Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский

En 2004, les activités de production halieutique et aquacole ont fourni un emploi et un revenu directs à environ 41 millions de personnes dans le monde, soit plus du triple de l’effectif employé dans ces secteurs en 1970, qui était estimé à 13 millions de personnes.

Les régions dans lesquelles on trouve le plus grand nombre de pêcheurs et d’aquaculteurs sont, dans l’ordre, l’Asie (88 pour cent de l’effectif total mondial), l’Afrique (6,9 pour cent), l’Europe (3,6 pour cent), l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale (2,1 pour cent chacune), l’Amérique du Sud (1,7 pour cent) et l’Océanie (0,1 pour cent). Ces pourcentages reflètent bien ceux de la population des différents continents, la part de la population économiquement active dans le secteur agricole et la prédominance relative des activités de pêche à forte intensité de main d’œuvre dans certaines économies d’Afrique et d’Asie.

La pêche en eaux maritimes et continentales est souvent une activité pratiquée à temps partiel (près de 60 pour cent du total), d’une part parce que les ressources disponibles varient en fonction des saisons et d’autre part parce que la pêche est généralement réglementée par une série de mesures qui empêchent de la pratiquer toute l’année (ex: fermetures de certaines pêcheries à certaines périodes de l’année, plafonnement des captures annuelles totales de certaines espèces qui fait que les pêcheurs commerciaux ne peuvent exercer leur activité que quelques jours par mois jusqu’à l’atteinte de leur quota), ou limitent le nombre de licences commerciales délivrées et les quantités capturées par voyage. Les pêcheurs doivent de plus en plus se tourner vers d’autres activités pour compléter leur revenu.

Les informations disponibles continuent de confirmer que, malgré des différences locales, le potentiel mondial des pêches de capture marines a été atteint et que des plans plus rigoureux sont nécessaires pour reconstituer les stocks épuisés et prévenir le déclin de ceux qui sont exploitées pleinement ou à un niveau proche de leur potentiel maximal. En revanche, la production mondiale issue de l’aquaculture continue de progresser, tant en quantité qu’en pourcentage des approvisionnements mondiaux en poissons destinés à la consommation humaine directe.

 
Powered by FIGIS