The boundaries and names shown and the designations used on this map do not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of FAO concerning the legal status of any country, territory, city or area or of its authorities, or concerning the delimitation of its frontiers and boundaries. Dashed lines on maps represent approximate border lines for which there may not yet be full agreement.

Part I Overview and main indicators

  1. Country brief
  2. General geographic and economic indicators
  3. FAO Fisheries statistics

Part II Narrative (2018)

  1. Production sector
    • Marine sub-sector
      • Catch profile
      • Landing sites
      • Fishing practices/systems
      • Main resources
      • Management applied to main fisheries
      • Fishing communities
    • Inland sub-sector
      • Catch profile
      • Landing sites
      • Fishing practices/systems
      • Main resources
      • Management applied to main fisheries
      • Fishing communities
    • Aquaculture sub-sector - NASO
  2. Post-harvest sector
    • Fish utilization
    • Fish markets
  3. Socio-economic contribution of the fishery sector
    • Role of fisheries in the national economy
    • Trade
    • Food security
    • Employment
    • Rural development
  4. Trends, issues and development
    • Constraints and opportunities
    • Government and non-government sector policies and development strategies
    • Research, education and training
      • Research
    • Foreign aid
  5. Institutional framework
  6. Legal framework
    • Regional and international legal framework
  7. References

Additional information

  1. FAO Thematic data bases
  2. Publications
  3. Meetings & News archive

Part I Overview and main indicators

Part I of the Fishery and Aquaculture Country Profile is compiled using the most up-to-date information available from the FAO Country briefs and Statistics programmes at the time of publication. The Country Brief and the FAO Fisheries Statistics provided in Part I may, however, have been prepared at different times, which would explain any inconsistencies.

Country briefPrepared: Feb, 2020

The Republic of Congo has a coastline of 170 km and an extensive river system. However, the fishery resources of Congo have limited potential.

The annual capture production has increased during the last years, reaching almost 95000 tonnes in 2017. On average, about half of the total capture production comes from inland fisheries. Catches of industrial marine fisheries were about 42400 tonnes in 2017. They are produced by a small sardine fishing fleet and some trawlers, mostly for shrimp. Congolese artisanal fishermen are mainly involved in inland fisheries, coastal marine fisheries produced 13700 tonnes in 2017. More advanced artisanal fisheries are driven by migrant fishermen from Benin, Togo and Ghana. The overall number of fishers was estimated around 40 900 people. In 2017 the total number of vessels estimated was 14 715, mostly undecked.

Inland fishing is concentrated mainly in two large basins: the Congo River basin (covering an area of 145 000 km² of which 35 000 km² are flood) and Kouilou-Niari (covering an area of 60 000 km²). Both basins have rivers and their tributaries, rivers and lakes.

Aquaculture has very favourable natural conditions (good weather, a variety of soils many valleys favourable for the establishment of aquaculture facilities in addition to interesting fish fauna and flora planktonic. However, activity is still limited (207 tonnes in 2017).

Following the conflicts in 1994, 1997 and 1998 that ruined all efforts to boost fish farming in suburban areas, the current situation is characterized by the transfer of fish farms from the state to private actors, while others are part of a rehabilitation programme of the Technical Support Centre (CAT). Private producers in rural areas operate under very difficult conditions characterized by the almost total absence of extension agents; the lack of suitable aquaculture inputs: fry, feed, organic fertilizers; and the lack of transport for extension facilities. In addition, extensive farming is still preferred by farmers.

The country is a net importer of fishery products and imports reached an estimated USD 69 million in 2017. Exports in the same year were about USD 3.3 million. Per capita consumption amounted to 28.5 kg/year in 2017. Fish provides about 33 percent of the animal protein in the country.
 
General geographic and economic indicators

Table 1 - General Geographic and Economic Data - Congo

    Source
Superficie: 342 000 km²  
Superficie de la ZEE 40 480 km2  
Superficie du plateau continental (jusqu'à l'isobathe 200 m): 10 700 km²  
Longueur des côtes: 170 km  
Population (2017): 5,26 millions  
PIB à la valeur courante (2017): 8,72 milliards USD  
PIB par habitant (2016): 1 600 USD  
PIB agricole, valeur ajoutée (2016): 9% du PIB  
PIB Pêche à la valeur constante (2010) * 46,1 millions USD  
Part du PIB pêche dans le PIB total en % (2010) 1,70  
*Value converted by FAO as per UN currency exchange rate

Key statistics

Source
Country area342 000km2FAOSTAT. Official data, 2013
Land area341 500km2FAOSTAT. Expert sources from FAO (including other divisions), 2013
Inland water area500km2Computed. Calculated, 2013
Population - Est. & Proj.5.003millionsFAOSTAT. Official data, 2020
Exclusive Economic Zone (EEZ) area33 954km2VLIZ
GDP (current US$)11 264millionsWorld Bank. 2018
GDP per capita (current US$)2 148US$World Bank. 2018
Agriculture, forestry, and fishing, value added7.12% of GDPWorld Bank. 2018

Source: FAO Country Profile

FAO Fisheries statisticsTable 2 in this section is based on statistics prepared by the FAO Fishery Information, Data and Statistics Unit and disseminated in 2018. The charts are based on the same source but these are automatically updated every year with the most recent statistics.

Table 2 —XXX — FAO fisheries statistics

      1980 1990 2000 2010 2015 2016 2017
EMPLOYMENT (thousands) 0.84 3.38 10.50 47.41 47.41 47.41
  Aquaculture
  Capture 0.84 3.38 10.50 47.41 47.41 47.41
    Inland 10.50 40.85 40.85 40.85
    Marine 0.84 3.38 6.57 6.57 6.57
                   
FLEET(thousands boats) 14.24 14.70 14.68 14.72
                   
Source: FAO Fishery and Aquaculture Statistics
1) Due to roundings total may not sum up






Please Note:Fishery statistical data here presented exclude the production for marine mammals, crocodiles, corals, sponges, pearls, mother-of-pearl and aquatic plants.

:
:
:
:
:
:
:
:
:

Updated 2018Part II Narrative

Part II of the Fishery and Aquaculture Country Profile provides supplementary information that is based on national and other sources and that is valid at the time of compilation (see update year above). References to these sources are provided as far as possible.

Production sectorLe secteur de la pêche et de l’aquaculture constitue l’une des niches prioritaires de croissance économique et d’emplois ainsi qu’une opportunité d’investissement public intéressante pour le Gouvernement du Congo. Aussi joue t-il un double rôle stratégique, d’abord comme pourvoyeur de protéines sur le plan de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, ensuite comme contribuable à la réduction de la pauvreté.

L’ensemble aquatique intérieur, sur lequel se pratiquent les productions halieutiques, comprend trois principaux bassins hydrographiques : fleuves Congo (140.000 Km²), Kouilou-Niari (60.000 Km²) et petits bassins côtiers (15.000 Km²). A cet ensemble s’ajoute la façade de l’océan atlantique dont la superficie dépasse 60.000 Km² sur un plateau continental de 10.170 Km². La zone économique exclusive (ZEE) du Congo est de 200 miles marins.

Les ressources halieutiques et piscicoles nationales ne sont en effet pas encore toutes pleinement exploitées actuellement et la demande en produits de la pêche est particulièrement élevée avec une consommation nationale de poisson qui est supérieure à la moyenne mondiale. Cette consommation nationale est de l’ordre de 20 kg/habitant/an et la demande nationale, estimée à près de 100.000 tonnes par an, est satisfaite en majeure partie par les importations.

Le développement du sous-secteur de la pêche maritime se heurte aux limites en ressources halieutiques disponibles. La flottille industrielle accuse des baisses de rendements alors que la production de pêche artisanale demeure stagnante. La pêche continentale est pratiquée sur tout le territoire national de façon artisanale, mais plus particulièrement dans le bassin de la cuvette et secondairement dans les cours d’eau, hors de ce bassin. Elle fournit près de la moitié des captures nationales et offre encore des perspectives d’accroissement pondéral de la production en produit halieutiques.

L’aquaculture, qui ne s’exerce jusquelà que dans le milieu continental, est encore marginale malgré les efforts conséquents entrepris pour développer l'activité.

Marine sub-sectorCatch profileLes eaux congolaises sont très productives en raison de l'influence du courant de Guinée et des nutriments apportés par les eaux de ruissellement du fleuve Congo et de son delta, enrichissant ainsi l'écosystème côtier. Les estimations sur les potentiels halieutiques maritimes sont fragmentaires. La production de captures en 2016 a été enregistrée à 48 000 tonnes. Elles sont anciennes et varient d’un auteur à un autre. Le potentiel de capture du milieu marin est estimé à 45.000 tonnes/an pour les espèces pélagiques côtières, 5.000 tonnes/an en ce qui concerne les espèces pélagiques hauturiers, 12.000 tonnes/an pour les poissons démersaux et 3.000 tonnes/an pour les crustacés.

Landing sitesLe parc naval de la pêche maritime industrielle se concentre au Port autonome de Pointe-Noire, à Matombi et à Tchissanga dans le département du Kouilou où est débarquée toute la production.

Les captures de la pêche industrielle ont connu une légère croissance de 2001 à 2008 pour se voir presque doubler en 2010. La répartition des captures par catégorie de navire montre une croissance des captures des sardiniers qui ont triplé de 2009 à 2010. Il en est de même pour les crevettiers qui ont doublé leurs captures. Les captures de la pêche industrielle sont estimées en 2016 à 31.915 tonnes, soit 9.554 pour les chalutiers et 22.361 pour les sardiniers.

Au niveau de la pêche artisanale, la plage de Songolo est le site par excelence de débarquement de cette production. Ce site vient d’être doté d’une infrastructure moderne de stockage et de services, fruit de la coopération Congo-Japon (JICA), inaugurée le 04 juin 2018. Le Centre d’appui à la pêche artisanale de Pointe-Noire est équipé d’une poissonerie, d’une chambre froide, d’un silo à glace, d’une pompe à essence et d’une aire de réunion.

L’ancien site de débarquement de la Base AGIP a réduit ses activités à la suite de l’extension du Port autonome de Pointe-Noire. Les captures de la pêche maritime artisanale sont estimées à 13.018 tonnes en 2016.

Fishing practices/systemsL’exploitation des ressources halieutiques dans les eaux maritimes sous juridiction congolaise est le fait de deux types de pêche : la pêche industrielle et la pêche artisanale.La pêche industrielle est pratiquée sur les fonds de 10 à 600 m, mais surtout de 10 à 400 m, par des navires battant pavillon congolais. Les marées sont très variables, de 72 h à quelques semaines. La pêche maritime industrielle se présente sous deux formes différentes: la pêche sardinière et la pêche chalutière.

La pêche sardinière, exploitée par des senneurs “sardiniers” fournit l’essentiel des apports de la pêche maritime. Ces navires pêchent les petits pélagiques, principalement les sardinelles.

La pêche chalutière est composée des chalutiers poissonniers et des chalutiers crevettiers. Les chalutiers poissonniers pêchent les poissons démersaux et les Chalutiers crevettiers capturent les crevettes (Penaeus notialis et Parapenaeus longirostris principalement), y compris quelques poissons démersaux, considérés comme prises accessoires parce qu'exploitées dans les mêmes fonds de pêche. Ce sont généralement des chalutiers à cale réfrigérée (chalutiers glaciers) et de type congélateur (chalutiers congélateurs).

Au début de l’année 2018, le parc des navires de pêche industrielle a été chiffré à 110 parmi lesquels 90 chalutiers, 13 sardiniers, 1 palangrier et 6 navires transporteurs. Tous ces navires sont gérées par 14 armements.

Au cours de ces dernières années, des changements importants ont été observés au niveau de la flottille industrielle. Le nombre de chalutiers glaciers est passé de 24 en 2005 à 75 en 2010. L’augmentation du nombre de chalutiers glaciers est due à la reconversion de la flottille piroguière artisanale chinoise en flotte industrielle. Le facteur de conversion des embarcations chinoises en embarcations de pêche industrielle n’a cependant pas été déterminé. Ainsi depuis cette reconversion, les capacités et l’effort de pêche sont devenus trop important.Les chalutiers qui ciblent le poisson démersal vendent leur production sur le marché local et la crevette profonde destinée à l'exportation sur le marché espagnol. Il semble également que de grandes quantités de poisson pourraient être exportées vers la Chine. En 2017, une usine chinoise de farine de poisson a été ouverte à Pointe Noire. Elle utilise des petits pélagiques et exporte ses produits.

