Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
Source des données   
Les statistiques de capture de thonidés et d’espèces apparentées par ont été recueillies par diverses institutions régionales et nationales, par espèces et par zones. Ces statistiques, avec une résolution géographique de 5° x 5° ou plus, ont été fournies au Service de la gestion et de la conservation des pêches (FIRF) du Département des pêches de la FAO, aux fins de l’élaboration du présent Atlas. Ces données ont été fournies à la condition que le FIMF ne diffuse pas les données ventilées par pays, mais uniquement sous la forme agrégée présentée dans l’Atlas.

Cet Atlas, préparé par Fabio Carocci et Jacek Majkowski , Service de la gestion et de la conservation des pêches (FIRF), Département des pêches (FI), Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), est le fruit d’une collaboration entre de nombreux scientifiques et institutions. Les institutions qui ont fourni des données sur les captures de thons et de marlins sont les suivantes:

Australian Fisheries Management Authority (AFMA)  
Commission pour la conservation du thon rouge du Sud (CCSBT)  
Commission des thons de l’océan Indien (CTOI)  
Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA)  
Commission interaméricaine du thon tropical (IATTC)  
Secrétariat de la Communauté du Pacifique (CPS)  
Commission des pêches pour le Pacifique central et occidental (WCPFC)  

Les auteurs tiennent à remercier Miguel Herrera (IOTC), Michael G. Hinton - Nick Vogel (IATTC), Mauricio Ortiz - Carlos Palma (ICCAT), Bob Kennedy - Simon Morgan (CCSBT), Peter Williams (WCPFC), Thim Roed Skousen (AFMA).
Assurance de la qualité   
Exactitude

Méthode de collecte : À peu près tous les deux ans, l’Atlas est mis à jour en incorporant les données sur les captures publiées sur les sites Web des institutions citées dans la section sur la Source des données. Avant d’être publiées, les données sont examinées pour éliminer les éventuels doubles emplois entre les séries de données mises à disposition par les différentes institutions. En outre, les données originales sont ajustées (notamment en combinant certaines données), afin que leur résolution et leur format soient compatibles avec ceux de l’Atlas. Ces données sont complétées, en cas de besoin, par celles des institutions nationales.
Méthode de traitement : Comme toutes les captures ne sont pas enregistrées dans les journaux de pêche avec le lieu où elles ont été prises, les institutions chargées de compiler les données extrapolent les données obtenues aux débarquements totaux de certaines pêcheries, dans la mesure où cet ajustement est susceptible de fournir des approximations fiables. Ces captures extrapolées figurent dans l’Atlas en tant que captures délimitées dans l’espace, ou « captures spatiales » (par carreaux de 5° de latitude x 5° de longitude). Comme les lieux et/ou la saison de certaines captures peuvent être incertains ou inconnus, l’Atlas ne les signale pas toujours. En outre, dans certaines zones, les lieux des captures commerciales de thonidés et d’espèces apparentées ne sont pas divulgués dans le domaine public. Les données de l’Atlas peuvent donc être sensiblement différentes des captures nominales figurant dans la base de données de la FAO sur les captures mondiales, et de celles fournies par les institutions régionales, internationales et nationales.
Mécanisme de validation : Les Figures 1 à 4 montrent les zones géographiques où ont été signalées des captures des principales espèces commerciales de thons et de marlins prises en considération dans l’Atlas, effectuées par des palangriers, des canneurs, des senneurs et d’autres engins. Comme les palangriers et, dans une moindre mesure, les canneurs ciblent les thonidés et les espèces apparentées des zones tropicales et tempérées (pas nécessairement avec des engins configurés de la même manière), leurs zones d’opération sont les plus vastes. Les senneurs opèrent surtout dans les zones tropicales. Les Figures 5 et 6 présentent la distribution géographique des captures des cinq dernières années (2007-2012), qui figurent dans l’Atlas ventilées par engin de pêche et par espèce.

Tendances des captures

La Figure 7 fournit un aperçu historique de l’ensemble des captures spatiales mondiales de toutes les espèces incluses dans l’Atlas, ventilées par engin de pêche (palangre, canne, senne coulissante et autres engins). Lorsqu’aucune donnée sur les captures spatiales n’est signalée, cela ne signifie pas nécessairement qu’aucune capture n’a été effectuée. Les données sur les captures spatiales pourraient ne pas être complètes, en particulier celles de début et de fin des périodes concernées.

