Accueil FAO>Pêches et aquaculture
Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculturepour un monde libéré de la faim
EnglishEspañolРусский
  • Modélisation écosystémique


Un des résultats du projet est de passer en revue les méthodes existantes pour évaluer les impacts des interactions entre les espèces et les pêcheries et leurs implications pour la gestion des pêches en mer. La revue préparée par le Dr Éva Plagányi de l’Université de Cap Town, en Afrique du Sud, a été publiée en 2007 sous la forme d’un document technique des pêches intitulé : “Modèles pour une approche écosystémique des pêches”. Le Document technique sur les pêches a été utilisé comme un document de base pour l’atelier sur “La modélisation des interactions dans l’écosystème pour mettre en place une approche écosystémique des pêches: les meilleures pratiques pour la modélisation des écosystèmes”, qui s’est tenu à Tivoli, en Italie, du 3 au 6 juillet 2007. Dix-neuf experts reconnus dans le domaine de la modélisation des écosystèmes ont pris part à l’atelier et ont étudié les meilleures pratiques actuelles en matière de modélisation de l’écosystème marin. L’atelier a produit plusieurs séries de recommandations sur les meilleures pratiques pour modéliser un écosystème afin de mettre en place une approche écosystémique sur les pêches, qui ont été publiées dans la série de la FAO des Directives techniques pour une pêche responsable.

  • Méthodes d’évaluation des pêches pour les pêcheries dont on dispose de peu de données

Le projet cherche aussi de nouvelles méthodes pour l’évaluation des ressources halieutiques concernant les espèces à forte diversité en particulier celles dont on dispose de peu de données. Une de ces méthodes est un modèle d’évaluation des dynamiques des pêches développé par Vasconcellos et Cochrane (2005) (1). Ce modèle d’évaluation bayésien prend seulement en compte les séries de captures sur le temps et les hypothèses de tendances dans la croissance de l’effort de pêche sur le temps pour évaluer l’état des stocks et le niveau d’exploitation des pêcheries pour lesquelles on dispose de peu de données. Le projet teste actuellement ces modèles d’évaluation des dynamiques des pêches utilisant les données provenant de la série d’études de cas réalisées. Le fait d’avoir testé ce modèle a permis d’éliminer des problèmes significatifs pouvant conduire à donner de mauvais conseils en matière de gestion des pêches, et d’explorer la faisabilité d’utiliser ce genre de modèles pour procurer des conseils sur la gestion des pêches dans les cas où des données existent.

Un autre thème de travail est l’identification et le test d’indicateurs qui peuvent être utilisés pour évaluer les ressources et les pêcheries dans les milieux très riches en espèces, dont on dispose de très peu de données et pour informer la gestion des pêches dans ces situations. Le projet développe actuellement un modèle de simulation d’un écosystème à utiliser comme un modèle opérationnel (ou pour tester) pour faciliter l’identification d’indicateurs solides au niveau des pêcheries dans des écosystèmes à forte diversité d’espèces et dans des contextes où l’on possède peu d’informations à partir des recommandations faites lors d’une petite réunion d’experts sur les indicateurs pour les écosystèmes organisée à Rome du 23 au 26 octobre 2006.

  • Boîte à outils pour une approche écosystémique des pêches

Depuis l’adoption de la Déclaration de Reykjavik sur la pêche responsable au niveau des pêcheries dans les écosystèmes marins, la FAO a activement promu l’AEP, entre autres grâce à la préparation de guides techniques mais aussi en fournissant un appui technique aux pays et lors de conférences internationales, de même que par le biais de compilations de méthodes et d’outils pour évaluer les interactions des pêches au niveau de l’écosystème. L’organisation n’a pas été la seule, plusieurs autres groupes et personnes ayant travaillé au niveau régional, national et local pour faciliter l’adoption et la mise en œuvre d’une approche écosystémique des pêches. Cela a permis de créer de nombreux outils pour mettre en œuvre une gestion à partir d’une analyse écosystémique (cf. http://www.ebmtools.org ). Il est aussi temps d’analyser systématiquement quels outils existent pour mettre en œuvre une approche écosystémique des pêches, évaluer leur utilité et applicabilité, en particulier dans les pays les moins développés, identifier quels outils sont nécessaires et ne sont toujours pas disponibles, comment doivent-ils être développés, et quel peut être le rôle potentiel de la FAO et des autres partenaires dans leur développement. Il est aussi nécessaire d’améliorer la diffusion et l’utilisation des outils existants. Le projet s’est donc engagé dans le développement d’une « boîte à outils » facile à utiliser et efficace pour assister les parties intéressées à mettre en œuvre l’AEP. Un atelier technique a été organisé à cette fin du 26 au 29 février 2008 à la FAO à Rome pour revoir et évaluer l’utilité et l’applicabilité des outils actuellement disponibles pour appliquer l’AEP et pour planifier le développement d’une “boîte à outils” sur l’AEP. Un rapport présentant les résultats et les recommandations de l’Atelier a été finalisé.

 

(1) Vasconcellos, M., Cochrane, K. 2005. Overview of world status of data-limited fisheries: inferences from landings statistics (English) In: Fisheries assessment and management in data-limited situations; Proceedings ; Lowell Wakefield Symposium, 21, Anchorage, AK (USA), 22-25 Oct 2003. Kruse, G.H. (ed.) Gallucci, V.F. (ed.) Hay, D.E. (ed.) Perry, R.I. (ed.) Peterman, R.M. (ed.) Shirley, T.C. (ed.) Spencer, P.D. (ed.) Wilson, B. (ed.) Woodby, D. (ed.) / Alaska Univ., Fairbanks (USA). Alaska Sea Grant College Program , 2005, p. 1-20.

 
Powered by FIGIS