La pêche artisanale est pratiquée à proximité de la côte (fonds de 0 à 50 m) jusqu’à une distance de 6 milles marins au large. Cependant, bien que la législation de la pêche maritime réserve la bande côtière des 6 milles exclusivement à la pêche artisanale et à l’aquaculture, celle-ci s’y trouve souvent en compétition avec la pêche industrielle. En effet, la flotte industrielle entre régulièrement dans la zone réservée à la pêche artisanale, et cible des espèces similaires, à savoir les espèces démersales. Cela crée de violents conflits entre pêcheurs artisanaux et industriels, et contribue également à l'épuisement des stocks et à la destruction de l'habitat. Par ailleurs, la zone de pêche réservée à la pêche artisanale devient relativement exiguë en raison des plates-formes pétrolières offshore et de la création de l’aire marine protégée de Conkouati-Douli.La pêche artisanale exploite la grande majorité des espèces exploitées également par la pêche industrielle (à quelques exceptions près, comme les crevettes profondes (Parapenaeus longirostris et Aristeus varidens), la dorade rose (Dentex angolensis), les céphalopodes (Loligo sp. et Sepia officinalis) et le crabe Geryon quinquedens, exploités seulement par la pêche industrielle.

Les pêcheurs utilisent trois types de pirogues : la pirogue congolaise à rame, la pirogue congolaise à moteur et la pirogue de type ghanéen ou pirogue « Popo ».

La pirogue congolaise à rame est une embarcation monoxyle d’assez petite taille (6 m de long sur 0,80 m de large). Cette pirogue est manœuvrée le plus souvent par deux hommes. Elle est uniquement utilisée par les pêcheurs nationaux. La pirogue congolaise à moteur diffère de la précédente par une adaptation réalisée pour l’installation à l’arrière, d’un moteur hors-bord et par ses dimensions moyennes plus importantes (7-9 m de long sur 0,90-1,20 m de large). La pirogue de type ghanéen ou pirogue « Popo » est importée du Ghana. Elle est de taille nettement plus importante (10-14 m de long sur 1,40-1,52 m de large) avec un bordé rapporté. Cette pirogue est motorisée et son équipage compte 8 à 10 hommes. La pirogue « Popo » est surtout utilisée par les pêcheurs migrants.

En janvier 2018, il a été dénombré 471 embarcations ou pirogues motorisées dont 245 de type Popo. Toutes opérent principalement à la plage de Songolo par 364 patrons pêcheurs. Ce parc piroguier a connu une expansion rapide à partir de l’année 2000 : de 518 embarcations, il est passé à 608 en 2007 jusqu’à atteindre son pic au début de 2010 avec 708 embarcations. Cela s’explique par l’immatriculation des embacartions chinoises de moins de 6 mètres fabriquées localement comme embarcations de type artisanal.

Les engins de pêche utilisés regroupent des filets et des lignes. Les filets comprennent : les filets maillants dormants de fond, les filets maillants de surface à sardinelles, les filets maillants à ethmaloses, les sennes de plage, les filets plateaux, les filets à requins, les filets à aiguillettes et la senne tournante et coulissante. Trois types de lignes à main sont utilisés par les pêcheurs, surtout ceux de la communauté Vili : les lignes de fond à pageots, les lignes de fond pour mérous et autres espèces à haute valeur commerciale, les lignes de surface pour les barracudas.

Main resourcesLe milieu marin congolais abrite de nombreuses espèces reparties en quatre grands ensembles de communautés. Il s’agit des espèces : (i) pélagiques côtières ; (ii) démersales côtières ; (iii) démersales profondes et des (iv) espèces pélagiques hauturières.

Les espèces pélagiques côtières les plus importantes et souvent rencontrées sont Sardinella aurita et Sardinella maderensis et l’ethmalose (Ethmalosa fimbriata). Les autres espèces pélagiques côtières sont : le plat-plat (Chloroscombrus chrysurus), les exocets ou poissons volants (Cypselurus sp.), l’anchois (Engraulis encrasicolus), le maquereau (Scomber japonicus), le chinchard cunène (Trachurus trecae) et autres carangidés.

Les espèces démersales côtières se distinguent en fonction de la nature des fonds : les espèces de fonds meubles (fonds vaseux ou vaso-sableux, parfois sablo-vaseux), d’une part, et les espèces de fonds durs et rocheux ou sableux, d’autre part. Ces espèces demersales côtières sont surtout abondantes entre 10 et 50 m.

Parmi les espèces caractéristiques des fonds meubles côtiers, on rencontre les soles (Cynoglossus sp.), surtout Cynoglossus broowni et Cynoglossus canariensis chez les cynoglossidés, le bar (Pseudotolithus senegalensis), le petit bar (Pseudotolithus typus), le bossu (Pseudotolithus elongatus), la friture (Pteroscion peli) et la courbine ou « bar noir » (Argyrosomus hololepidotus) chez les sciaenidés, la grosse crevette rose (Penaeus notialis), le disque (Drepane africana), le congre (Cynoponticus ferox), les machoîrons (Arius sp.), l’ombrine (Umbrina canariensis), divers polynemidés, dont le petit capitaine (Galeoides decadactylus) et le barbillon (Pentanemus quinquarius) et des haemulidés les dorades grises (Pomadasys sp.) et le pelon (Brachydeuterus auritus).

Au niveau des fonds durs et rocheux ou sableux, les principales espèces rencontrées sont : le pageot (Pagellus bellottii) et le pagre (Pagrus africanus) chez les sparidés, les mérous (Epinephelus sp.), sutout Epinephelus aeneus, les vivaneaux ou carpes rouges (Lutjanus sp.), le gros capitaine (Polydactylus quadrifilis).

Certaines espèces telles que les dorades roses (Pomadasys sp.) et le congre (Cynoponticus ferox) se retrouvent aussi bien sur les fonds sableux que sur les fonds vaseux.

Les espèces démersales profondes comprennent : les dorades roses (Dentex sp.), surtout Dentex angolensis, la brotule (Brotula barbata), la crevette rose du large (Parapenaeus longirostris), le merlu noir (Merluccius polli), les calmars (Loligo sp.), la seiche commune (Sepia officinalis), le crabe rouge profond (Geryon quinquedens). Les espèces démersales profondes vivent sur les fonds vaseux ou vaso-sableux, parfois sablo-vaseux du large au-delà de 70 m de profondeur.

Les espèces pélagiques hauturières comprennent l’albacore (Thunnus albacares), la bonite à ventre rayé ou listao (Katsuwonus pelamis), le thon obèse ou patudo (Thunnus obesus) et les petits thonidés et espèces voisines : la thonine (Euthynnus alleteratus), l’auxide (Auxis thazard), la bonite à dos rayé (Sarda sarda) qui fréquentent les eaux côtières.

La collecte des données relative aux pêcheries dans le pays est minimale, ce qui rend les évaluations de stocks halieutiques difficiles. Ainsi, l'état des stocks des pêcheries marines du pays est en grande partie inconnu. Toutefois, les tendances semblent indiquer la pleine exploitation ou la surexploitation de la plupart des espèces. Une évaluation entreprise par le Comité des pêches pour l'Atlantique Centre-Est (COPACE) sur la base de données régionales suggère que le chinchard est surexploité, que la sardinelle ronde est pleinement exploitée, que les anchois sont sous-exploités et que toutes les espèces démersales sont surexploitées ou pleinement exploitées. Le comité scientifique du COPACE appelle à une réduction globale des efforts dans la région. Bien que l'incertitude entourant ces évaluations soit importante, cela suggère que les ressources de la zone sont fragiles et que le système de gestion doit être renforcé.

Management applied to main fisheriesLes politiques et stratégies nationales réservent une place de choix dans la promotion de la gestion durable des ressources naturelles et la protection de l’environnement. La volonté d’intégrer les principes de développement durable dans les politiques nationales et inverser la tendance actuelle de la déperdition environnementale s’articulant autour de l’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) reste d’actualité, bien n’ayant pu être atteints. Cet engagement est réaffirmé dans le Plan National de Developpement (PND) 2018-2022, cadre stratégique de développement du Congo à travers l’opérationnalisation des Objectifs de Développement Durables (ODD) adopté en septembre 2015 à New-York par la communauté internationale. Considéré comme un des principaux leviers de diversification de l’économie congolaise, la contibution durable du secteur de la pêche à l’économie congolaiose dépend en grande partie de l’efficacité du système de gestion des ressources halieutiques.

L’aménagement des pêcheries maritimes trouve son fondement dans la loi 02-2000 du 1er février 2000 portant organisation de la pêche maritime. Cette loi, faible et dépassée, est en voie d’être révisée.

La loi n ° 02-2000 définit les conditions d’exploitation, de conservation et de gestion des ressources biologiques se trouvant dans les eaux sous juridiction congolaise. Elle précise les dispositions sur l’élaboration des plans d’aménagement des pêcheries, les contrôles des moyens de production et de la production, les mesures techniques d’exploitation, les droits d’accès, ainsi que le suivi et la surveillance des activités de pêche. Elle énonce également les principes de gestion participative, spécialement avec l’institution du Comité consultatif des pêches, et aussi en matière de plans d’aménagement : c'est-à-dire une cogestion de type consultatif. Cette loi reconnaît le rôle actif que les communautés autochtones et les autres collectivités locales sont appelées à jouer dans la gestion des ressources naturelles.

Les aspects sur le suivi et la surveillance des activités de pêche évoqués dans la loi 02-2000 du 1er février 2000 concernent le registre des navires de pêche, le marquage des navires et des embarcations, le journal de pêche, la déclaration de pavillon et de sortie des eaux sous juridiction congolaise d’un navire, l’embarquement des observateurs, aussi bien que le contrôle.

En réalité, le Suvi, le contrôle et la surveillance n’est ni opérationnel ni inefficace. Les registres de navires et de licences sont incohérents et manquent souvent des données importantes, la patrouille en mer est très limitée et souvent non effectuée, et aucun système VMS (vessel monotoring sysytem) n’a été mis en place après sa désactivation en raison de plusieurs années de factures impayées . En outre, la communication entre les ministères est minimale, ce qui conduit à des politiques incohérentes et non coordonnées. Avec une capacité aussi faible, les navires de pêche industriels peuvent opérer en dehors du cadre légal et réglementaire en toute impunité.

Il n’existe pas de système statistique approprié en République du Congo. Les données sont collectées à au débarquement pour la flotte industrielle, mais restent principalement basées sur la déclaration du navire plutôt que sur la vérification de la capture et la collecte directe de données. Cela empêche la vérification et la validation des données et il n'y a pas de validation croisée avec le journal de bord.

Malgré l’existence du cadre juridique, le secteur de la pêche fait face à de nombreux défis compromettant la durabilité de l’exploitation des ressources halieutiques en général. Toutefois, il reste faible et comporte de nombreuses lacunes et aucun plan de gestion. En conséquence, la conformité est tellement laxiste que 91% des navires ne sont pas conformes à la loi. Les infractions sont réglées de manière extrajudiciaire et sans transparence ni cohérence.

Management objectivesDans le cadre de la mise en œuvre du PND 2018-2022, l’objectif principal du gouvernement congolais est de faire de l’agriculture, l’un des principaux piliers de diversification , de croissance, de compétivité et de création d’emplois durables. De façon spécifique, le gouvernement envisage : (i) d’accroître les capacités de production agricole pour des performances favorables à la dynamique de diversification de l’économie ; (ii) d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle et (iii) de participer à la lutte contre la pauvreté. Ainsi une rationalisation accrue des usages des ressources halieutiques maritimes et continentales du Congo et de leur valoriation permettra au secteur des pêches d’exprimer ses potentialités durables pour le dévelopepment socio économique du Pays.

Il faudra d’abord engager une révision de la législation et du processus d’octroi des licences de pêche, avec des moyens accrus de contrôle afin d’éviter l’exploitation excessive de la ressource. Les pénalités en cas de fraude devront être suffisamment dissuassives pour protéger la ressource, mais aussi pour en réserver une partie à l’exploitation artisanale. L’aménagement des plages de débarquement de la pêche artisanale, l’équipement des pêcheurs artisanaux et la création d’un armement congolais figureront parmi les priorités de la filière de pêche maritime. Des outils financiers adéquats devront être créés et leur accéssibilité garantie aux pêcheurs et entrepreneurs congolais du secteur.

Management measures and institutional arrangementsQuelques mesures de gestion sont contenues dans la loi 02-2000 du 1er février 2000 portant organisation de la pêche maritime , notamment sur les plans d’aménagements, le contrôle des moyens de production et de la production et des mesures techniques. Des arrangements institutionnels sont appliqués autour de certaines questions impactant sur la ressource.

Les plans d’aménagement des pêcheries sont publiés par le Ministre en charge des pêches sur la base des informations scientifiques disponibles et des indications pertinentes reçues.

Ces plans dont la loi ne définit pas la durée doivent pour chaque pêcherie : (i) identifier et évaluer l’état actuel d’exploitation des pêcheries ; (ii) spécifier les objectifs et les mesures de leur gestion, ainsi que les mesures de conservation, de gestion et de mise en valeur des ressources biologiques.

Les plans sont préparés selon une approche participative qui associe les pêcheurs, les entreprises de pêche et toute autre entité qui marque un intérêt pour la pêche. Les modalités d’exécution de chaque plan d’aménagement des pêcheries sont précisées par voie règlementaire.

Sur le contrôle des moyens de production (effort de pêche) et de la production (captures), la loi assujettit tout achat ou affrètement de navire à une autorisation préalable de l’autorité de pêche en ce qui concerne la pêche industrielle. Par contre, les embarcations de pêche artisanale font l’objet d’une déclaration individuelle préalable auprès de l’administration des pêches. Le régime d’accès aux ressources est contrôlé à travers le principe du quota et formalisé par l’allocation d’une licence de pêche aux navires de pêche industrielle et d’un permis de pêche aux embarcations de pêche artisanale professionnelle moyennant le paiement d’une taxe annuelle. Les navires de pêche étrangers sont autorisés à pêcher dans les eaux sous juridiction congolaise dans le cadre d’un accord de pêche, d’un contrat de pêche ou d’un affrètement. Toutefois, cet accès dépend de la disponibilité des ressources exploitables.

S’agissant des mesures techniques, la loi prévoit deux zones de pêches dans les eaux sous juridiction congolaise; la zone réservée à la pêche artisanale qui s’étend jusqu’à une distance de six milles marins à partir des lignes de base; et celle de pêche industrielle constituée des eaux maritimes comprises entre six milles marins et deux cents milles marins. Ces mesures sont complétées par les dispositions portant sur les méthodes et engins de pêche prohibés, le maillage des filets autorisés, les taille et poids minima des espèces marchandes, les prises accessoires et les périodes d’ouverture de la pêche . Le décret n° 2009-33 du 6 février 2009 fixe les maillages des filets et des engins de la pêche maritime.

Concernant, l’interdiction de pêcher autour des plateformes et autres installations d’exploration et d’exploitation pétrolière, la loi n° 2-2000 du 1er février 2000 portant organisation de la pêche maritime en République du Congo ne précise aucun élément sur ce point. Toutefois, il existe un arrangement entre les sociétés pétrolières et le ministère en charge de la pêche qui interdit la pratique de la pêche dans un rayon de 500 m autour des plateformes pétrolières.

De plus, concernant le zonage de la pêche, la loi n° 003/91 du 23 avril 1991 portant protection de l’environnement et le décret n° 99-bis du 14 août 1999 portant création du Parc National de Conkouati-Douli interdisent la pêche au niveau de sa partie maritime, hormis la pêche maritime artisanale de subsistance.

Fishing communitiesLa pêche maritime artisanale est pratiquée par deux principales communautés : les pêcheurs nationaux, généralement d’ethnie Vili, et les pêcheurs migrants pour la plupart originaire du Bénin, les Popo. Les deux communautés ont des logiques économiques et sociales différentes, avec une complémentarité en termes de modes d’exploitation. Les Popo pratiquent en majorité la pêche au filet (filets maillants encerclant à sardinelles et filets à poissons volants) dirigée uniquement sur les petits poissons pélagiques (sardinelles, poissons-volants…). Par contre, chez les Vili, la pêche à la ligne et au filet (filets dormants de fond, filets à ethmalose, sennes de plage, filets plateaux et filets à aiguillettes) pour l’exploitation des poissons démersaux et des petits pélagiques est prédominante. La durée des sorties de pêche est variable selon les saisons climatiques et les modes d’exploitation pratiqués. A l’échelle d’une saison, les pêcheurs en fonction de leurs espèces cibles, font des sorties d’une journée, voire de quelques heures, pour la pêche des petits pélagiques (Sardinella aurita, Sardinella maderensis, Ethmalosa fimbriata, Cypselurus sp.) ou de 2 à 4 jours pour la pêche des démersaux lorsque les pirogues sont équipées d’une glacière (coque de réfrigérateur) et d’un jour, voire quelques heures, quand les pirogues ne sont pas équipées de glacière.

Il est à signaler que les pêcheurs migrants, particulièrement les Popo, sont installés à Pointe-Noire depuis environ 60 ans et les relations avec les pêcheurs Vili se sont améliorées récemment à la faveur de plusieurs initiatives appuyées par les partenaires au développement. En effet, les coopératives de patrons pêcheurs, les associations de pêcheurs, des transformateurs et celles des mareyeurs de la pêche Popo et de la pêche Villi se sont regroupées sous la tutelle d’une Association pour l’auto-promotion des initiatives communautaires de pêche (AICP). Cette structure possède un hangar d’échanges pour gérer les conflits entre eux . Tout récemment, une autre organisation plus jeune que la précedente a vu le jour sous la dénomination de l’Association des patrons-pêcheurs artisanaux du Congo (APPAC).

Le nombre total des pêcheurs est estimé en 2012 à environ 6 566.

Inland sub-sectorLa pêche continentale congolaise est une activité artisanale, pratiquée aussi avec des moyens modernes. Cette activité s'exerce dans les eaux de la cuvette congolaise dans la partie septentrionale du pays et les eaux du bassin du Kouilou-Niari dans sa partie sud-occidentale ainsi que des rivières côtières et différents lacs, lagunes, étangs et marécages.

Catch profileEn 2016, près de 40 000 tonnes ont été débarquées. Actuellement, la tendance à l'exploitation totale, voire surexploitation des stocks les plus importants de nombreux milieux continentaux du pays est d'actualité. Cela pourrait être justifié par la diminution de la taille moyenne de capture pour certaines espèces, la disparition progressive des espèces de grande taille et l’augmentation de la distance à parcourir pour la capture. Cependant, bien que mal connus, les stocks halieutiques de forêt sont probablement encore sous-exploités. La forêt inondée constitue le milieu de reproduction et de croissance de nombreuses espèces qui n’apparaissent dans les rivières qu’à certaines époques, ce qui rend actives les pêcheries des grandes rivières comme la Sangha (zone de Pikounda), l’Oubangui (zone Dongou-Bétou) et du fleuve.

Landing sitesLes pêcheries continentales sont enclavées et dispersées à travers tout le pays. On compte à peu près une trentaine de zones de pêche réparties dans neuf (9) départements et disposant chacune d’une ou plusieurs aires de pêches importantes. Plus d’une soixantaine de sites de débarquements servent traditionnellement à la réception des pirogues pour la production halieutique dont les plus importants sont ceux de Liranga, de Loukoléla, de Makotimpoko et de Mpouya. Ce sont souvent des points de débarquements non aménagés et attenants pour la plupart à des marchés forrains.

Des projets d’aménagement de quelques sites de débarquement financés à partir du budget d’investissement ont vu le jour dans les districts de Bokouelé (Cuvette) et Mpouya (Plateaux), malheureusement ils n’ont pu être livrés jusqu’à ce jour. Tout récemment, les travaux d’aménagement du port fluvial de Yoro, à Brazzaville, ont été lancés dans le cadre de la coopération entre le Royaume et la République du Congo. Ce point de débarquement aménagé comprendra des infrastructures liées aux activités de manutention, conditionnement, commercialisation et transformation des produits de la pêche artisanale. Il profitera à 500 pêcheurs, 600 mareyeuses-grossistes et 3.000 mareyeuses détaillantes.

En dehors de la chute enregistrée en 1997 (en-dessous de 18.990 tonnes), les tonnages débarqués par ce sous-secteur n’ont cessé de croître depuis lors, passant de 25.873 tonnes en 1996 à 43.460 tonnes en 2012, soit une augmentation de 3,3 % en seize ans. La progression la plus spectaculaire semble avoir été observée au cours des quatre dernières années (entre 2008 et 2012). Cette augmentation, bien qu’elle soit basée sur des estimations, reflète la tendance haussière du secteur en général. On estime qu’environ 70 % de cette production provient des départements de la Cuvette et des Plateaux.

Fishing practices/systemsLes pêcheurs actifs de la pêche continentale opèrent générâlement à titre individuel, mais quelques-uns d’entre eux sont organisés en groupement de type associatif ou coopératif. Ces pêcheurs, plus particulièrement, ceux de la Cuvette se déplacent vers les aires de pêche pendant les périodes de pêche fructueuses et s'y installent dans des campements. Les périodes de pêche les plus favorables se situent en début et fin de saisons des pluies et sèches, correspondant respectivement au début d’arrivée d’eau et du retrait d’eau. La pêche est mauvaise lorsque ces deux saisons se sont bien établies (crues pour la saison des pluies et étiage prononcé pour la saison sèche).

Les embarcations utilisées sont des pirogues monoxyles de dimensions variables (6-12m). Leur nombre est estimé à plus de 13.000 en 2010. Le taux de motorisation est très faible car les campements sont proches des aires de pêche. Les moteurs sont souvent utilisés pour les déplacements sur de grandes distances, notamment par les pêcheurs qui effectuent des migrations régulières le long des rivières selon les saisons.

Les techniques de capture sont très diversifiées et dépendent des zones de pêche et des facteurs hydrologiques saisonniers (crue, hautes eaux, décrue, étiage). Les filets maillants (dérivants et dormants), les éperviers, les lignes, les nasses, les claies et les harpons sont les engins de pêche les plus utilisés. On rencontre également des sennes de plage.

Main resourcesL’ensemble des biotopes aquatiques continentaux exploités par la pêche ne regorgent pas les mêmes espèces de poisson.Les principales espèces de poisson rencontrées dans les eaux stagnantes (plaines d’inondation, lacs, lagunes, étangs, marécages) sont : les tsingas (Parachanna sp.), les ngolos (Clarias sp.), le nzombo (Protopterus dolloï), les mikongas (Polypterus sp.), les machoîrons (Chrysichthys sp.), les mabundus (Tilapia sp.), le congo ya sika (Heterotis niloticus), le mwengé (Hepsetus odoe), les ngussas (Ctenopoma sp).

Dans les eaux courantes (fleuve, rivières) les espèces les plus rencontrées sont : les mbessés (Mormyrops nigricans, Genyomyrus donnyi, Gnathonemus sp.) et le nzanda (Mormyrops deliciosus) chez les mormyridés, le mbenga (Hydrocynus goliath), le tomba (Hydrocynus lineatus) et les mokobés (Alestes sp.) chez les characidés, le molanga (Distichodus affinis), le mpongo (Distichodus antonii) et le mboto (Distichodus atroventralis) chez les distichodontidés, les mabundus (Tilapia sp.), les malangwas (Eutropius grenfelli, Schilbe mystus, Schilbe intermedius), le mongandza (Labeo lineatus), le mopongo (Labeo parvus) et l’élolo (Labeo weeksii) chez les cyprinidés, le capitaine (Lates niloticus), le tsuni (Heterobranchus longifilis), les ngolos (Clarias sp.) chez les clariidés, les mayangas (Citharinus sp.), le machoîron (Chrysichthys longibarbis), le kamba (Chrysichthys cranchii) et le mboka (Auchenoglanis occidentalis) chez les bagridés, le congo ya sika (Heterotis niloticus), les mikongas (Polypterus sp.), les makokos (Synodontis sp.), le nina (Malapterurus electricus), le mwengé (Hepsetus odoe), les ngussas (Ctenopoma sp).

Certaines espèces telles que les mikongas (Polypterus sp.), les ngolos (Clarias sp.), le congo ya sika (Heterotis niloticus), les ngussas (Ctenopoma sp.) sont rencontrées aussi bien dans les eaux stagnantes que dans les eaux courantes.

Management applied to main fisheriesEn matière d’aménagement de la pêche continentale, la loi n° 02-2000 du 1er février 2000 portant organisation de la pêche maritime en République du Congo a institué un Comité consultatif des pêches (CCP). Il s’agit d’une instance de dialogue à l’échelle nationale permettant à l’administration des pêches de procéder à des consultations pertinentes auprès de toutes les parties prenantes susceptibles de donner des avis sur les plans d’aménagement des pêcheries. Cependant, on note une absence de cadres appropriés de concertation à la base pour une participation active et effective des acteurs de la pêche au processus d’aménagement. Nonobstant, des initiatives visant à gérer de manière durable la ressource ont été traduites au niveau local, par des notes circulaires signées des Sous- préfets. Ne bénéficiant d’aucune assise législative et institutionnelle, toutes ces dispositions règlementaires ont connu des difficultés dans la pratique et ne sont plus d’actualité.

Il convient aussi de signaler que l’exercice de la pêche dans les eaux continentales est libre (loi n°3-2010 du 14 juin 2010 portant organisation de la pêche et de l’aquaculture continentales, article 25 et 27), ce qui conduit inévitablement à une dégradation des ressources. Mais ce principe de libre accès des pêcheurs à la ressource n’a pas empêché la survivance de droits d’usage traditionnels régis par des pratiques coutumières.

Toutefois, des projets de développement rural intervenant dans les zones de pêche continentale, focalisent leurs activités sur la gestion durable des pêches, notamment le Programme d’appui de développement des filières agricoles (PADEF) en cours d’achèvement et le Projet de developpement de la pêche et de l’aquaculture continentales (PDPAC) en plein démarrage.

Fishing communitiesLes communautés de pêche continentale sont caractérisées par leur individualisme. En effet, le niveau d’organisation est relativement bas sur l’ensemble de la filière car il existe très peu d’organisations socioprofes-sionnelles reconnues par l’État. Quelques pêcheurs ont cependant constitué des groupements, des associations ou des coopératives au sein desquels les femmes ne sont pas d’ordinaire représentées dans les organes décisionnels, sauf dans les comités de vérification et de surveillance des activités. Quelques mareyeuses se sont également regroupées, surtout pendant les campagnes de pêche.

Quelques rares associations se démarquent de cette optique, notamment l’Association des pêcheurs Mambili Yengo (APMY) dans l’axe Makoua Ouesso, au niveau de la rivière Mambili et l’Association des pêcheurs de la rivière Kouyou (APRK) à Owando, dans la Cuvette. A Makotimpoko, dans les Plateaux, cette communauté de pêcheurs a bénéficié de l’assistance technique de la FAO et du gouvernement à travers les projets d’appui au développement. L’impact pourrait être mesuré à travers les mesures d’aménagement pratiquées, l’existence d’un four Chorkor et d’une boutique de vente de matériels de pêche. Du point de vue organisationnel, les 22 groupements ont une structure faîtière qui est la coordination des groupements des pêcheurs de Makotimpoko.

Aquaculture sub-sectorL’aquaculture sous la forme de pisciculture a été introduite au Congo au début des années 50 avec la création d’un Centre Fédéral de Recherche et Formation en Pisciculture de l’Afrique équatoriale française. Ce grand engouement initial a été suivi par un abandon général de l’activité après l’indépendance. La relance de la pisciculture au Congo a ensuite été ancré, après l’indépendance, sur les projets de développement de bailleurs dont le PNUD et la FAO principalement, avec cependant un impact limité.

L’aquaculture, dans son volet pisciculture, se pratique de nos jours dans tous les départements du Congo. Elle s’exerce en milieu continental, et très majoritairement en étang. Quelques expériences d’élevage de poisson en cages flottantes ont été menées dans le district de Mossaka (Cuvette) comme activités de diversification. La production nationale est estimée à 177 tonnes en 2016. Depuis l’indépendance jusqu’à l’année en cours, cette production a connu un pic de 243 tonnes en 1989 et 1991 ; depuis 2009, elle évolue cresciendo jusqu’en 2016.

L’espèce la plus élevée est le tilapia du Nil (Oreochromis niloticus), du fait de son régime alimentaire varié, sa croissance rapide et son adaptation à l’environnement local. Actuellement, le poisson chat africain (Clarias gariepinus) est la seconde espèce élevée en monoculture ou en polyculture avec le Tilapia. D’autres espèces locales ont été expérimentées et/ou introduites en pisciculture au Congo, l’Heterotis nilotica «Congo ya sika» depuis les années 50, ainsi que les espèces non locales comme les carpes chinoises herbivores (Ctenopharyngodon idella) et la carpe à grosse tête (Aristichthys nobilis) en 2008.

Quatre types de piscicultures peuvent être identifiés : il s'agit : (i) une pisciculture simplifiée au maximum dans des trous d’eau ou des mares naturelles ; la production repose sur un empoissonnement et un apport alimentaire minimal sous forme de feuille de manioc ou de Taro. La productivité est souvent inférieure à 10 kg/are/cycle, sur un cycle long (sur un an ou plus), avec une maîtrise très limitée. La production est essentiellement destinée à l’autoconsommation ; (ii) une pisciculture traditionnelle (modèle "Peace Corps") ; les étangs souvent bien construits, une taille plutôt élevée (plus de 300 à 400 m²) avec une bonne maîtrise de l’eau, la gestion qui est pratiquée est peu intensive avec des empoissonnements faibles, des apports d’intrant limités à des feuilles de manioc ou de tarots, et une récolte de 10 à 15 kg/are/cycle. La durée des cycles de production est variable entre 8 et 10 mois; (iii) une pisciculture en étangs gérés par des groupements ou des individus formés sommairement, les étangs sont souvent petits à proximité de villages, la gestion de l’eau n’est pas toujours bien assurée, la production repose sur l’achat ou l’autoproduction d’alevins, la fertilisation (quand il y a du bétail), et l’apport d’aliments plus ou moins élaborés. La productivité de ces étangs peut être supérieure à 15 à 30 kg/are/cycle, avec généralement 2 cycles de grossissement de 6 mois, à partir d’alevins produits sur place ou achetés auprès des fermes spécialisées ; (iv) les fermes agro-piscicoles, de grandes dimensions, créées par des propriétaires ou des groupes d’actionnaires aisés, elles disposent souvent de leur écloserie, et de plusieurs étangs permettant de réaliser des productions spécialisées d’alevins. La productivité des étangs de grossissement avec des alevins sexés et l’utilisation d’aliment atteint souvent plus de 40-60 kg/are/cycle. Ces fermes ont aussi des activités en agriculture et/ou en élevage avec intégration et recyclage des produits ou sous-produits. En outre, elles possèdent des unités de fabrication d’aliment et bénéficient de services de techniciens aquacoles formés.

Au niveau du secteur privé, les statistiques de 2011 indiquent 1.440 pisciculteurs pour 5.900 étangs et une superficie de 119 ha. Généralement, l’accès à la terre et à l’eau est libre pour la plupart des exploitants aquacoles appartenant à une famille détentrice d’un domaine foncier. Dans certaines circonstances, cet accès est conditionné par le paiement d’un loyer. Le secteur public compte 24 stations piscicoles d’Etat pour 374 étangs et une superficie de 35 ha. Cependant, la plupart de ces stations sont inactives à l’exception de 7 qui restent fonctionnelles.

Les contraintes au développement et à la rentabilité de la pisciculture au Congo sont nombreuses, principalement la production insuffisante et irrégulière des alevins de qualité ; la difficulté d’accéder à des aliments simples et/ou composés performants dans les meilleurs délais et à des prix accessibles, le déficit d’agents d’encadrement (vulgarisateurs) pour un suivi de proximité des aquaculteurs ainsi que la difficulté d’accéder aux financements. La pisciculture est donc appelée à jouer un rôle plus important en matière d’approvisionnement des marchés, dans un contexte où il est crucial de booster la production et d’accroître les rendements. Il est, en effet, possible d’y parvenir en adoptant des systèmes de production semi-intensifs ou intensifs (élevage en cages ou hors-sol), ou même à travers une meilleure gestion des systèmes actuels, un meilleur suivi et un encadrement rapproché des pisciculteurs et de leurs exploitations.

Post-harvest sectorFish utilizationLe poisson est la source de protéines animales la plus importante de l’alimentation des congolais. En 2013, il représentait ainsi 36,7 % des protéines d’origine animale (FAO,2017). Quasi tout le poisson disponible dans le pays est destiné à la consommation humaine directe, une fraction de la production est utilisée pour la fabrication de la farine et l’huile de poisson. Il existe une grande disparité concernant les habitudes alimentaires, sur la consommation de poisson entre les populations des régions côtières et riveraines et celles situées à l'intérieur du pays. Les populations des régions côtières et riveraines ont tendance à consommer du poisson à l'état frais tandis que celles de l'intérieur, du poisson congelé, fumé, salé séché ou frais.

En 2015, à la production nationale de 69.395 tonnes se sont ajoutées 29.957 tonnes importées, moins 490 tonnes exportées, soit une disponibilité alimentaire totale de 98 862 tonnes. Cette disponibilité représentait alors 19,8 kg en moyenne par personne pour une population estimée à 4,996 millions d’habitants. Cette consommation per capita et par an est proche du standard préconisé par la FAO, qui est de 20 kg/an/hab. On assiste toutefois à une diminution de la consommation du poisson par habitant et par an par rapport au niveau moyen de consommation au début des années 90.

Les captures issues de la pêche maritime industrielle, sont distribuées fraîches ou congelées. La plupart des sociétés de pêche industrielle et certains commerçants privés disposent des infrastructures pour la conservation du poisson. Ces infrastructures sont disséminées dans les grands centres de consommation tels que Brazzaville, Pointe-Noire, Dolisie, Nkayi. Cette production industrielle s’ajoute à celle issue de la pêche artisanale et constitue le réseau de distribution des produits de pêche d’origine marine à Pointe-Noire. Ces produits ne sont pas destinés uniquement à la distribution du poisson frais, mais également utilisés en tant que matière première pour la transformation. Cependant, il est difficile de saisir la situation réelle en considérant qu’une grande part des produits de pêche maritime est distribué à l’état frais.

Près de 81 % de la quantité de poissons pélagiques débarqués sont fumés, 6 % sont salés séchés, 3% est transformé en farine et huile de poisson et 10 % seulement sont distribués à l’état frais. En ce qui concerne les poissons démersaux, 70 % sont distribués frais et 30 % sont salés séchés.

La distribution du poisson s'effectue principalement par route depuis que la Nationale 1 a été ouverte à la circulation , quelquefois par avion cargo. Le poisson est généralement distribué sous l’une des formes suivantes: vivant, frais, réfrigéré, congelé, fumé, salé-séché. Parfois, plusieurs de ces formes sont combinées avant d’être consommé.

Essentiellement, quatre types de produits de la pêche continentale sont mis en marché : i) les poissons vivants (environ 30 % des cargaisons d’après les estimations) ; ii) les poissons frais-congelés (5 %) ; iii) les poissons fumés (60 %) ; et iv) les poissons salés-séchés. Le but du fumage traditionnel, la principale et la plus ancienne technique de transformation du poisson employée n’est pas tant de le valoriser que d’en allonger la durée de conservation faute d’autres moyens pour ce faire. La majeure partie (environ 80 %) de ces produits est destinée aux marchés de la capitale en empruntant soit la voie fluviale ou la voie routière ; le reste est commercialisé localement sur les marchés environnants de la Cuvette, tandis qu’une infime partie est exportée au Gabon voisin (moins de 5 %, y compris la part commercialisée dans le département de la Cuvette-Ouest d’où les produits destinés à ce pays sont expédiés).

En règle générale, le poisson est vendu au comptant, et quelquefois à crédit sur la base des relations de confiance établies de longue date entre les pêcheurs et les mareyeurs. Le commerce du poisson et des produits de la pêche dans la Cuvette en particulier se caractérise par sa vitalité et le dynamisme de ses acteurs si l’on en juge par la richesse créée, le nombre d’acteurs impliqués et leur détermination.

