Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
EnglishEspañolРусский
Principaux composants
Espèces aquatiques
Espèces ciblées Thon rouge de l'Atlantique
Types d’engins de pêche: Trap

Caractéristiques
Environnement d'espècesUne madrague est conçue pour la pêche de thons migrant régulièrement en longeant certaines côtes, en particulier des thons rouges, mais elle peut aussi capturer d'autres espèces passant par là germon, bonite, espadon. Le thon rouge est un très bon nageur; les jeunes, grégaires, se mêlent en banc à d'autres scombridae de même taille. Les immatures se tiennent en eaux chaudes, les adultes pénètrent en eaux froides pour se nourrir.Engin de pêcheLa madrague est un piège de grandes dimensions, spécifiquement conçu pour capturer des thons et assimilés. Le principe de capture est le suivant: interception des poissons, en général, en groupes ou petits bancs, sur leur route de migration le long d'une côte et leur concentration dans une zone restreinte où la capture est possible. (Le mot "Madrague" désigne, en francais, le piège à thon de Méditerranée; en Italie, on parle de "Tonnare") Le piège est constitué de panneaux de filets de grand dimensions, ancrés au fond qui forment divers éléments pour le rabattement, le rassemblement et la retenue du poisson (dans la chambre de mort) (Attention: les parois de filets ne sont en rien des filets maillants; les mailles doivent être suffisamment petites pour éviter tout maillage, au moins celui des poissons cibles). Dans la madrague atlantique, la profondeur des filets faisant parois est très peu supérieure à la profondeur de l'eau au site tandis dans la madrague de la Méditerranée les filets ont normalement un tiers de plus que la profondeur du site.Les parois en filet sont garnies sur le haut des flotteurs juste suffisant pour soutenir le poids de nappes et résister à la force des courrants.Vue générale des naviresPour effectuer des pêches à l'aide d'une madrague, plusieurs embarcations, moyennes ou petites, souvent non-motorisées, sont nécessaires. Les bateaux ont deux fonctions essentielles, pour le calage du piège, puis en fin de saison, la récupération du matériel; ils sont utilisés comme embarcations de charge et de travail. Ce n'est qu'en pleine saison que les embarcations servent à la pêche proprement dite.Mode de traitementDue à la très haut qualitée du poisson capturé par cette technique de pêche (gros individus encore vivants pendant lorsque le poisson est mis à bord sur les petites embarcations venues en bordure de la "chambre de mort" pour la capture proprement dite), la majorité de thons sont congelés avec grand soin pour exportation par avion vers le marché "sashimi" au Japon .Systèmes de production des pêchesCette technique de pêche est plutôt classée commeartisanalpourtant l'investissement initial pour un piège de grandes dimensions et les frais d'entretien habituel requierent l'engagement d'une société, une association ou un groupe professionnel financièrement assez solide.Environnement de pêcheCette technique de pêche est utilisée pour capturer les bancs de thons qui nagent près de la surface ou dans des eaux d'environ une vingtaine de mêtres au plus.Opérations de pêcheAvec un équipage de 45-50 hommes toute le travail de préparation à terre et le mouillage en mer des structures et panneaux de filets constituant la madrague prend une quinzaine de jours environ.
Le calage des filets
Le calage des filets
1. Le calage des filetsPour que l'opération du mouillage des filets se déroule avec succès il faut compter sur au moins 6 - 8 heures de mer bien calme, sans courants. Les conditions de la mer et du vent doivent aussi être bonnes puisque le calage, une fois commencé, ne peut être interrompu. En outre, une fois le lest, l'ancrage, mis en place sur le fond, son emplacement est fixé pour toute la saison. Il est par ailleurs essentiel que la ralingue du fond soit parfaitement à plomb avec la ralingue supérieure. Les calage des filets est donc l'operation la plus délicate de la construction de la madrague. Les deux moitiés des portes cousues au filet, chacune par son gousset, sont réunies entre elles au moment du calage et se posent sur le fond au même instant, avec leur lest. Les bateaux porteurs des deux moitiés de la madrague sont halés sur un alignement rigoureux le long du faux câble de surface, qui est remplacé par le vrai câble de surface au fur et à mesure que l'opération progresse et que les filets son mouillés. La queue et les barrages accessoires externes se calent successivement. Le calage de la chambre de la mort, complète les operations de mise en place du piège.
La madrague en pêche
La madrague en pêche
2. La madrague en pêcheLa madrague est en état de pêcher. Les thons et les autres poissons qui rencontre pendant leur migration une madrague sont déroutés et viennent se rassembler dans la "chambre de mort". Pendant la saison cette "chambre" est visitée régulièrement pour voir s'il y a du poisson à l'interieur. Plusieur bateaux guetteurs montent la garde soit à la vue, soit et eventuellement en plus, avec des lignes et hameçons permettant se rendre compte du nombre et de la taille de poissons nageant en profondeur. Quand des poissons sont dans une "chambre de mort" et y ont été enfermés, on dit que la chambre est amorcée. En fait, les manoeuvres sont différentes selon la chambre où les poissons se trouvent.
Approche des bateaux au filet
Approche des bateaux au filet
3. Approche des bateaux au filetPlusieurs bateaux sont employés pour la pêche. Pour la récuperation des captures, tous les bateaux viennent se placer, l'un à la suite de l'autre tout autour de la "chambre de mort" .
Relevage du filet
Relevage du filet
4. Relevage du filetLe filet qui forme le fond de la chambre est relevé graduellement, en général à main d'hommes (plusieurs dizaines), plutôt en marquant une en transversale de l'est vers l'ouest; le fond s'élève ainsi progressivement; quand le poisson rencontre ce fond il s'effraie et se trouve forcé de monter vers la surface.
Capture du poisson
Capture du poisson
5. Capture du poissonLe volume de la "chambre de mort" se trouve ainsi réduit progressivement jusqu'à un carre d'une quinzaine de mètres de côté et de deux ou trois mètres de profondeur où la récuperation du poisson, connue souvent sous l'appélation de "mise à mort" a lieu.
Aire de pêcheLes pièges au thon rouge, type madrague, sont utilisées en Atlantique de l'estet dans la Méditerranée. Récemment, les pièges sont de moins en moins employées. En 1990 l'Italie, l'Espagne, la Tunisie, le Maroc et le Canada sont les seuls pays qui encore utilisant cette technique de pêche. Bien que plusiers madragues soient exploitées le long de la côté Atlantique nord Africaine, cet engin est surtout employé en Méditerranée où les marées sont faibles.SaisonnalitéAvec la madrague, les saisons de pêche au thon avec la madrague suivent le cycle biologique de cette espèces et plus particulièrement ses migrations. En Sicilie par exemple, le thon s'approche au printemps de la côte nord de l'île pour se éloigner au début de l'été; à cette époque il apparaît le long de la côte sud où sa presence est signalée jusqu'au commencement de l'automne.
 
Powered by FIGIS