Les captures spatiales annuelles des palangriers (courbe rouge) ont fluctué autour de 400 000 tonnes, du début des années 60 jusqu’à aujourd’hui, avec un pic d’environ 533 000 tonnes en 2004. La Figure 8 donne la composition par espèces des captures spatiales des palangriers. Les espèces qui atteignent le prix le plus élevé au kg (thon rouge de l’Atlantique, du Pacifique et du Sud regroupés dans une seule courbe bleue), ne représentent qu’une petite fraction des captures totales. Le thon obèse (courbe verte), qui se vend aussi très cher, a récemment représenté la fraction la plus élevée des captures spatiales, devant l’albacore (courbe jaune) et le germon (courbe blanche).

Au début des années 70, les captures spatiales annuelles signalées pour les canneurs (courbe bleue, Figure 7) ont augmenté de façon spectaculaire, culminant à 556 000 tonnes en 1984. La composition par espèces des captures spatiales des canneurs est illustrée à la Figure 9. Le listao (courbe rouge) est la principale espèce capturée par cet engin.

La pêche à la senne coulissante (courbe verte, Figure 7) produit actuellement l’essentiel des captures spatiales, en poids. Ces captures ont augmenté de façon pratiquement continue de 1962 à 2009 (dernière année pour laquelle on dispose de données complètes), année où l’on a signalé des captures de l’ordre de 2,4 millions de tonnes. La Figure 10 donne la composition par espèces des captures spatiales de poissons pêchés à la senne coulissante. Le listao (courbe rouge) et l’albacore (courbe jaune) dominent les captures des senneurs.

Les captures spatiales des autres engins de pêche, reportées dans l’Atlas, ne représentent qu’une petite fraction des captures totales (courbe grise, Figure 7). Les captures de listao et d’albacore (courbes rouge et jaune, Figure 11) représentent la fraction la plus élevée des captures spatiales.

Veuillez cliquer sur un graphique pour agrandir.

PalangreCanneSenne coulissanteOther gears
Zones des captures signalées, de 1950 à 2012
Figure 1
Figure 2
Figure 3
Figure 4


Par engin Par espèces
Captures des cinq dernières années (2007-2012), avec une résolution de 5 x 5
Figure 5
Figure 6



 Tous engins confondusPalangreCanneSenne coulissanteOther gears
Tendances des captures signalées par espèces, de 1950 à 2012*
Figure 7
FIGURE 8 Catch trends from longline gear by species
Figure 8
Figure 9
Figure 10
Figure 11
* Comprend uniquement les captures pour lesquelles on dispose de données, avec une résolution de 5° de latitude x 5° de longitude.


Certaines captures, incertaines ou mal connues, ne figurent pas sur les cartes de l’Atlas. Beaucoup de pêcheries artisanales et quelques pêcheries commerciales (ex: les pêcheries palangrières japonaises dans l’océan Pacifique avant 1978) contribuent à ces captures dont la localisation est mal connue. D’autres données sur les captures spatiales n’ont été fournies qu’en nombre de poissons (cas des captures des palangriers japonais dans l’océan Indien) et sont elles aussi exclues de l’Atlas, bien qu’elles puissent représenter une part significative des débarquements dans certaines régions.

En ce qui concerne les pêches industrielles dans l’Atlantique, la CICTA a combiné les données par carreau de 5° x 5° et par trimestre et les a extrapolées au niveau de ses captures nominales. Pour la plupart des pêches artisanales de l’Atlantique, les captures qui ne sont pas signalées par carreau de 5° x 5° et par trimestre, sont aussi assignées à des carreaux spécifiques. En ce qui concerne les données sur le Pacifique émanant de la Commission des pêches pour le Pacifique central et occidental (WCPFC), des ajustements relativement importants ont également été effectués. Pour cette zone spécifique du Pacifique, les ajustements ont concerné certaines grosses flottilles industrielles (ex : palangriers coréens) ainsi que plusieurs flottilles locales de navires commerciaux (ex : palangriers de Nouvelle-Calédonie). Par ailleurs, certaines flottilles, comme la flottille palangrière côtière japonaise, ne sont pas encore incluses dans les données de la WCPFC.

Pour ce qui concerne l’océan Indien et le reste du Pacifique, ces ajustements n’ont généralement pas été effectués, car ces pêcheries (en particulier les pêches artisanales de l’océan Indien) ne représentent pas une proportion significative des captures nominales. De même, pour le Pacifique Est, les captures extraites des journaux de pêche des palangriers industriels ne sont pas divulguées dans le domaine public, de sorte qu’elles ne sont pas prises en compte dans l’Atlas. Les captures, par carreaux de 5° x 5°, provenant de zones du Pacifique central et occidental où moins de trois navires opèrent, ne sont pas accessibles au grand public. Depuis 1970, moins de 2% des captures annuelles totales de chaque année ont été enlevées et depuis 2000, le pourcentage des captures annuelles totales enlevées pour chaque année est inférieur à 1%.

D’autres informations sur la pêche au thon sont accessibles à partir de la page sur les pêcheries thonières

Présentation des données

Les captures spatiales peuvent être affichées par une interface basée sur l’Internet à partir de laquelle l’utilisateur peut sélectionner chaque rubrique prise en considération dans l’ensemble de données, ainsi que le mode de présentation préféré.

La première étape consiste à sélectionner une ou plusieurs rubriques sous les onglets Espèce et Engin. Plusieurs choix sont possibles, en cliquant simultanément sur Ctrl et sur le bouton gauche de la souris.

La deuxième étape consiste à sélectionner, sous l’onglet Période, la méthode d’agrégation : on peut choisir entre la présentation des captures spatiales moyennes ou cumulées par années et par trimestres.

Pour lancer l’application, cliquer sur ' montrer la carte'.

La carte qui s’affiche montre l’ordre de grandeur des captures dans chaque carreau de 5° de latitude x 5° de longitude, ombré d’une couleur différente selon la fourchette de grandeur des captures. Pour plus de clarté, la gamme de couleurs utilisée sur une même carte est limitée.

Une fois que la carte est affichée sur l’écran, l’utilisateur peut l’imprimer ou télécharger le sous-ensemble de données utilisé pour créer la carte. Le fichier peut être téléchargé en format CSV.


Cohérence

Méthode de collecte :  Le Service de la pêche marine et continentale (FIRF) de la FAO a reçu des données spatiales sur les captures de thonidés et d’espèces apparentées, ventilées par: espèce (germon, thon obèse, marlin noir, marlin bleu, thon rouge du nord, voilier, listao, thon rouge du sud, marlin rayé, espadon, albacore, et autres thonidés et espèces apparentées), engin de pêche (senne coulissante, canne, palangre et autres engins de pêche), carreau de 5° de latitude x 5°de longitude ou plus petit, ainsi que par année et trimestre.

Méthode de traitement : Les statistiques compilées par le Service de la pêche marine et continentale (FIRF) de la FAO ont été intégrées dans un ensemble de données qui est fourni dans l’Atlas. Dans chaque ensemble, les données sur les captures sont indiquées par espèce, engin de pêche, carreau de 5° de latitude x 5° de longitude, année et trimestre.
Dans certains cas, les ajustements suivants ont été introduits dans les ensembles de données individuels avant de regrouper les données dans un ensemble unique, présenté dans l’Atlas:
  1. Les captures, en nombre de poissons, ont été converties en unités de poids, uniquement lorsque les facteurs de conversion ont été indiqués par les institutions qui ont fourni les données ; dans le cas contraire, les captures en nombre de poissons n’ont pas été incluses.
  2. Les captures données pour des carreaux de 1° de latitude x 1°de longitude ont été regroupées avec celles associées aux carreaux correspondants de 5° de latitude x 5° de longitude.
  3. Les captures assignées à tort à des emplacements terrestres n’ont pas été incluses.
  4. Les captures non détaillées par trimestre ont été incluses uniquement sur des cartes des captures annuelles et l’absence de ventilation trimestrielle est indiquée clairement dans les ensembles de données téléchargeables.
  5. Sauf spécification contraire des fournisseurs de données, pour chaque carreau de 5° de latitude x 5° de longitude, les captures ont été attribuées au centre du carreau.
  6. Les doubles emplois entre les ensembles de données ont été éliminés.
  7. Les données nationales fournies par le Japon, la Corée et la province chinoise de Taïwan ont été utilisées pour compléter les captures spatiales de thons rouges dans le Pacifique avant 1970, et dans l’océan Pacifique Est de 1970 à 1997 (dernière année pour laquelle ces données ont été fournies).
Mécanisme de validation : les cartes présentent les captures des palangres, des cannes et des sennes coulissantes. Les autres catégories d’engins comprennent les lignes de traîne, les lignes à main, les cannes à pêche avec moulinet, les pièges, les filets maillants, etc.
 
Powered by FIGIS