De manière générale, les sites de débarquement ne sont pas aménagés. L’usage de la glace au niveau de la pêche continentale n’est pas connu des acteurs évoluant dans la filière post-capture. Seules les entreprises de pêche industrielle possèdent des infrastructures de stockage à terre (entrepôt frigorifique)

Au niveau de la pêche maritime artisanale, quelques améliorations ont vu le jour avec la mise en œuvre du Projet d’étude amélioration de la chaîne de valeurs des produits halieutiques à Pointe-Noire en République du Congo. Un Centre d’appui à la pêche artisanale a été inauguré à Pointe-Noire dans le site de débarquement de la pêche artisanale de Songolo.

Fish marketsLes produits de la pêche maritime sont destinés principalement à la consommation nationale. Une fraction de la production crevettière et autres espèces notamment les requins, thons et les céphalopodes est exportée vers l’Espagne, la Chine et dans les pays limitrophes (Angola/Cabinda ; République Démocratique du Congo/Kinshasa). Pointe-Noire demeure la plaque tournante de la consommation et de la commercialisation des produits halieutiques d’origine marine et la ville joue un double rôle d’approvisionnement de la population locale et de distribution vers les autres grands centres de consommation à l’intérieur du pays et Brazzaville. Les marchés de Pointe-Noire consomment plus de 50 % de la production.

En 2010, les marchés de Pointe-Noire ont réceptionné pratiquement la totalité de la sardinelle débarquée à l’état frais (100 %), 55 % sous forme fumé et 65 % sous forme salé et séché. 35 % de ce produit sous forme fumé a été distribué dans les autres départements (entre Pointe-Noire et Brazzaville) contre 10 % à Brazzaville ; 25 % sous forme “salé séché ” mise sur le marché des autres départements et Brazzaville en a receptionné 10 %.Il en est de même pour les poissons démersaux où tout est distribué sur les marchés de Pointe-Noire à Pointe-Noire à l’état frais (80 %), sous forme “salé séché ” (15 %) et (5 %) sous forme “fumé”. 10 % de poissons démersaux sont consommés dans les restaurants de la place et les plateformes petrolières.

Le requin pêché par les pêcheurs artisanaux est distribué à l’état frais (moins de 5 %) et transformé en filet (ailerons), en fumé (moins de 5 %) et en salé séché (moins de 5 %). Il est acheminé vers les pays étrangers sous forme d’ailerons (100 %) et mis sur les marchés de Pointe –Noire à l’état frais (100 %), 5 % sous forme “salé séché ” sur les marchés forains , le long de la route d’accès à Pointe-Noire , 40 % dans les autres départements, 35 % à Brazzaville et 20 % à Cabinda (Angola).

Environ 6% de la sardinelle pêchée par la pêche industrielle est consommée localement et mis sur le marché de Pointe Noire, Brazzaville et les autres départements. Tandis que la crevette, le thon, la farine et l’huile de poisson sont exportés vers la Chine, l’Espagne, Les principaux circuits commerciaux des produits de la pêche continentale se présentent ainsi qu’il suit selon les provenances de ces produits et de leurs destinations. Les produits qui transitent par le débarcadère d’Owando proviennent essentiellement des pêcheries environnantes de la Likouala-Mossaka et de ses affluents (le Kouyou, la Ndinga et la Vouma). La majorité (plus de 93 % d’après les estimations des agents locaux concernés) des mareyeurs (constitués en majeure partie de femmes) qui vient s’approvisionner en produits halieutiques à Owando part de Brazzaville, tandis que les autres 7 % sont ceux et celles qui partent d’Owando pour Brazzaville.

À l’instar d’Owando et des autres ports secondaires, Oyo est un marché de transit ou de rupture. Les produits halieutiques qui transitent par son port proviennent principalement des marchés de Liranga et de Bohoulou en passant par Mossaka, ainsi que de Bokouélé.

On estime à environ 75 % la proportion de mareyeuses qui vont s’approvisionner sur le débarcadère de Makoua, contre 25 % celles qui vont dans les campements de pêche environnants le long de la Mambili ou autour de Ntokou et de Bokiba. La majorité (80 %) d’elles vient de Brazzaville, tandis que les 20 % restants résident sur place et approvisionnent le marché local.

Brazzaville est le principal réceptacle des poissons et des produits de la pêche continentale en République du Congo. Ces produits proviennent de différents marchés de l’arrière-pays, y compris ceux susmentionnés et ceux des départements de Pool, des Plateaux, de la Cuvette, la Cuvette-Ouest, la Likouala et la Sangha. Ceux-ci sont déchargés dans les principaux marchés de gros de la capitale par certains transporteurs fluviaux privés à partir du Port autonome de Brazzaville, de Yoro , ainsi que de Bouemba. D’autres villes secondaires de la cuvette (Oyo et Owando en particulier) constituent également des destinations courantes des produits halieutiques.

Parmi les principaux marchés intérieurs qui desservent ceux de la capitale par voie fluviale (sur les fleuves Sangha et Congo) figurent, par ordre d’importance en termes de volume des cargaisons : Liranga dans le département de la Likouala (environ 50 % d’après les estimations sommaires des autorités portuaires) ; Mossaka dans la Cuvette (10 %) ; les 40 % restants proviennent des autres marchés (20 % d’Impfondo dans la Likouala, 10 % de Makotimpoko dans les Plateaux, et 10 % d’Ouesso dans la Sangha). Les produits qui y sont acheminés par voie routière sur la route nationale n° 2 (RN2) proviennent surtout des marchés de la Cuvette en dehors de celui de Mossaka susmentionné (Makoua, Oyo/Bokouélé, Owando).

Une partie des produits halieutiques issus de la cuvette congolaise sont exportés vers le Gabon voisin en transitant par Ewo (dans le département de la Cuvette-Ouest). Ce sont les commerçants de ce pays qui viennent à bord de véhicules tout-terrain s’approvisionner sur les marchés de la place. D’après les estimations des pêcheurs, ces commerçants et ceux de la Cuvette-Ouest absorbent quelque 5 % des produits en question. Il semble que ce soit là le seul circuit sous-régional connu à ce jour, en dehors de ceux impliquant les pêcheurs de la République démocartique du Congo opérant dans les eaux territoriales de la République du Congo, et dont s’établissent probablement des exportations informelles de produits halieutiques entre les deux pays.

Parmi les marchés forains, on distingue : i) dans le département de la Likouala : Liranga, 2 fois par mois (jeudi, vendredi, samedi) ; et ii) dans la Cuvette : Bohoulou, 2 fois par mois (mercredi, vendredi, en alternance avec le marché de Liranga) ; Bokouélé, deux fois par mois (un jeudi sur deux). En dehors de ceux-là, on en trouve également d’autres de moindre importance , comme ceux de Missongo, Konda et de Mistingui dans le département de la Cuvette. À noter que ces marchés, qui durent d’ordinaire un à deux jours, se tiennent à tour de rôle de manière qu’il y en ait au moins un chaque semaine. Ces marchés forains dépendent des conseils départementaux. Les autres marchés comme ceux d’Oyo, Makoua et Mossaka, sont également des marchés hebdomadaires (les samedis et dimanches à Oyo). Généralement, le mouvement vers ces marchés est observé à partir du jeudi et la fréquence de croisière est atteinte le vendredi en vue d’alimenter le port d’Oyo le samedi. Le marché de gros de Brazzaville a lieu les lundis et mardis, en dehors de celui de Dragages (Brazzaville), qui reçoit les produits provenant du marché de Bokouélé constitués en majorité des silures vivants (les expéditions arrivent à Brazzaville vendredi soir, et la vente a lieu le samedi matin).

Socio-economic contribution of the fishery sectorLa pêche en général et la pêche continentale en particulier joue un rôle socioéconomique crucial en République du Congo, qu’il s’agisse de sa contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ou la création d’emplois, à l’économie locale et nationale. Le sous-secteur de la pêche continentale a, en effet, d’après les statistiques disponibles, débarqué 39 988 tonnes en 2016, soit 46 % de production halieutique nationale. On estime que la majeure partie (70 %) des captures provient des départements de la Cuvette et des Plateaux.

En 2012, la production nationale représentait une valeur marchande ou chiffre d’affaires de près de 68,4 milliards de F CFA à la première vente des produits commercialisés. Ce chiffre d’affaires généré par le secteur était réparti ainsi qu’il suit par type de produit : les poissons fumés à hauteur d’un peu plus de 45,5 milliards de F CFA ; suivis des poissons vivants (près de 17 milliards) ; les poissons salés-séchés (près de 3,7 milliards) ; et les poissons frais-congelés (près de 2,2 milliards). Cependant, malgré l’importance de la production halieutique nationale, cette dernière ne suffit pas à satisfaire les besoins de la population. Aussi, le pays doit-il, en dépit des énormes potentialités dont il regorge, recourir chaque année à des importations massives et coûteuses de poissons pour combler ce déficit. La balance commerciale des produits halieutiques reste de ce fait largement déficitaire tant en valeur (-70,5 millions USD en 2015) et qu’en volume (-29.500 tonnes en 2015).

Role of fisheries in the national economyLe secteur de la pêche et de l’aquaculture génère une quantité substantielle d'emplois dans le pays, sa contribution à la croissance économique reste relativement faible. L’estimation de son apport au PIB total est resté inférieur à 2 % sur l’ensemble de la décennies des année 2000 (1,7 % en 2010, moins de 1% en 2014). Toutefois, la majeure partie de la contribution au PIB et de l’emploi généré concerne la pêche continentale.

Cette contribution se situe bien en deçà de sa potentielle contribution à la diversification de l’économie. En effet, la rente halieutique potentielle moyenne escomptable durablement à partir d’un système de pleine régulation de l’accès aux ressources fondé sur des plans d’aménagement des pêcheries maritimes pluriannuels, a été estimé de l’ordre de 8,4 milliards FCFA, soit environ 12 ,9 millions d’euros par an. Ceci correspondrait, pour un placement public avec un taux escompte de 8%, à un capital naturel de l’ordre de 108 milliards de FCFA, soit environ 161,7 millions d’euros par an, comme valeur potentielle des ressources halieutiques congolaises.. Ainsi le renforcement de la gouvernance du secteur pour une exploitation rationnelle des ressources halieutiques représente un enjeu majeur pour accroitre durablement la contribution du secteur à l’économie.

TradeLe déficit entre la production nationale et la demande domestique est comblée chaque année par les importations d’importantes quantitées de poissons et de produits halieutiques, soit près de 32 000 tonnes/an en moyenne entre 2009 et 2012. En dehors de la baisse enregistrée en 2010 et dont les causes sont encore à rechercher, ses importations n’ont cessé d’augmenter durant la période considérée. Elles sont principalement composées de poissons congelés, salés séchés et de conserves, provenant essentiellement du Sénégal et de la Mauritanie, ainsi que de petits pélagiques de mer, de crevettes d’estuaires et de poissons d’eau douce fumés du Cameroun, de tilapia d’élevage de Chine, d’huîtres de France et d’Angola. Elles ont avoisiné les 29 millions USD par an en moyenne entre 2003 et 2012, soit l’équivalent de près de 14,5 milliards de F CFA.

Les exportations quant à elles, sont de deux catégories : celles issues de la pêche industrielle (surtout les crevettes) d’une part, et celles de la pêche continentale (principalement de la Cuvette) d’autre part. Les premières sont essentiellement destinées au marché de l’Union européenne (UE) et de la Chine , et les secondes aux pays limitrophes (le Gabon et probablement la RDC). Il apparaît qu’une bonne partie de ces échanges ne sont pas comptabilisés car les statistiques officielles indiquent des données nettement moins élevées. Quelle qu’en soit la source, la balance commerciale est déficitaire.

Food securityLes produits halieutiques jouent également un rôle prépondérant pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population au Congo. La taille du marché national est estimée de l’ordre de 90.000 tonnes ce qui représente une consommation moyenne par an et par habitant de l’ordre de 20 kg. Le poisson représente par ailleurs l’une des principales sources de protéine animale dans la diète des consommateurs congolais (> 30 %).

