale en Ukraine. Le premier objectif de l’association est l’interaction à 360° entre les producteurs et les institutions de l’Etat. Elle entend en effet aider ses membres sur tous les sujets administratifs, légaux ou commerciaux en relation avec leur activité industrielle. Les associations Ukrrybsojuz et Ukrribkolhozobedinenie rassemblent quant à elles les producteurs piscicoles exploitant des réservoirs naturels (principalement des étangs traditionnels). L’Association de l’école de gestion Riga (stations d’amélioration des pêches) représente quant à elle des petites structures exploitant de petits étangs destinés à la pêche. Elle oriente ses efforts vers la construction de matériel pour les structures piscicoles des exploitations agricoles non spécialisées dans le secteur.
    Règlements en vigueur
    En matière de pêche, les lois ukrainiennes de base sont la Loi n° 486-IV datant de 2003 sur le poisson, la biodiversité aquatique et les produits piscicoles et la Loi n° 1516-IV datant de 2004 au sujet de la validation du Programme national de développement des pêches jusqu’en 2010.

    Cette dernière établit les principales voies de développement du secteur des pêches et envisage la réforme des structures et de la propriété des complexes piscicoles. Elle encourage l’élevage de jeunes poissons des espèces à forte valeur commerciale dans des exploitations piscicoles déjà existantes et organise, sur le budget de l’Etat, le lâcher de ces derniers dans les espaces littoraux, les eaux continentales et les réservoirs. Elle projette aussi la construction de nouvelles exploitations piscicoles pour l’élevage d’esturgeon et de limande. Cette loi envisage enfin la création de bases de données des espèces piscicoles élevées, rares et protégées dans le but de conserver et d’acclimater des espèces piscicoles et des organismes aquatiques à forte valeur commerciale.

    La Loi n° 2894-III datant de 2001 et relative à la faune et à la flore spécifie que l’ensemble des espèces, des sous-espèces, des populations et des stocks de poissons, de mollusques et de crustacés appartiennent à la faune à tous les stades de leur développement. Les institutions de l’Etat compétentes dans le domaine de la protection, de la conservation et d’aménagement des espèces animales et végétales sont le Cabinet des ministres d’Ukraine, le Conseil des ministres de la République autonome de Crimée, l’administration d’Etat locale et l’organisme exécutif central dans le domaine des pêches ainsi que ses branches territoriales.

    Pour obtenir davantage d’informations sur la législation aquacole en Ukraine, veuillez cliquer sur le lien suivant:
    Vue générale de la législation nationale sur l'aquaculture - Ukraine
    Recherche appliquée, éducation et formation
    Le Département d’Etat de la pêche du ministère de la Politique agraire est à la fois l’utilisateur et le coordinateur de la recherche appliquée en Ukraine. Alors que plusieurs organisations et instituts mènent des recherches dans le domaine de l’aquaculture, le principal organisme travaillant dans le domaine est l’Institut des pêches de l’Académie des sciences agraires. Institut scientifique spécialisé dans le secteur aquacole en Ukraine, ses principales recherches de base sont orientées vers:
    • La sélection des poissons à des fins de production.
    • Le développement et le perfectionnement des technologies de reproduction artificielle et d’élevage piscicole.
    • L’étude du régime alimentaire des poissons et le développement d’aliments spécifiques.
    • Le développement d’actions préventives et de méthodes de traitement pour les maladies des poissons.
    • Le suivi écologique et hydrochimique des étangs ainsi que des réservoirs naturels et artificiels.
    • L’évaluation de l’efficacité économique de l’aquaculture à partir du marché du poisson et de la production.

    La recherche en aquaculture est également menée en Ukraine par :
    • L’Institut de la recherche scientifique du sud des pêches et de l’océanographie (JUGNIRO) de la République autonome de Crimée à Kerch (mariculture, sélection d’esturgeons).
    • L’Université agraire d’Etat de Kherson (sélection d’esturgeons, technologies pour la reproduction et l’élevage piscicole dans les réservoirs du sud de l’Ukraine).
    • L’Université agraire nationale à Kiev (technologies pour améliorer la qualité de la production),
    • L’Institut hydrobiologique de l’Académie nationale des Sciences d’Ukraine situé à Kiev.

    Des formations universitaires de premier et deuxième cycles ainsi que les spécialisations en Aquaculture et bio-ressources hydriques sont proposées par l’Université d’Etat de Kherson et l’Université agraire nationale alors que des doctorats destinés aux spécialistes en aquaculture le sont également à l’Institut des pêches UAAN de l’Université d’Etat de Kherson.
    Tendances, questions et développement
    Après avoir traversé une crise profonde, le secteur aquacole ukrainien est désormais caractérisé par une relative stabilité et même par l’amorce d’une légère croissance. Le marché du poisson et des produits piscicoles offre en outre un très fort potentiel de développement. D’après des données approximatives, il dépasse un million de tonnes par an et la consommation de produits aquatiques peut atteindre à 20 kg par et par personne.

    D’après le programme de développement de la pisciculture évoqué précédemment, le volume de la production ukrainienne de poisson devrait atteindre 10 000 tonnes en 2010 et la consommation de produits piscicoles ainsi que d’autres ressources hydriques vivantes devrait augmenter à 15 kg par an et par personne.

    Dans un futur proche, les tendances de base de l’aquaculture ukrainienne seront les suivantes:
    • Amélioration de la qualité du poisson traditionnel dans les élevages de carpe commune de façon à augmenter d’au moins 1 à 1,5 kg le poids du produit final et transition vers un élevage de formes et de sélection moins écailleuses ; augmentation de 2 à 4 kg du poids final des espèces herbivores et orientation vers la transformation du produit (poisson fumé, conserves).
    • Augmentation de la proportion des poissons additionnels et prédateurs dans les étangs servant à la polyculture (avant tout le brochet du Nord, le silure glane, la tanche, le sandre et, dans le sud, le mullet so-iuy). Il est particulièrement nécessaire d’associer à l’élevage de l’esturgeon en étang celui du poisson spatule, du sterlet ainsi que d’autres types et formes hybrides d’esturgeon.
    • Développement de l’élevage piscicole industriel, en particulier de l’esturgeon, de la truite arc-en ciel et du poisson-chat.
    • Développement de l’élevage de poisson-fourrage en utilisant les bassins de la Dniepr, les lacs situés à proximité du Danube ainsi que les estuaires d’eau douce et d’eau salée de la mer d’Azov et de la mer Noire. Ces derniers permettent d’élever les espèces de poisson-fourrage comme la plie d’Europe (Pleuronectes platessa) et le mulet à grosse tête (Mugil cephalus).
    • Développement de la mariculture, en particulier de la mytiliculture, de l’ostréiculture et de l’algoculture, même s’il faut souligner que le potentiel de développement de formes intensives de mariculture reste limité en Ukraine. Le manque de baies profondes échappant au gel est un important facteur limitant.

    Références
    Bibliographie
    Goskomstat. 2004. The state committee of statistics of Ukraine. The Statistical year-book of Ukraine for 2003.

    Kukharev, N. and Romanov, V. 1998. The Fishery Industry in Ukraine. EASTFISH Fishery Industry. Volume 13.

    The nation-wide programme of development of fishery in Ukraine for the period until 2010. The law of Ukraine, 1516-IV, from February 19th, 2004.
    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS