Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  1. Identification
    1. Caractéristiques biologiques
    2. Galerie d'images
  2. Profil
    1. Contexte historique
    2. Principaux pays producteurs
    3. Habitat et biologie
  3. Production
    1. Cycle de production
    2. Systèmes de production
    3. Maladies et mesures de contrôle
  4. Statistiques
    1. Statistiques de production
    2. Marché et commercialisation
  1. Situation et tendances
    1. Problèmes et contraintes majeurs
      1. Pratiques pour une aquaculture responsable
    2. Références
      1. Liens utiles
    Identification


    Cirrhinus molitorella  Valenciennes, 1844 [Cyprinidae]
    FAO Names:  En - Mud carp,   Fr - Carpe de vase,  Es - Carpa de fango
       
    Caractéristiques biologiques
    Le corps est latéralement comprimé et prolongé, l’abdomen est arrondi; la longueur standard est de 3,3-3,8 fois la taille du corps et de 4,7-5,2 fois la longueur de la tête; la tête est petite et courte; le museau est émoussé; la bouche est inférieure et transversale. Il y a deux paires de palpes, une sur le museau et l'autre sur la mâchoire inférieure, la première est plus longue que la seconde. 62-74 branchies ratissent la première voûte externe des branchies, les branchies sont longues. Trois rangées de dents pharyngiennes s'inclinant au bout et sont latéralement comprimées. Une formule de 2.4.5-5.4.2. 37-39 écailles dans la ligne latérale. Le rayon de l'aileron dorsal est de: 3-4.12-13; le rayon pectoral de l'aileron est de: 1.15-16; le rayon ventral de l'aileron est de: 1.8; le rayon anal de l'aileron est de: 3.5-6. La partie dorsale de la tête de l’adulte et le dos sont grises verdâtres et la partie la plus inférieure est argentée. Les 14èmes et 15èmes écailles au-dessus de l'aileron pectoral sont identifiées par les tâches bleues turquoises en croissant. Des rayures vertes se trouvent sur la base des écailles latérales. Les ailerons sont tous de couleur violacée.
    Galerie d'images

    Cirrhinus molitorella

    Profil
    Contexte historique
    L’élevage de la carpe de vase a commencé beaucoup plus tardivement que la carpe commune, dans la Chine méridionale, le long du fleuve de perle. Selon les registres historiques, la culture de la carpe de vase a été étroitement liée à la volonté du gouverneur. Durant le règne de la dynastie Tang (618-904 A.D.), le nom de la famille de l'empereur s'est avéré justement être prononcé en Chinois, de la même façon que la carpe commune, le seul poisson cultivé dans le temps. La famille royale a interdit la vente de la carpe commune et elle a interdit, également, de tuer l’espèce. Pour cette raison, la carpe de vase a été choisie par les aquaculteurs, comme produit de remplacement de la carpe commune, ainsi que la carpe argentée, la carpe à grosse tête, la carpe herbivore et la carpe noire; la semence de ces espèces était facilement disponible le long du fleuve de perle.

    L’élevage de la carpe de vase est resté, relativement, de petite taille, en raison de sa dépendance de la collecte du frai sauvage, jusqu'à ce que le succès en technologie de reproduction induite ait amélioré de manière significative son élevage. Le poisson est indigène dans le Mékong, Chao Phraya, Nam Theun, Xe Bangfai et les bassins de Nanpangjiang de l'Asie, comme dans le fleuve rouge (la Chine et le Vietnam) et le fleuve de perle.

    La carpe de vase a été introduite dans plusieurs autres pays, y compris l’Indonésie, Singapour, Japon, Taiwan province de Chine et Hong Kong. La production totale rapportée de la carpe de vase provient presque toute, de la République populaire de Chine.
    Principaux pays producteurs
    Les principaux pays producteurs de Cirrhinus molitorella (Statistiques des Pêches, 2006)
    Habitat et biologie
    La carpe de vase est un poisson d'eau douce asiatique indigène habitant les lacs, les fleuves et les réservoirs, avec une large distribution depuis le Mékong jusqu’aux deltas du fleuve de perle. C’est une espèce semi-migratrice dont les reproducteurs matures émigrent aux extensions supérieures des principaux fleuves pour se reproduire. Comme il a été mentionné dans la section historique citée plus haut, elle a été introduite dans 5 autres pays et territoires. Il y a eu peu de rapports au sujet des populations naturelles dans ces zones.

    La carpe de vase habite normalement au fond de la colonne d'eau; elle préfère l'eau claire et peut se déplacer rapidement. Elle ne tolère pas les températures en dessous de 7ºC. Cette espèce est naturellement omnivore, s’alimentant sur des détritus organiques, des algues filamenteuses, des parties et des graines des mauvaises herbes aquatiques. Cependant, l’alevin/larve s’alimente sur le zooplancton. La maturité sexuelle de la carpe de vase a lieu après l’age de 3 ans. Bien qu'elle puisse atteindre la maturité sexuelle en captivité, elle est incapable de pondre à moins que la ponte ne soit induite par une injection d'hormone et des stimuli environnementaux, tels que l'écoulement de l’eau.
    Production
    Cycle de production

    Cycle de production de Cirrhinus molitorella

    Systèmes de production
    Approvisionnement en juvéniles  
    Actuellement la reproduction artificielle est la principale source d’œufs, bien que les œufs naturels soient encore disponibles dans le fleuve de perle. Les œufs collectés du milieu naturel sont principalement employés pour maintenir la qualité génétique des reproducteurs.
    Les géniteurs utilisés pour la reproduction artificielle sont habituellement élevés en captivité à partir des œufs naturels ou proviennent des stations d'élevage où les bons géniteurs naturels sont maintenus.
    Techniques de grossissement   
    La technique de grossissement la plus généralement adoptée pour la carpe de vase est la polyculture en étang. Bien que cette espèce se développe lentement et n'atteint pas une grande taille comme la carpe herbivore, la carpe à grosse tête et la carpe argentée, elle peut être élevée avec des densités élevées et son taux de production est important. La carpe de vase peut être stockée comme espèce principale ou secondaire, avec les autres espèces de carpe.

    Polyculture en tant que principale espèce

    Quand elle est la principale espèce dans un étang de polyculture, la densité de mise en charge de la carpe de vase est de 15 000-25 000/ha pour des poissons de 25-50 g. Quand la carpe herbivore et la carpe à grosse tête sont également stockées en tant qu'espèces principales, les densités sont comme suit: 1 200-1 800/ha de carpe herbivore de 250 g et 450-2250/ha de carpe à grosse tête de 500 g. D'autres poissons sont stockés en tant qu’espèces secondaires, telles que la carpe argentée (375-750/ha de poissons de 250 g), le tilapia (3 000-6 000/ha de poissons de 15-20 g), la carpe commune (375/ha de poissons de 100 g), la carpe noire (75/ha de poissons de 500 g), et la brème (525/ha de poissons de 50 g).

    Après un an, la carpe de vase atteint, normalement, un poids de125-200 g, avec un niveau de production de 2 000-3 000 kg/ha, contribuant avec environ 24 pour cent à la production totale, qui varie de 7 500 à 10 000 kg/ha. La carpe herbivore atteint 1 000-1 500 g (~1 800 kg/ha), la carpe à grosse tête 1 000-1 500 g (~2 700 kg/ha), la carpe argentée 1 000g (~700 kg/ha), le tilapia 150g (~560 kg/ha), la carpe commune 900 g (~270 kg/ha), la carpe noire 2 000 g (~120 kg/ha), et la brème 250g (~100 kg/ha).

    La carpe de vase étant omnivore, elle s’alimente à la fois des aliments naturel et commercial. Bien que certains fermiers continuent à employer des aliments spéciaux ou des mélanges dans les systèmes de monoculture, l'utilisation des aliments commerciaux granulés est devenue plus populaire. Ces aliments se composent principalement de sous-produits issus de l'extraction d'huile (tels que le tourteau de soja) comme principale source de protéine, ainsi que les sous-produits issus de la transformation des céréales. L'utilisation de protéine animale (farine de poisson) est très limitée (<10 pour cent), ce qui rend le coût de l’aliment raisonnable. La fertilisation peut réduire la quantité d’aliments ajoutés par l’augmentation de la disponibilité de l’aliment naturel.

    Polyculture en tant qu’espèce secondaire

    La carpe de vase peut également être stockée en tant qu’espèce secondaire dans les étangs, dans ce cas, aucune alimentation spéciale n'est exigée; la densité de mise en charge de la carpe de vase est normalement de 7 500-9 000 poissons de 25-50 g /ha. La production peut atteindre 1 000-1 500 kg/ha par an, contribuant habituellement avec 10-15 pour cent du total. La carpe de vase peut également être cultivée en tant qu’espèce secondaire dans les enclos dans les lacs peu profonds; les niveaux de mise en charge et de production sont semblables à l’élevage en étang.
    Apport de nourriture   
    Les aliments commerciaux sont aisément obtenus en Chine. Il y a beaucoup de fabricants d‘aliments de poissons d'eau douce et certains sont spécifiquement conçus pour la carpe de vase.
    Techniques de récolte   
    Etant un poisson du fond, il est difficile de récolter la carpe de vase de manière efficace sans vidanger l'étang. La récolte a lieu à la fin de la période d’élevage, par la pêche au filet à une faible profondeur d'eau, suivie de la récolte complète après la vidange. La récolte sélective est également pratiquée par certains fermiers pour une commercialisation équilibrée. La récolte sélective est habituellement menée tôt le matin (parce que les températures sont relativement basses et pour des ventes matinales) et ce, vers la fin de l'été et de l'automne. Des individus de taille commercialisable sont choisis après la pêche au filet.
    Manipulation et traitement  
    La carpe de vase cultivée est normalement vendue vivante ou fraîche. Cependant, une partie est mise en boîte et une petite quantité est traitée par les magasins de préparation de plats prêts à servir. Ce processus consiste à hacher les muscles du dos du poisson dans un broyeur et mélanger avec de la farine pour former une croquette ou une quenelle de poisson (boulettes). La carpe de vase est également séchées et salées par certains pêcheurs ou fermiers traditionnels dans les régions continentales.
    Coûts de production  
    Ils changent selon la méthode d’élevage utilisée mais le coût est normalement au-dessous de 0,60 dollars EU/kg.
    Production d'écloserie  
    Les géniteurs de carpe de vase pèsent environ 0,8-1,4 kg (par exemple, une carpe femelle de vase de 850 g possède un ovaire de 136 g et donne 204 000 oeufs - habituellement un seul poisson peut pondre plus de 100 000 oeufs). Des géniteurs bien matures sont relâchés dans un réservoir de ponte (circulaire, en ciment, de 6-10 m de diamètre et une profondeur d'eau de ~2 m), après avoir reçu une injection d’hormone (habituellement LRH-A). L'oestrus de la carpe de vase commence 4-6 heures après l’injection. Le sex-ratio des femelles et des mâles est 1:2. La carpe de vase fait souvent un faible appel à l’accouplement appelé «ku ku», avec beaucoup de bulles montant à la surface de l'eau. La circulation de l'eau est maintenue tout au long de la période de ponte.

    Les oeufs sont transférés dans des raceways ou carafes d’éclosion, manuellement ou par gravitation. Les raceways d’incubation (qui sont des structures circulaires ou ellipsoïdiques) sont généralement employés pour la production à grande échelle. La largeur et la profondeur des raceways est normalement de 0,8 m et de 0,8-1,0 m respectivement. Les prises d’eau sont montées sur le fond avec des ouvertures dans la même direction et sous un angle d’environ 15° par rapport au fond, pour permettre la circulation de l'eau. Des écrans sont montés sur le mur intérieur pour décharger l'eau pendant l'opération. L'eau peut être complètement vidangée à travers la sortie du fond. L'écoulement est maintenu pendant la période d’incubation afin de maintenir les oeufs et les larves suspendus dans la colonne d'eau. Cette phase prend environ 18 heures à 28ºC.
    Maladies et mesures de contrôle
    Dans certains cas, des antibiotiques et d'autres produits pharmaceutiques ont été utilisés pour les traitements mais leur inclusion dans ce tableau n'implique pas une recommandation de la FAO.
    MALADIEAGENTTYPESYNDROMEMESURES
    Septicémie bactérienne Aeromonas sobria; Aeromonas hydrophila; Yersinia ruckerri; Vibrio sp. BactérieHyperémie à différentes positions du corps, telles que les mâchoires, la cavité buccale, l'operculum, la base de l’aileron et le corps entier en cas extrême; le globe oculaire sortant; anus gonflé; ventre élargi; les écailles érigées; branchies putréfiées et faible appétit etc. ; mortalité élevée des poissonsDésinfection de l'environnement du poisson et de l’élevage avec de la chaux vive & du permanganate de potassium; 'Yu Tai III' (médicament commerciale à plusieurs ingrédients à base d'herbes) à travers une alimentation traitée avec des médicaments
    Saprolégnioses; Dermatomycoses Saprolegnia spp.; Achlya spp. ChampignonMycéliums fongiques blanchâtres évidents sur le corps; aspects en coton; beaucoup sont affaiblis ou même meurent par épuisementManipulation soigneuse des poissons et désinfection de l'étang avec de la chaux vive; immersion des poissons infectés dans une solution de chlorure de potassium ou une solution de vert de malachite
    Myxobolosis Myxobolus koiProtozoaire ectoparasiteAttaché à la peau et aux organes internes; forme un sac blanchâtre sur la surface du corps; mortalité élevéeDésinfection complète de l'étang avec de la chaux vive
    BothriocéphaloseBothriocephalus sp. Ver solitaire ou TéniaPhysiquement faible; alimentation réduite; halètement; mortalité très élevéeDésinfection de l'étang avec de la chaux vive et de dipterex; ajouter la graine de citrouille en poudre à l'alimentation comme médicament
    Argulosis Argulus japonicusCopépodesDifficulté respiratoire; branchies endommagées; inflammation et décomposition des filaments des branchies; natation circulaire folle en surface de l'eau et mortalité par épuisementDésinfection de l'étang avec de la chaux vive; pulvérisation avec le dipterex, le sulfate ferreux ou le sulfate de cuivre




    Fournisseurs d’expertise en pathologie

    L'assistance peut être assurée par:
    • L’institut de l'hydrobiologie, CAS, 7 # Donghu South Road, ville de Wuhan, province de Hubei, P.R. Chine 430072.
    • L’université de Pêche De Shanghaï, 334 # Jungong Road, Changhaï, P.R. Chine 200090.
    • L’institut de Recherche Halieutique du Fleuve de Perle, CAFS, Xilang, Zone De Fangcun, Ville de Guangzhou, Chine 510380.
    • Le centre de Recherche des Pêcheries d'Eau Douce, CAFS, 9 # Shanshui East Road, Wuxi, Province de Jiangsu, Chine 214081.
    Statistiques
    Statistiques de production
      
    La Chine est le principal producteur de la carpe de vase cultivée; en 2001 (la dernière année où les statistiques ont été rapportées par la Chine pour cette espèce), elle a produit 220 000 tonnes. En cette année, seules 118 tonnes ont été produites par les deux autres zones de production, Hong Kong SAR de Chine (104 tonnes) et Taiwan, provinces de Chine (14 tonnes).
    La production dans ces deux dernières zones a fluctué sensiblement. La production maximale était de 368 tonnes à Hong Kong SAR de Chine en 1999 et 419 tonnes au Taiwan, province de Chine en 1989. En 2001, l’année des dernières statistiques complètes rapportées, la valeur globale de la production de la carpe de vase cultivée a excédé 220 millions dollar EU.
    Marché et commercialisation
    Actuellement, la carpe de vase est, principalement consommée localement. Elle est, normalement, consommée fraîche. Les poissons d’élevage sont vendus vivants ou frais; certains sont mis en boîte, et les autres sont transformés en croquettes ou en boulettes de poisson, et les autres sont vendus secs ou salé. La carpe de vase a un prix modéré qui est accessible aux personnes moyennes et de faible revenu. Il n'y a aucun contrôle spécifique de la commercialisation de la carpe de vase car elle est fondamentalement destinée à la consommation locale.
    Situation et tendances
    L’aquaculture de la carpe de vase est très ancienne et c’est l'une des espèces les plus importantes dans les corps d'eau intérieurs de la Chine méridionale. Des efforts considérables ont été consacrés à la recherche sur l’espèce; l'exploit le plus important a été le succès dans le développement de la technologie de reproduction induite qui assurera un approvisionnement constant en semence pour l'élevage à grande échelle. Un autre aspect important des recherches était l'étude des besoins alimentaires et du développement d’un aliment granulé à prix raisonnable. Il y a également eu beaucoup d'études sur le contrôle des maladies dans les conditions d’élevage. Des techniques et des modèles d’élevage en étangs ont été également bien développés.

    La production en Taiwan, province de Chine et à Hong Kong a diminué ces dernières années, probablement à cause des changements de la demande du consommateur. En dépit de son goût délicieux et sa texture fine, la carpe de vase contient une grande quantité d'arêtes fines intermusculaires, qui peuvent réduire sa demande par le consommateur. La production de plus grands poissons (500 g) pourraient alléger, de manière significative, ce problème.

    La carpe de vase est le poisson préféré en Chine méridionale, en raison de la bonne qualité de sa chair et de sa valeur nutritive élevée. Le progrès en matière d'amélioration génétique pour augmenter les taux de croissance est en cours, afin d'augmenter la taille commerciale. Ceci ferait de la carpe de vase un poisson plus compétitif et plus demandé par les consommateurs. En outre, la carpe de vase en boîte est de plus en plus demandée par le consommateur. Les perspectives pour augmenter encore plus la production en Chine sont donc très positives. Cependant, pour des raisons énumérées dans le paragraphe précédent, il est peu probable qu'il y ait une augmentation significative de la production de cette espèce dans d'autres pays, ou que la carpe de vase devienne un élément important sur le marché international.
    Problèmes et contraintes majeurs
    La carpe de vase est omnivore, et c’est une espèce secondaire très appropriée dans la polyculture dans les étangs et les enclos. Dans ce cas, elle n'a pas besoin d'alimentation spéciale et il n'y a aucun impact négatif sur l'environnement ou sur d'autres poissons. Cependant, sa culture intensive en tant qu’espèce importante dépend de l'aliment granulé. L'accumulation et la décharge des restes dans les corps d'eau naturels peuvent avoir des impacts négatifs. La mauvaise gestion en termes de santé des poissons peut avoir comme conséquence l'utilisation accrue de plusieurs produits chimiques et médicaments, qui peuvent affecter la qualité du produit et du milieu naturel.

    Pratiques pour une aquaculture responsable
    Plusieurs questions doivent être abordées pour des pratiques responsables en matière d'aquaculture de la carpe de vase:
    • L'utilisation des antibiotiques et d'autres médicaments dans le contrôle des maladies pendant l’élevage intensif de la carpe de vase. En raison des densités élevées de mise en charge et de la mauvaise qualité de l'eau qui résulte des déchets, tels que les restes non utilisés de l'aliment et les déchets (feaces) des poissons, la carpe de vase attrape souvent des maladies bactériennes et parasitaires. Des antibiotiques et d'autres produits chimiques sont parfois employés pour le traitement. L'abus de ces produits peut avoir, directement ou indirectement, des impacts négatifs sur les consommateurs. Des efforts devraient être fournis pour appliquer des densités de mise en charge raisonnables, de bonnes pratiques d'alimentation et de qualité, et une bonne gestion de l'eau afin de réduire au minimum l'occurrence de ces divers problèmes liés aux maladies. Le gouvernement doit appliquer strictement les règlements appropriés chaque fois que les produits chimiques et les médicaments sont utilisés.
    • L'impact de l’élevage intensif en étang : avec l'utilisation croissante des aliments artificiels, l'aliment non utilisé et les autres déchets s’accumulent progressivement, et l’eau contenant de grandes concentrations organiques et d'autres produits chimiques est déversée dans les corps d'eau naturels à la fin des opérations d’élevage; causant des incidences négatives sur l'environnement. Des densités raisonnables de mise en charge, une pisciculture intégrée et une gestion minutieuse de l'alimentation sont fortement recommandées afin de réduire au minimum ces impacts.
    • La qualité génétique de la semence utilisée dans l'élevage : la reproduction artificielle de cette espèce a été pratiquée pendant quatre décennies en Chine mais le contrôle de la reproduction n'a pas toujours eu de l’importance pour les propriétaires des écloseries dans le passé et la consanguinité s'est réellement produite dans certaines fermes. Ceci a causé une dégradation de la qualité de la semence produite pour l’élevage, ayant comme conséquence un faible taux de croissance et moins de résistance aux maladies. Le dernier problème qui peut également constituer un autre dilemme est la plus grande utilisation des antibiotiques et des autres médicaments. La reproduction induite de la carpe de vase devrait être effectuée avec des géniteurs de bonne qualité génétique.
    Références
    Bibliographie  
    Cai Renkui. 1991. Development History of Freshwater Culture in China. China Press of Science & Technology, Beijing, China. 309 pp.
    China Society of Fisheries. 2003. 2002 China Statistic Yearbook on Import and Export of Aquatic Products. Beijing. China. China Society of Fisheries, Beijing, China. 356 pp.
    De Silva, S. 2003. Carps. In: J.S. Lucas & P.C. Southgate (eds.), Aquaculture: farming aquatic animals and plants, pp. 276-294. Blackwell Publishing, Oxford, England.
    EIFAC. 2001. Report of the Ad Hoc EIFAC/EC Working Party on Market Perspectives for European Freshwater Aquaculture, 14-16 May 2001, Brussels, Belgium. EIFAC Occasional Paper No. 35. FAO, Rome, Italy. 136 pp.
    FAO. 1995. Code of Conduct for Responsible Fisheries. FAO/UN, Rome, Italy. 41 pp.
    Gorda, S. 2001. Fish Propagation and Nursing Techniques. LARReC (Living Aquatic Resources Research Center) Research Report No. 0012. 56 pp. Data & Information Unit, Living Aquatic Resources Research Center Vientiane, Lao PDR.
    Liu Jiankang & He Biwu (eds.). 1992. Cultivation of the Chinese Freshwater Fishes (3rd edition). Science Press Beijing, China. 750 pp.
    Pan Jinpei. 1988. Handbook for Diagnosis and Treatment of Fish Diseases. Shanghai Press of Science and Technology, Shanghai, China. 166 pp.
    Pillay, T.V.R. 1990. Aquaculture: principles and practices. Fishing News Books (Blackwell Scientific Publications), Oxford, England. 575 pp.
    RLCC. 1989. Integrated Fish Farming in China. NACA Technical Manual No 7. NACA, Bangkok, Thailand. 278 pp.
    Wang Wu. 2000. Fish Culture and Enhancement. China Agricultural Press, Beijing, China. 661 pp.
    Wu Xianwen.1964. Ichthyography of Cyprinidae in China (Upper Volume). Shanghai Science and Technology Press, Shanghai, China. 230 pp.
    Yao Guocheng. 1998. Techniques and Experiences for High Production and Efficiency Freshwater Aquaculture. China Press of Science & Technology, Beijing, China. 415 pp.
    Yao Guocheng. 1999. Freshwater Fisheries in Guangdong. Science Press, Beijing, China. 344 pp.
    Zhang Yangzhong, Tan Yujun & Ou Yanghai (eds.). 1989. Pond fish culture in China. Science Press. Beijing, China. 767 pp.
    Zhong, Lin (ed.). 1991. Pond fisheries in China. Pergamon, Oxford, England. 259 pp.


    Liens utiles
     
    Powered by FIGIS