EmploymentLe secteur fait par ailleurs vivre des dizaines de milliers de personnes aussi bien directement qu’indirectement dans les activités en amont et en aval. On a ainsi dénombré, depuis 2012, 40 848 pêcheurs continentaux, et 19 634 processeurs. Globalement, 79,2 % d’hommes et 20,8 % de femmes. Les dernières sont cependant majoritaires dans les activités de transformation et surtout le commerce du poisson, où elles représentent jusqu’à 80 % des effectifs, même si le nombre exact d’opérateurs dans ce segment n’est pas bien connu faute de données fiables. Au cours de la même période, 6 566 pêcheurs marins ont été enregistrés.

Rural developmentLa pêche, présente dans tous les systèmes de production vivrière, couvre en grande partie les besoins en protéines animales des productions et génère une part importante des revenus monétaires pour les populations rurales, surtout dépendantes des ressources aquatiques. Elle constitue une activité quotidienne qui fait partie du patrimoine culturel dans la cuvette congolaise, ailleurs elle demeure une activité de subsistance proprement dite. Elle permet d’intégrer dans la vie économique et sociale les populations démunies, par conséquent il constitue pour le milieu rural un filet de sécurité pour les populations les plus pauvres.

Des marchés forains se sont créés tout le long du fleuve Congo et de quelques affluents à la faveur de la commercialisation du poisson. Une série d’interventions pilotées pour la plupart par des programmes et projets de développement vise entre autre la sécurisation des moyens d’existence de sorte que les membres des communautés de pêche investissent eux-mêmes dans l’amélioration des ressources mises à leur disposition, participent aux décisions de gestion et ajoutent de la valeur à ces ressources.

Il en est de même pour l’aquaculture qui a développé, depuis les années 70, la pisciculture rural. Cette activité, majoritairement secondaire pour la plupart des petits producteurs agricoles, leur procure des revenus non négligeables et contribue à leur sécurité alimentaire.

Trends, issues and developmentConstraints and opportunitiesDes contraintes entravent le développement du secteur en dépit des efforts déjà consentis. Il s’agit principalement de : (i) la nature des systèmes de production qui demeurent principalement familiale avec une technologie rudimentaire (filet, nasses, lignes, etc.) ; (ii) une connaissance insuffisante des ressources halieutiques disponibles et une absence de contrôle de leur exploitation, tant au niveau continental que maritime ; (iii) le rétrécissement des zones des pêches (maritime et continentale) et la compétition entre le secteur pétrolier et le secteur des pêches ; (iv) l’envahissement des eaux continentales par les végétaux aquatiques et la pollution des eaux à l’hydrocarbure ; (v) l’ensablement des cours d’eau des fleuves et l’aggravation de l’érosion côtière ; (vi) une absence de structure d’encadrement des pêcheurs en matière de formation en technologie de pêche améliorée, ainsi qu’en techniques de traitement et de conservation du poisson et des produits de pêche ; (vii) une absence des structures de recherche halieutique ; (viii) une absence des données statistiques sur tous les plans d’eau ; une obsolescence des engins, équipements des bateaux et embarcations de pêche ; (ix) une inadaptation et insuffisance des infrastructures de base dans les sites de pêche ; (x) une absence de financement adéquat ; (xi) le manque du capital humain en volume comme en qualité/productivité ; (xii) l’instabilité institutionnelle et un cadre institutionnel inapproprié et (xiii) l’insuffisance du cadre juridique.

Il faut relever particulièrement au niveau de l’aquaculture : (i) la faible superficie en eau exploitée et la faible productivité des facteurs de production ; (ii) la faiblesse des rendements des exploitations ; (iii) le manque d’intrants piscicoles performant (alevins de qualité, aliment de poisson,…) et (iv) l’inexistence d’infrastructure de soutien au développement et le faible niveau d’encadrement de proximité.

Cependant, le développement de la pêche et de l’aquaculture bénéficie de plusieurs atouts, malgré les contraintes relevées. On peut citer : (i) la diversité des espèces ichtyologiques et l’abondance de certains stocks non encore exploités; (ii) le taux élevé de jeunes pêcheurs et leur niveau appréciable d’alphabétisation; (iii) la volonté politique affirmée telle que déclinée dans les principaux documents cadres de référence et les projets de construction des infrastructures de base ; (iv) l’existence des textes législatifs et réglementaires créant un cadre juridique favorable pour le développement et la gestion durable des pêches et de l’aquaculture ; (v) l’existence de mécanismes financiers nationaux (budget de l’Etat, Fonds d’Aménagement Halieutique (FAH) et le Fonds de Soutien Agricole (FSA); (vi) la mise en œuvre de programmes et projets sectoriels de développement, avec l’appui des partenaires au developpement et (vii) ; la coopération internationale et l’aide publique au développement (APD) de la part de bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux.

Government and non-government sector policies and development strategiesLes stratégies de développement de la pêche et de l‘aquaculture épousent celles du Plan national de développement (PND) 2018-2022 , seul cadre stratégique de développement du pays pour ces cinq années à venir. A titre indicatif, il s’agit de : (i) une stratégie de développement du secteur en 2011 ; (ii) des Plans d’actions de développement durable de la Pêche et de l’Aquaculture (2011 à 2020), et (iii) la Lettre de politique de la pêche et de l’aquaculture de juillet 2013.

L’objectif principal du Gouvernement est de faire de l’agriculture (au sens large) dans le PND, l’un des principaux piliers de diversification, de croissance, de compétivité et de création d’emplois durable. De façon spécifique, le Gouvernement envisage : (i) d’accroître les capacités de production agricole pour des performances favorables à la dynamique de diversification de l’économie ; (ii) d’assurer la sécurité alimentaire nutritionnelle et (iii) de participer à la lutte contre la pauvreté. Les stratégies proposées se retrouvent en deux volets essentiels, à savoir d’une part, l’intégration de toutes les filières dans la chaîne de valeur de la production au travers de l’approche climato intelligente, et d’autre part, l’appui institutionnel au secteur privé pour porter la transformation de l‘agriculture afin de nourrir et impulser le développement économique. Ainsi donc la stratégie de développement agricole est basée sur une approche intégrée de développement des filières de production. Elle est orientée vers la valorisation et le développement des chaines de valeur dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, la pêche et l’aquaculture.

Pour la pêche et l’aquaculture, il est question dans les cinq années à venir d’augmenter les capacités de production de la pêche maritime, l’aquaculture en zones maritimes et lagunaires, la pêche continentale (lacs, rivières et zones inondées) et de l’aquaculture en eau douce, en étangs ou en cages. Pour ce faire, il est prévu (i) la création d’un centre de recherche et de vulgarisation des techniques de pêche et d’aquaculture à TCHIAMBA-NZASSI dans le département du Kouilou avec des extensions à Makabana (Niari), Mossaka (Cuvette) et Ouesso (Sangha) ; (ii) la révision de la législation et du processus d’octroi des licenes de pêche, avec les moyens accrus de contrôle, afin d’éviter l’exploitation excessive de la ressource ; (iii) la création d’un armement congolais ; (iv) la création des outils financiers de proximité pour soutenir le secteur ; (v) la création d’entreprises spécialisées dans l’élevage en cage d’espèces locales et implantation des viviers/élevage divers en zone lagunaire ; (vi) la création des unités d’écloserie et d’alevinage en marge de TCHIAMBA-NZASSI et ailleurs dans le pays ; (vii) la création des points de débarquement aménagés dans les grandes zones de pêche continentale et dans les plages maritimes de débarquement ; (viii) l’appui aux pêcheurs artisanaux ; (ix) la mise en service des petites unités de transformation, y compris les insfrastructres de stokage et de conservation et (x) la création d’un centre d’appui à l’aquaculture à la Léfini, dans le département du Pool.

En matière de gouvernance, l’objectif est de créer un environnement favorable à la création des entreprises dans les filères de la pêche et de l’aquaculture. L’appui au secteur privé se fera à travers l’appui à la création des Petites et moyennes entreprises nationaless et par l’encadrement du monde rural et des paysans en particulier. Concrètement, il sera question de faire évoluer la structuration de l’activité de certains producteurs, au nombre desquels une majorité des femmes vers l’artisanat ou même la Petite et moyenne entreprise, et favoriser ainsi sa mutation d’une activité de subsistance en activité commerciale. L’action sera portée vers (i) le renforcement des capacités d’appui à la production halieutique ; (ii) le développement des chaines de valeur de la pêche maritime et continentale ; (iii) la promotion de l’aquaculture en cages flottantes ; (iv) le développement de la filière aquacole et (v) l’élaboration des plans d’aménagement des pêcheries maritimes et continentales.Dans le domaine du renforcement des capacités institutionnelles, les actions suivantes sont retenues : (i) amélioration du cadre légal ; (ii) mise en place du dispositil adapté de financement des projets agricoles et (iii) la création de deux agences d’accompagnement et d’appui conseil.

Research, education and trainingResearchEn matière de recherche, il n’existe pas, en dehors du Centre national de recherche agronomique (CNRA), qui a remplacé le défunt Centre de recherche hydro-biologique de Mossaka (CRHM), et du Laboratoire de biologie marine rattaché à l’Institut de recherche de développement (IRD) de Pointe-Noire, d’institut de recherche spécifique à la pêche et l’aquaculture continentales.

Il n’existe pas non plus d’institutions de formation spécialisées dans le pays hormis l’École nationale supérieure d’agronomie et de foresterie (ENSAF). Celle-ci dispense quelques modules en pisciculture. Les besoins de formation et de recyclage des cadres et agents de l’administration de pêche dans ce domaine sont pourtant immenses face aux tâches à mener et aux défis à relever.

Foreign aidLe Projet de développement de la pêche et de l’aquaculture continentales, (PD-PAC) est cofinancé par le Fonds International pour le développement agricole (FIDA), l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Fonds de l’organisation des pays exportateurs du pétrole pour le Développement International (OFID) et le Gouvernement congolais. D’un coût estimatif total de 17,57 millions d’USD, le PD-PAC est entré en vigueur en juillet 2016 et prendra fin le 31 décembre 2021.

Le PD-PAC vise l’évolution progressive des pêcheurs et des pisciculteurs opérant à petite échelle et de leurs organisations, d’une situation d’activités de subsistance, vers des activités rentables orientées vers le marché. Le changement fondamental attendu du PD-PAC est l’augmentation des revenus et l’autonomisation organisationnelle et fonctionnelle des groupements de producteurs de manière à leur permettre de se procurer les facteurs de production à moindre coût et de produire et de livrer sur les marchés les quantités et les qualités requises de poissons à des prix raisonnables. La zone d’intervention du PD-PAC couvre quatre départements : les Plateaux, la Cuvette, la Cuvette-ouest, et la Sangha. L’objectif du PD-PAC est d’améliorer durablement les revenus et la sécurité alimentaire des pêcheurs et pisciculteurs, grâce au développement de la filière des produits halieutiques.

L’objectif spécifique du projet est d’améliorer durablement la production halieutique pour augmenter les revenus des petits pêcheurs et des petits pisciculteurs.

Les résultats sont : (i) les capacités des pêcheurs et leurs associations sont renforcées et se concertent pour une meilleure gestion des pêcheries et un meilleur fonctionnement de la filière; (ii) la commercialisation des produits halieutiques est améliorée; (iii) les capacités des pisciculteurs et leurs associations sont renforcées en itinéraires techniques et en gestion/organisation; (iv) la capacité de production d’alevins et des aliments composés est améliorée; (v) les capacités techniques et institutionnelles des services déconcentrés de l'État sont renforcées, ainsi le suivi sectoriel; (vi) les capacités de pilotage et d'appui des agents du Ministère en charge de la Pêche et de l'Aquaculture sont renforcées.

Le Projet d’étude pour l’amélioration de la chaine de valeurs des produits halieutiques à Pointe-Noire (PECHVAL) est un financement de l’Agence japonnaise de coopération internationale (JICA) au titre du don d’un montant de 585 millions de FCFA. Le PECHVAL a pour objectifs globaux , l’augmentation des revenus des acteurs dans la chaîne de valeurs, l’amélioration de leurs conditions de travail ainsi que celle du système de contrôle de l’hygiène et de la qualité des produits. Il s’agit de manière spécifique , en prenant des mesures appropriées, de résoudre les problèmes à chacune des étapes de la distribution des produits halieutiques à Pointe Noire et de faire approuver le plan pour l’amélioration de la chaîne de valeurs des produits halieutiques par les institutions concernées. La zone cible du projet est en relation directe avec la chaîne de valeurs des produits halieutiques, principalement centrée autour de la ville de Pointe-Noire.

Les bénéficiaires directs sont les agents de la Direction générale et départementale en charge de la pêche maritime. Les bénéficiaires indirects sont environ 720 mille personnes parmil lesquelles les pêcheurs, les transformateurs, les mareyeurs et les consommateurs. Prévue pour 4 ans, le PECHVAL a demarré ses activités en 2012 suivant le calendrier ci-après : (i) Etude de base ; (ii) Mise en œuvre des projets pilotes ; (iii) Evaluation des projets pilotes et (iv) Finalisation du Plan directeur.

Le Progamme d’appui au développement des filières agricoles (PADEF) achève ses activités en 2018. Financé par le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et le Gouvernement congolais, le Programme a demarré en 2013 et a eu pour objectif d’améliorer durablement la sécurité alimentaire, les revenus des petits producteurs (agriculteurs et éleveurs, pêcheurs) et de créer des emplois durables pour les ruraux, en particulier les jeunes et les femmes, par le biais d’un appui au développement de filières porteuses. Les objectifs spécifiques qui en découlent sont de renforcer: i) l’accès des petits producteurs à des technologies agricoles et halieutiques appropriées de production, de transformation, de stockage et de conservation; ii) l’accès des petits producteurs à des marchés transparents d’intrants et de produits agricoles et halieutiques pour les filières ciblées; et iii) la capacité des organisations paysannes (OP) et des autorités locales à fournir des services à leurs membres et à participer davantage aux processus de développement local.

La revue à mi-parcours a recadré les interventions et objectifs du PADEF, afin de se focaliser d’une part sur la capitalisation des acquis des Projets de développement rural (PRODER) dans les différentes filières, le transfert progressif et concerté avec les différents services et programmes du Ministère de l’agriculture et de l’élevage dans les activités d’introduction du nouveau matériel génétique (végétal et animal) pour que l'Unité nationale de gestion du programme se concentre plutôt d'encadrer la production agro-pastorale et d’autre part d’engager des actions pilotes dans les domaines plus spécifiques au PADEF, notamment la pêche et pisciculture, la valorisation des produits agricoles, la mise en réseau des acteurs et consolidation des unions, etc…).

Le Projet de création de l’aire marine protégée de la baie de Loango pour soutenir la conservation des tortues en République du Congo vise à assurer la conservation de la biodiversité marine à travers la protection participative de l’habitat des tortues marines d’importance internationale et en voie de disparition ou en danger critique selon la liste rouge globale de l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN). Spécifiquement, il s’agit de (i) créer l’aire marine protégée ; (ii) créer l’Observatoire des tortues marines et (iii) développer les moyens de subsistance alternatifs en l’appui à l’Aire marine protégée. Les résultats contribueront également à protéger un écosystème fragile, menacé par l’industrialisation, l’érosion côtière, et l’urbanisation accélérée et améliorer les moyens de subsistance des communautés locales. Comme produits attendus : (i) création des cadres juridique, institutionnel, technique et participatif pour la création d’une Aire marine  protégée; (ii) création de l’institution capable de soutenir la conservation de la tortue marine ; (iii) moyens de subsistance alternatifs disponibles pour réduire la pression sur les tortues marines et accroître les revenus.

Financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM) , le Gouvernement congolais et d’autres partenaires techniques et financiers, le projet de création de l’Aire marine protégée de la baie de Loango est mis en place sur la base d’un accord de coopération avec le Programme des nations unies pour l’environnement (ONU Environnement). D’une durée de 4 ans, le projet a démarré ses activités en mars 2018.

Le Programme Marin Congo. Wildlife Conservation Society (WCS) Congo, en collaboration avec le Gouvernement congolais et d'autres partenaires, a lancé un vaste programme de conservation marine visant à renforcer et à élargir les aires marines protégées ainsi qu'à assurer la gestion durable des ressources marines. Gestionnaire du Parc national de Conkouati-Ndouli, WCS appuie depuis 2015 le Gouvernement congolais dans sa volonté de renforcer la gestion durable de ses ressources halieutiques, à travers une approche multisectorielle de la gestion des eaux. Un programme marin a été initié à ce titre visant à conforter les capacités institutionnelles de l’administration congolaise en charge de la pêche à travers le renforcement des politiques, des protocoles, du zonage, de la formation et des activités opérationnelles. En 2018, WCS Congo oriente les efforts du programme marin dans la mise en oeuvre de trois composantes qui sont (i) l’appui à l’expansion et la création d’aire marine protégée , (ii) l’analyse spatiale pour soutenir la réforme du secteur marin et (iii) le renforcement de la gestion de la pêche, de la surveillance et de l’application de la loi.

Institutional frameworkLa pêche et l’aquaculture relèvent désormais, depuis la dernière réorganisation du gouvernement intervenue par décret présidentiel n° 2016-168 du 30 avril 2016, du Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (MAEP). Celui-ci résulte de la fusion de deux départements ministériels distincts : le Ministère de l’Agriculture et de l’Élevage (MAE) d’un côté, et le Ministère de la Pêche et de l’Aquaculture (MPA) de l’autre. Conformément au décret n°2017-338 du 14 août 2017, portant organisation dudit ministère, celui-ci compte, en dehors des directions rattachées au cabinet et de l’inspection générale, 5 organismes sous tutelle (Fonds de soutien à l’agriculture ; Fonds d’aménagement halieutique ; Société d’études et de promotion de développement rural ; Centre National des Semences Améliorées ; Laboratoire d’analyses microbiologiques et chimiques des produits de la pêche) et 3 directions générales. La Direction générale de la pêche et de l'aquaculture (DGPA) est l'une d'elles : c'est un organe technique chargé d’assister le ministre de tutelle dans la mise en œuvre de la politique gouvernementale en la matière. La DGPA comprend des directions centrales à Brazzaville et des directions départementales dans l’arrière-pays.

La tutelle technique et administrative du secteur a cependant changé à plusieurs reprises au gré des réorganisations et réaménagements successifs de gouvernement, passant entre 18 départements ministériels en 32 ans de 1977 à 2009 [2]. Cette instabilité institutionnelle, qui s’est du reste poursuivie depuis lors, y compris la récente réorganisation du gouvernement en avril 2016, n’est pas sans poser des problèmes de planification des actions à mener, d’allocation des ressources, de coordination, de suivi et d’évaluation et in fine de développement du secteur.

Il faut également souligner que plusieurs responsabilités concernant le développement du secteur sont partagées entre plusieurs Départements ministériels. Ainsi, le ministère de l’Agriculture, de l’élevage et la pêche est le ministère en charge de la pêche, mais la gestion des zones marines protégées est assurée par le ministère du Tourisme et de l'environnement et par le ministère de l'Économie forestière. L'enregistrement des navires de pêche est sous la tutelle du ministère des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande.

La collecte et l’analyse de l’ensemble des informations statistiques nécessaires à la gestion durable des pêcheries maritimes est assurée par le service de l’Aménagement des pêcheries maritimes et des statistiques de la Direction interdepartementale de Pointe-Noire/Kouilou. Les informations concernant la pêche continentale et l’aquaculture sont collectées et traitées au niveau des autres directions départementales dans l’ensemble du territoire. Toutefois, seule la direction interdepartementale de Pointe/Kouilou a mis en place un dispositif de collecte et d’analyse des données.

En matière de pêche et de l’aquaculture, le Congo est membre de différentes organisations internationales spécialisées : la Commission internationale de conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA/ICCAT), Commission régionale des pêches du golfe de Guinée (COREP) ; la Commission des pêches de l’Atlantique centre-est (COPACE, organe subsidiaire de la FAO), la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les États Africains riverains de l’océan Atlantique (COMAFHAT) ; la Commission internationale pour le bassin du Congo-Oubangui-Sangha (CICOS) ; la Commission économique du bétail, de la viande et des ressources halieutiques (CEBEVIRHA).

Le Congo travaille aussi avec les agences du Système des nations unies, notamment l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le Programme des nations unies pour le développement (PNUD), le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation des nations unies pour le développement industriel (ONUDI),… D’autres partenaires au développement interviennent dans ce secteur, à savoir : la Banque mondiale (BM), la Banque africaine de développement (BAD), l’Union européenne (UE), l’Agence française de développement (AFD), l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).

Le Congo a ratifié et signé des textes et des accords internationaux parmi lesquels ceux relatifs à l’environnement marin et côtier, à la conservation de la nature et des ressources naturelles, à la diversité biologique et sur les changements climatiques. Les plus importants sont, entre autres :

la Convention MARPOL, relative à la prévention de la pollution par les navires, notamment par les hydrocarbures ;

la Convention d’Abidjan relative à la protection et à la mise en valeur du milieu marin et des zones côtières en Afrique de l’Ouest et du Centre ;la Convention de Ramsar sur les zones humides d’importance internationale;la Convention sur le droit de la mer (10 décembre 1982) ;la Convention africaine d’Alger sur la conservation de la nature et des ressources naturelles (1968) ;

la Convention sur la biodiversité (Rio de Janeiro, 1992) ;

la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore menacées d’extinction (CITES), Washington 1973 ;

la Convention de Bonn sur les espèces migratrices appartenant à la faune sauvage ;

le Mémorandum d’accord sur la protection des tortues marines sur la côte atlantique de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (25 mai 1999) ;

la Convention sur les changements climatiques (Rio de Janeiro, 1992) ;

la Convention de Vienne relative à la protection de la couche d’ozone (1er mars 1994);

la Convention des nations unies sur la lutte contre la désertification dans le pays gravement touchés par la sécheresse et/ou la désertification, en particulier en Afrique ;

le Protocole de Montréal relatif à des substances qui appauvrissent la couche d’ozone;

la Convention internationale de 1973 sur la prévention de la pollution par les navires (27 janvier 1983) ;

la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants ;

le Protocole relatif à la coopération en matière de lutte contre la pollution en cas de situation critique (19 novembre 1985) ;

les objectifs du developpement durables (septembre 2015).

Legal frameworkLe cadre législatif et règlementaire de la pêche (maritime et continentale) et de l’aquaculture est essentiellement constitué par deux lois, dont l’une sur la pêche maritime (loi n°02-2000 du 1er février 2000 portant organisation de la pêche maritime en République du Congo) et l’autre sur la pêche et l’aquaculture continentales (loi n°03-2010 du 14 juin 2010 portant organisation de la pêche et de l’aquaculture continentales) et par quelques textes subséquents de la première loi.

L’incohérence de la loi n°02-2000 observée jusqu’à ce jour a favorisé la révision de celle-ci. Un avant-projet de loi a été validé au cours du Forum national sur l’agriculture, l’élevage et la pêche en avril 2018. Celui-ci apporte plus de précisions aux questions pour lesquelles le législateur de 2000 avait été moins disant et n’ont jamais, non plus, fait l’objet d’une réglementation spéciale dont la prérogative appartient à l’Autorité. Tels sont les cas des questions suivantes : (i) la définition des eaux maritimes (art.3) ; (ii) la composition et le fonctionnement du comité consultatif des pêches (art.5) ; (iii) les modalités d’exécution des plans d’aménagement des pêcheries (art.9) ; (iv) les quantités tolérées des prises accessoires (art.31, alinéa 3) ; (v) la détermination du système de marquage des navires (art.39, alinéa 2) ; (vi) les modalités de communication des statistiques et informations sur les captures à l’administration des pêches (art.42) ; (vii) le journal des pêches (art.43) ; (viii) les conditions d’affrètement des navires de pêche étrangers (art.45, alinéa 2) ; (ix) la composition et le fonctionnement de la commission consultative près l’Autorité de la pêche (art.73).

L’avant-projet prend en compte les aspects aussi sensibles que d’actualité, en matière de pêche maritime, notamment (i) la préservation de la ressource et de son biotope ; (ii) la nécessité de la maîtrise de l’effort de pêche et des captures ; (iii) la prévention de la surpêche ; (iv) la lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non règlementée ; (v) les mécanismes de la gestion participative et/ou de responsabilisation des opérateurs; (vi) la recherche halieutique ou l’évaluation de la ressource ; (vii) l’observation, la surveillance et le contrôle de l’activité de pêche ; (viii) le traitement, la transformation et la commercialisation des produits de pêche et leurs dérivés ; (ix) la sécurisation des moyens, engins et matériels de pêche, ainsi que des opérateurs; (x) la contrepartie inhérente aux préjudices imposés au secteur pêche et aquaculture, du fait, soit de la pollution du milieu aquatique d’origine anthropique, dûment constatée, soit du rétrécissement de l’aire de pêche imputable à l’érection des récifs artificiels, notamment les plateformes pétrolières ;(xi) la constitution des aires, des réserves de pêche et zones de reproduction protégées ; (xii) l’implantation des infrastructures de base à quai ou à terre ;(xiii) l’organisation du système d’information et de collecte des données et statistiques etc.

S’agissant de la loi sur la pêche et l’aquacultue continentales, elle a mis un terme à l’exercice, longtemps observé, d’une pêche non règlementée de manière formelle. Ce cadre législatif relève les points essentiels ci-après: (i) les activités de pêche continentale qui s’appliquent dans les eaux domaniales, non domaniales, closes, d’inondation, mixtes et du patrimoine foncier d’origine coutumière ; (ii) le contenu du plan d’aménagement des pêcheries continentales est plus étoffé que celui énoncé dans la loi 02-2000 du 1er février 2000, portant organisation de la pêche maritime en République du Congo, en ce sens qu’il apporte plus des précisions sur certaines mesures d’aménagement telles que le repos biologique. Il explicite également le mode de partage des avantages issus de l’exploitation des éléments constitutifs des écosystèmes aquatiques ; (iii) le plan d’aménagement des pêcheries continentales et ses modalités d’exécution sont fixés par décret pris en Conseil des ministres ; (iv) tout plan d’aménagement des pêcheries continentales est soumis pour avis au Comité consultatif ; (v) les zones de pêche continentale sont identifiées par l’administration de la pêche et font l’objet d’un classement par décret pris en Conseil des ministres ; (vi) la pêche continentale est subdivisée en deux (2) types : celle pratiquée avec des moyens artisanaux, gratuite et celle pratiquée avec des moyens modernes à des fins économiques, soumis à l’obtention préalable d’un permis de pêche continentale et d’un accord des clans détenteurs d’un titre foncier dans le cas spécifique des eaux privées de nature coutumière ; (vii) les moyens artisanaux et modernes sont déterminés par arrêté ministériel ; (viii) le permis de pêche continentale, valable un an renouvelable est délivré gratuitement, ainsique la carte professionnelle obligatoire, qui a une durée de trois (3) ans renouvelable ; (ix) l’embarcation de pêche continentale doit être immatriculée ; (x) les pêcheurs bénéficient des services d’appui de la part de l’Etat et des institutions publiques en matière de développement et de promotion des activités de pêche (information et conseil de base, assistance individuelle et collective à la gestion, soutien financier, encadrement,…) ; (xi) l’importation ou l’exportation des engins de pêche est subordonnée à l’obtention préalable d’une autorisation délivrée par l’autorité de la pêche ; cette autorisation est gratuite.

Un décret d’application institue le Fonds d’aménagement halieutique : c’est le décret n° 94 – 345 du 1er août 1994 déterminant les règles de fonctionnement du fonds d’aménagement halieutique. Son but est d’apporter une assistance technique aux pêcheurs et aux aquaculteurs, promouvoir la recherche halieutique, financer les microprojets et les études en matière de pêche et d’aquaculture, et constituer une base de données dans le secteur (art. 1er).

Il existe aussi quelques arrêtés, notamment : (i) l’arrêté n° 3634 du 29 septembre 2000 fixant les procédures d’inspection sanitaire des produits de la pêche et des moyens de production, de traitement du poisson, des mollusques et des crustacés; (ii) l’arrêté n° 3638 du 29 septembre 2000 relatif à la qualité des eaux utilisées dans le traitement des produits de la pêche, la fabrication de la glace et au contrôle de ces eaux à bord des navires de pêche et dans les établissements à terre; (iii) l’arrêté n° 3640 du 29 septembre 2000 portant modalités d’application de la procédure d’autocontrôles sanitaires pour les produits de la pêche. Cet arrêté définit notamment les points critiques (art. 2) et (iv) l’arrêté n° 9102 du 17 novembre 2010 définissant les moyens artisanaux et modernes de pêche continentale.

Somme toute, il sied également de mettre en relief, au rang des entraves inhérentes à la mise en œuvre du cadre législatif et règlementaire, la méconnaissance des normes juridiques. Cette situation s’observe, de manière particulière, en pêche maritime artisanale et dans les filières post captures, où la plupart des acteurs sont analphabètes. Elle est observée aussi en matière de pêche continentale, dès lors que la quasi-totalité des opérateurs de ce sous secteur ignorent l’existence de la normalisation juridique en cours.

Regional and international legal frameworkLa politique sectorielle du Congo est influencée par le cadre régional et international pour lequel le Congo a signé un certain nombre de conventions et d’accords. Il s’agit au niveau régional : (i) du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), agence de développement de l'Union africaine qui à travers le Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (PDDDA) a facilité l’élaboration du Programme National d'Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN) 2017 – 2021 du Congo; (ii) la Conférence ministérielle sur la coopération halieutique entre les états africains riverains de l’océan atlantique (COMHAFAT) organisation intergouvernementale regroupant 22 pays allant du Maroc jusqu’à la Namibie qui encourage entre les états membres la promotion d'une coopération en matière d’aménagement et de développement des pêches, le développement, la coordination et l'harmonisation des efforts et des capacités des états membres en vue de préserver, exploiter, mettre en valeur et commercialiser les ressources halieutiques, ainsi le renforcement de la solidarité à l’égard des états africains sans littoral et des états de la région géographiquement désavantagés ; (iii) de la Comission régionale des pêches du golfe de Guinée (COREP), institution spécialisée de la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC)  qui met un accent particulier sur l’harmonisation des politiques halieutiques des états parties, la promotion d’une coopération active en matière de développement et d’aménagement des pêcheries dans ces états et autres questions liées au développement de la pêche et de l’aquaculture.

Au niveau international, la FAO , à travers ses organes régionaux (Comité des pêches pour l’atlantique centre-est COPACE ; Comité des pêches continentales et de l’aquaculture pour l’afrique CIFAA ; …) et les Directives d’application volontaires telles que le Code de conduite pour une pêche responsable, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN) et celle sur la durabilité de la pêche artisanale oriente fortement la politique sectorielle. Il en est de même des Nations unies où le Congo s’aligne pour toute politique de développement sur les objectifs de développement durables (ODD).

References
Anon. (2011a), Stratégie pour un développement durable de la pêche en République du Congo, Volume 2 : Stratégie et plan de développement durable de la pêche, République du Congo/FAO. 59p.
Anon. (2011b), Stratégie pour un développement durable de pêche en République du Congo, Volume 1 : Bilan diagnostic de la pêche, République du Congo/FAO.34p.
Anon. (2012), Stratégie pour un développement durable de l’aquaculture en République du Congo, Volume 1 : Bilan diagnostic de l’aquaculture, République du Congo/FAO.P96p.Disponible en ligne http://snucongo.org/wp-content/uploads/docx/nutri/7.pdf.
Bagamboula E, (2009), Appui à l’élaboration d’une stratégie et d’un plan de développement durable de la pêche et de l’aquaculture, Bilan diagnostic : Rapport aménagement des pêches et environnement. TCP/PRC/3201 (D); 55p.
Banque Africaine de Développement, (2011), Etude du Secteur Agricole (ESA), Bilan diagnostic national, République du Congo. 253p.
Bonzon, A; Ngouembe A.; N'Goma, G. (1995), Revue du secteur des pêches et de l'aquaculture: Congo, FAO Circulaire sur les pêches. No. 887.Rome, FAO.30p.
Direction départementale la pêche et de l’aquaculture de Pointe-Noire/Kouilou, (2018), Rapport d’activités du 1er semestre de l’année 2018.182p.
FAO, (2014), A pan-african strategy on the improvement of fisheries and aquaculture data collection, analysis and dissemination, COREP.29p.
FAO (2014), Preparation of Management Plans for Targeted Fisheries in Africa. Report of the EAF-NANSEN Project No. 23. (Préparation De Plans D’aménagement Pour Des Pêches Ciblées En Afrique EAF-N/PR/23 (Fr). Rapport du Projet EAF–Nansen No 23 (Partie B – Français).
FAO Fisheries & Aquaculture - Vue générale du secteur aquacole national - République du Congo. 8p.
FAO, (2009),TCP/RAF/3110 (D) : Appui à la Commission régionale des pêches du Golfe de Guinée pour la préparation d’un plan d’action stratégique et d’un programme d’action régional de la pêche responsable, Rapport de consultation. 53p.
FAO, (2010),TCP/RAF/3303 (D) : Formulation d’un programme d’action et des outils de mise en œuvre pour la gestion durable des pêches et la sécurité alimentaire dans le bassin du fleuve Congo, Rapport de consultation en gestion/aménagement des pêches, République du Congo. 38p.
FAO, (2017), Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Plan d’aménagement des pêcheries crevettières de la République du Congo. 23p.
FIDA (2015), Projet de développement de la pêche et de l’aquaculture continentales (PD-PAC), Rapport de conception finale, Rapport principal et appendices n° 3856-CG, République du Congo. 113 p. Disponible en ligne : http://operations.ifad.org/documents/654016/0c677474-5bc5-415c-89db-f16e1fcfd3b6.
FIDA (2015), Projet de développement de la pêche et de l’aquaculture continentales (PD-PAC), Rapport de conception finale – Documents de travail 1 : Ciblage, pauvreté et genre. 19p.
FIDA (2015), Projet de développement de la pêche et de l’aquaculture continentales (PD-PAC), Rapport de conception finale - Document de travail 2 : Développement de la chaîne de valeurs de la pêche continentale. 42p.
JICA, (2014), Projet d’étude pour l’amélioration de la chaîne de valeurs des produits halieutiques à Pointe-Noire en République du Congo. Rapport intermédiaire Août 2014. 151p.
KADIMONIKAKO B. (2012), Contribution de la pêche à l’économie et valeur potentielle des ressources halieutiques au Congo, Rapport de consultation, Projet PAF/ NEPAD/COREP. 25p.
KALI TCHIKATI E. (2011), Bilan diagnostic du secteur de l’aquaculture, FAO, TCP/PRC/3201 (D), République du Congo. 55p.
MINDJIMBA K. (2016), Valorisation et mise en marché du poisson et des produits de la pêche dans la Cuvette Congolaise, Rapport de diagnostic stratégique, FAO. 95p.
Ministère du tourisme et l’environnement, (2014), Création de l’Aire Marine protégée de la Baie de Loango pour soutenir la Conservation des tortues en République du Congo, GEF. 66p.
NEPAD/CEEAC, (2016), Programme national d’investissement agricole et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (PNIASAN) révisé, 2017 – 2021/ Document principal de la version révisée, République duCongo. 89p.
Njifonjou, O, Gbolade, O. (2014), Développement de l’aquaculture en République du Congo : diagnostic, identification des sites propices et proposition d’actions pour un élevage intensif du clarias et du tilapia Rapport d’étude Mission Aquaculture au Congo du 11 au 21 mai 2014, COREP. 36 p .
République du Congo, Commission nationale d’élaboration du Plan national de développement 2018-2022, (2018), Cadre stratégique de développement. 180p.
présidence de la république du congo, (2013), lettre de politique de la peche et de l’aquaculture en république du congo. 27p.
SAMBA J. & BANDTABA P. (2013), Etat des lieux des pêcheries maritimes et continentales et de l’aquaculture dans la zone du COREP, Congo. Rapport de consultation, COREP. 48p.
World bank, (2018), Central African Coastal Fisheries. (P165882), Pathways to improve fisheries governance and increase economic benefits for countries of the Gulf of Guinea Regional Fisheries Commission (COREP). 66p. Click to openhttps://données.banquemondiale.org/pays/congo-republique-du consulté le 24/01/2018 à 05H03

Additional information

FAO Thematic data bases

Meetings & News archive

 

 
Powered by FIGIS